Lateo.net - Flux RSS en pagaille (pour en ajouter : @ moi)

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 11 avril 2021Les Crises

Chine : La puissance navale de Pékin prend l’ascendant sur l’US Navy

Par Les-crises.fr DT

Source : CNN, Brad Lendon

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Hong Kong (CNN) En 2018, le président chinois Xi Jinping a enfilé un treillis militaire et est monté à bord d’un destroyer de la marine de l’Armée populaire de libération en mer de Chine méridionale. Ce jour d’avril, déployée devant lui, la plus grande flotte jamais mise en mer par la Chine communiste s’étend devant lui : 48 navires, des dizaines d’avions de chasse et plus de 10 000 militaires.

Pour Xi, le dirigeant le plus puissant du pays depuis Mao Zedong, cette journée était le point de départ d’une grande ambition : une force qui montrerait la grandeur et la puissance de la Chine sur les sept océans du monde. « La tâche de construire une marine puissante n’a jamais été aussi urgente qu’aujourd’hui », a déclaré Xi ce jour-là.

Lire la suite

Revue de presse du 11/04/2021

Par adminrdp

Agriculture d’aujourd’hui et de demain, extension du domaine des tensions en Ukraine, du bon et du mauvais en justice, du beau, du bon, du Lordon, et des dîners qui restent en travers de la gorge (autre marqueur de la macronerie ? cf. le Dôme, les homards ou le dîner covid positif des cadors de la majorité…) pour cette revue de presse très gastronomique. Bonne lecture.

Lire la suite

Pierre Tolstoï : « L’UE doit arrêter de donner des leçons à la Russie »

Par Les-crises.fr DT

Source : RTS, Patrick Chaboudez / Mouna Hussain

Les méthodes Poutine: interview de Pierre Tolstoï / Tout un monde / 8 min. / le 16 février 2021

En 20 ans de pouvoir, Vladimir Poutine a redonné à la Russie une place au coeur de l’échiquier géopolitique mondial en usant de méthodes contestées. Stratégie du désordre ou légitime souveraineté? Le point avec Pierre Tolstoï, vice-président de la Douma, et Isabelle Mandraud, journaliste au Monde.

[RussEurope-en-exil] Quelle sortie de la crise pour la Russie ? par Jacques Sapir

Par Sapir

Quelle sortie de la crise pour la Russie ?

Il se confirme désormais que la Russie est sortie relativement épargnée de la crise provoquée par la Covid-19. La récession y a été moins forte que dans les principaux pays développés et en particulier en Europe. Le rebond des prix des hydrocarbures depuis le quatrième trimestre de 2020 a indiscutablement aidé. Mais, le gouvernement semble plus pressé de reprendre rapidement une politique d’austérité que de continuer à soutenir l’économie, un choix dont les conséquences pourraient être néfastes sur la croissance.

Le choc de la crise sanitaire

La Russie a donc nettement moins souffert des effets de la COVID-19 que les pays du G-7. Si la différence est faible avec les Etats-Unis, elle est nettement plus importante avec les autres pays, et en particulier les pays européens.

 

Lire la suite

Hier — 10 avril 2021Les Crises

Qu’est-ce qu’un « allié des États-Unis » au Moyen-Orient ?

Par Les-crises.fr DT

Source : Responsible Statecraft, Paul R. Pillar

Traduit par les lecteurs du site Les Crises


Le secrétaire d’État américain Michael R. Pompeo rencontre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Djeddah, en Arabie saoudite, le 18 septembre 2019. [Photo du département d’État par Ron Przysucha]

Les États-Unis ne se sont jamais engagés dans des alliances au Moyen-Orient, qu’il s’agisse d’alliances multilatérales telles que l’OTAN et le traité ANZUS [Australie, Nouvelle Zélande et USA, NdT], ou de pactes de sécurité bilatéraux comme ceux conclus avec le Japon et la Corée du Sud. C’est une bonne chose, étant donné le mélange de rivalités et de conflits dans la région et leur propension à engendrer des guerres. L’implication meurtrière des États-Unis au Moyen-Orient a déjà été assez désastreuse comme ça, même sans aucune alliance à respecter.

C’est avec la formation, en 1955, du Pacte de Bagdad, connu plus tard sous le nom d’Organisation du Traité Central (CENTO), que les États-Unis se sont le plus rapprochés d’un tel engagement. Les États-Unis sont le principal promoteur de cette alliance, bien qu’ils n’en soient jamais devenus membres car, selon le secrétaire d’État de l’époque, John Foster Dulles, l’opposition du lobby israélien rendait plus que douteuse la ratification par le Sénat. Un coup d’État en Irak, une invasion turque à Chypre et une révolution en Iran ont tué le CENTO à la fin des années 1970.

En dépit de l’absence d’engagements des États-Unis dans des alliances, le discours relatif à la politique américaine au Moyen-Orient fait couramment référence aux alliés (et parfois au terme un peu plus neutre de partenaires). Ces termes sont utilisés non seulement comme une description vague mais aussi comme une prescription stratégique, en partant du principe que les États-Unis devraient manifester une préférence ou une considération particulière vis à vis de leurs alliés dans la région.

Lire la suite

Covid-19 : Certaines formes graves ont-t-elles un impact sur la fertilité masculine ?

Par Les-crises.fr DT

Source : CNN, Sandee LaMotte

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

(CNN) Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Reproduction, les cas sévères de Covid-19 pourraient avoir un impact sur la qualité du sperme, et donc sur la fertilité masculine.

« Ce rapport propose la première preuve directe à ce jour que l’infection par la COVID-19 altère la qualité du sperme et le potentiel reproductif masculin », indique l’étude.

Toutefois, des experts n’ayant pas participé à l’étude ont immédiatement fait part de leur scepticisme quant à la conclusion du rapport et ont appelé à la prudence quant à une généralisation excessive des résultats de la recherche.

Lire la suite

Covid-19 : Un début d’amélioration de la situation ? par Olivier Berruyer

Par Les-crises

Cette semaine, nous constatons ce qui semble être le début de la décroissance des contaminations – et qui devrait se confirmer la semaine prochaine.

Plan du billet :

Affaire Khashoggi : Joe Biden ferme les yeux sur la culpabilité du prince saoudien

Par LesCrises EV

Source : The New York Times – Nicholas Kristof
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le prince héritier a tué mon ami Jamal Khashoggi, et nous ne faisons presque rien.

Le gouvernement des États-Unis a publiquement identifié le prince héritier Mohammed bin Salman d’Arabie saoudite comme le meurtrier d’un résident américain, puis le président Biden s’est évanoui.

Au lieu d’imposer des sanctions à M.B.S., Biden semble prêt à laisser le meurtrier en liberté. Le message envoyé aux autres dictateurs sanguinaires est donc rempli de faiblesse : S’il vous plaît, ne commettez pas de crime, mais sachez que nous continuerons à travailler avec vous quoiqu’il arrive. Le message adressé à l’Arabie Saoudite est quant à lui le suivant : Allez-y ! Faites d’M.B.S. votre prochain roi !

Lire la suite

Assassinat de Jamal Khashoggi : « The Dissident », le documentaire choc qui pointe la responsabilité de Mohamed Ben Salmane

Par LesCrises EV

Source : Francetvinfo

Petit focus sur un documentaire remarquable et pourtant absent des plateformes de streaming…

Le documentaire de Bryan Fogel est un récit accablant sur l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018 dans les locaux du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, et une accusation sans équivoque du prince Mohamed Ben Salmane. Privé de sortie en salles par la crise sanitaire, il a aussi dû affronter le mutisme des plateformes de streaming, qui n’ont pas souhaité acquérir cette enquête à charge contre Riyad, disponible uniquement à la location, en VOD.

En 2018, le journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi disparaît au consulat saoudien d’Istanbul. Qui est responsable de sa mort ? Dans The Dissident, le réalisateur Bryan Fogel dispose de quantité de témoignages et d’images pour raconter comment, le journaliste, qui fut un temps proche de la famille royale en Arabie saoudite, exilé aux États-Unis en 2017, a de fait été condamné à mort et exécuté, sur les ordres de Mohamed Ben Salmane, le prince héritier, dont le film anéantit l’image de réformateur.

Lire la suite

À partir d’avant-hierLes Crises

Frappes américaines en Syrie : Biden entretient un cycle de guerres sans fin

Par Les-crises.fr DT

Source : Responsible Statecraft, Stephen Miles

Traduit par les lecteurs du site Les Crises


Le président Joe Biden, accompagné du vice-président Kamala Harris et du secrétaire à la Défense Lloyd Austin, prononce une allocution lors d’une conférence de presse mercredi 10 février 2021, au Pentagone à Arlington, en Virginie. (Photo officielle de la Maison Blanche par Adam Schultz)

Le Congressional Research Service, organisme impartial, tient une liste de toutes les utilisations « notoires » de la force militaire américaine à l’étranger. En juin de l’année dernière, la liste comptait 46 pages. Le président Joe Biden a ajouté sa première entrée lorsqu’il a ordonné des frappes aériennes contre des milices à la frontière irako-syrienne. La suite des événements permettra de déterminer combien de pages supplémentaires seront ajoutées pendant le mandat du président Biden.

Bien que les détails soient encore en cours d’élaboration, il semble que le président ait ordonné ces frappes aériennes en représailles aux récents tirs de missiles sur les forces américaines en Irak, en particulier la frappe du 15 février qui a tué un sous-traitant philippin du secteur de la défense et blessé un membre des services américains à Erbil, en Irak. Il convient de noter qu’il ne s’agissait apparemment pas d’un incident isolé, de multiples attaques ayant eu lieu de façon sporadique depuis un certain temps sur diverses bases abritant du personnel américain à travers l’Irak.

Lire la suite

Covid longs : Le Dr Fauci lance une initiative nationale pour étudier les symptômes et séquelles

Par Les-crises.fr DT

Source : USA Today, Adrianna Rodriguez

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Le gouvernement américain lance une initiative à l’échelle nationale pour étudier les patients atteints de la COVID-19 qui souffrent de symptômes résiduels des mois après leur guérison, communément appelés COVID long, a déclaré le Dr Anthony Fauci lors d’un briefing à la Maison Blanche.

Le principal expert en maladies infectieuses du pays a également révélé un nom scientifique pour le nouveau syndrome – Post Acute Sequelae of SARS-CoV-2 (PASC) – ce qui légitime davantage la population qui en souffre.

« (Il y a) beaucoup de questions importantes qui sont actuellement sans réponse et nous espérons que cette série d’initiatives nous permettra d’y répondre », a déclaré Fauci.

Lire la suite

Fake State : Quand l’État devient l’esclave du marché

Par LesCrises EV

Source : YouTube – Le Média – Frédéric Farah

En un an de crise sanitaire, nous avons assisté au triste spectacle du délabrement de l’Etat et de notre service public. Si le COVID-19 a révélé au grand jour ces carences, et dernièrement l’immense retard de la France dans la campagne vaccinale, le phénomène n’est pourtant pas nouveau : depuis plus de 40 ans, l’Etat s’est appliqué à organiser sa propre impuissance, en se soumettant aux logiques de marché et non plus des citoyens.

Ces derniers n’ont plus aucune voix au chapitre dans ces politiques néolibérales, que l’État fait appliquer en redoublant de violence, comme l’a montré la répression des gilets jaunes. C’est le sujet de l’ouvrage de Frédéric Farah, auteur de Fake State, l’impuissance organisée de l’Etat en France, avec qui nous revenons sur les événements avant-coureurs d’une catastrophe.

Source : YouTube – Le Média – Frédéric Farah – 13/03/2021

Lire la suite

États-Unis : La diabolisation de la Chine ne peut qu’amener davantage de tensions

Par Les-crises.fr DT

Source : Responsible Statecraft, Michael D. Swaine

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

L’amiral Philip S. Davidson, USN, commandant du Commandement indo-pacifique des États-Unis comparaît devant un comité sénatorial des forces armées. Mardi 9 mars 2021. Photo par Rod Lamkey / CNP / ABACAPRESS.COM

Les défis sécuritaires dans la région indo-pacifique ont été le sujet dominant des récentes audiences au Capitole. Sans surprise, la discussion s’est concentrée sur la Chine et la Corée du Nord. Cependant, pour une nouvelle administration ostensiblement vouée à servir les classes moyennes et ouvrières américaines et à corriger les faux pas politiques de l’administration Trump, la plupart des remarques des législateurs et des témoins suggèrent que peu de choses ont changé depuis l’investiture le 20 janvier.

À son crédit, dans sa déclaration d’ouverture à la Commission des forces armées de la Chambre des représentants le 10 mars, le président Adam Smith (Démocrate-Etat de Washington) a insisté sur le fait que les États-Unis doivent éviter de tomber dans une guerre froide avec la Chine, et être suffisamment forts pour dissuader, et non dominer, Pékin militairement. Il a également affirmé que les États-Unis doivent être plus stratégiques dans l’utilisation de moyens de défense limités pour assurer la stabilité en Asie.

Lire la suite

La Compil’ de la Semaine

Par JP Simon

Chaque semaine, nous vous proposons notre Compil’ de la Semaine : une sélection de dessins de presse à la fois drôles et incisifs, ainsi que des vidéos d’analyse participant à l’indispensable travail d’auto-défense intellectuelle.

Bonne lecture et bon visionnage à toutes et à tous !

Dessins de Presse

Lire la suite

Les damnés de la Commune | ARTE

Par Les-crises.fr DT

Source : Arte

Du soulèvement du 18 mars 1871 à la « Semaine sanglante » qui s’acheva le 28 mai 1871, Paris fit il y a 150 ans l’expérience d’une insurrection populaire et démocratique. Raphaël Meyssan nous plonge au cœur de cette révolution singulière, grâce à un étonnant dispositif esthétique, construit autour de gravures d’époque.

À la fin des années 1860, Paris gronde. Dans un Second Empire qui se veut libéral, Napoléon III a chargé le préfet Haussmann de moderniser la capitale pour en faire un paradis de la grande bourgeoisie. Tandis que la misère et les loyers augmentent, la contestation populaire prend de l’ampleur. Pour affirmer son autorité, l’empereur tente de détourner la colère sociale contre un ennemi extérieur et déclare la guerre à la Prusse. Mais le conflit vire au fiasco.

Le 3 septembre 1870, Napoléon III est fait prisonnier. L’empire s’effondre, la République est proclamée et le gouvernement provisoire, installé à Bordeaux, décide de négocier la paix avec les Prussiens. Dans la capitale assiégée, les habitants, eux, refusent de se rendre. Après une élection, la Commune de Paris est proclamée le 28 mars 1871 et, en deux mois, expérimente des réformes sur tous les terrains : politique sociale, éducative, culturelle, égalité des sexes, laïcité… Réfugiés à Versailles à l’instigation d’Adolphe Thiers, chef du gouvernement, les tenants de l’ordre, eux, remobilisent une armée prête à marcher sur Paris…

Lire la suite

Les 10 premières erreurs de Joe Biden en politique étrangère

Par Les-crises.fr DT

Source : Common Dreams, Medea Benjamin, Nicolas J. S. Davies

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Biden marche dans les pas d’Obama et de Trump, qui avaient tous deux promis des approches nouvelles en matière de politique étrangère, mais ont pour l’essentiel livré davantage de guerres sans fin.

Le président Joe Biden dans le bureau ovale, le 16 février 2021, à Washington. (Photo : Maison Blanche/Lawrence Jackson)

La présidence Biden n’en est qu’à ses débuts, mais il n’est pas trop tôt pour pointer du doigt les domaines de la politique étrangère dans lesquels nous, progressistes, avons été déçus, voire exaspérés.

Lire la suite

Un nouveau monde bipolaire ? par Pascal Boniface

Par Les-crises.fr DT

Source : Le blog Mediapart, PascalBoniface

La nouvelle politique de fermeté, et même offensive, des États-Unis sur le plan diplomatique a pour objectif de rassurer les alliés et d’impressionner ses rivaux. Il s’agit de marquer une claire rupture avec les années Trump.

« America is back » : c’est la formulation que Joe Biden utilise très régulièrement, et il faut reconnaître que oui, l’Amérique est de retour. D’abord sur le plan de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Les États-Unis sont le pays qui a le plus souffert en nombre de morts, du fait, notamment, de la gestion catastrophique du président Donald Trump.

Le nouveau plan de vaccination force le respect : le nombre de 100 millions d’Américains vaccinés contre le Covid-19 sera bientôt atteint, et pour Biden, le 4 juillet pourra normalement être fêté dans des conditions normales cette année puisque la pandémie sera vaincue à cette date.

Puis, sur le plan de la relance économique : 1 900 milliards de $, équivalent du PIB de l’Italie, sont mis sur la table pour relancer l’économie américaine. L’Amérique est bien de retour sur le plan interne, mais également sur le plan international. De retour dans l’OMS, le système multilatéral, l’Accord de Paris : la déconstruction à laquelle Donald Trump s’était exercé depuis quatre ans a pris fin, et les États-Unis s’imposent de nouveau au sein du système international, y compris par rapport aux alliés dans l’OTAN et en Asie.

Lire la suite

Un maintien des troupes américaines en Afghanistan pourrait coûter 49 milliards de dollars

Par Les-crises.fr DT

Source : Responsible Statecraft, Jonathan Bydlak

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Les parachutistes de l’armée américaine affectés à la 173e Bataillon de soutien de la Brigade, 173e Brigade aéroportée en 2018 (U.S. Photo de l’armée par Davide Dalla Massara)

Un récent rapport de Vox suggère qu’un retrait complet des troupes d’Afghanistan d’ici le 1er mai pourrait être « hors de question. » Quelle honte.

Non seulement un changement de cap par rapport à son prédécesseur briserait l’une des promesses de campagne de Biden – son site Web appelle toujours à la fin des « guerres éternelles en Afghanistan et au Moyen-Orient » – mais c’est aussi une énorme occasion manquée.

Lire la suite

Yémen : Les Émirats arabes unis opèrent un retrait tactique de la région

Par Les-crises.fr DT

Source : Responsible Statecraft, Andreas Krieg

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Le prince héritier d’Abou Dhabi, Sheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan, assiste au sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à La Mecque, en Arabie saoudite, le 30 mai 2019. Photo prise le 30 mai 2019. Bandar Algaloud / Avec l’aimable autorisation de la Cour royale saoudienne / Document via REUTERS THIRD FAIRE LA FÊTE.

Le retrait des Émirats arabes unis (EAU) de leur base militaire d’Assab en Érythrée intervient au moment où la nouvelle administration Biden réévalue l’engagement de l’Amérique dans la guerre au Yémen.

Cependant, autant le retrait des EAU du Yémen en 2019 avait un caractère symbolique, autant le démantèlement de la base d’Assab en Érythrée doit être considéré comme un retrait tactique d’un engagement stratégique des Émirats dans la Corne de l’Afrique. Autrement dit, pour l’essentiel, le retrait d’Abu Dhabi est une manœuvre d’avertissement envers Washington plutôt qu’un véritable retrait de la zone.

Lire la suite

« Poutine le tueur sans âme » : Quand la diplomatie américaine préfère la provocation à la défense des intérêts du peuple américain

Par Les-crises.fr DT

 

President Biden (Naresh777/Shutterstock) and Russian President Vladimir Putin (Sasa Dzambic Photography/Shutterstock)

L’administration Biden a créé une confrontation totalement inutile avec la Russie à un moment où des relations de travail raisonnables avec Moscou sont extrêmement importantes pour atteindre deux objectifs immédiats et clés de l’administration : réintégrer l’accord nucléaire avec l’Iran, et un accord de paix en Afghanistan facilitant le retrait militaire américain de ce pays et la fin de la plus longue guerre de l’Amérique.

L’approche de l’administration combine un grand nombre des erreurs commises par les fonctionnaires, les politiciens et les médias de Washington ces dernières années. Tout d’abord, vous disposez d’un rapport des services de renseignement fondé sur des preuves que le public ne peut pas voir et qui indique qu’il est « probable » que le gouvernement russe ait ordonné des tentatives d’influence sur les élections. Ce rapport est ensuite transformé par l’administration et une grande partie des médias en une certitude absolue. Dans une récente interview accordée à ABC News, Biden déclare que Poutine « paiera le prix » pour ce que le rapport affirme que son gouvernement a fait. Comme d’habitude, on personnalise la question en attribuant la décision à Poutine lui-même, et la déclaration des États-Unis est accompagnée d’un langage gratuitement insultant qui risque d’offenser même de nombreux opposants russes à Poutine. Personne ne se souvient-il du conseil de Teddy Roosevelt – qui n’était pas un tendre avec la sécurité des États-Unis – de parler doucement et de porter un gros bâton ?

La qualification publique par le président Biden du président Poutine comme un « tueur » n’ayant « pas d’âme » dans cette interview rappelle ce qui a été décrit comme « l’anti-diplomatie » du président Trump et des membres de l’administration George W. Bush – une volonté apparemment délibérée à aggraver les relations avec d’autres États ; mais ici, cela émane d’une administration qui était censée restaurer la dignité et les bonnes manières dans la conduite des relations étrangères des États-Unis.

Lire la suite

Revue de presse du 04/04/2021

Par adminrdp

Merci à nos contributeurs pour cette nouvelle revue de presse.

Lire la suite

Pérou : l’or à tout prix | ARTE

Par Les-crises.fr DT

Source : Arte, Youtube

Dans la région amazonienne de Madre de Dios, au Pérou, la déforestation fait rage : l’orpaillage dicte sa loi, grignotant la jungle, polluant les fleuves au mercure et empoisonnant peu à peu les habitants. C’est là que 40 000 chercheurs d’or ont saccagé la nature pour en extraire le précieux métal ne laissant derrière eux que de vastes étendues de déserts sablonneux.

Installés sur les rives des fleuves, les campements de dizaines de milliers de mineurs illégaux – souvent des habitants pauvres originaires d’autres régions andines – sont devenus de véritables villes, des zones de non-droit, sous l’emprise des gangs. Il y a quelques mois encore, ni la police ni l’armée n’osaient s’aventurer dans ce territoire contrôlé par les gangs. Mais depuis le mois de février 2019, l’Etat péruvien reprend progressivement le contrôle de « La Pampa » en envoyant l’armée démanteler les camps.

Le Pérou est le septième producteur mondial d’or. Selon un rapport de 2016 de l’Initiative mondiale contre le crime organisé, 90 % du métal précieux de Madre de Dios vient de mines artisanales ou illégales.

Lire la suite

Pentagone : Pourquoi Joe Biden ne réduira pas le budget de la Défense

Par Les-crises.fr DT

Source : Responsible Statecraft, Mark Perry

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Vice-président, Joe Biden est accueilli par la direction de la 174e Escadre d’attaque de la Garde nationale aérienne de New York le 20 octobre 2014. (Photo de la Garde nationale aérienne de New York par le sergent technique Jeremy Call / libérés)

Il semble que l’armée américaine ait évité de prendre une balle. Des responsables de la Défense ont indiqué la semaine dernière que, plutôt que de réduire le budget du Pentagone, la Maison-Blanche de Joe Biden allait « stabiliser » les dépenses militaires, repoussant ainsi la révision des priorités en matière de dépenses de défense.

Un haut responsable du Pentagone confirme l’information, d’abord mise en avant dans Breaking Defense, en me disant que le budget de la défense de Biden (qui doit être publié le 3 mai), s’élèvera à un peu plus de 696 milliards de dollars (le total des dépenses de sécurité nationale, y compris celles du département de l’Energie, pourrait atteindre plus de 735 milliards de dollars), un chiffre comparable au financement de base attribué au Pentagone en 2021.

Lire la suite

Diabète, une addition salée | ARTE

Par Les-crises.fr DT

Source : Arte, Youtube

Comment mieux prendre en charge les patients atteints de diabète, une maladie chronique qui touche de plus en plus de personnes dans le monde ? Menée sur trois continents, une enquête fouillée sur une situation alarmante.

C’est un fléau qui touche déjà plus de 430 millions de personnes dans le monde et devrait frapper un adulte sur dix en 2040. Maladie auto-immune pour celui de type 1, liée à la malbouffe et à la sédentarité pour le type 2, le diabète se déclare sans prévenir. Malgré des promesses renouvelées de remèdes miracles depuis la découverte en 1922 du rôle de l’insuline dans la stabilisation du taux de glucose dans le sang, le traitement de cette maladie chronique du pancréas pâtit d’une obsession partagée par la communauté médicale et les laboratoires : celle du contrôle glycémique, qui pousse à accumuler les traitements médicamenteux en négligeant leurs effets secondaires parfois fatals. Les patients sont poussés dans une escalade thérapeutique, qui n’empêche en rien la progression d’une maladie entraînant amputations, cécité et accidents cardio-vasculaires. Alors que les arrêts de travail, les invalidités et le coût des traitements pèsent lourd sur les finances publiques, l’industrie pharmaceutique, elle, continue de prospérer grâce à la maladie : le diabète représente en effet un marché colossal de 46 milliards de dollars annuels.

Explosion

Lire la suite

Opération Barkhane : La guerre sans fin de la France au Sahel

Par Les-crises.fr DT

Source : antiwar.com, Danny Sjursen

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Après quelques signes laissant envisager le contraire, il s’avère que les troupes françaises au Sahel ne sont pas près de disparaître. C’est ce qu’a déclaré le président Emmanuel Macron à Paris le 16 février, avant même son sommet virtuel avec les anciens « partenaires » coloniaux de la France – Burkina Faso, Niger, Mali, Mauritanie et Tchad – qui composent la Force conjointe du G5 Sahel.

Formée en 2014, elle est décrite dans le langage bureaucratique de Paris comme « un cadre de coopération intergouvernemental, afin de proposer une réponse régionale aux différents défis ». En réalité, le G5 n’est guère plus qu’un groupe de supplétifs problématiques obéissant aux ordres des généraux français qui dirigent l’opération Barkhane depuis sept ans et à ceux des proconsuls américains de l’AFRICOM qui soutiennent la guerre de sans fin de Paris au Sahel.

Mercenaires en uniforme

Lire la suite

Covid-19 : L’importance de la transmission par aérosol

Par LesCrises EV

Source : Twitter – Linsey Marr

Linsey Marr est Professeure d’ingénierie spécialisée dans la transmission des virus par voie aérienne, la qualité de l’air et les nanotechnologies.

Voici un résumé de mon témoignage sur la transmission aérienne de la Covid-19.
Pour la version complète : https://edlabor.house.gov/hearings/clearing-the-air-science-based-strategies-to-protect-workers-from-covid-19-infections

La Covid-19 se transmet principalement en inhalant des particules d’aérosol transportant le virus. Deux autres voies possibles sont 1) toucher une personne malade ou un objet contaminé et 2) être aspergé de grosses gouttelettes respiratoires. Ces autres voies sont plus rares.

Lire la suite

Volcans, séismes : quel avenir pour le continent asiatique ? – ARTE

Par Les-crises.fr DT

Source : Arte

Les continents naissent, grandissent et disparaissent… Cette série documentaire propose une traversée des temps géologiques à la découverte de la « valse tectonique ». Dans ce volet : l’Asie d’aujourd’hui. L’activité tectonique au sud du continent asiatique frappe jusqu’au Népal et au plateau tibétain.

L’Asie est un continent sous haute surveillance. Les équipes de scientifiques se relayent en permanence à son chevet. L’activité tectonique du sud du continent frappe jusqu’au Népal et au plateau tibétain. La Chine est touchée et se trouve exposée, comme le Japon, à des séismes quotidiens. Le volcanisme de toute la région représente à la fois un danger et une ressource, exploitée au péril de nombreuses vies.

Source : Arte – 09-02-2021

Lire la suite

Depuis 2001, les États-Unis et leurs alliés ont largué plus de 326 000 bombes et missiles à l’étranger

Par Les-crises.fr DT

Source : Common Dreams, Medea Benjamin, Nicolas J. S. Davies

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

À l’insu de nombreux Américains, l’armée américaine et ses alliés bombardent et tuent quotidiennement des personnes dans d’autres pays.

Les bombes et les balles américaines ont fait au moins des centaines de milliers de victimes civiles au cours de ce siècle. On voit ici une frappe aérienne américaine contre des militants de l’État islamique dans la ville densément peuplée de Mossoul, en Irak, le 9 juillet 2017. (Photo : Ahmad Al-Rubaye/AFP/Getty Images)

Le 25 février, le président Biden a ordonné aux forces aériennes américaines de larguer sept bombes de 250 kg sur les forces irakiennes en Syrie, ce qui aurait tué 22 personnes. Comme on pouvait s’y attendre, la frappe aérienne américaine n’a pas réussi à mettre fin aux tirs de roquettes sur les bases américaines en Irak, profondément impopulaires, pour lesquelles l’Assemblée nationale irakienne a adopté une résolution visant à les fermer il y a plus d’un an.

Lire la suite

« Le face-à-face États-Unis/Chine nous oblige à comprendre la stratégie de notre adversaire » – par Georges Friedman

Par Les-crises.fr DT

Source :Histoire et Société, Danielle Bleitrach

George Friedman est un prévisionniste géopolitique et stratège de renommée internationale sur les affaires internationales et le fondateur et président de Geopolitical Futures. Il pose ici l’échiquier du poker-menteur auquel se livrent la Chine et les USA. Mais ne sommes nous pas devant ce qu’on nomme le piège de Thucydide : personne n’a intérêt à la guerre, les antagonistes ne la veulent pas, mais la situation est telle qu’elle devient inévitable c’est du moins ce que veut la logique de cet article dont l’auteur pense que tel un phénix les USA vont renaitre de leur cendres, mais en matière de renaissance la Chine a quatre millénaires d’expérience et les USA deux cent ans.

Outre le fait pour un marxiste que, comme le disait Staline en comparant l’assaut d’Hitler à celui de Napoléon: l’un ne pourra pas entrer dans Moscou parce qu’il est le représentant de la réaction, du passé alors que l’autre Napoléon portait celles du progrès révolutionnaire. Entre millénaires et révolution, le fait est que les États-Unis ont le plus grand mal à comprendre que pas plus que l’URSS, la Chine ne veut la guerre et que leur estimation paranoïaque et celle de leurs “alliés” est le principal danger. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Par George Friedman -Le 16 mars 2021 – Ouvert en PDF

L’un des problèmes les plus difficiles en matière de politique étrangère est d’élaborer une évaluation précise des intentions et des capacités d’un adversaire potentiel, qui sont souvent des réalités distinctes. J’en ai discuté récemment dans un article qui souligne à quel point les États-Unis ont mal interprété les intentions et les capacités de l’Union soviétique. Les Soviétiques s’étaient concentrés sur la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale, ce qui a nécessité des décennies de travail.

Lire la suite

Banquier d’affaires face aux crises ? Raphaël Rossello – par Thinkerview

Par Les-crises.fr DT

Source : Thinkerview, Youtube

Source : Thinkerview, Youtube, 04-03-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Lanceurs d’alerte : En 1981, Joe Biden a voulu faire incarcérer Philip Agee, après ses révélations sur la CIA

Par Les-crises.fr DT

Source : Cover Action Magazine, Chris Agee, Jeremy Kuzmarov

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Joe Biden in 1981 [Source : nytimes.com]

Le 9 mai 1981, la sous-commission judiciaire du Sénat sur la sécurité et le terrorisme débattait de la loi sur la protection des identités des agents de renseignement (S. 391). Leur objectif : criminaliser l’identification non autorisée des agents de renseignement américains.

Joe Biden, à cette époque sénateur, s’est levé pour dénoncer mon père, Philip Agee, le lanceur d’alerte de la CIA dont le livre de 1975, Journal d’un Agent Secret, a donné l’identité de quelque 250 agents, sociétés écrans et agents étrangers travaillant pour les États-Unis.

Biden a déclaré : « Je pense que personne n’a de doute sur M. Agee. A mon avis, nous devrions l’incarcérer. » [1].

Lire la suite

La Compil’ de la Semaine

Par JP Simon

Chaque semaine, nous vous proposons notre Compil’ de la Semaine : une sélection de vidéos d’analyse participant à l’indispensable travail d’auto-défense intellectuelle.

Bonne lecture et bon visionnage à toutes et à tous !

Vidéos

Pascal Boniface – Jean-Marc Jancovici – : Peut-on encore sauver le climat ?

Lire la suite

Le confusionnisme de Philippe Corcuff – par Henri Maler

Par Les-crises.fr DT

Source : ACRIMED, Henri Maler, Philippe Corcuff

Lire l’article entier sur le site d’ACRIMED

Philippe Corcuff vient de publier un énorme livre de 670 pages dans lequel il entend faire toute la lumière sur les temps obscurs que nous vivons : La grande confusion. Comment l’extrême droite gagne la bataille des idées [1]. Nous sortirions de notre rôle si nous tentions de rendre compte de cette encyclopédie du « confusionnisme » tel que l’auteur l’entend : seule nous importe la question de la critique des médias. Et sur ce point nous sommes copieusement servis !

Ô stupeur et consternation ! Alors qu’il nous semblait que des médias pouvaient créer d’innombrables confusions et contribuer à les diffuser, Philippe Corcuff ne semble pas s’en être aperçu. Notre grand maître es-critique des médias ne dit rien de ce confusionnisme-là !

En revanche, il a beaucoup à pourfendre s’agissant de la critique des médias réellement existante. Cela occupe un sous-chapitre de quelques pages délicieusement intitulé : « La critique manichéenne des médias, de la gauche radicale à l’extrême droite » (p. 162-167). Si vous pressentez un généreux amalgame (confusionniste), vous ne serez pas déçus.

Lire la suite

Irak : La croisade sans espoir du complexe militaro-industriel – par Danny Sjursen

Par Les-crises.fr DT

Source : Consortium News, Danny Sjursen

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Danny Sjursen affirme que la mort de ces sous-traitants, autrefois invisibles, pourrait entraîner les États-Unis dans une nouvelle phase d’une guerre sans espoir et inutile.

Le 8 novembre 2004 : Des soldats américains recherchent l’origine des attaques au missile contre la base d’Anaconda en Irak. (Archives nationales des États-Unis, Scott Reed)

Le président Joe Biden a lancé une frappe sur les milices soutenues par l’Iran en Syrie, apparemment en représailles à des attaques au missile contre les forces américaines.

Lire la suite

Projet OTAN 2030 : « Il faut stopper ce train fou avant qu’il ne soit trop tard ! »

Par Les-crises.fr DT

Source : Capital

Dans une lettre ouverte à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, plusieurs haut gradés de l’Armée regroupés au sein du Cercle de Réflexion Interarmées s’insurgent contre le projet OTAN 2030 qui affaiblit la souveraineté de la France selon eux. Nous la reproduisons ici.

Le jeudi 18 février 2021 l’étude « OTAN 2030 », produite à votre demande, vous a été présentée. Elle indique ce que doivent être les missions de l’OTAN pour les dix prochaines années. D’entrée, il apparaît que toute l’orientation de l’OTAN repose sur le paradigme d’une double menace, l’une russe, présentée comme à l’œuvre aujourd’hui, l’autre chinoise, potentielle et à venir. Deux lignes de force majeures se dégagent de cette étude.

La première, c’est l’embrigadement des Européens contre une entreprise de domination planétaire de la Chine, en échange de la protection américaine de l’Europe contre la menace russe qui pèserait sur elle.

La deuxième, c’est le contournement de la règle du consensus, de plusieurs manières: opérations en coalitions de volontaires; mise en oeuvre des décisions ne requérant plus de consensus; et surtout la délégation d’autorité au SACEUR (Commandant Suprême des Forces Allièes en Europe, officier général américain) au motif de l’efficacité et de l’accélération de la prise de décision.

Lire la suite

Indonésie : La ruée vers l’étain | ARTE

Par Les-crises.fr DT

Source : Arte, Youtube

Réputée depuis 300 ans pour la richesse de ses gisements, elle est pillée par quelque 100 000 mineurs qui tentent d’exploiter le filon par tous les moyens. Chaque année, près de 80 000 tonnes d’étain sont extraites de mines à ciel ouvert, afin de satisfaire la demande des géants de l’informatique et de la téléphonie.

Le rythme effréné de l’extraction, sur terre et en mer, a fini par causer des dégâts irréversibles à l’écosystème de Bangka. 65% des forêts auraient été rayées de la carte. Les mines occuperaient les trois quarts de la superficie de l’île, soit près de 600 000 hectares. Sans parler des ravages sur la faune sous-marine et la destruction des récifs de corail, dus au pompage du sable à grande profondeur. Une catastrophe écologique pour les associations de défense de l’environnement qui réclament un moratoire immédiat sur l’activité minière. Il sera pourtant difficilement applicable : 60% de l’économie de Bangka dépend de l’exploitation de l’étain.

Source : Arte, Youtube, 02-03-2021

Lire la suite

Un archive exceptionnelle : Entretien avec George Kennan – Les Dessous de la Guerre Froide (1996)

Par Les-crises.fr DT

Source : Johndclare.net

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Ceci est une transcription de l’entretien que Kennan a donné à CNN pour la série « Guerre froide » en mai et juin 1996.

George F. Kennan était le principal responsable de la politique d’endiguement et l’une des figures les plus influentes de la Guerre froide. Diplomate de formation, Kennan a commencé sa carrière à Moscou en 1933. Il y a servi par intermittence durant les trois décennies suivantes. À Moscou, en 1946, il a rédigé son célèbre « Long Télégramme », un document qui a sonné l’alarme sur l’expansionnisme soviétique et est devenu une mise en garde pressante sur l’imminence de la Guerre froide.

En 1933, il a été envoyé par Franklin Delano Roosevelt (FDR) pour ouvrir des relations diplomatiques avec l’Union soviétique

Lire la suite

Derrière la pandémie, l’ombre du dérèglement climatique – par Chris Hedges

Par Les-crises.fr DT

Source : Consortium News, Chris Hedges

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Il s’agit du plus grand crime contre l’humanité jamais commis. Il est commis sous nos yeux. Et, à quelques exceptions près, nous sommes volontairement conduits comme des moutons à l’abattoir.

(Illustration de M. Fish)

Les deux millions de morts qui ont résulté de la mauvaise gestion de la pandémie mondiale par les élites dirigeantes seront éclipsés par ce qui va suivre. La catastrophe mondiale qui nous attend, déjà intégrée à l’écosystème par l’incapacité à réduire l’utilisation des combustibles fossiles et de l’agriculture animale, laisse présager de nouvelles pandémies plus mortelles, des migrations massives de milliards de personnes désespérées, l’effondrement des rendements agricoles, des famines massives et l’effondrement des systèmes.

Lire la suite

Frédéric Lordon : Face au désastre qui vient, le communisme désirable – Le Média

Par Les-crises.fr DT

Source : Le Média, Youtube

Le nouveau livre de Frédéric Lordon, Figures du communisme, est directement tourné vers l’action, ici et maintenant. Face à l’inhumanité du néolibéralisme, face aux désastres engendrés par un capitalisme dont plus personne ne peut douter qu’il est en train de rendre la planète inhabitable, que faire ? Telle est la question à laquelle F. Lordon s’efforce de répondre. Par un exercice de méthode et de conséquence – à rebours du règne du déni et de l’inconséquence.

Dans cette discussion avec Julien Théry, F. Lordon revient sur « les impératifs directeurs d’une autre organisation sociale » qu’il s’est efforcé de définir. Il s’agit de relever chacun de la précarité, de l’inquiétude de la subsistance, en créant une « garantie économique générale », selon l’idée de « salaire à vie » proposée par Bernard Friot. Il s’agit aussi d’abolir la subordination au travail. Il s’agit enfin de déterminer collectivement et se tenir à des limites quantitatives et qualitatives de la production à même de permettre la préservation de l’environnement tout en maintenant une qualité de vie acceptable pour tous.

Mais pour faire advenir ce régime politico-économique tout autre que celui du capitalisme, auquel il n’y a pas d’autre nom à donner que celui de communisme, encore faut-il que la nouvelle organisation soit vue comme « collectivement désirable » – sans quoi elle n’a aucune chance d’être « politiquement viable ». Les « figures du communisme » que Frédéric Lordon présente dans son livre et dans cet entretien, parce qu’elle renouent avec l’objectif de la politique, qui est de vivre bien, sont propres à « défaire l’imaginaire négatif dont l’idée de sortir du capitalisme, pour ne rien dire du mot communisme lui-même, a été surchargée ».

Lire la suite

Affaire Khashoggi : L’équipe d’assassins s’est déplacée grâce aux avions d’un fonds souverain saoudien

Par Les-crises.fr DT

Source : Responsible Statecraft, Eli Clifton

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Avion Gulfstream similaire à ceux appartenant au Sovereign Wealth Fund. (REUTERS / Tami Chappell)

Cet article a été copublié par Responsible Statecraft and Insider [site d’investigation, NdT]

Au printemps 2018, la Silicon Valley, Hollywood, Wall Street et les grandes universités ont déroulé un tapis rouge pendant près de trois semaines pour accueillir le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman (MBS) aux États-Unis.

Lire la suite

Revue de presse du 28/03/2021

Par adminrdp

Cette semaine dans la revue, la question de l’accès à l’eau et à la nourriture, une loupe posée sur la France en y regroupant quelques articles de catégories variées, et un tour d’horizon international de l’Équateur à la Grande-Bretagne ou de la Turquie à la Chine et Cuba. Merci à nos contributeurs pour ce florilège.

Lire la suite

Le Temps des Ouvriers – Usines, barricades, travail à la chaîne et destruction – Arte

Par Les-crises.fr DT

Source : Arte Episode 1, 2, 3 et 4

La classe ouvrière a-t-elle disparu, ou simplement changé de forme, de nom, de rêve ? Conciliant l’audace et la rigueur historique, l’humour et l’émotion, le détail signifiant et le souffle épique, Stan Neumann (Austerlitz, Lénine, Gorki – La révolution à contre-temps) livre une éblouissante relecture de trois cents ans d’histoire. Faisant vibrer la mémoire des lieux et la beauté des archives, célébrissimes ou méconnues, il parvient à synthétiser avec fluidité une étonnante quantité d’informations.

Les séquences d’animation, ludiques et inventives, et un commentaire dit par la voix à la fois présente et discrète de Bernard Lavilliers permettent de passer sans se perdre d’un temps à l’autre : celui du travail, compté hier comme aujourd’hui minute par minute, celui des grands événements historiques, et celui, enfin, des changements sociaux ou techniques étalés parfois sur plusieurs décennies, comme le processus de légalisation des syndicats ou du travail à la chaîne.

En parallèle, le réalisateur donne la parole à des ouvriers et ouvrières d’aujourd’hui et à une douzaine d’historiens et philosophes, hommes et femmes, « personnages » à part entière dont la passion communicative rythme le récit. On peut citer Jacques Rancière, Marion Fontaine, Alessandro Portelli, Arthur McIvor, Stefan Berger, avec Xavier Vigna comme conseiller scientifique de l’ensemble des épisodes.

Cette série documentaire virtuose, où l’expérience intime coexiste avec la mémoire collective, au risque parfois de la contredire, révèle ainsi combien nos sociétés contemporaines ont été façonnées par l’histoire des ouvriers.

Lire la suite

Entre 2018 et 2020, les États-Unis ont mené des opérations antiterroristes dans 85 pays

Par Les-crises.fr DT

Source : USA Today, George Petras, Karina Zaiets and Veronica Bravo

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Les États-Unis continuent de s’en prendre agressivement au terrorisme, comme le montrent les données sur le coût de la guerre – peut-être dans des régions plus éloignées du globe que ne le pensent de nombreux Américains.

Près de 20 mois après les attentats du 11 Septembre, le président George W. Bush était à bord d’un porte-avions sous une gigantesque bannière « Mission accomplie » et a déclaré que « les grandes opérations de combat en Irak sont terminées ». Près de 18 ans plus tard, les États-Unis sont toujours empêtrés dans une action militaire au Moyen-Orient et au-delà.

Lire la suite

Dès 2018, une étude américaine alertait sur le risque de pannes électriques catastrophiques – par Nafeez Ahmed

Par Les-crises.fr DT

Source : Vice, Nafeez Ahmed

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Une étude de 2018 ignorée jusqu’ici, intitulée Survivre à une panne d’électricité catastrophique, a prédit avec une prescience troublante une grande partie de ce qui s’est passé au Texas.

Image : Thomas Shea/AFP via Getty Images

Lire la suite

Birmanie, les coulisses d’une dictature | ARTE

Par Les-crises.fr DT

Source : Arte, Youtube

La lutte inégale que se livrent depuis trente ans les chefs militaires birmans et Aung San Suu Kyi racontée de l’intérieur. Ce récit politique passionnant éclaire le silence de cette dernière sur la persécution des Rohingya.

Couronnée d’un prix Nobel de la paix en 1991 alors qu’elle incarnait l’opposition à la dictature militaire birmane, adulée par son peuple, Aung San Suu Kyi fut un emblème international de la non-violence et de la démocratie. Celle qui a sacrifié sa vie à son combat politique, et vécu vingt ans en résidence surveillée, dirige depuis 2016, comme conseillère spéciale de l’État, ou Première ministre de facto, un pays qui occupe une place stratégique dans l’ordre du monde. Son apparente complaisance vis-à-vis de l’armée birmane, avec qui elle continue de partager le pouvoir, en dépit des atrocités perpétrées contre les Rohingya, a anéanti son image d’égérie des droits de l’homme. La « dame de Rangoon » s’est-elle rendue complice de crimes contre l’humanité ?

Théâtre d’ombres

Lire la suite

Pandémie Covid-19 : Comment Macron nous envoie dans le mur – par Olivier Berruyer

Par Les-crises

Cette semaine, nous constatons la poursuite de la très forte hausse des contaminations, conjuguée à une inquiétante hausse des entrées en réanimation, notamment en Île-de-France. Comme il était annoncé pour la mi-mars, l’épidémie s’emballe et les variants progressent toujours, nouveau signe de la gestion plus que calamiteuse du gouvernement.

Plan du billet :

IA : Une commission du Congrès américain recommande à l’armée de développer des armes autonomes

Par Les-crises.fr DT

Source : Consortium News, Michael Brenner

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Michael Brenner réfléchit aux admonitions militaires des principaux dirigeants de la Silicon Valley.

Une commission nommé par le Congrès, appelée la Commission nationale de sécurité sur l’Intelligence artificielle, recommande que l’armée américaine lance un programme majeur pour développer des armes autonomes pilotées par des logiciels d’intelligence artificielle (IA).

La commission, dirigée par l’ancien directeur général de Google, Eric Schmidt, a préparé un rapport qui préconise une dépense de 20 à 30 milliards de dollars pour faire avancer le programme.

Lire la suite

Claire Hédon vs Sonia Mabrouk (Europe 1) : l’art de l’interrogatoire policier

Par Les-crises.fr DT

Source : ACRIMED, Denis Perais

Le 12 février, la Défenseure des droits Claire Hédon accordait un entretien à France Info à l’occasion du lancement de la plateforme gouvernementale contre les discriminations. Une interview au cours de laquelle elle soumet une proposition : expérimenter l’arrêt des contrôles d’identité à répétition dont certains jeunes des quartiers populaires sont la cible, et dont elle critique l’efficacité [1]. Une intervention qui n’a visiblement pas plu à Sonia Mabrouk qui soumet la Défenseure des droits, quatre jours plus tard, à un véritable interrogatoire dans la matinale d’Europe 1.

« La proposition choc » de Claire Hédon. Evoquée en ces termes au 20h de France 2, l’intervention de la Défenseure des droits sur France Info (à lire en annexe) a d’abord et avant tout été un « choc » pour les principaux syndicats de police… En plus d’avoir suscité les réactions de plusieurs formations politiques de droite et d’extrême droite [2].

Un tollé suffisant pour que les médias s’agitent à leur tour, accompagnant pour certains comme il se doit ce qu’il est convenu d’appeler, dans ce petit milieu, une « polémique ». Intervenant qui plus est dans un agenda médiatique hystérisé – « islamo-gauchisme », emballement autour de l’affaire de Trappes [3], policiers pris à partie à Poissy, loi « Séparatisme » [4]. Un agenda polarisé par les questions sécuritaires et les obsessions réactionnaires, dont l’organisation du long « débat » entre Gérald Darmanin et Marine Le Pen sur France 2 le 11 février a offert une sinistre illustration.

Dans un tel contexte, on ne pouvait attendre de l’intervieweuse en chef d’Europe 1, Sonia Mabrouk – experte ès sécurité intérieure et maintien de l’ordre – qu’elle fasse baisser la tension. On aurait pu attendre, en revanche, qu’elle permette a minima à la Défenseure des droits de développer les arguments à l’origine de sa proposition sur l’expérimentation temporaire de zones sans contrôle d’identité, et au-delà, d’informer sur son rôle en matière de lutte contre toutes les discriminations.

Lire la suite

Conflit d’intérêts : Quand un think tank américain défend les intérêts des industriels qui le financent

Par Les-crises.fr DT

Source : Responsible Statecraft, Brett Heinz

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Le général Joseph F. Dunford Jr., alors président du Joint Chiefs of Staff Marine, prend la parole tandis que l’ancienne sous-secrétaire à la Défense pour la politique Michèle Flournoy (et cofondatrice de la CNAS) anime le forum inaugural de la CNAS-Defence One sur la sécurité nationale, intitulé « Setting the Next Defence Agenda »à Washington, le 14 décembre 2015. (Photo DoD par D. Myles Cullen / domaine public)

Dans un nouveau rapport du projet Revolving Door [Pantouflage, NdT], ma collègue Erica Jung et moi-même examinons les principaux conflits d’intérêts au sein du Centre pour une nouvelle sécurité américaine, un think tank bipartisan sur la politique étrangère basé à Washington, qui compte aujourd’hui au moins 16 de ses anciens membres au sein de l’administration Biden. Parmi les questions importantes soulevées, il s’agit de savoir si le CNAS publie des rapports qui promeuvent directement les intérêts de leurs donateurs – y compris les entreprises de défense, les très grandes entreprises, les gouvernements étrangers et le gouvernement américain – sans en révéler le financement, en contradiction directe avec les déclarations publiques des fondateurs du think tank.

Une étude réalisée à la fin de l’année dernière par le Centre d’Etudes en Politiques Internationales (CIP) auprès de 50 grands think tanks américains a révélé que le CNAS avait été le principal bénéficiaire des fonds versés par les entreprises de défense entre 2014 et 2019. Dans notre rapport, nous avons pu identifier 29 entreprises de défense différentes ayant contribué au think tank, dont Northrop Grumman (la 5e plus grande entreprise de défense américaine en 2019), leur plus grand contributeur financier, et de loin.

Lire la suite

❌