Lateo.net - Flux RSS en pagaille (pour en ajouter : @ moi)

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 20 septembre 2019Les Crises

Emmanuel Macron et l’Europe – Par Eric Juillot (3/4)

Par Les-crises.fr DT

Plan :

– Les discours : idéalisme et manichéisme (1/4)

– Les discours : incohérence et indigence (2/4)

– Refonder « l’Europe » : entre petits pas insignifiants et ambitions démesurées (3/4)

– Actes et résultats de la politique européiste d’Emmanuel Macron (4/4)

Lire la suite

Paix en Ukraine ? Par Stephen F. Cohen

Par Les-crises.fr

Source : The Nation, Stephen F. Cohen, 24-07-2019

Les amis et les ennemis d’un accord Kiev-Moscou

Par Stephen F. Cohen

24 Juillet 2019

Un drapeau national ukrainien flotte dans le vent. (Reuters / Gleb Garanich)

Lire la suite

L’Allemagne stagne et l’Europe sombre. Par Alastair Crooke

Par Les-crises.fr

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 11-08-2019

© Photo : Flickr/banque centrale européenne

Ambrose Pritchard Evans, le très écouté commentateur de l’économie européenne, écrit :

« L’industrie allemande connaît son pire marasme depuis la crise financière mondiale et elle menace d’entraîner l’économie européenne dans une grave récession. L’assombrissement des perspectives contraint la Banque centrale européenne à envisager des mesures toujours plus périlleuses.

« L’influent Institut Ifo de Munich a déclaré que son indicateur du climat des affaires pour l’industrie manufacturière est tombé en “chute libre” en juillet, alors que les dommages différés causés par le conflit commercial mondial se font sentir et que la confiance fléchit. Cela va bien au-delà des malheurs de l’industrie automobile. “Plus de 80% des usines allemandes sont en plein ralentissement. »

Lire la suite

Hier — 19 septembre 2019Les Crises

Emmanuel Macron et l’Europe – Par Eric Juillot (2/4)

Par Les-crises.fr

Plan :

– Les discours : idéalisme et manichéisme (1/4)

– Les discours : incohérence et indigence (2/4)

– Refonder « l’Europe » : entre petits pas insignifiants et ambitions démesurées (3/4)

– Actes et résultats de la politique européiste d’Emmanuel Macron (4/4)

Lire la suite

Russie : L’atterrissage inespéré de Jupiter ! Par Guillaume Berlat

Par Les-crises.fr

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 19-08-2018

En dépit de la pause estivale, le bulldozer à communication de la présidence de la République s’est mis en marche, mettant à contribution son clergé médiatique répétant ad nauseam les fameux éléments de langage concoctés par les excellents « spin doctors » de Jupiter. Après avoir fêté le 75èmeanniversaire du débarquement des troupes françaises en Provence le 15 août 2019 à Saint-Raphaël, Emmanuel Macron reçoit en son Fort de Brégançon, le 19 août 2019, le président russe, Vladimir Poutine. Il entend procéder avec lui à un tour d’horizon complet de la situation internationale à quelques jours du G7 de Biarritz dont il est la puissance organisatrice (cénacle dont la Russie a été exclue depuis l’invasion de la Crimée). Un indispensable retour en arrière s’impose pour comprendre les raisons qui poussent Emmanuel Macron à passer d’une phase des grimaces et d’ostracisme à l’égard du méchant Poutine à une phase de sourires à l’endroit du bon Poutine.

LE TEMPS DES GRIMACES : LE MÉCHANT POUTINE

La dernière visite du Tsar à Versailles, peu après la présidentielle de mai 2017, s’était mal passée. Jupiter avait publiquement humilié son hôte à Versailles, l’accusant explicitement d’être à l’origine des informations malveillantes le concernant diffusées sur les réseaux sociaux pendant la campagne électorale. Ni très fair play, ni très diplomatique comme façon de traiter ses invités. Une longue période de glaciation diplomatique s’en suivit. Toutes les occasions étaient bonnes pour déverser des tombereaux d’injures sur l’autocrate russe. Fort de sa relation privilégiée avec Donald Trump, de son rôle de leader autodésignée d’une Europe qu’il décidait de refonder à sa main (Cf. son discours de la Sorbonne), de ses excellentes relations avec Angela Merkel, il n’avait que faire de ce mal dégrossi qui occupe le Kremlin. Toutes les occasions étaient bonnes pour le punir de son invasion de la Crimée, de le vilipender pour sa façon de transformer la Russie en démocrature, de lui faire savoir qu’il ne jouait aucun rôle en Syrie. De minimis non curat praetor, pourrait résumer sa pensée et sa posture diplomatique. Lorsque l’on est le leader du monde du XXIe siècle, on ne s’abaisse pas à traiter avec une telle brute que Vladimir Poutine qui sent la barbouze à plein nez, l’autocrate de bas étage.

Mais, au fil des mois, les mouches ont changé d’âne comme le disait l’ex-commentateur de matchs de football, Thierry Roland. C’est que le nouveau leader du monde libre se voit contester dans son rôle. Donald Trump le considère comme quantité négligeable, multipliant les avanies à son endroit. Angela Merkel évoque une atmosphère de confrontation avec Jupiter. Xi Jinping s’adresse à la chancelière lorsqu’il veut parler Europe. Au sein de l’Union européenne, la voix de Jupiter est de plus en plus inaudible. En Syrie, c’est Vladimir Poutine qui mène le branle avec Iraniens et Turcs, Emmanuel Macron se contentant de regarder passer les trains. En Libye, la duplicité diplomatique française saute aux yeux. En Afrique, la Chine tisse ses routes de la soie et la Russie nous supplante en RCA. Et, l’on pourrait multiplier à l’envi toutes les déroutes du plus jeune président de la République sur la scène internationale au cours des derniers mois. Le roi est nu. Il n’amuse plus tant son arrogance indispose les dirigeants sérieux qui ont une stratégie claire. La diplomatie du perron, du mégaphone est inefficace en dépit des coups médiatiques à répétition mais à un coup que les communicants s’évertuent à mettre en scène. Mais, rien n’y fait. Pinocchio prêche dans le désert. La charrue avant les bœufs n’a pas creusé le sillon espéré. Conséquence, la moisson est maigre, pour ne pas dire inexistante.

Lire la suite

Température mondiale : record de chaleur pour la période juin-juillet-août 2019, d’après la NASA

Par Les-crises.fr

Source : Global Climat, Johan Lorck, 16-09-2019

Le mois d’août 2019 a été marqué par la 2e plus grosse anomalie des relevés de la NASA remontant à 1880. Cela conclut la période juin-juillet-août la plus chaude de l’histoire instrumentale, devant 2016.

Avec +0,90°C au-dessus de la moyenne 1951-1980, l’anomalie relevée en août 2019 est en baisse par rapport à juillet (+0,94°C). Le mois d’août 2019 n’en reste pas moins le 2e plus chaud des annales. Fait assez remarquable, depuis 1880, les 6 mois d’août les plus chauds ont été observés ces 6 dernières années.

Ecart à la moyenne 1951-1980. D’après les chiffres de la NASA.

En outre, l’anomalie n’avait jamais été aussi élevée sur juin-juillet-août, avec une moyenne de +0,92°C, devant le précédent record de 2016 (+0,89°C).

Lire la suite

À partir d’avant-hierLes Crises

Procès Les Décodeurs du Monde : venez assister à l’audience du 20 septembre

Par Les-crises.fr

C’est donc dans deux jours, vendredi 20 septembre à 09h00 (pour la journée), que débutera le 2e procès en diffamation où nous sommes partie civile.

Serons jugés les procédures que nous avons lancées en 2017 contre :

Emmanuel Macron et l’Europe – Par Eric Juillot (1/4)

Par Les-crises.fr

Plan :

– Les discours : idéalisme et manichéisme (1/4)

– Les discours : incohérence et indigence (2/4)

– Refonder « l’Europe » : entre petits pas insignifiants et ambitions démesurées (3/4)

– Actes et résultats de la politique européiste d’Emmanuel Macron (4/4)

Lire la suite

Attaque de Villeurbanne : foire à la xénophobie sur CNews et BFMTV. Par Samuel Gontier

Par Les-crises.fr

Source : Télérama, Samuel Gontier, 04-09-2019

Attaque de Villeurbanne : foire à la xénophobie sur CNews et BFMTV

Selon les experts de CNews, l’attaque meutrière de Villeurbanne révèle la présence en Europe de millions de migrants prêts à égorger les passants. Ruth Elkrief, elle, salue sur BFMTV la pertinence des critiques de Marine Le Pen.

Lire la suite

G7 de Biarritz : Plus de jeux que d’enjeux ! Par Guillaume Berlat

Par Les-crises.fr

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 02-09-2019

« Le rôle d’un diplomate est d’accourir avec un seau partout où le feu menace » (Metternich). Après l’échec retentissant de la précédente édition de la réunion de ce club sous présidence canadienne en raison des foucades de Donald Trump1, il tenait à cœur à Emmanuel Macron de relever le défi en faisant du G7 de Biarritz (24-26 août 2019) un immense succès à porter au crédit de sa diplomatie « balnéaire » (la côte d’Azur à Brégançon et la côte Basque à Biarritz2) et sa diplomatie du « profilage » (il se livrerait à des analyses poussées de la psychologie de ses interlocuteurs afin de les caresser dans le sens du poil pour parvenir à ses fins diplomatiques, ignorant que les États sont des monstres froids). Il avait choisi de mettre cette rencontre sous le signe de « la lutte contre les inégalités ». Un thème parfait pour le « président des riches » !

On l’aura compris le défi à relever était de taille et cela d’autant plus que l’environnement international n’a fait que se dégrader au cours des derniers mois. Dans un climat commercial particulièrement tendu entre la Chine et les États-Unis3, les mauvaises nouvelles sur l’activité économique mondiale s’accumulent et les bourses sont dans l’expectative4. L’Amazonie brûle5, créant une crise diplomatique franco-brésilienne6 (avec échange permanent d’amabilités peu diplomatiques entre les deux rives de l’Atlantique à jet continu). Les crises se succèdent (Inde-Pakistan à propos du Cachemire, États-Unis avec la Corée du nord et l’Iran sur des questions nucléaires, avec la Chine sur le commerce, Hongkong7, Libye, Syrie8, Yémen, Ukraine…). Quant aux membres du G7, ils ne sont pas au mieux de leur forme : l’Italien, Guiseppe Conte expédie les affaires courantes, le Canadien, Justin Trudeau est empêtré dans une affaire de conflit d’intérêts, le Japonais, Shinzo Abe est en conflit larvé avec la Corée du sud sur les questions mémorielles, le Britannique, Boris Johnson joue son avenir sur le « Brexit », la chancelière allemande, Angela Merkel parvient en fin de règne à la tête d’une grande coalition paralysée par le début d’une récession économique, le président du conseil de l’UE, Donald Tusk attend la relève, l’américain, Donald Trump veut en finir avec le multilatéralisme et le libre-échange, le Français, Emmanuel Macron se prépare à une rentrée chaude9. La Russie est toujours maintenue à l’écart de ce cénacle en raison de son invasion de la Crimée et la Chine n’en fait pas partie (elle participe au G20).

La sauterie estivale préparée par Emmanuel Macron dans une ville aux allures de forteresse se présentait objectivement sous les pires auspices en dépit de ses bonnes paroles (24 août 2019 à 13h00 dans la lucarne) pour expliquer au bon peuple de France les objectifs et les défis du barnum de Biarritz. Mais, au bout du compte, bien que le résultat soit moins pire qu’imaginé, le G7 est aussi contesté et contestable, aussi paralysé qu’impuissant et aussi inutile qu’inefficace.

UN G7 CONTESTÉ ET CONTESTABLE

Lire la suite

Révélations sur les conversations macabres du commando de tueurs pendant l’assassinat de Khashoggi

Par Les-crises.fr

Article glaçant de la presse turque, peu repris dans les médias – le manque de réactions à l’assassinat de ce journaliste commandité par le probable futur roi d’Arabie Saoudite restera dans les annales…

Source : ISTANBUL Daily Sabah, Abdurrahman Simsek & Nazif Karaman, 09-09-2019

Sur cette photo prise le 5 octobre 2018, un homme tient une photo du journaliste disparu Jamal Khashoggi lors d’une manifestation devant le consulat saoudien à Istanbul. (Photo AFP)

Le quotidien turc Sabah a révélé pour la première fois au public des enregistrements audio des conversations effroyables entre les 15 hommes du commando saoudien et leur victime, le journaliste Jamal Khashoggi.

Les conversations enregistrées avant et pendant l’assassinat du journaliste et opposant, au consulat du royaume à Istanbul, le 2 octobre 2018, ont été obtenues par l’Organisation nationale turque du renseignement (MIT) juste après cet acte horrible, et ont été communiquées aux autorités turques chargées de l’enquête, ainsi qu’aux fonctionnaires internationaux et à leurs institutions.

Lire la suite

Petits reportages entre amis (macronistes) au JT de TF1. Par Acrimed

Par Les-crises.fr

Source : ACRIMED, Hugo Pilatime, Pauline Perrenot, 20-02-2019

Le 12 février, le JT de 20h de TF1 diffusait un « reportage » intitulé « Changer ses contrats : c’est facile et ça peut rapporter gros ». Aurons-nous droit à une plongée de la rédaction dans la « vie des Français » ? À une enquête sociale montrant la difficulté de millions de familles à faire face aux dépenses du quotidien ? Pas vraiment… TF1 va plutôt servir aux téléspectateurs ce que l’on appelle aujourd’hui un « journalisme de solution ». En d’autres termes, prodiguer ses « conseils » pour faire des économies, et mieux gérer ses factures. Outre les biais de cette démarche, le reportage va très vite se transformer en un dépliant publicitaire pour une start-up fondée par… un (très) proche d’Emmanuel Macron. Une information d’importance, qui est pourtant passée entre les mailles du script de la rédaction : vous avez dit déontologie ?

Peu après 20h, plus de cinq millions de téléspectateurs ouvrent leurs oreilles dans l’attente de découvrir la solution miracle pour faire des économies sur leurs contrats du quotidien. En guise d’introduction, Julien Arnaud trouve utile de rappeler un principe fondamental :

Les Français n’aiment pas le changement, on le dit souvent, eh bien c’est vrai.

Tenez-vous le pour dit ! Dans la foulée de ce commentaire gratuit, le présentateur introduit l’idée directrice du sujet. Une idée simple comme une publicité :

Lire la suite

Méditerranée poubelle ! Que faire ? Par Richard Labévière

Par Les-crises.fr

Source : Proche & Moyen-Orient, Richard Labévière, 19-08-2019

En Orient-ations de cette semaine, Guillaume Berlat nous rappelle opportunément le 75ème anniversaire du Débarquement de Provence et de ses héros d’Afrique : bonne opportunité pour se pencher à nouveau sur le mare nostrum et ses évolutions récentes. Mauvaise nouvelle : la Méditerranée menace de mourir et de se transformer en cloaque.

Entre les 28 minutes quotidiennes de bobologie et des soirées Thema, souvent très désorientées idéologiquement, Arte fait parfois des efforts. Ainsi, dernièrement, la chaîne franco-allemande a rediffusé un documentaire exceptionnel : « La Méditerranée va-t-elle passer l’été ? ». Paquebots de croisière de plus en plus monstrueux, nourris au fuel lourd ; trafic incessant de cargos chargés de produits dangereux ; tourisme de masse ; marinas luxueuses ; bétonnage à tout-va ; industries polluantes… La Méditerranée ne cesse d’attiser les appétits de pays en recherche de nouveaux profits. Elle renferme 10 % de la biodiversité marine mondiale. Mais – semi-fermée – elle ne renouvelle ses eaux que tous les cent ans.

Le réalisateur Alexis Marant livre ainsi un travail de deux ans : « Le rapport ‘MedTrends’ du WWF sur la Croissance bleue, paru en janvier 2016 et le doublement de la capacité du canal de Suez ont motivé notre enquête. Le business des croisières est récent, mais le nombre des passagers a été multiplié par quatre ces vingt dernières années. Les 29 pays du bassin méditerranéen n’ont pas tous les mêmes enjeux ni le même stade de développement. On a vu une mobilisation autour du thon rouge, mais aucune instance ne supervise l’ensemble du bassin. De même, il n’existe pas de vraies routes maritimes, de rails montants ou descendants. Dans le chapelet d’îles et de rochers de la mer Égée, cargos et paquebots naviguent comme bon leur semble ».

L’organisation maritime internationale (OMI) a, pourtant instauré un « Statut de zone maritime particulièrement vulnérable », dont on dénombre une vingtaine dans le monde, obligeant les États à prendre différentes mesures de protection. Au cours d’une interviouwe particulièrement surréaliste, le ministre grec des Affaires maritimes – Panagiotis Kouroumplis – avoue tout ignorer d’un tel statut, préférant nous livrer l’habituelle langue de bois : « tout va bien… ne vous inquiétez pas, nous veillons au grain ! ».

Lire la suite

Le livre d’Edward Snowden, Mémoire Vive, paraîtra le mois prochain. Par Nick Statt

Par Les-crises.fr

Source : The Verge, Nick Statt, 01-08-2019

Le livre du lanceur d’alerte emblématique sort le 17 septembre.

Photo par Rosdiana Ciaravolo/Getty Images

L’ancien lanceur d’alerte de la National Security Agency [NSA = Agence de Sécurité Nationale américaine NdT], Edward Snowden, publie le 17 septembre un mémoire intitulé « Permanent Record » [Mémoire Vive, NdT]. Le livre, qui sera publié par Macmillan Publishers Metropolitan Books, se concentrera sur le temps passé par Snowden à la NSA, sur l’énorme appareil de surveillance qu’il a contribué à y construire et sur les conflits internes qui l’ont amené à divulguer les activités de la NSA à des journalistes comme Glenn Greenwald, alors journaliste au Guardian [Journal quotidien d’information britannique NdT].

Les nombreux articles basés sur les informations de Snowden publiées dans The Guardian et The Washington Post ont valu aux journalistes respectifs le prix Pulitzer du service public, et les révélations de Snowden ont eu un impact direct sur la fermeture des programmes controversés de la NSA.

Lire la suite

2019 Dernier été avant une nouvelle crise éonomique globale ! Par Guillaume Berlat

Par Les-crises.fr

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 26-08-2019

Le mois de juillet 2019 aura été le plus chaud que l’on ait enregistré depuis plusieurs décennies. Les neiges n’ont d’éternelles que le nom. Bien que plus clément sur le plan météorologique, le mois d’août nous apporte quelques surprises diplomatiques – dont les prémisses se situent dans les mois et semaines précédentes – qui sont loin d’être réjouissantes pour l’avenir de la planète. Escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine, entre les États-Unis et l’Iran, contestation à Hongkong pouvant conduire à une intervention musclée de Pékin pour mater les « terroristes », réouverture de l’abcès de fixation du Cachemire entre l’Inde et le Pakistan après le dangereux « coup de maître » de Narendra Modi1, crispations croissantes entre la Corée du Sud et la Corée du Nord qui se livre à de très réguliers tirs de projectiles2, incertitudes au Soudan, chaos incontrôlable en Libye et au Yémen, Union européenne paralysée par les avatars d’un interminable « Brexit », relance de la course aux armements entre les Grands (Chine, États-Unis, Russie)… On l’aura compris, les sujets de perplexité et d’inquiétude ne manquent pas. Tous sujets dont les médias nous informent alimentent avec une certaine régularité si tant est que quelques faits divers (canicule, inondations, disparition d’un randonneur français en Italie, intervention de chirurgie esthétique suivie d’une luxation de l’épaule de la première Dame de France…) ne viennent faire la une de nos gazettes. Plus graves encore nous semblent être tous les signaux faibles de nature économique, financière et monétaire qui pourraient être les mauvais augures annonciateurs d’un ralentissement économique mondial durable, d’une crise monétaire, d’inquiétants affolements sur les marchés financiers…

La succession constante de ces évènements ne pourrait-elle pas déboucher sur une crise d’une plus grande ampleur ? Ne serait-elle pas révélatrice de craquements assourdissants du monde ? Ne serait-elle pas significatrice d’une décomposition accélérée du monde d’hier ? Comme le souligne le site mediapart dans une analyse très pertinente : « Il y a des signes qui ne trompent pas »3. En nous inspirant de cette démarche, nous allons tenter de présenter les principaux actes de ce drame qui se joue dans une indifférence presque totale de notre clergé médiatique adepte du nivellement de l’information par le bas. Donald Trump décide de se lancer dans une véritable croisade contre l’inondation de produits chinois sur le sol américain en imposant de les taxer fortement pour rééquilibrer sa balance commerciale et mettre au pas, voir mettre à genoux, le géant économique Xi Jinping qui développe lentement mais sûrement sa toile avec ses « nouvelles routes de la soie ». Mais, l’Empire du milieu ne s’en laisse pas compter, utilisant les armes qui lui sont favorables pour contrer la guerre américaine. Une fois de plus, la très vocale Union européenne semble incapable de prendre conscience de la gravité de la situation, de se concerter sur les mesures idoines au risque d’être balayée par une tempête d’une rare violence qui se prépare.

DONALD TRUMP LANCE LA GUERRE COMMERCIALE AVEC LA CHINE

Dans toute guerre (militaire, commerciale, diplomatique, culturelle, médiatique…) dans laquelle on se lance, il faut toujours prendre garde que le remède ne soit pas pire que le mal que l’on veut soigner. Et, c’est bien ce qui semble être le cas après la taxation par les États-Unis des produits importés de Chine. Les premiers effets maléfiques sur l’économie américaine ne tardent pas à se faire sentir même si Donald Trump fait tout pour tenter de le dissimuler pour masquer la face noire de son bilan économique à quelques mois de la présidentielle.

Lire la suite

Les Révélations de WikiLeaks : N° 3 – La plus importante fuite de documents confidentiels de l’histoire. Par Patrick Lawrence

Par Les-crises.fr

Source : Consortium News, Patrick Lawrence, 16-05-2019

Le 16 mai 2019

Patrick Lawrence signale que les « Iraq War Logs » [archives de la guerre en Irak, NdT], contiennent – c’est une première – pléthore de documents, de rapports militaires et de vidéos.

Pour WikiLeaks, 2010 fut une année exceptionnellement riche en événements. En avril, l’organisation qui milite pour la transparence publie « Collateral Murder », une vidéo montrant des hélicoptères de l’armée américaine tirant sur plus d’une douzaine d’Irakiens à Bagdad. Cette vidéo choque le monde entier et assoit définitivement l’organisation, qui publie depuis 4 ans en tant que média d’envergure internationale.

En juillet suit la publication des « Afghan War Diaries », [« Journal de bord de la guerre en Afghanistan », NdT] composé de 75 000 documents.

Lire la suite

Comment les médias alimentent une nouvelle crise sur le nucléaire iranien. Par Gareth Porter

Par Les-crises.fr

Source : Antiwar.com, Gareth Porter, 19-07-2019

par Gareth Porter

Publié le 19 juillet 2019

La couverture médiatique de la question nucléaire iranienne par les médias américains est dramatiquement chaotique depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, cependant, ces mêmes médias contribuent à l’aggravation de la crise entre Washington et Téhéran.

L’Iran a réagi au retrait de Trump de l’accord nucléaire de 2015 en reprenant le stockage de l’uranium faiblement enrichi, en supprimant le plafond du niveau d’enrichissement de l’uranium et en reprenant les travaux sur le réacteur nucléaire d’Arak, tout en indiquant très clairement que ces opérations seraient immédiatement annulées si les États-Unis acceptaient de le respecter pleinement.

Lire la suite

Salaire des profs : Oui, François-Xavier Pietri et LCI mentent “les yeux dans les yeux”

Par Les-crises.fr

Suite de notre billet sur la Chronique économique de François-Xavier Pietri (chef du service économique de TF1) sur LCI le 11 septembre, “Non, les profs ne sont pas mal payés” :

Nous vous remercions tout d’abord pour la large diffusion que vous avez donné à notre travail.

 

Nous avons été stupéfaits de la réaction de M. Pietri le lendemain, 12 septembre, que vous pouvez écouter ici (à partir de 1’52) :

Lire la suite

Jean-Claude Michéa (5/5) Décroissance dans les Landes

Par Les-crises.fr

Source : France culture, Guillaume Erner, Jean-Claude Michéa, 11-01-2019

“Je suis dans la beauté absolue d’un monde que le capitalisme a déserté”, s’enthousiasme Michéa en racontant sa vie dans les Landes : pas de commerces, pas de richesse, mais un retour à la terre vécu comme l’expérience d’une ruralité authentique.

“Pourquoi les Grecs appelaient-ils la nature, Phusis ? Phusis, c’est ce qui prolifère, croît, part dans tous les sens.”

Jean-Claude Michéa oppose la vision de la campagne des urbains à celle des paysans, des habitants des petits villages. Raconter sa vie à la campagne, c’est aussi pour Michéa l’occasion d’expliquer ses désaccords avec la gauche progressiste, qui a perdu ce lien avec les classes rurales et populaires.

Lire la suite

Pic des sols : la civilisation industrielle est sur le point de se manger elle-même. Par Nafeez Ahmed

Par Les-crises.fr

Source : The Guardian, Nafeez Ahmed, 07-06-2013

[Le pic des sols est la même chose que le pic pétrolier qui est le sommet de la courbe de production d’un puits, d’un champ pétrolier ou d’une région de production ; l’expression « pic pétrolier » (ou « peak oil » en anglais) désigne le plus souvent le pic pétrolier mondial, le moment où la production mondiale de pétrole plafonne avant de commencer à décliner, NdT]

De nouvelles recherches sur les terres, le pétrole, les abeilles et le changement climatique laissent présager que, sans action urgente, une crise alimentaire mondiale est imminente

Nafeez Ahmed

7 juin 2013

Lire la suite

Salaire des profs : incompétence et manipulations sur LCI (et ailleurs)

Par Les-crises.fr

Aujourd’hui nous allons analyser le rendu par les médias des conclusions du rapport 2019 de l’OCDE sur l’enseignement ; ils se sont axés sur “le salaire des profs” – et cela a été grandiose, surtout sur LCI

I. La Chronique éco LCI, par François-Xavier Pietri

Nous vous proposons de regarder d’abord de regarder la Chronique éco de LCI du 11 Septembre en suivant ce lien présentée par François-Xavier Pietri, dans La Matinale présentée par Pascale de La Tour du Pin.

#Salaire : Non, les profs ne sont pas mal payés !

Lire la suite

Jean-Claude Michéa (4/5) Devenir un auteur par accident

Par Les-crises.fr

Source : France culture, Guillaume Erner, Jean-Claude Michéa, 10-01-2019

“J’ai trouvé ma voix dans les Essais d’Orwell”, affirme Jean-Claude Michéa qui consacre plusieurs ouvrages à la pensée de l’écrivain.

Pour Jean-Claude Michéa, Orwell est un maître à penser : il lui permet de prendre ses distances avec le marxisme léniniste sans pour autant se réconcilier avec le capitalisme. C’est ainsi qu’il développe dans plusieurs ouvrages un concept fondamental emprunté à Orwell, la “common decency”.

Ce concept lui permet de penser ce que serait une société “décente” : une société où la vie commune serait fondée sur des normes morales et philosophiques partagées, reposant sur le don, l’entraide et la civilité. Or cette aptitude à la décence, qui repose sur des solidarités quotidiennes et locales, reste dans les faits “le privilège des gens ordinaires”.

Lire la suite

Le New York Times admet avoir envoyé un article au gouvernement pour approbation. Par Ben Norton

Par Les-crises.fr

Source : Consortium News, Ben Norton, 25-06-2019

Le 25 juin 2019

Le journal américain de référence a donné très récemment un exemple éloquent de la relation de symbiose qui existe entre les médias institutionnels et le gouvernement, par Ben Norton pour Grayzone

Le New York Times a publiquement reconnu qu’il avait envoyé un article au gouvernement américain afin qu’il soit approuvé par les « responsables de la sécurité nationale » avant sa publication.

Cela confirme ce que des correspondants chevronnés du New York Times, comme James Risen, ont affirmé : le journal américain de référence collabore régulièrement avec le gouvernement américain, supprimant les reportages que les hauts fonctionnaires ne veulent pas rendre publics.

Lire la suite

Jean-Claude Michéa (3/5) Qui n’a pas connu Montpellier dans les années 80

Par Les-crises.fr

Source : France culture, Jean-Claude Michéa, Guillaume Erner, 09-01-2019

Jean-Claude Michéa est désormais un auteur qui compte. Et pourtant, chacun de ses livres représente pour Michéa une douleur. Le philosophe nous explique comment il a publié son premier livre par hasard.

La transformation de Jean-Claude Michéa en auteur s’est faite tardivement. Son ami Alain Martin, qui a également quitté le PC après avoir lu Guy Debord, possède une maison d’édition et crée les éditions Climats.

Il retrouve un article sur Georges Orwell que Michéa avait écrit des années auparavant sans parvenir à le publier. Michéa le met à jour et publie son premier livre, Orwell, anarchiste Tory, en 1995, à la demande de son ami. Contrairement à toute attente, le livre a de bonnes critiques et se vend.

Lire la suite

France Inter s’inquiète pour les milliardaires

Par Les-crises.fr

Une fantastique illustration du phénomène de “chien de garde” médiatique – en plus face à un simple social démocrate bon teint…

Source : Là-bas si j’y suis, 09-09-2019

« Finalement, vous voulez éradiquer les riches, d’une certaine manière ? » C’est d’une même voix terrifiée que Léa Salamé et Nicolas Demorand recevaient ce matin le révolutionnaire rouge Thomas Piketty qui publie un dangereux brulot « Capital et Idéologie ». Cet économiste gauchiste aura pu vérifier en direct l’une des thèses de son livre : le capitalisme ne cesse de s’inventer des récits justificateurs et de rétrécir la pensée qui le critique.

Oui, en septembre 2019 sur France Inter, un gentil keynésien modéré comme Thomas Piketty peut être soupçonné de vouloir « éradiquer », « spolier », ou « confisquer » l’argent honorablement gagné par les plus riches. Vous n’avez pas honte, Thomas Piketty ?

Lire la suite

Contre-terrorisme avec les Talibans. Par Paul R. Pillar

Par Les-crises.fr

Source : Lobe Log, Paul R. Pillar, 24-07-2019

Le 24 Juillet 2019

Zalmay Khalilzad (Gage Skidmore via Flickr)

Par Paul R. Pillar

Tout analyse manichéenne de la situation complexe en Afghanistan – de type « les modérés » contre « les extrémistes » – semble vouée à l’échec. Ce pays déchiré par la guerre est le théâtre de conflits aux connotations ethniques, sectaires et idéologiques diverses. Les batailles se livrent entre des antagonistes qui se détestent, mais qui incarnent des valeurs très différentes de celles auxquelles les Américains s’identifient ou qu’ils veulent défendre. Et ce ne sont là que les conflits internes afghans, auxquels s’ajoute la complexité de l’intervention extérieure du Pakistan, de l’Inde et d’autres pays.

Lire la suite

Jean-Claude Michéa (2/5) Paris avant les bobos

Par Les-crises.fr

Source : France culture, Jean-Claude Michéa, Guillaume Erner, 08-01-2019

“C’est beau d’enseigner à des gens qui ne seront jamais philosophes”. Michéa nous raconte ses années de formation, puis son bonheur de vivre et d’enseigner à Montpellier.

A la Sorbonne, Jean-Claude Michéa découvre la pensée maoïste, qui le conduit à faire Mai 68 “sur des lignes gauchistes”. Mais ses nouvelles idées maoïstes l’amènent à se détacher, par abus de théorie, du bon sens des Jeunesses Communistes.

Finalement, par rejet de ce que sont devenus selon lui “les gauchistes”, il adhère à nouveau au Parti Communiste de 1969 à 1976.

Lire la suite

À toi Français qui observe la révolte hongkongaise. Par Pierre Thomas

Par Les-crises.fr

Source : Le Blog Mediapart, Pierre T 30-08-2019

«Fais le vide dans ton esprit. Sois sans forme, sans consistance, comme l’eau. A présent, tu mets de l’eau dans une tasse, elle devient tasse; tu mets de l’eau dans une bouteille, elle devient bouteille; tu mets de l’eau dans une théière, elle devient théière. Mais l’eau peut couler, ou elle peut écraser. Sois comme l’eau, mon ami.» Bruce Lee

Drôle d’aventure commencée à Hong Kong depuis 15 jours maintenant.

Le temps suffisant pour analyser, commencer à comprendre cette société si occidentale collée à la Chine.

A Honk Kong nous nous promenons dans les rues qui ont inspiré Ridley Scott pour le Film « Blade runner » en 1982. En quelques heures, on réalise aisément qu’il n’a eu qu’à prendre quelques clichés pour recréer les décors en studio.

Lire la suite

Ray McGovern : L’espoir d’une percée en Corée

Par Les-crises.fr

Source : Consortium News, Ray McGovern, 01-07-2019

1er juillet 2019

Donald Trump devra finalement rappeler à son conseiller à la sécurité nationale et secrétaire d’État qui est président s’il veut que des progrès soient réalisés en Corée du Nord, dit Ray McGovern.

Il y a de l’espoir pour de réels progrès dans les relations américano-coréennes après la rencontre imprévue de dimanche matin entre le président Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, en grande partie parce que la Russie et la Chine semblent plus déterminées que jamais à faciliter une avancée.

Avant le début des pourparlers, Kim a souligné l’importance de la réunion : « J’espère qu’elle pourra servir de base à des avancées positives auxquelles les gens ne s’attendent pas », a-t-il dit. « Nos excellentes relations seront une puissance magique qui nous permettra de surmonter épreuves et obstacles dans les tâches qui doivent être exécutées à partir de maintenant. »

Lire la suite

[Recommandé] Jean-Claude Michéa (1/5) : La chance d’avoir des parents communistes

Par Les-crises.fr

Nous vous recommandons cette série sur Jean-claude Michéa, que nous publierons cette semaine.

Source : France culture, Jean-Claude Michéa, Guillaume Erner, 07-01-2019

Issu d’une famille communiste, Jean-Claude Michéa n’est “pas devenu révolutionnaire par rébellion contre le père mais par conservatisme, pour conserver la tradition familiale”. Tout Michéa est déjà en germe dans ce petit parisien qui jouait au foot au bord du périphérique.

Ce monde-là n’est plus : il faut se remémorer ce que fut le PCF pour comprendre l’univers dans lequel a grandi Jean-Claude Michéa. A l’époque on chantait, on mangeait, on vivait “rouge”. Et c’est cette couleur qui a décidé l’adolescent de 14 ans à devenir professeur de philosophie.

Lire la suite

Amazon Alexa conserve vos données sans aucune date limite, et en plus les partage

Par Les-crises.fr

Source : Cnet, Alfred NG, 02-07-2019

Un sénateur américain a posé les questions et Amazon a fourni les réponses et vous n’avez peut être pas envie de les entendre.

Dans une lettre au sénateur Chris Coons, Amazon explique qui peut conserver les enregistrements de vos conversations avec Alexa.
Chris Monroe/CNET

Si vous avez la gueule de bois au sujet de votre votre vie privée en ce qui concerne Amazon et son assistant intelligent, Alexa, vous n’êtes pas le seul. Même après qu’Amazon a envoyé des réponses à un sénateur américain qui avait des questions sur la façon dont le géant de la technologie conserve les données vocales et les transcriptions, le législateur demeure préoccupé par les pratiques d’Alexa en matière de confidentialité.

Chris Coons, sénateur démocrate du Delaware, a envoyé une lettre au PDG d’Amazon, Jeff Bezos, en mai, demandant des réponses concernant Alexa et la durée de conservation des enregistrements vocaux et des transcriptions, ainsi que l’utilisation des données. Cette lettre fait suite au rapport du CNET [site Web d’information traitant de micro-informatique, d’Internet et de nouvelles technologies, NdT] dévoilant qu’Amazon conservait les transcriptions des interactions avec Alexa, même après que les gens aient effacé les enregistrements vocaux.

Lire la suite

Qatar : liaisons dangereuses avec le financement islamiste. Par Gérard Vespierre

Par Les-crises.fr

Source : La Tribune, Gérard Vespierre 25-08-2019

ANALYSE. Le Qatar offre une grande visibilité dans les domaines de la communication et du sport. L’état qatari est également connu pour ses capacités d’investissements commerciaux et industriels. Moins visibles sont ses actions dans le financement de l’action politico-religieuse. Voici un point sur les dernières informations dans ce domaine. Par Gérard Vespierre, chercheur associé à la Fondation d’études pour le Moyen-Orient, la FEMO (*).

L’émirat du Qatar, est souvent évoqué dans l’organisation de la Coupe du Monde de Football 2022. Son nom revient aussi en tant que propriétaire du Paris Saint-Germain (PSG) par l’intermédiaire de son fonds, Qatar Investment Sports.

Lire la suite

Routes de la soie : Du rêve au cauchemar… Par Guillaume Berlat

Par Les-crises.fr

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 05-08-2019

« Demain la Chine dominera le monde : ni rien ni personne ne pourra lui barrer la route » (citation d’un internaute, Franck Ntasamara, 1975). Maintenant que la Chine s’est éveillée et que l’empire du Milieu vient à notre rencontre, sommes-nous prêts à l’accueillir ? Et dans l’affirmative, à quelles conditions : soumission ou réciprocité ? Le projet pharaonique chinois dit des « Routes de la soie » (« Belt and Road Initiative ou BRI) est aujourd’hui particulièrement bien documenté par une kyrielle d’experts reconnus. Il traduit clairement la volonté chinoise de transformer sa puissance économique en puissance militaire et diplomatique. Jour après jour, nous découvrons les dernières ramifications de la toile que tisse méthodiquement Pékin en Asie1, en Europe de 2000 à 208, Pékin a investi 55 milliards de dollars aux Royaume-Uni, deux fois plus qu’en Allemagne et en France)2, au Moyen-Orient et en Afrique. Projets d’infrastructures gigantesques que le monde découvre avec effarement. Seuls les Chinois semblent capables de relever pareils défis technologiques et financiers. Mais aussi stratégiques : diluer les règles du jeu européennes, instaurer un « nouveau type de relations internationales », engagement dans un « plan d’action postalliance » basé du de nouveaux « partenariats » avec de « nouveaux amis ». Toutes choses qui pourraient conduire à une « nouvelle polarisation du monde », « repolarisation floue ».

Souvenons-nous, en lieu et place de céder à la tentation de la surprise stratégique, que « l’éternité est faite de trois dimensions, celle du passé, celle du présent, celle de l’avenir ». Et, c’est bien dans ce contexte spatio-temporel qu’il importe de replacer le projet déjà bien avancé des « Routes de la soie », un projet stratégique (« il faut avoir les yeux ouverts : la Chine est un concurrent, pas un partenaire », Michael Fallon, ancien ministre britannique de la Défense). « Les Chinois préfèrent devenir de plus en plus forts, si forts que leur adversaire renoncera à les affronter » souligne l’expert des questions stratégiques, Graham Allison ! Et, pourquoi pas de se livrer à un exercice ambitieux de prospective qui frise la politique fiction ? En faisant preuve d’imagination débridée – confessons-le -, l’on pourrait le comparer à une valse à trois temps, à une histoire d’amour (de désamour) à trois temps. Lançons-nous dans cet exercice incongru dans cette période de pensée cadenassée et aseptisée ! Nous passerons successivement du temps de l’admiration à celui de la soumission avant de parvenir à celui de la répulsion qui peut parfois conduire au divorce le plus sordide dans lequel tous les coups même les plus bas sont permis.

LE TEMPS DE L’ADMIRATION SANS BORNES

Avec l’Empire du milieu, le rêve chinois de déverser ses bienfaits économiques sur tous les États se situant sur les fameuses « Routes de la Soie », devient au fil des ans, et comme par un coup de baguette magique, une réalité tangible. Il prend corps.

Lire la suite

Cachemire : La guerre, c’est la continuation de la politique par d’autres moyens… Par Richard Labévière

Par Les-crises.fr

Source : Proche & Moyen-Orient, Richard Labévière, 12-08-2019

C’est sans doute la bombe géopolitique de l’été… Et la question qui vient aussitôt à l’esprit, c’est pourquoi maintenant ? alors qu’aucune menace terroriste imminente ou autre (quoi qu’en dise New Delhi) ne vise particulièrement l’Inde et ses intérêts. Un ambassadeur européen en poste en Asie le dit plus clairement : « En dépit de tout complotisme, c’est bien les Etats-Unis qui ont décidé d’allumer tous les feux possibles contre la Chine qui ose leur résister commercialement. Le Cachemire est l’un d’eux ! ».

Dans sa logique d’agent immobilier, Donald Trump a pris la responsabilité de réveiller la question du Cachemire pour deux raisons principales : faire rendre gorge à Pékin dans la phase actuelle du bras de fer économico-monétaire et « surtout, endiguer, sinon casser l’irrésistible avancée des Routes de la soie et du Collier de perles… », ajoute notre ambassadeur.

Que s’est-il passé ? Annoncée le 5 août dernier par décret présidentiel, la révocation de l’article 370 de la constitution indienne met fin au « statut d’autonomie relative » qui prévalait au Jammu-et-Cachemire depuis sept décennies. Les habitants perdent leur droit exclusif à posséder des terres dans la vallée himalayenne. De plus, selon une loi ratifiée cette semaine par le parlement indien, l’Etat fédéré est scindé en deux « territoires de l’Union », placés sous administration directe de New Delhi.

Selon le Premier ministre Narendra Damodardas Modi, ces mesures vont « donner une chance historique au changement… ». L’abrogation de l’article 370 devrait permettre à New Delhi, estime-t-il, d’assainir les comptes du Cachemire, de débloquer des projets d’infrastructures et d’encourager la croissance régionale. Le premier ministre affirme miser sur les investissements des entreprises et la création d’emplois pour dynamiser la région et susciter au sein de la population « de nouveaux espoirs et de nouvelles aspirations ».

Lire la suite

L’Iran fait le pari que Trump a peur de la guerre. Par Tony Karon

Par Les-crises.fr

Source : The Nation, Tony Karon, 25-07-2019

En réponse aux dramatiques sanctions américaines, l’Iran choisit la confrontation plutôt que la reddition.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo prend la parole au département d’État, le jeudi 13 juin 2019, à Washington. (AP Photo / Alex Brandon)

Quel est l’intérêt d’avoir l’armée la plus puissante du monde si nous ne l’utilisons jamais ? Voilà ce que Madeleine Albright, alors secrétaire d’État, aurait crié au général Colin Powell en 1992, alors qu’il était réticent à engager la force américaine dans les guerres des Balkans. Le président Donald Trump est clairement d’accord avec Albright pour dire que l’armée est là pour être utilisée, mais aussi avec Powell pour dire qu’elle devrait être gardée hors des périls où elle s’embourberait. Il a utilisé l’armée américaine comme soutien politique – à la frontière, dans des frappes aériennes symboliques contre des cibles syriennes prévenues à l’avance, et dans une extravagante parade le 4 juillet à Washington. Mais, malgré son tweeting belliciste, Trump a écarté toute éventualité d’aventurisme expéditionnaire.

Et ça, c’est parce que l’un des principaux piliers de la promesse du président de « Make America Great Again » a été d’aller à l’encontre de l’héritage interventionniste du président George W. Bush. « Nous traçons la voie de la stabilité et de la paix au Moyen-Orient, parce que les grandes nations ne veulent pas s’engager dans des guerres interminables », a réitéré Trump, lors du lancement de sa campagne de 2020 à Orlando le mois dernier, dans une rhétorique qui aurait tout aussi bien pu être celle de Barack Obama. « Ces guerres durent depuis une éternité », a-t-il ajouté, promettant qu’il retirait les troupes et qu’il « donnait enfin la priorité à l’Amérique ».

Lire la suite

Taux négatifs : Jusqu’où peut-on aller ? Un peu d’économie-fiction. Par Philippe Herlin

Par Les-crises.fr

Source : Or.fr, Philipe Herlin, 22-08-2019

Les taux négatifs ne figurent pas dans les manuels d’économie, les grands économistes n’ayant pas envisagé ce scénario qui paraissait complètement aberrant. Pourtant, ils existent bien, depuis des années maintenant, et ils s’étendent. L’Allemagne emprunte désormais jusqu’à 30 ans à taux négatif (-0,5% à 10 ans, -0,004% à 30 ans) et 60% de la dette souveraine de la zone euro, soit 4.800 milliards €, offre des rendements négatifs.

Mais pourquoi des investisseurs achètent-ils ces actifs financiers (acquérir ces obligations leur coûte de l’argent au lieu d’en rapporter) ? Certains le font pour se conformer à des obligations réglementaires (Bâle III incite à détenir des dettes souveraines, considérées comme sûres, plutôt que des actions), mais cela n’explique pas tout. En fait, ces investisseurs pensent que les taux vont encore baisser, et que, par conséquent, ils réaliseront un profit en revendant ces obligations.

Jusqu’où peut-on aller ainsi : -2%, -3% ? Justement, faisons un peu d’économie-fiction et imaginons ce que donnerait un taux négatif de -10% :

Pour l’épargne, c’est catastrophique : vous avez 100.000 € à la banque, l’année d’après 90.000 € (au lieu de toucher des intérêts, vous les perdez), ensuite 81.000 € (-10% de 90.000 €), etc. jusqu’à tout perdre.

Lire la suite

Le FMI nuit aux pays qu’il prétend aider, par Mark Weisbrot

Par Les-crises.fr

Source : The Guardian, Mark Weisbrot, 27-08- 2019

La police équatorienne arrête un manifestant lors d’une manifestation contre les mesures d’austérité du président Lenin Moreno. Photographie: Cristina Vega / AFP / Getty Images

Quand les gens pensent aux dommages que les pays riches – généralement dirigés par les États-Unis et leurs alliés – causent aux populations du reste du monde, la première chose qui leur vient à l’esprit est sûrement la guerre. En Irak, des centaines de milliers de personnes sont mortes suite à l’invasion de 2003, et bien d’autres encore à mesure que la région s’enflammait.

Mais les pays riches ont aussi un pouvoir considérable sur la vie de milliards de personnes en contrôlant les institutions de la gouvernance mondiale. L’un d’eux est le Fonds monétaire international. Celui-ci compte 189 pays membres, mais les Etats-Unis et leurs alliés des pays riches disposent d’une solide majorité en matière de droits de vote au sein de l’organisme. La tradition veut que le chef du FMI soit un Européen, et les États-Unis disposent à eux seuls de suffisamment de voix pour opposer leur veto à de nombreuses décisions importantes – bien que les pays riches ne votent presque jamais les uns contre les autres.

Pour voir à quoi ressemble le problème, observons un prêt récemment octroyé par le FMI. En mars, l’Équateur a signé un accord pour emprunter 4,2 milliards de dollars au FMI sur trois ans, à condition que le gouvernement adhère à un programme économique spécifique énoncé dans l’accord. Selon Christine Lagarde, alors directrice générale du FMI, il s’agissait ” d’un vaste programme de réforme visant à moderniser l’économie et à ouvrir la voie à une croissance forte, soutenue et équitable “.

Lire la suite

Faites ce que vous voulez, mais dites adieu au modèle social français. Par Bruno Amable

Par Les-crises.fr

Source : Libération, Bruno Amable, 02-09-2019

Depuis trois à quatre décennies, avec une forte accélération ces dernières années, se réalise le rêve d’une partie du patronat : défaire les avancées du Conseil national de la Résistance.

Parmi tous les clichés trompeurs qui circulent à propos de la France, celui d’un pays «impossible à réformer» est certainement le plus ridicule. Sans que la majorité des Français ne l’ait vraiment souhaité, les transformations que subit l’économie depuis trois à quatre décennies, avec une spectaculaire accélération ces dernières années, sont à même de réaliser le rêve pas du tout secret d’une partie du patronat et des classes aisées tel qu’il avait été énoncé par Denis Kessler il y a quelques années: défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance et en finir avec le modèle social français.

Après des années de libéralisation dans de nombreux domaines, à commencer par le secteur financier, les «réformes» néolibérales se sont attaquées sérieusement aux deux principaux piliers du modèle social que sont la relation d’emploi et la protection sociale. Pour la première, l’histoire retiendra que c’est un président «socialiste» qui aura mis en œuvre la plus importante loi de flexibilisation du marché du travail de l’après-guerre. La loi travail, prolongée par les ordonnances Macron, constitue non seulement une diminution significative de la protection légale de l’emploi, mais consacre aussi un affaiblissement de la représentation des salariés et pour tout dire un recul de la démocratie sociale.

On pourrait se dire que tout cela n’est pas grave car[…]

Lire la suite

Les élites américaines laisseront-elles une chance à la détente avec la Russie ? Par Stephen F. Cohen

Par Les-crises.fr

Source : The Nation, Stephen F. Cohen,

La réunion Trump-Poutine au Japon est cruciale à la fois pour les dirigeants – et pour le monde entier.

Donald Trump et Vladimir Poutine au Sommet de l’APEC [Coopération économique pour l’Asie-Pacifique, NdT] à Da nang, Vietnam, le 11 novembre 2017. (Pool Photo via AP / Jorge Silva)

Malgré des efforts acharnés à Washington pour saboter un tel « sommet », comme je l’ai déjà signalé, le président Trump et le président russe Poutine doivent toujours se rencontrer lors du G-20 au Japon cette semaine. L’Iran sera en tête de leurs priorités. L’administration Trump semble déterminée à mener une guerre froide, voire chaude, contre la République islamique, tandis que pour Moscou, comme l’a souligné le conseiller à la sécurité nationale du Kremlin, Nikolai Patrushev, le 25 juin, « l’Iran a été et sera notre allié et partenaire ».

En effet, on ne saurait trop insister sur l’importance de l’Iran (et de la Chine) pour la Russie. Entre autres raisons, alors que l’alliance militaire de l’Occident empiète de plus en plus sur les frontières occidentales de la Russie, l’Iran est un grand voisin non OTAN vital. De plus, Téhéran n’a rien fait pour inciter les millions de citoyens musulmans russes à s’opposer à Moscou. Bien avant Trump, les puissantes forces de Washington ont longtemps cherché à présenter l’Iran comme le principal ennemi de l’Amérique au Moyen-Orient, mais pour Moscou, c’est un « allié et partenaire » nécessaire.

Dans des circonstances politiques normales, Trump et Poutine pourraient probablement atténuer tout conflit potentiel entre les États-Unis et la Russie au sujet de l’Iran – tout comme celui qui se prépare en Syrie. Mais les deux dirigeants viennent au sommet avec des problèmes de politique intérieure qui y sont liés. Pour Trump, ce sont les allégations non prouvées mais persistantes du « Russiagate ». Pour Poutine, ils sont économiques.

Lire la suite

La mal information sur la vie internationale : Mensonges, manipulations, silence des médias dominants, par Robert Charvin

Par Les-crises.fr

Nul ne peut contester la part restreinte des informations sur l’international dans les grands médias. La concentration extrême du pouvoir de décision dans le domaine de la politique étrangère n’y est pas pour rien : les intérêts économiques et stratégiques sont trop décisifs pour être soumis au contrôle populaire le plus élémentaire ! Les « démocraties » les plus avancées sont hémiplégiques et infirmes : les sommets de l’État et quelques experts sont seuls « qualifiés » et les simples citoyens n’ont rien à apporter, y compris lorsqu’ils sont consultés : en 2005, le « Non » à la « Constitution » européenne des Français n’a pas compté. Il dérangeait les pouvoirs publics et privés et contredisait tous les médias qui avaient appelé à voter « Oui » !

 

Les grands médias, sans complexe, et bien au-delà de la question européenne, mentent, déforment, dissimulent avec plus ou moins de subtilité, pour s’aligner (lorsqu’ils ne sont pas acquis par le recrutement sélectif de leurs éditorialistes) sur les intérêts des groupes qui les financent. Le résultat est une méconnaissance crasse de l’opinion sur la réalité des relations internationales et un enfermement mental des citoyens sur leur pré-carré. Comment s’étonner des relances périodiques d’un chauvinisme étroit, d’un nationalisme arrogant, accompagnés souvent de racisme, au sein des grandes puissances ? Les pouvoirs « enseignent » en effet le mépris des autres et une volonté de puissance bien davantage que la solidarité transnationale (1) !

Le paradoxe est profond à l’heure d’une mondialisation voulue par le monde des affaires et leurs auxiliaires étatiques, qui fait qu’aucune économie nationale et aucun peuple ne peuvent échapper aux ingérences étrangères et à l’impact des intérêts multinationaux partout présents : tout régime, quel qu’il soit, subit ainsi une sorte de « métissage ». L’État le plus attaché à la souveraineté nationale et le peuple le plus patriote sont eux-mêmes victimes d’un environnement international défavorable et se trouvent transformés, malgré eux, par la pénétration d’intérêts qui ne sont pas les leurs. Il en est ainsi particulièrement des rares bastions se réclamant d’un socialisme souvent abâtardi par des sanctions de toutes sortes (embargos, blocage d’avoirs financiers, discriminations commerciales, pressions politiques et idéologiques, etc.) pouvant aller jusqu’au sabotage et à l’intervention militaire.

Lire la suite

DGSE : l’impuissance de l’état ? Maxime Renahy. Par Thinkerview

Par Les-crises.fr

Source : Thinkerview, Youtube, 03-09-2019

Source : Thinkerview, Youtube, 03-09-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Existe-t-il une solution pour sortir des tensions géostratégiques au Moyen-Orient ? Par Alastair Crooke

Par Les-crises.fr

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 06-05-2019

Alastair Crooke

Le 6 mai 2019

La ligne de faille entre la Turquie et les États du Golfe – avec les États-Unis et Israël en coulisses – vient de s’élargir de façon menaçante. Les pressions sur Erdogan augmentent. C’est un combattant de rue susceptible de réagir avec ses poings. L’Iran – comme la Turquie – fait l’objet d’un « blitz du Trésor » à outrance. Cela aussi pourrait, d’une manière ou d’une autre, renvoyer dans leurs bancs ceux qui ont encouragé l’esprit belliciste du président Trump et de ses faucons. Ils savent qui est à blâmer, qui a attisé le feu : MbZ et son acolyte, MbS [Mohammed ben Zayed, prince héritier des Émirats arabes unis et Mohammed ben Salmane, prince héritier saoudien NdT]. Cette tension aggravée se manifestera vraisemblablement dans le nord et la Corne de l’Afrique.

Lire la suite

Ce n’est pas que nous n’avons pas réussi à tenir Facebook et Google en laisse. Nous n’avons même pas essayé. Par Shoshana Zuboff

Par Les-crises.fr

Source : The Guardian, Shoshana Zuboff, 02-07-2019

Shoshana Zuboff

Les géants de la technologie utilisent nos données non seulement pour anticiper notre comportement, mais aussi pour le changer. Mais nous pouvons résister à cette attaque contre la démocratie

Mardi 2 Juillet 2019

Dans une interview accordée la semaine dernière à la BBC, Nick Clegg, vice-président de Facebook, a surpris les téléspectateurs en appelant à de nouvelles « règles de conduite » concernant la vie privée, la collecte de données et autres pratiques de la société qui ont suscité de vives critiques au cours de l’année écoulée. « Ce n’est pas aux entreprises privées… d’établir ces règles », a-t-il insisté. « C’est aux politiciens démocratiques du monde démocratique de le faire ».

Lire la suite

Ray McGovern : Sic Transit Gloria Mueller

Par Les-crises.fr

Source : Consortium News, Ray McGovern, 16-07-2019

[Sic transit gloria mundi est une locution latine signifiant « Ainsi passe la gloire du monde », NdT]

Le 16 juillet 2019

Les démocrates, les sténographes qui passent pour des journalistes et l’« équipe Mueller » auront besoin de tout le temps qu’ils peuvent trouver pour inventer des réponses imaginatives à deux révélations explosives récentes, dit Ray McGovern.

Faire paraître le pire des cas comme étant le meilleur

Lire la suite

Chomsky : Les armes nucléaires, le changement climatique et la fragilisation de la démocratie menacent l’avenir de la planète

Par Les-crises.fr

Source : Democracy Now !, Noam Chomsky, le 12 avril 2019.

Le 12 avril 2019

Noam Chomsky

Militant politique célèbre dans le monde entier, linguiste et écrivain. Il est professeur distingué du département de linguistique de l’université d’Arizona et professeur émérite du Massachusetts Institute of Technology (MIT) où il enseigne depuis plus de 50 ans.

Lire la suite

Le piège de Bolton : l’Iran présenté comme une menace nucléaire pour nous détourner de son projet occulte. Par Alastair Crooke

Par Les-crises.fr

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 27-05-2019

Alastair Crooke

Le 27 mai 2019

© Photo: Flickr.com / usembassyta

Le président Poutine avait raison lorsqu’il prévoyait que les actions américaines qui ont forcé l’Iran à manquer à ses obligations envers le PAGC [Accord Global sur le Nucléaire Iranien,NdT] seraient rapidement oubliées – et c’est le cas – et que le « récit » américain dominant serait totalement tourné contre l’Iran (ce qui se confirme).

Lire la suite

Changer de paradigme pour échapper à l’extinction

Par Les-crises.fr

Source : Insurge Intelligence, Nafeez Ahmed,

La « rébellion » ne suffit pas. Nous devons construire de nouveaux systèmes à partir de rien, et le faire immédiatement.

Dans un campement à Badghis, en Afghanistan, vidéo de tentes de familles déplacées en raison de la sécheresse et du changement climatique filmée par un drone. Il y a des milliers de maisons de fortune réparties entre les collines à la périphérie de la ville de Qala-i-naw. (Source : CNRC/Enayatullah Azad)

Depuis maintenant un mois, en tant que journaliste et universitaire, je ressens une étrange sensation de paralysie.

Ce n’est pas habituel chez moi. D’habitude, la pression me pousse à vouloir couvrir, dans un souci de justice, tout un éventail de crises croisées et de solutions potentielles.

Lire la suite

Tsipras et Varoufakis vers la capitulation finale. Par Eric Toussaint

Par Les-crises.fr

Source : CADTM, Eric Toussaint, 19-08-2019

Yanis Varoufakis et Alexis Tsipras (CC – nuevarevolucion.es)

A partir de la fin avril 2015, sous la pression des dirigeants européens, Tsipras met de côté Varoufakis, sans lui retirer son portefeuille de ministre des finances, pour les négociations à Bruxelles. Il le remplace par Euclide Tsakalotos et donne de plus en plus de poids à Georges Chouliarakis qui agissait objectivement dans l’intérêt des créanciers depuis février 2015. Dijsselbloem et Juncker avaient insisté auprès de Tsipras pour que Chouliarakis soit au centre des négociations car c’était le représentant grec avec lequel ils se sentaient le plus en confiance [1].

Lire les autres articles de la série :

1 – Les propositions de Varoufakis qui menaient à l’échec
2 – Le récit discutable de Varoufakis des origines de la crise grecque et ses étonnantes relations avec la classe politique
3 – Comment Tsipras, avec le concours de Varoufakis, a tourné le dos au programme de Syriza
4 – Varoufakis s’est entouré de tenants de l’ordre dominant comme conseillers
5 – Dès le début, Varoufakis-Tsipras mettent en pratique une orientation vouée à l’échec
6 – Varoufakis-Tsipras vers l’accord funeste avec l’Eurogroupe du 20 février 2015
7 – La première capitulation de Varoufakis-Tsipras fin février 2015
8 – Les négociations secrètes et les espoirs déçus de Varoufakis avec la Chine, Obama et le FMI

Lire la suite

❌