Lateo.net - Flux RSS en pagaille (pour en ajouter : @ moi)

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierLes Crises

Le sud de l’Italie encore épargné par le coronavirus

Par Les-crises.fr DT

Source : Les Echos, Olivier Tosseri, 30-03-2020

Dans la guerre contre le coronavirus, le Sud de l’Italie redoute d’être la victime de deux bombes : l’une sanitaire et l’autre sociale. Le Mezzogiorno concentre les régions les plus pauvres du pays aussi bien en termes économiques qu’en infrastructures. Pour calmer les tensions sociales qui sont apparues ces derniers jours, l’Etat a débloqué 400 millions d’euros en faveur des communes, pour financer des bons alimentaires destinés aux plus démunis. Mais c’est la tension dans les hôpitaux qui préoccupent les autorités. Si ceux du nord sont au bord de l’effondrement, qu’en sera-t-il de ceux du sud qui souffrent déjà en temps normal de carences humaines et médicales ? Les restrictions budgétaires de ces dernières années ont aggravé l’écart entre le nord -où l’on comptait 791 lits pour 100.000 habitants avant l’épidémie- et le sud, qui en compte moitié moins.

Impréparation

« Nous ne sommes pas prêts et nous sommes lancés dans une course contre la montre », est le cri d’alarme que ne cessent de répéter les gouverneurs des Pouilles, de Calabre ou de Sicile. Celui de Campanie a écrit au président du conseil et demandé l’envoi au plus vite des masques et des appareils d’assistance respiratoires promis par le gouvernement : « Agissez tout de suite, nous sommes à deux doigts d’une tragédie sanitaire ». Un constat partagé par le gouverneur des Pouilles qui n’a reçu que 9 respirateurs et ventilateurs sur les 220 attendus.

« Cette semaine sera décisive pour le Sud, affirme Italo Angellino, le président de la Siti (società italiana di igiene e medicina preventiva). On verra les résultats des mesures de confinement et surtout les éventuelles contagions provoquées par le retour de nombreuses personnes du Nord il y a deux semaines. Si nous arrivons à surmonter ce moment, ce sera un bon signal. Jusqu’ici, nous avons traversé une période de relative tranquillité sans gros foyers de l’épidémie. »

Lire la suite

Cette maison de retraite constitue le foyer du coronavirus de Washington. Voici ce qu’un des premiers intervenants y a vu

Par Les-crises.fr

Source : CNN, Jake Tapper, 08-03-2020

(CNN) –Lorsque les premiers intervenants se sont rendus la semaine dernière dans une maison de retraite durement touchée de l’État de Washington, l’épicentre de l’épidémie nationale de coronavirus, ils ont trouvé un établissement en sous-effectif avec un équipement inadéquat qui essayait de secourir des dizaines de patients vulnérables à l’infection par le virus.

Seuls trois membres du personnel se sont présentés au Life Care Center de Kirkland, Washington, entre mardi soir et mercredi matin pour servir environ 90 résidents, a déclaré à CNN un premier intervenant au fait de la situation. Cependant, ni le département de la santé du comté de King ni les centres de contrôle et de prévention des maladies n’ont envoyé de personnel jeudi pour apporter leur aide – bien que cela ait été le cas depuis.

Les premiers intervenants se sont inquiétés du fait que les membres du personnel ne portaient pas l’équipement de protection individuelle approprié pour traiter le nombre élevé de patients atteints d’un probable coronavirus. Ils sont également arrivés dans l’établissement pour y découvrir des employés utilisant des masques à valve à pression positive pour ventiler les patients potentiellement atteints de coronavirus – même si les pompiers avaient été informés de ne pas utiliser de tels masques, car ils peuvent disperser plus de particules dans l’air, a déclaré le responsable.

Lire la suite

La recherche révèle l’impact considérable des interventions sur la propagation de Covid-19

Par Les-crises.fr

Source : The Guardian, Ian Sample, 11-03-2020

Une étude suggère que le nombre de cas aurait pu être réduit de 66% si la Chine avait agi une semaine plus tôt

Des policiers portant des casques intelligents montent la garde à Chengdu, dans le Sichuan. Photographie : China News Service/China News Service via Getty Images

La propagation rapide du coronavirus dans le monde aurait pu être considérablement réduite si la vaste gamme de mesures prises par la Chine pour contrôler l’épidémie avait été introduite quelques semaines plus tôt, selon les chercheurs.

Une modélisation sophistiquée de l’épidémie suggère que la Chine comptait 114 325 cas à la fin février 2020, un chiffre qui aurait été 67 fois plus élevé sans des interventions telles que la détection précoce, l’isolement des personnes infectées et les restrictions de voyage.

Lire la suite

La crise du coronavirus au Royaume-Uni « durera jusqu’au printemps 2021 et 7,9 millions de personnes pourraient être hospitalisées »

Par Les-crises.fr

Source : The Guardian, Denis Campbell, 15-03-2020

Exclusif : Un document de la santé publique anglaise consulté par le Guardian indique que quatre personnes sur cinq « devraient » contracter le virus

Une infirmière du NHS [Le National Health Service est le système de la santé publique du Royaume-Uni – NdT] tenant un kit de dépistage du coronavirus dans un site de dépistage du coronavirus sur un parking le 12 mars 2020 à Wolverhampton. Photographie : Christopher Furlong/Getty Images

L’épidémie de coronavirus au Royaume-Uni durera jusqu’au printemps prochain et pourrait entraîner l’hospitalisation de 7,9 millions de personnes, révèle un document secret de Public Health England (PHE) [agence exécutive du département de santé – NdT] destiné aux hauts fonctionnaires du NHS.

Dans ce document, dont le Guardian a eu connaissance, c’est la première fois que les responsables de la santé qui luttent contre le virus admettent qu’ils s’attendent à ce qu’il circule pendant encore 12 mois et qu’il entraîne une énorme pression supplémentaire sur un NHS déjà surchargé.

Il explique également que les responsables de la santé sont prêts à accepter que près de 80 % des Britanniques soient infectés par le coronavirus au cours de cette période.

Lire la suite

Stériliser les FFP2 pour les réutiliser – Entretien avec Joannes Vermorel

Par Les-crises.fr DT

M. Vermorel est ancien élève de l’ENS Ulm, membre du Corps des mines et fondateur de la société Lokad, éditeur logiciel pour l’optimisation de la supply chain. Le 23 mars, il a lancé une initiative visant à stériliser les masques FFP2 récemment usagés pour pouvoir les réutiliser, et ce au lieu de les détruire après usage unique. Il répond ici à nos questions.

Les Crises : La pénurie de masques FFP2 est malheureusement bien connue. Quelle solution proposez-vous ?

M. Vermorel : Le cœur du masque FFP2, c’est un le filtre en textile non tissé. C’est ce filtre qui protège le porteur, et c’est ce filtre qu’on ne trouve pas sur un masque “grand public”.

C’est grâce aux propriétés du textile non tissé qu’un FFP2 filtre bien mieux qu’un masque ordinaire. Cette partie est très fragile, on ne peut pas la stériliser comme un tissu normal avec un produit agressif. Personne ne s’était demandé comment stériliser les FFP2, car comme les masques sont peu chers à produire, en période normale on les remplace après quelques heures d’utilisation et il suffit de puiser dans le stock.

Les Crises : Sauf qu’actuellement il n’y a plus de stock !

Lire la suite

L’Italie stoppe ses activités « non essentielles », la France commande des masques : une journée dans un monde bouleversé par le coronavirus

Par Les-crises.fr

Source : Le Monde, 22-03-2020

Pays le plus touché du monde avec déjà près de 5 000 morts, l’Italie a dépassé samedi les 800 décès liés au Covid-19 lors d’une seule journée.

  • Malgré le printemps et le week-end, les Français sont appelés à respecter scrupuleusement le confinement instauré depuis mardi dans tout le pays, avec des déplacements restreints au strict nécessaire et pas de départ à la campagne au vu du risque de déplacer la maladie.
  • Selon le dernier bilan, 562 personnes sont mortes du Covid-19 depuis le début de l’épidémie en France, dont 112 depuis vendredi soir. 14 459 cas au total ont été confirmés par des tests, dont 6 172 personnes hospitalisées et 1 525 en réanimation. Les sept régions les plus touchées sont le Grand Est, la Corse, l’Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône Alpes et désormais la Nouvelle-Aquitaine.
  • Lire la suite

Coronavirus : le conseil scientifique propose un confinement de six semaines

Par Les-crises.fr

Source : Les Echos, Grégoire Poussielgue, 24-03-2020

Les Français n’en ont pas fini avec le confinement , entré ce 24 mars dans sa deuxième semaine. Dans un avis rendu ce mardi soir, le conseil scientifique – instance mise en place par le gouvernement pour l’aider dans ses choix dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus – plaide pour un confinement de six semaines à partir de sa mise en place. Ce qui signifie que le confinement durerait jusqu’au mardi 28 avril.

Présidé par Jean-François Delfraissy , ce conseil scientifique a déjà rendu plusieurs avis depuis sa mise en place et le début de l’épidémie. Ce mardi, il plaide aussi pour un renforcement de ce confinement. « Il est indispensable de renforcer les conditions dans lesquelles est mis en oeuvre ce confinement », a-t-il précisé. Il propose deux options pour le renforcer : soit « durcir les mesures de confinement en les appliquant à toute la population dans un esprit d’égalité », soit « appliquer strictement le confinement dans ses modalités actuelles sans en modifier les règles en vigueur à l’échelle nationale ».

« Les effets épidémiologiques du confinement ne peuvent être observés qu’à partir d’une durée de deux à trois semaines à partir de sa mise en oeuvre. Trois semaines après le démarrage du confinement sont donc nécessaires pour obtenir une première estimation de son impact. Cela s’explique par le délai de deux à trois semaines entre l’infection d’une personne et son admission éventuelle en réanimation dans les cas les plus graves », précise le comité scientifique dans son avis. Selon le dernier bilan du ministère de la Santé, l’épidémie a fait 1.100 morts en France, dont 240 pour la seule journée de mardi. 2.516 patients sont en réanimation, soit 434 de plus que lundi.

Lire la suite

Coronavirus : la barre des 1.000 morts officiellement franchie en France

Par Les-crises.fr

Source : Les Echos, 24-03-2020

L’épidémie de Covid-19 a depuis ce mardi coûté la vie à plus de 1.100 personnes en France. C’est le constat dressé ce mardi par le directeur de la Santé, Jérôme Salomon, à l’occasion de son point quotidien sur la situation française. Ces dernières 24 heures, 240 personnes ont perdu la vie, un bilan qui ne comprend que les personnes qui ont été admises à l’hôpital.

Ces décès « ne représentent qu’une faible part de la mortalité », indique le professeur. « Les deux principaux lieux de décès sont l’hôpital et les Ehpad », a-t-il précisé, en annonçant la mise en place d’un « suivi quotidien de la mortalité » dans les établissements pour personnes âgées « dans les tout prochains jours ».

85 % des décès ont plus de 70 ans

Les Ehpad, justement, suscite une inquiétude grandissante chez les autorités et les familles. Des dizaines de décès y ont été signalés ces derniers jours, faisant craindre une « catastrophe » pour les populations âgées, les plus vulnérables au virus – quelque « 85 % des décès enregistrés surviennent chez des personnes de plus de 70 ans » a d’ailleurs précisé Jérôme Salomon en qualifiant l’épidémie « d’inédite, sévère et rapide ».

Lire la suite

Au revoir président : Didier Raoult, le « docteur chloroquine », quitte le Conseil scientifique d’Emmanuel Macron

Par Les-crises.fr

Source : Marianne, Louis Nadau, 24-03-2020

Didier Raoult, patron iconoclaste de l’IHU Méditerranée Infection, a claqué ce mardi 24 mars la porte du collège d’experts conseillant l’exécutif dans la gestion de la crise sanitaire créée par l’épidémie de Covid-19.

Le ras-le-bol de Raoult. Selon Les Echos, Didier Raoult, patron iconoclaste de l’IHU Méditerranée Infection, a claqué ce mardi 24 mars la porte du collège d’experts conseillant l’exécutif dans la gestion de la crise sanitaire créée par l’épidémie de Covid-19 : “Je ne participe plus au Conseil scientifique réuni autour d’Emmanuel Macron”, a assuré le professeur au quotidien économique.

Cette rupture est la conséquence d’un désaccord stratégique avec le gouvernement : plutôt qu’imposer le confinement général à la population, Didier Raoult souhaite, suivant l’exemple de la Corée du sud, mettre en place une campagne massive de dépistage à l’échelle nationale et d’isolement des cas positifs. “Cette stratégie a permis de s’attaquer aux nouveaux foyers avant qu’ils débordent. Ce doit être notre modèle”, insiste-t-il auprès des Echos.

BRAS DE FER

Lire la suite

Who is French Dr. Raoult ? Anti-Establishment Rebel or Unethical Megalomaniac ?

Par Les-crises.fr DT

These are difficult times. We are confronted with a virus whose characteristics we do not yet fully understand, and which is claiming the lives of hundreds of people every day.

On our blog Les-Crises, we try to modestly contribute to the public debate, in order to make information as accessible as possible. The « race for Chloroquine » fever is causing intense controversy in France. As a result, chloroquine has drifted away from its original subject, namely medicine, to now invade the papers with political viewpoints, and self-proclaimed experts.

True to our mission to inform with no taboos, and often against the mainstream, we would like to report a few facts about Professor Didier Raoult, the new star in social networks, and now in media too. The elements you are about to read in this paper would suggest that it is not a good idea to rely solely on one’ s judgment, given the rather amazing and dramatic history of his life.

Enjoy your reading,

Lire la suite

« Le Coronavirus dans la presse italienne » – Par Les Crises

Par Les-crises.fr

Chers lecteurs, lectrices, traducteurs et traductrices,

Pour permettre à chacun de voir comment la crise du coronavirus a été vécue ses dernières semaines chez nos voisins italiens, voici plusieurs articles de la presse italienne, traduits en français par les lecteurs du site (un très grand merci à vous). Vous trouverez sous chacun des titres le lien qui vous amènera directement sur l’article traduit.

Bonne lecture et prenez soin de vous !


Claudio, gendarme et père de famille « Écouter les autres était sa plus grande qualité » – Par Fabio Conti

Lire la suite

Experts économiques sur Europe 1 : visionnaires jamais, faussaires toujours

Par Les-crises.fr DT

Source : ACRIMED, Denis Perais, Pauline Perrenot

Dans un article du 4 novembre 2008, nous relevions qu’ « en pleine bourrasque financière, les gardiens médiatiques de la pensée, toujours les mêmes, ont la tête qui tourne. Ils sont obligés de se résigner et en appellent aujourd’hui à l’intervention massive de l’État pour sauver le marché dont ils acclament l’autorégulation bienfaitrice depuis des lustres. » Tellement prévisibles, ils reprennent le même refrain à l’occasion de la pandémie du Covid-19, qui, outre des conséquences sanitaires déjà dramatiques, aura pour corollaire une dépression économique dont il est encore difficile d’évaluer l’ampleur définitive.

À commencer par le très médiatique Nicolas Bouzou – économiste néo-libéral et propriétaire-fondateur du cabinet d’analyse économique et de conseil Astérès – au micro de Bernard Poirette, sur Europe 1 le 14 mars :

Sur le coût pour les finances publiques, le président de la République a été très clair. Ce coût sera très, très élevé, quelque chose qu’on a tout à fait raison d’assumer […]. Donc, notre endettement va exploser ces prochains mois et ces prochaines années. Nous ferons les comptes après.

Pour tenter de convaincre son auditoire, il use d’un argument d’autorité que ne lui conteste pas Bernard Poirette, totalement ébloui par son hôte, remercié chaleureusement à la fin de l’entretien (« Merci beaucoup Nicolas Bouzou, toujours très clair ») :

Lire la suite

Gaël Giraud : « La sortie du confinement ne sera pas du tout la fin de la crise »

Par Les-crises.fr DT

Source : France Inter, Youtube

Économiste et directeur de recherche au CNRS, Gaël Giraud est l’invité d’Eric Delvaux

Source : France Inter, Youtube

Lire la suite

Coronavirus : ces entreprises qui tirent profit du chômage partiel

Par Les-crises.fr DT

Source : Le Parisien, Bérangère Lepetit

Des employeurs peu scrupuleux ont recours au dispositif exceptionnel de chômage partiel tout en demandant à leurs salariés de continuer à travailler à plein temps. Témoignages.

« De nombreux salariés ont été scandalisés », confie Amanda (le prénom a été modifié), 29 ans. Un vent de révolte gronde depuis le début du confinement dans cette start-up d’une trentaine de salariés qui travaillent dans le domaine de la logistique et la livraison. Il n’y a pas que l’épidémie de Covid-19 qui cristallise l’émotion des salariés, tous en télétravail à domicile depuis le 16 mars. Mais aussi l’attitude de leur patron qui, ayant déclaré à l’Etat l’intégralité des salariés à 85 % en chômage partiel, va toucher des aides de l’Etat et de Pôle emploi… tout en demandant à chacun de continuer à travailler à temps plein!

« Ils nous ont clairement menacés si nous n’acceptions pas, assure Amanda. En plus, avec l’épidémie, tous les Français commandent sur Internet et notre activité de livraison est plus soutenue que d’habitude. Nous ne comptons pas nos heures ces jours-ci », poursuit la jeune femme, commerciale dans cette petite entreprise, « en difficulté économique », selon elle, qui emploie aussi des développeurs informatiques.

Lire la suite

Coronavirus : Des médecins du Lot en colère après avoir reçu des masques de l’État vieux de 19 ans et inutilisables

Par Les-crises.fr DT

Source : Actu 17, Y.C.

Des médecins libéraux de Figeac dans le Lot ont fait part de leur mécontentement après avoir reçu de la part de l’État, des masques datant de… 2001. Ces derniers sont totalement inutilisables.

Des lots de 18 masques de type FFP2 offerts par l’État. Un cadeau qui semble aussi parfait qu’important pour ces médecins, confrontés à des patients contaminés par le coronavirus. Hélas, la réalité est tout autre. Les masques reçus « sont périmés et abîmés », s’agace le docteur Pierre Forcade, interrogé par La Dépêche.

Les inscriptions sur ces équipements de protection ne laissent pas de doute : ils ont été fabriqués il y a 19 ans, en 2001. De quoi provoquer la colère de ces médecins, particulièrement exposés dans cette crise sanitaire. « Lorsque ma consœur du cabinet a mis un des masques, elle a eu les yeux qui piquaient et s’est mise à éternuer », raconte le médecin.

ENTRAIDE CORONAVIRUS : Traducteurs, Transcripteurs, Rédacteurs, Monteur son, RP, journalistes

Par Les-crises

Nous lançons un appel à l’entraide, car nous souhaitons développer notre couverture du Coronavirus.

Nous comptons vraiment sur vous – Merci d’avance

Traducteurs chinois, coréen et bilingues anglais

Nous avons besoin de volontaires pour ces 3 langues.

Transcripteurs

Lire la suite

La France mise sur l’«immunité de groupe» pour arrêter le coronavirus

Par Les-crises.fr DT

Source : Le Figaro, Tristan Vey, 13-03-2020

DÉCRYPTAGE – Sans le dire explicitement, le président de la République a opté pour une gestion au long cours de l’épidémie.

C’est en lisant entre les lignes de l’allocution solennelle du président de la République jeudi soir que l’on peut se faire une idée du choix stratégique opéré en coulisse. En déclarant que l’épidémie de Covid-19 en cours était «la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis plus d’un siècle», Emmanuel Macron s’est évidemment projeté dans l’avenir. Car avec 3661 cas identifiés et 79 morts jeudi, ce n’est pas la situation actuelle qui est dramatique, mais bien celle qui nous attend: des millions de personnes infectées, des centaines de milliers de cas graves, et des dizaines de milliers de morts potentiels.

En d’autres termes, décision a été prise de laisser l’épidémie suivre son cours et de ne pas tenter de l’arrêter brutalement. Cela ne veut pas dire ne rien faire: les pouvoirs publics mettent désormais toute leur énergie à ralentir la propagation du virus pour éviter l’engorgement des services d’urgence. Il s’agit «d’aplanir» la courbe épidémique, en limitant les contacts entre les gens, notamment, pour l’étaler dans le temps. Allonger sa durée pour limiter son ampleur à un instant T. C’est le seul moyen de limiter l’engorgement des hôpitaux.

Les mesures drastiques prises en Italie avaient laissé croire pendant un temps que la France pourrait faire elle aussi le pari de l’endiguement

Lire la suite

Coronavirus : une famille décimée par la maladie émeut l’Amérique

Par Les-crises.fr DT

Mauvaise nouvelle pour les États-Unis : le surpoids semble être un sérieux facteur de risque.

Source : RTL, Philippe Corbé, 20-03-2020

Dans le New Jersey, aux États-Unis, l’histoire tragique d’une famille décimée par le coronavirus montre la viralité dévastatrice de l’épidémie.

La Californie vient de décréter le confinement comme en Italie, en France ou en Espagne. Aux États-Unis, c’est l’état le plus peuplé et le plus riche, avec 40 millions d’habitants. La banque Goldman Sachs estime que plus de 2 millions d’Américains ont perdu leur emploi cette semaine.

Pro Publica et le Washington Post ont aussi révélé cette nuit un potentiel scandale de délits d’initiés. Il est question de deux sénateurs qui auraient profité d’informations reçues en raison de leur poste, sur le danger réel du coronavirus, pour faire des opérations de bourse de plusieurs millions de dollars.

Lire la suite

Bernard Jomier, sénateur et médecin : « gérer le Covid-19 comme ça, ce n’est plus possible »

Par Les-crises.fr DT

Source : Twitter, Bernard Jomier, 14-03-2020

Je ne parle jamais de mon métier de médecin généraliste ici. Parce que j’exerce moins maintenant, et que beaucoup de soignants en parlent bien mieux que moi. Mais la, après mes consultations d’hier, gérer le #Covid_19 comme ça, ce n’est plus possible

J’exerce dans un cabinet de groupe : 3 généralistes + 1 interne + 1 externe + moi le vendredi après-midi. J’ai trouvé mes collègues dépités et il y a de quoi. Les masques ? On en a reçu 50 pour tout le cabinet. Oui même pas 50/médecin. Alors qu’on reçoit 80 à 100 patients/j.

Pourtant il y a 15 jours au sénat le Ministre de la santé m’avait assuré que les professionnels de ville seraient rapidement pourvus. Un kiné nous dit sa recette : il lave les masques pour les réutiliser. Et bien sûr aucun masque FFP2…

Les patients qui viennent pour des symptômes respiratoires et fièvre n’entrent pas dans la salle d’attente; on les fait patienter dans une pièce à part avec un masque. On s’organise, nous.

Lire la suite

Pandémie de coronavirus : « Il n’y a rien à craindre de la globalisation tant que l’on connaît les effets secondaires », affirme Nassim Nicholas Taleb

Par Les-crises.fr DT

Source : 20 minutes, David Blanchard, 13-03-2020

Le philosophe et statisticien américain Nassim Nicholas Taleb revient pour « 20 Minutes » sur la crise du coronavirus, qui entre en résonnance avec sa théorie du « Cygne Noir », mais aussi sur l’importance, selon lui, de la politique au niveau local

Propos recueillis par David Blanchard

Professeur à l’Université de New York, le philosophe et statisticien américano-libanais, Nassim Nicholas Taleb est l’auteur du Cygne Noir, la puissance de l’imprévisible, un essai vendu à plus de 2,5 millions d’exemplaires dans le monde, dans lequel il théorise la survenue d’événements rares, qu’il juge imprédictibles. Selon lui, les hommes rationalisent a posteriori ces événements ayant bouleversé leur existence. Taleb a d’abord théorisé ces événements sur les marchés financiers, avant d’élargir le concept aux événements historiques. La survenue de l’épidémie de coronavirus est vue par de nombreux commentateurs comme un « cygne noir. » Mais qu’en pense le créateur de ce concept ?

Le coronavirus est-il un « cygne noir », comme c’est envisagé dans beaucoup d’articles, à savoir un événement imprédictible qui vient bouleverser l’environnement économique ?

Lire la suite

Didier Sicard : « Il est urgent d’enquêter sur l’origine animale de l’épidémie de Covid-19 »

Par Les-crises.fr DT

Source : France culture, Tara Schlegel, 27-03-2020

Entretien | La recherche se focalise sur les traitements et les vaccins, analyse le professeur Didier Sicard, mais elle néglige l’origine animale de l’épidémie. Spécialiste des maladies infectieuses, il affirme qu’il faut retourner sur le terrain, étudier de plus près la chaîne de transmission des coronavirus.

Didier Sicard est un spécialiste des maladies infectieuses, il a notamment travaillé longtemps sur le VIH. Docteur en médecine interne, il est aujourd’hui professeur émérite à Sorbonne Université. Ce qui le frappe dans cette crise est « l’indifférence au point de départ« , à l’origine de la pandémie.

Très impliqué dans la création de l’Institut Pasteur au Laos, Didier Sicard a pu constater à quel point la transformation de la forêt primaire rapproche l’homme des chauves-souris et donc d’un réservoir de virus qu’on a trop peu étudié.

Par ailleurs, si la Chine a interdit le 24 février dernier « totalement et immédiatement » le trafic et la consommation d’animaux sauvages, une législation analogue existe déjà depuis 2003 sans être appliquée réellement par Pékin. Le professeur Sicard plaide donc pour la création d’un tribunal sanitaire international.

Lire la suite

Interdit d’interdire – Joël Blanchard et Pascal Froissart sur les conséquences de l’épidémie

Par Les-crises.fr

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 26-03-2020

Frédéric Taddeï reçoit :

– Joël Blanchard, historien

– Pascal Froissart, enseignant-chercheur

Lire la suite

Covid-19 : le nombre de cas au rassemblement évangélique de Mulhouse largement sous-estimé

Par Les-crises.fr

Source : France culture, Laetitia Cherel, Abdelhak El Idrissi et Cellule investigation de Radio France, 28-03-2020

Enquête | Contrairement aux premières estimations, ce ne sont pas une centaine mais un millier au moins de fidèles qui ont été contaminés après le rassemblement évangélique de Mulhouse en février dernier. Un des principaux foyers du virus qui a contribué à le propager en France.

Comme chaque année depuis 25 ans, les fidèles se pressent au rassemblement évangélique à Mulhouse, dans le quartier de Bourtzwiller. Cette année, l’événement a lieu du lundi 17 au vendredi 21 février et réunit près de 2 500 fidèles venus de la région mais aussi de toute la France dont des départements d’outre-mer tels que la Guyane. Cinq jours de prière et de jeûne organisés par l’une des plus grandes associations évangéliques de France, La Porte Ouverte chrétienne. « Contrairement à ce que certains responsables politiques ont dit, nous n’avons pas ignoré les règles de sécurité de base, car à l’époque il n’y en avait pas encore, explique Nathalie Schnoebelen, la chargée de communication de la Porte Ouverte. Les gestes barrières n’étaient pas encore recommandés par les autorités sanitaires. Pendant ces cinq jours, les fidèles se sont donc salués, se sont fait la bise, et se sont tenus par la main parfois en priant pendant les célébrations », poursuit-elle. Les autorités sanitaires laissent penser que tout est sous contrôle. Le 21 février, une note de la Direction générale de la santé précise que « la zone à risque est la Chine et Singapour ». L’épidémie n’a pas encore ravagé le nord de l’Italie.

« Je lui ai serré la main et je suis tombée malade le lendemain »

Lire la suite

Première chronologie de l’émergence du Covid-19

Par Les-crises.fr

Source : La vie des idées, Pascal Marichalar, 25-03-2020

Que pouvait-on savoir et prévoir de l’actuelle pandémie et de son arrivée sur le territoire français ? Premiers éléments de réponse à partir d’un corpus bien défini : le très réputé magazine « Science », et les déclarations de l’OMS depuis fin décembre 2019.

Depuis l’interview d’Agnès Buzyn au Monde mardi 17 mars, les critiques pleuvent de toutes parts sur le gouvernement français. La déclaration de l’ex-ministre de la santé, selon laquelle dès janvier elle aurait prévenu le Premier ministre de la gravité potentielle de l’épidémie de nouveau coronavirus – le mettant même en garde sur le fait qu’il faudrait peut-être reporter les élections municipales – a été interprétée comme un aveu terrible : la ministre de la Santé et le reste du gouvernement savaient ce qui risquait d’arriver, et pourtant ils n’auraient pas agi à la hauteur du risque. Depuis, chaque jour qui passe, avec son cortège d’informations sur la pénurie de tests de dépistage et de masque pour les personnels soignants, ne fait que renforcer le discrédit d’un pouvoir politique dont la cote de confiance était déjà largement entamée par la crise des gilets jaunes et la réforme des retraites.

Le 19 mars, un collectif de plusieurs centaines de médecins a porté plainte au pénal contre Agnès Buzyn et Édouard Philippe, au motif qu’ils « avaient conscience du péril et disposaient des moyens d’action, qu’ils ont toutefois choisi de ne pas exercer ». Le lendemain, le président Emmanuel Macron a refusé de se prêter au jeu de l’auto-critique, suggérant que la crise touchant la France n’aurait pas pu être prévue : « Je félicite ceux qui avaient prévu tous les éléments de la crise une fois qu’elle a eu lieu ».

Une histoire du présent

Lire la suite

Le Covid-19 transmis par les particules fines ? L’étude italienne « n’est pas une démonstration scientifique »

Par Les-crises.fr

Source : Marianne, Louis Nadau, 24-03-2020

La corrélation avancée par une équipe de chercheurs italiens entre pollution de l’air et transmission du Covid-19 est accueillie avec un certain scepticisme par plusieurs spécialistes français.

L’hypothèse a de quoi séduire ceux qui voient dans l’épidémie de Covid-19 une punition de dame nature : selon un article de la Société italienne de médecine environnementale, les particules fines serviraient “d’autoroutes” pour la transmission du coronavirus. Fondée sur le croisement des mesures de pollution atmosphérique en Italie du nord et le recensement de cas de Covid-19, la corrélation avancée par l’équipe de douze chercheurs des universités de Bologne, Bari, Milan et Trieste laisse toutefois plusieurs spécialistes français dubitatifs.

UN « BOOSTER » DE L’ÉPIDÉMIE ?

Les scientifiques transalpins ont travaillé à partir des données de l’Agence pour la protection de l’environnement et celles de la Protection civile entre le 10 et le 29 février, en prenant en compte le délai d’incubation du coronavirus. Les chercheurs observent que les phases d’accélération de l’épidémie en Italie du nord sont “concomitantes à la présence de fortes concentrations de particules atmosphériques”. C’est notamment le cas dans la région très industrialisée de Lombardie, où les taux de PM 10 – des particules fines dont la taille est inférieure à 10 microns – ont été supérieurs à la normale sur cette période. Les chercheurs appuient leur argumentation sur la comparaison avec la région romaine qui, malgré la présence de cas au même moment, n’a connu ni pic de pollution, ni flambée de l’épidémie.

Lire la suite

Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée

Par Les-crises.fr

Source : France Bleu, Boris Hallier, 25-03-2020

Les cliniques peuvent accueillir des malades du coronavirus. Mais pour le moment, la fédération de l’hospitalisation privée déplore ne pas être sollicité.

« Sur la région Ile-de-France, nous avons plus de 250 établissements privés. Nous sommes une force d’appoint. Mais nous ne sommes pas sollicités », s’emporte Lamine Gharbi, président de la Fédération de l’hospitalisation privée, invité de France Bleu Paris ce mercredi, alors que le cap des 1.000 patients graves atteints du coronavirus a été franchi en région parisienne.

C’est un contre-sens, il faut que le public et le privé se parlent plus », assure-t-il. « Nous sommes encore dans les guerres de chapelle. »

« Vous pouvez venir vous faire dépister »

Lire la suite

Conflits, pollution, délinquance… les bonnes surprises du coronavirus

Par Les-crises.fr

Source : Les Echos, Catherine Chatignoux, 30-03-2020

Il est minuscule mais terriblement toxique. On le voit à l’oeuvre depuis quelques semaines, déversant son flot de malades dans les hôpitaux du monde entier débordés par l’ampleur de sa nocivité. Il a déjà assigné à résidence 3 milliards d’êtres humains, mis à l’arrêt des milliers d’usines et semble déterminé à plonger la planète dans une dépression économique sans précédent.

Mais à toute chose malheur est bon : l’irruption du Covid-19 a aussi déclenché des bouleversements aussi surprenants qu’inédits. Ce que ni la diplomatie, ni la politique, ni les syndicats, ni les manifestations populaires, ni même les guerres n’ont obtenu ces dernières décennies, Covid 19 le fait, avec une radicalité et une efficacité toute scientifiques.

Une spectaculaire chute de la pollution

Lire la suite

Coronavirus : « Si toute crise devient guerre, nous sommes condamnés à une guerre à perpétuité ! »

Par Les-crises.fr DT

Source : Marianne, Nidal Taibi, 30-03-2020

Catherine Hass est docteure en anthropologie politique et auteure de l’ouvrage « Aujourd’hui la guerre. Penser la guerre. Clausewitz, Mao, Schmitt, Adm. Busch ». Elle y analyse les mésusages contemporains de la notion de « guerre ».

« Nous sommes en guerre ». Martelée à six reprises par le président de la République dans son dernier discours à l’Elysée, et réutilisée de nouveau dans son dernier discours du mercredi 25 mars à Mulhouse, l’expression ne pouvait manquer d’interpeller Catherine Hass, qui a consacré un remarquable ouvrage aux enjeux autour de cette formule.

Marianne : Dans sa dernière allocution télévisée depuis l’Elysée, le président de la République a martelé à six reprises la formule « nous sommes en guerre ». Il a réitéré l’utilisation de cette expression mercredi dernier à Mulhouse. Comment analysez-vous le recours au registre martial dans ce contexte de crise sanitaire ?

Catherine Hass : La déclaration de Macron m’a choqué, stupéfaite : je l’ai trouvée à la fois irresponsable et dangereuse. Stupéfaite parce que précisément nous sommes en paix, un point qu’il faut affirmer avec force puisque c’est parce que nous sommes en paix qu’il est possible de limiter une hécatombe pandémique en confinant strictement et durablement la majeure partie de la population et ce, non pas tant pour sauver sa propre peau mais, très largement, celle des plus vulnérables en essayant de ne pas faire exploser en vol les services hospitaliers d’urgence. Irresponsable car elle vise à faire paniquer les gens et à les mettre au garde à vous là où le contraire aurait dû s’imposer. Dangereuse enfin pour la vitesse avec laquelle le lexique de la politique intérieure s’est martialisé : les « alliés de guerre » de Castaner, les « défaitistes » de Pénicaud, « l’armée de l’ombre » du ministre de l’Agriculture, « le pont aérien » de Philippe pour parler d’avions devant ramener des masques de Chine comme s’il s’agissait de pièces d’artilleries, etc. Si Macron ne l’avait dit qu’une seule fois, nous serions restés dans le domaine de la métaphore, d’une dramaturgie de la crise. Mais dès lors qu’il martèle, avec une aisance impérieuse, six fois « Nous sommes en guerre », il s’agit d’autre chose : il dit une intention politique qui, si elle est n’a pas encore livré toutes ses conséquences, a déjà des effets – l’invraisemblable « état d’urgence sanitaire ». Ses effets nous éloignent donc la seule rhétorique martiale et perdureront sans doute après la période du confinement puisque sa fin ne marquera sans doute pas la fin de « la guerre ». Rappelons que l’état d’urgence décrété après le 13 novembre dura deux ans et que certaines de ses dispositions furent pérennisés dans la loi Colomb sur la sécurité intérieure d’octobre 2017.

Lire la suite

Coronavirus : la pollution de l’air est un « facteur aggravant », alertent médecins et chercheurs

Par Les-crises.fr DT

Source : Le Monde, Stéphane Mandard, 30-03-2020

Les épandages agricoles ont été à l’origine de pics de pollution en Ile-de-France et dans le Grand-Est ce week-end. Un collectif appelle l’Etat à les « limiter drastiquement ».

Ce week-end, un premier épisode de pollution printanier a été constaté en plusieurs points du territoire, notamment en Ile-de-France et dans le Grand-Est, les deux régions les plus touchées par la propagation de l’épidémie de Covid-19. Car, si les mesures de confinement ont permis de réduire la pollution liée au trafic routier avec une chute spectaculaire des émissions d’oxydes d’azote, elles n’ont pas eu d’effet sur les niveaux de particules fines, les plus dangereuses pour la santé, car elles pénètrent profondément dans les voies respiratoires. Ces niveaux ont même augmenté au cours de la semaine à la faveur des conditions météorologiques (ensoleillement et absence de vent) pour dépasser, samedi 28 mars, les limites légales, dans l’agglomération parisienne, le Bas-Rhin ou le Haut-Rhin.

Outre le chauffage résidentiel au bois, cet épisode de pollution se caractérise par « une part importante de particules secondaires formées à partir d’ammoniac et d’oxydes d’azote, l’ammoniac étant issu majoritairement des épandages de fertilisants », rappelle Atmo Grand-Est, l’organisme chargé de la surveillance de la pollution de l’air dans la région. Le processus chimique est bien connu : lors des épandages agricoles, le gaz ammoniac (NH3), en passant dans l’atmosphère, réagit avec les oxydes d’azote (NOx) – issus du trafic routier ou de l’activité industrielle – pour former des particules de nitrate d’ammonium et de sulfate d’ammonium. Ces particules peuvent voyager sur plusieurs kilomètres, d’où les pics de pollution constatés dans des grandes agglomérations, comme Paris, Strasbourg ou Mulhouse.

Les zones touchées par ces pics sont aussi celles qui paient le plus lourd tribut au coronavirus. Dans une note diffusée vendredi 27 mars, Atmo France, qui regroupe l’ensemble des organismes de surveillance de la qualité de l’air, conclut qu’« une exposition chronique à la pollution de l’air est un facteur aggravant des impacts sanitaires lors de la contagion par le Covid-19 ».

Lire la suite

Hôpital public : la note explosive de la Caisse des dépôts

Par Les-crises.fr DT

Source : Mediapart, Laurent Mauduit, Martine Orange 01-04-2020

À la demande d’Emmanuel Macron, la Caisse des dépôts travaille à un plan pour l’hôpital public. Mediapart en révèle le contenu. Au lieu de défendre l’intérêt général, il vise à accélérer la marchandisation de la santé et sa privatisation rampante.

Depuis que la crise sanitaire a déferlé sur le pays, Emmanuel Macron a dit à plusieurs reprises qu’il veillerait à défendre l’État-providence. Une conversion surprenante : dans le passé, il a toujours défendu des positions néolibérales, très critiques à l’encontre de cet État-providence. Mais il assure désormais qu’il ne sera pas prisonnier de ces croyances. « Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, a-t-il dit lors de son allocution au pays le 12 mars, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, [pour] notre État-providence, ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe […]. Il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. »

Malgré tout, sans doute est-il prématuré de croire dès à présent qu’Emmanuel Macron a changé. En tout cas, le plan que la Caisse des dépôts et consignations (CDC) est en train d’élaborer à sa demande pour l’hôpital public, et dont Mediapart est en mesure de révéler la première ébauche, va totalement à rebours de ses déclarations. Ce document expose une série de propositions qui s’inscrivent toutes dans la philosophie néolibérale qu’Emmanuel Macron a toujours défendue par le passé. Privatisation rampante au travers de sulfureux partenariats public-privé (PPP), marchandisation accélérée de la santé : voilà un plan qui tourne le dos aux valeurs de l’État-providence.

Si l’on en croit les critiques que nous avons recueillies auprès de plusieurs experts de l’économie de la santé ou de l’hôpital, ce plan pourrait même attiser de violentes polémiques dans le pays, tant il contredit la posture prise par le chef de l’État depuis le début de la pandémie.

Lire la suite

Coronavirus : les laboratoires se préparent à produire de la chloroquine en grande quantité

Par Les-crises.fr DT

Source : Sud-Ouest, 29-03-2020

La chloroquine, traitement à l’étude pour soigner le nouveau coronavirus, ne devrait pas manquer. Des laboratoires français, indiens et américains se tiennent prêts pour répondre à la demande

Karine Lacombe, qui critique des méthodes de Didier Raoult, est-elle en «conflit d’intérêt» avec les laboratoires concurrents ?

Par Les-crises.fr DT

Source : Check News, Fabien Leboucq, 26-03-2020

La professeure s’est fait remarquer pour son attaque en règle contre le recours non encadré à l’hydroxychloroquine. Ses contempteurs lui reprochent ses liens avec les laboratoires fabriquant les autres médicaments sur le banc d’essai pour traiter le Covid-19.

Bonjour,

«Cette histoire va au-delà de toute controverse scientifique. Je suis absolument écœurée par ce qu’il se passe.» La professeure Karine Lacombe est ferme, dans le JT de 13 heures de France 2 du 23 mars. La cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, à Paris, est interrogée sur les essais contestés du professeur Didier Raoult concernant l’hydroxychloroquine, ce médicament qui pourrait soigner le Covid-19, et sur son annonce d’en distribuer largement aux malades.

«Sur la base d’un essai qui est absolument contestable sur le plan scientifique et qui ne montre absolument rien quand on regarde exactement les chiffres et la façon dont il a été mené, on expose les gens à un faux espoir de guérison, poursuit Karine Lacombe. Utiliser un médicament comme ça, hors AMM, c’est-à-dire hors autorisation de mise sur le marché, en exposant les personnes qui le prennent à des complications, sans avoir vérifié les conditions de base de la chloroquine, je pense que c’est en dehors de toute démarche éthique. Même si ce médicament peut potentiellement avoir une activité, ce qui a été montré sur des données in vitro. On ne peut pas comme ça maintenant le donner à n’importe qui dans n’importe quelles conditions. Je pense que c’est extrêmement dangereux.»

Lire la suite

Chloroquine – Didier Raoult traité de “fou furieux” : il embarrasse Emmanuel Macron

Par Les-crises.fr DT

Source : Gala, Sophie Vincelot, 24-03-2020

Le professeur Didier Raoult, qui propose un traitement expérimental à base de chloroquine pour soigner le coronavirus, ne fait pas l’unanimité au sein de la classe scientifique et politique. Il embarrasse même jusqu’au sommet de l’Etat, comme le racontent nos confrères du Parisien.

« Journal de crise des blouses blanches » : « Le défaut des médias est de ne signaler que les décès »

Par Les-crises.fr DT

Source : Le Monde, 28-03-2020

« Le Monde » donne la parole, chaque jour, à des personnels soignants en première ligne face au coronavirus. Ils racontent « leur » crise sanitaire. Episode 7.

ls travaillent à l’hôpital ou en médecine de ville, ils sont généralistes, infirmières, urgentistes, sages-femmes : une quinzaine de soignants, en première ligne face à la pandémie de Covid-19, ont accepté de nous raconter leur quotidien professionnel. Chaque jour, dans ce « Journal de crise », Le Monde publie une sélection de témoignages de ces « blouses blanches ».

« Un patient de 61 ans a fugué ! Il en a eu marre, il n’avait plus qu’une petite dose d’oxygène

Lire la suite

Romain Dureau : « La crise du coronavirus est le grain de sable qui bloque l’agriculture mondialisée »

Par Les-crises.fr DT

Source : Marianne, Hadrien Mathoux, 30-03-2020

L’agroéconomiste tire le bilan des conséquences de l’épidémie sur notre modèle agricole et lance des pistes pour profondément réformer un système structuré par le libre-échange et la concurrence effrénée.

Entre la fermeture des frontières, l’appel aux citoyens à aller « aux champs » et la fermeture des marchés, l’épidémie de coronavirus a bouleversé notre modèle agricole dans ses certitudes. Afin d’éclaircir l’impact du Covid-19 et dresser des perspectives pour le futur, Marianne a interrogé Romain Dureau, agroéconomiste et cofondateur du laboratoire d’idées Urgence transformation agricole et alimentaire (UTAA), qui prône l’instauration d’un nouveau système de production appuyé sur la relocalisation, l’agriculture paysanne et le protectionnisme.

Marianne : Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a proposé ce mardi 24 mars aux personnes qui ne travaillent pas d’aller « rejoindre la grande armée de l’agriculture française » pour pallier le manque de saisonniers dû à la fermeture des frontières. Qu’a changé la crise du coronavirus pour nos agriculteurs ?

Lire la suite

Coronavirus, masques, tests : le gouvernement s’explique et promet un coup d’accélérateur

Par Les-crises.fr

Source : Les Echos, Par Isabelle Ficek, Solveig Godeluck, 28-03-2020

« Les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles », a prévenu Edouard Philippe, lors d’une conférence de presse sur l’épidémie, ce samedi. Un exercice d’explication de la gestion de la crise. La capacité de réanimation va être portée de 5.000 à 14.000 lits. Un milliard de masques ont été commandés, ainsi que 5 millions de nouveaux tests de dépistage rapide. Les personnes âgées en Ehpad seront confinées dans leur chambre.

Le Premier ministre avait promis vendredi cette opération transparence et explications face à une confiance des Français qui s’érode dans cette crise sanitaire inédite du coronavirus . Alors ce samedi, lors d’une conférence de presse en compagnie du ministre de la Santé, Olivier Véran, il a souligné d’abord « une crise sanitaire sans précédent depuis au moins un siècle », avec à la clef « des mesures exceptionnelles » : « Jamais un confinement généralisé du pays n’avait été mis en place » a martelé Edouard Philippe, relevant que cette crise « n’est pas seulement française, elle est née en Chine et elle est désormais européenne. Elle est devenue mondiale. […] Au moment où je vous parle, près de la moitié de l’humanité est confinée. C’est du jamais-vu. » De quoi rappeler le caractère absolument inédit de la situation.

« Les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles »

Face à cette crise, le chef du gouvernement a aussi redit que « nous devons collectivement faire face à un défi considérable, un effort intense, qui va s’inscrire dans la durée. » Lui qui tente de préparer depuis plusieurs jours l’opinion à des moments plus difficiles encore, a lâché : « Le combat ne fait que commencer. Les 15 premiers jours d’avril seront difficiles, encore plus difficiles que ceux qui viennent de s’écouler. » Vendredi, il avait prévenu déjà qu’une « vague extrêmement élevée […] déferle » sur la France.

Lire la suite

Covid-19 : Le devoir d’irrespect …Par Guillaume Berlat

Par Les-crises.fr

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 23-03- 2020

« La critique est aisée mais l’art est difficile » (Philippe Néricault, de son nom de scène Destouches, 1732).

S’il convient de savoir raison garder afin de porter un jugement pondéré sur la gestion de la crise sanitaire d’une ampleur inconnue depuis bien longtemps, il ne saurait être question de rester coi2. En effet, le moins que l’on puisse dire est qu’entre l’imprévisible et l’impossible, il existe une marge. Ne dit-on pas que gouverner c’est prévoir ? Aujourd’hui, ce serait plutôt gouverner, c’est subir. Souvenons-nous que l’épidémie de coronavirus a débuté à la fin de l’année 2019 en Chine de manière paroxystique et nous sommes aujourd’hui, trois mois après. Il serait malhonnête de prétendre qu’elle nous a pris par surprise en ce début de printemps 2020 tant en France qu’en Europe.

Nos dirigeants n’ont, semble-t-il, pas prise la mesure d’un tel tsunami sanitaire lorsqu’ils nous prodiguaient de bonnes paroles semblables à celles que leurs prédécesseurs nous assenaient après la crise de Tchernobyl (le nuage radioactif s’était arrêté à la frontière française !). L’État comme puissance d’anticipation, comme levier et ressourcerie pour les défis à venir n’existe plus3. Mais, s’il y a faute lourde indéniable de la « Grande nation », pour ne pas dire naufrage collectif de la France donneuse de leçons, il y également faillite collective qu’il s’agisse de l’Union européenne ou de la Chine.

Les mécanismes de régulation tels que la mondialisation et le multilatéralisme n’ont malheureusement pas rempli leurs fonctions. Il est vrai qu’ils sont en crise depuis belle lurette et que nos dirigeants détournent pudiquement le regard depuis longtemps déjà.

Lire la suite

Noam Chomsky : « Nous allons surmonter la crise du coronavirus, mais nous avons des crises plus graves devant nous »

Par Les-crises.fr

Source : Pressenza, Noam Chomsky, 31-03-2020

Noam Chomsky, le linguiste bien connu et analyste politique étatsunien de 91 ans, s’est entretenu avec Srećko Horvat sur DiEM25 TV depuis Arizona US, où il s’isole à cause de la pandémie. Chomsky a souligné que la crise sanitaire du coronavirus est très grave et aura de graves conséquences, mais qu’elle sera temporaire, alors qu’il y a deux autres horreurs plus graves pour l’humanité: la guerre nucléaire et le réchauffement climatique. Son analyse souligne que toutes ces menaces sont intensifiées par les politiques néolibérales, et qu’après la fin de cette crise, les options seront soit des États plus autoritaires et brutaux, soit une reconstruction radicale de la société avec des termes plus humains.

Selon Chomsky, il est choquant qu’en ce moment crucial, Donald Trump soit en tête, qu’il décrit comme un bouffon sociopathe. « Le coronavirus est suffisamment grave, mais il est bon de rappeler que deux menaces bien plus importantes se profilent, bien pires que tout ce qui s’est passé dans l’histoire de l’humanité :

L’une est la menace croissante d’une guerre nucléaire et l’autre, bien sûr, est la menace croissante du réchauffement climatique.

Lire la suite

Polémique sur l‘hydroxychloroquine – Par le Conseil national de l‘Ordre des médecins

Par Les-crises.fr

Source : Conseil national de l‘Ordre des médecins, 27-03-2020

L’Ordre des médecins appelle les médecins à attendre la confirmation ou l’infirmation de l’utilité de la prescription de ce traitement.

Lire la suite

Coronavirus « La France pourrait se retrouver dans la même situation que l’Italie »

Par Les-crises.fr

Source : What’s up Doc, Julien Moschetti, 27-03-2020

Infectiologue à l’hôpital américain de Paris et président de la Société de médecine des voyages (SMV), le Pr Christophe Rapp est revenu en longueur pour WUD sur l’épidémie du Covid-19, qui, selon lui, est en réalité déjà une pandémie. Qu’il s’agisse de la piste de la chloroquine (médicament couramment utilisé contre le paludisme), de l’état actuel des recherches, des traitements actuellement utilisés, des délais pour obtenir un vaccin… Mais aussi, bien-sûr, de la situation en France, en Italie et à l’international. Interview « vous saurez presque tout sur le Covid-19 » !

Lire la suite

Jean-Michel Claverie : « Mieux vaut de faux espoirs que de vrais morts »

Par Les-crises.fr

Source : Sciences et Avenir, Dominique Leglu , 25-03-2020

« Pourquoi ne pas essayer l’hydroxychloroquine in vivo ? », autrement dit, cet anti-paludéen recommandé par le Pr Didier Raoult sur les personnes contaminées par le coronavirus, interroge Jean-Michel Claverie, professeur émérite de génomique et bioinformatique à l’école de médecine d’Aix-marseille. L’administrer, c’est peu ou prou pratiquer « de la médecine de guerre », comme il l’a déclaré à Sciences et Avenir. Et ce, lors d’une crise sanitaire due au coronavirus Sars-CoV-2 comme celle que nous sommes en train de vivre. Lors d’une atteinte de Covid-19, « c’est bien sûr le plus tôt possible qu’il faut administrer (cette hydroxychloroquine) pour enrayer l’évolution vers la pneumonie ». C »est ainsi qu’il s’exprime dans la « Revue politique et parlementaire », dans un article intitulé « Plaquenil : trop tard ne vaut pas mieux que jamais« . L’ancien directeur de recherche au CNRS, mondialement connu pour ses travaux sur les virus géants, récompensé en novembre 2019 avec Chantal Abergel par le prix Jaffé de l’ Académie des sciences, y dénonce comme une « absurdité des demi-mesures politiques guidées par la volonté de ne déplaire ni aux uns (le corps médical), ni aux autres (le grand public) (…) la décision récente qui restreint l’utilisation du Plaquenil aux malades en « état grave » (c’est-à- dire en pleine pneumonie) ». Rappelons que le Plaquenil est le nom commercial de l’hydroxychloroquine. Il a accepté de répondre aux questions de Sciences et Avenir.

Sciences et Avenir : Un essai clinique européen vient d’être décidé, où sera évaluée l’efficacité de l’hydroxychloroquine. Pourquoi y voyez-vous une absurdité ?

Jean-Michel Claverie : Ce qui me scandalise, c’est que d’ici aux résultats du test, on aura des milliers de morts. Mieux vaut de faux espoirs que de vrais morts. On sait que l’hydroxychoroquine est efficace in vitro pour détruire le virus, pourquoi ne pas l’essayer sur les malades du Covid-19 ? Et le plus tôt possible, sans attendre que la maladie soit à un stade sévère où les poumons sont déjà fortement atteints. On se dit, comme dans la médecine de guerre, on va essayer ça ! Quand les poumons sont trop abîmés, détruire le virus à ce stade est inutile.

Ce n’est pas très scientifique…

Lire la suite

«Ils enterrent des Pokémon» : dérapage sur BFMTV lors de l’hommage aux victimes du coronavirus en Chine

Par Les-crises.fr

Source : Le Parisien, J.Cl., 04-04-2020

Un micro mal éteint et c’est une blague de très mauvais goût qui passe à l’antenne. Emmanuel Lechypre, présentateur de la chronique économique de BFMTV, a dérapé en direct, et de manière audible, ce samedi matin.

Lire la suite

Coronavirus, AIFA [Agence italienne du médicament, NdT] : peu de preuves de l’efficacité de l’antiviral japonais

Par Les-crises.fr

Source : Rai News, 22-03-2020

L’Agence italienne du médicament : les premiers retours sur les essais en cours seront disponibles d’ici un mois. 20 médicaments et 35 vaccins attendent l’évaluation de l’Agence européenne des médicaments

« À ce jour, il n’existe aucune étude clinique publiée concernant l’efficacité et la sécurité du médicament » favipiravir (nom commercial Avigan) « dans le traitement de la maladie Covid-19 ».

C’est que précise l’Agence italienne des médicaments (AIFA), concernant les informations diffusées sur l’utilisation du produit contre l’infection par le nouveau coronavirus.

« Le favipiravir – explique l’AIFA – est un antiviral autorisé au Japon depuis mars 2014 pour le traitement des formes de grippe causées par des virus grippaux nouveaux ou réémergents, et son utilisation est limitée aux cas où les autres antiviraux sont inefficaces. Le médicament n’est autorisé ni en Europe ni aux États-Unis. »

Lire la suite

Covid-19 : dans le Haut-Rhin, les chiffres officiels à l’épreuve des avis de décès

Par Les-crises.fr

Source : Next Impact, Jean-Marc Manach, 27-03-2020

Les chiffres officiels des décès dûs au Covid-19 sont minorés : seuls sont comptabilisés ceux dans les hôpitaux. Nous avons analysé le nombre d’avis de décès parus dans la presse du Haut-Rhin, le département le plus touché. Ils révèlent un taux de mortalité des personnes âgées qui est probablement très sous-estimé.

Ce 25 mars 2020, l’agence Santé publique France, qui publie des données relatives à l’expansion de Covid-19 pour la France et chaque département sur data.gouv.fr, répertoriait 239 décès (contre 187 la veille, soit +28 %) dûs au SARS-CoV-2 rien que pour le Haut-Rhin. C’est le plus touché par la pandémie, en France.

MaJ : ce 27 mars, 29 décès de plus ont été recensés en date du 26 mars, portant le nombre total à 268 (soit 12% de plus que le 25), puis 22 décès ce 27 mars (soit +8% que le 26), et 290 au total.

Le département du Haut-Rhin comptait 16 % du total des 1 696 morts répertoriés dans l’ensemble du pays ce 25 mars, et 14,5% des 1995 décès en date du 27 mars (voir aussi cette infographie réalisée par France Inter, ainsi que l’évolution des chiffres, notamment le nombre de morts cumulées) :

Lire la suite

Covid-19 : un Européen sur vingt serait déjà infecté

Par Les-crises.fr

Source : Les Echos, Yves Bourdillon

Un vingtième de la population des onze principaux pays d’Europe occidentale est déjà infecté par le coronavirus Sars-CoV-2. C’est le chiffre impressionnant avancé par un rapport publié par l’Imperial College de Londres, institut de référence sur les questions d’épidémie.

1,9 million de Français atteints

Les chercheurs de l’Imperial College, qui avaient été parmi les premiers à mettre en garde contre le risque de pandémie, dès janvier, estiment probable qu’environ 5,9 millions d’Italiens , 7 millions d’Espagnols, 1,9 million de Français, 1,7 million de Britanniques, mais seulement 600.000 Allemands soient infectés. Au total, le rapport estime que la proportion de population infectée varie de seulement 0,4 % en Norvège, à 3% en France, 9,8% en Italie et à 15 % en Espagne, pour un total de 18 millions de cas dans ces onze pays, soit 5 % de la population.

Une évaluation difficile

Lire la suite

En plein confinement, une élue LREM essaie de rapatrier de force sa collaboratrice

Par Les-Crises.fr Gr

Source : David Perrotin, pour Libération

Selon nos informations, la députée de Paris Laetitia Avia remue ciel et terre depuis lundi soir pour faire revenir dans la capitale une de ses collaboratrices, malade et en vacances. Jusqu’à solliciter le ministère de l’Intérieur.

En plein confinement, une élue LREM essaie de rapatrier de force sa collaboratrice.

«Restez chez vous!» Depuis quelques jours, la députée LREM Laetitia Avia martèle le message officiel sur son compte Twitter, insistant sur l’importance de ne pas propager le Covid-19 et de se protéger de l’épidémie. Sauf que dans le même temps, elle demande tout à fait autre chose de ses collaborateurs : la porte-parole d’En marche, élue parisienne, a en effet exigé que tous ses collaborateurs puissent télétravailler, mais seulement depuis Paris. Et a donc ordonné lundi soir à l’une de ses collaboratrices de rentrer immédiatement à Paris alors que celle-ci se trouvait en vacances loin de la capitale jusqu’au 21 mars. L’ordre de la parlementaire est tombé juste après l’allocution présidentielle annonçant le passage de la France au confinement. «Cette collègue est en vacances depuis le 7 mars dans le Gard et sa députée veut depuis lundi soir qu’elle rentre à Paris. Ce qu’elle a clairement refusé pour faire prévaloir sa santé. Cela n’a aucun sens», raconte la secrétaire générale du syndicat Solidaires de l’Assemblée nationale, Laurence de Saint-Sernin, qui a été alertée dès mardi : «D’après les éléments qui nous sont remontés, la députée ne cesse de lui demander de revenir. Elle met en danger sa collaboratrice, prend le risque de propager l’épidémie et ignore les règles liées au confinement de la population.»

Lire la suite

Coronavirus : Facebook et Twitter font la police des contenus… y compris ceux des chefs d’Etat

Par Les-crises.fr DT

Source : Marianne, Louis Hausalter, 31-03-2020

Facebook et Twitter ont effacé des contenus postés par le président brésilien Jair Bolsonaro et son homologue vénézuélien Nicolas Maduro à propos du coronavirus, invoquant des motifs sanitaires. Une attitude qui pose question… et contredit même la position de principe adoptée par Twitter sur les tweets controversés de responsables publics.

A première vue, les géants américains du web rendent de fiers services pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Facebook a mis en ligne un « centre d’information » et distille à ses utilisateurs les consignes des autorités sanitaires. « Sauvez des vies, restez à la maison », peut-on ainsi lire sur le réseau social, qui s’emploie aussi à mettre en relation les personnes qui demandent de l’aide avec des bénévoles. Twitter renvoie docilement vers le site du gouvernement français pour « connaître les faits » sur la pandémie et Google relaie sur sa page d’accueil les « 5 gestes barrière pour freiner le coronavirus ».

ELOGE DE L’HYDROXYCHLOROQUINE

Des intentions louables, mais qui ont leur face sombre : l’excès de zèle… quitte à censurer des représentants élus. Ainsi, Facebook, Instagram et Twitter ont supprimé deux vidéos des comptes du président brésilien, Jair Bolsonaro, qui le montraient en train de prendre des bains de foule à Brasilia, dimanche. Un comportement qui contredit les recommandations de son propre ministre de la santé : celui-ci préconisait la veille l’éloignement physique pour limiter les risques de propagation du virus ! Mais Bolsonaro n’en a cure : climato-sceptique notoire, l’ex-militaire marqué à l’extrême droite montre également des symptômes de « corona-scepticisme », lui qui considère ce virus comme une « petite grippe » qui ne saurait justifier de perturber l’économie brésilienne.

Lire la suite

Une commande française de masques détournée vers les Etats-Unis sur un tarmac chinois

Par Les-crises.fr DT

Source : Libération, Dominique Albertini, 01-04-2020

Les collectivités tentent d’importer des millions de masques pour les distribuer à leurs soignants et aux Ehpad. Mais l’une de ces commande a été raflée à coups de dollars par des Américains.

L’épisode en dit long sur la ruée vers les masques qui occupe ces jours-ci les grandes puissances. Et sur les pratiques agressives de ces dernières. Il a été rapporté mardi soir, sur la chaîne RT, par le président de la région Paca et de l’Association des régions de France, Renaud Muselier. Comme d’autres présidents de collectivités, celui-ci a passé commande à un fournisseur chinois de plusieurs millions de masques hygiéniques, censés alimenter les établissements de santé et les EHPAD de sa région.

«La commande avec le paiement a été réalisée, c’est-à-dire que les masques sont fabriqués et en attente en Chine, assurait l’élu. La difficulté que nous rencontrons c’est l’acheminement. […] Ce matin sur le tarmac [de l’aéroport], en Chine, une commande française a été achetée par les Américains cash, et l’avion qui devait venir en France est parti directement aux Etats-Unis. Devant ces problèmes, je suis en train de sécuriser la marchandise de façon à ce […] qu’elle ne soit pas saisie ou achetée par d’autres.» Au prix d’un retard de plusieurs jours dans la livraison.

«Ils payent le double»

Lire la suite

❌