Lateo.net - Flux RSS en pagaille (pour en ajouter : @ moi)

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 20 septembre 2019Journal du Geek

[VIDÉO] Vous n’avez pas suivi l’IFA ? On fait le point sur toutes les innovations marquantes en 2019

Par Remi Lou

Présentation : Anh Phan / Montage : Rémi Lou

En conclusion de cet IFA 2019 ? Pas de révolution, tout en évolution, et donc pas tellement de surprise, maintenant que la plupart des grands constructeurs font désormais leurs propres événements en marge des salons. Mais qu’importe, c’était l’occasion de rêver sur le monde de demain, avec des produits bien réels qui vont prochainement débarquer dans nos vies. À l’année prochaine ! 

Apex Legends : le personnage de Crypto se dévoile dans un court-métrage

Par Jason Mathurin
Crédits : Apex

La saison 3 d’Apex Legends va débuter ce 1er octobre 2019, rapporte Engadget. Une mise à jour qui va inclure pas moins de 100 items en jeu, un nouvel arsenal d’armes, dont un nouveau Battle pass contenant une nouvelle arme – le Charge Rifle -, un mode de ligues classées amélioré mais surtout, un nouveau personnage jouable : Crypto, qui donne son nom à cette nouvelle saison. Dans le même temps que l’annonce de la saison 3, Respawn, le studio derrière Apex Legends, a dévoilé “Forever Family” ; une courte séquence vidéo dévoilant le background de Crypto. On y voit le personnage  sauter de toits en toits et rejoindre les rues d’Angel City, pour fuir ses assaillants. Un teaser qui aura de quoi régaler les fans de Titanfall et Titanfall 2, autre jeu signé Respawn.

Pour ceux qui n’ont pas encore plongé dans l’univers d’Apex Legends, il s’agit d’un jeu de Battle Royal en free-to-play souvent considéré comme le concurrent direct de Fortnite, dans lequel s’affrontent en équipe des héros, chacun dotés de particularités qui leur sont propres. Gibraltar, dit la forteresse blindée, Mirage l’illusionniste holographique ou encore Nathalie Wattson, la défenseuse statique et maintenant Crypto. La biographie officielle de Crypto le présente comme un personnage “cool, calme, recueilli, qui déploie des drones de surveillance spécialisés pour participer au combat et rester à l’abri des projecteurs”. Crypto vous permettra d’agir dans l’ombre et d’épauler vos camarades de jeu à distance. Il assurera le monitoring, afin de permettre à l’équipe de prendre le dessus sur leurs adversaires.

OnePlus annonce le déploiement d’Oxygen OS 10.0 basé sur Android 10 sur ses OnePlus 7 et OnePlus 7 Pro

Par Gregori Pujol

La mise à jour sera disponible ce samedi, elle sera reçue par un nombre limité d’utilisateurs dès samedi et aura un déploiement plus large dans les prochains jours si tout se passe bien.

Source : @OnePlus

Voici la liste des nouveautés :

  • Système
    • Mise à niveau vers Android 10
    • Nouveau design de l’UI
    • Autorisations de localisation plus poussées pour une confidentialité mieux contrôlée
    • Nouvelle fonctionnalité de personnalisation dans les paramètres permettant notamment de choisir les formes d’icônes à afficher dans les paramètres rapides
  • Gestes en plein écran
    • Ajout de balayages vers l’intérieur depuis le bord gauche ou droit de l’écran pour revenir en arrière
    • Ajout d’une barre de navigation inférieure pour permettre de défiler à gauche ou à droite dans les applications récentes
  • Game Space
    • La nouvelle fonctionnalité Game Space regroupe tous les jeux en un seul endroit pour un accès plus facile et une meilleure expérience de jeu.
  • Affichage intelligent
    • Informations intelligentes prises en charge basées sur les heures, les lieux et les événements spécifiques pour Ambient Display (Paramètres > Affichage > Ambient Display > Smart Display)
  • Message
    • Il est maintenant possible de bloquer les spams par mot clé pour Message (Messages – Spam – Paramètres – Paramètres de blocage)

[Prise en main] Kugoo S1 Pro, la trottinette électrique sans grandes améliorations mais abordable

Par Elisa

Les trottinettes électriques, ce n’est pas une découverte, ont envahi les rues comme des pâquerettes. Beaucoup de fabricants surfent donc sur cette invasion et proposent leur propre trottinette électrique : en début d’année, nous avions testé la Kugoo S1, un modèle à moins de 300 euros. Le fabricant a également commercialisé la version Pro, tout naturellement baptisée Kugoo S1 Pro.

Un premier petit problème s’est présenté à nous : impossible de la plier. Elle dispose en effet d’une petite pédale violette où il suffit d’exercer une pression du pied pour la plier en deux. Malgré les efforts et les muscles de chaque personne de la rédaction, la trottinette a fait de la résistance. Il a donc fallu la transporter telle quelle dans les escaliers et transports, ce qui n’est franchement pas pratique pour une trottinette qui pèse 11kg.

La vitesse et le freinage

La Kugoo S1 Pro dispose d’un écran LCD affiche directement les données de vitesse, kilométrage, temps, puissance, etc, que l’on peut changer via ses boutons présents sur l’avant du boîtier. La S1 Pro est également dotée de 3 vitesses différentes : 13km/h, à 18 km/h et 25 km/h pour notre modèle. En effet, selon la version choisie, la trottinette peut aller jusqu’à 30 km/h. Cependant, on ne peut pas passer de la troisième à la deuxième par exemple, il faut obligatoirement repasser par la première.

Sur le guidon, on trouve deux gâchettes : celle de droite pour l’accélération, celle de gauche pour un freinage électromagnétique (assez violent on y reviendra), on peut également freiner grâce à la roue arrière (frein manuel). Les accélérations et les freinages sont assez secs et violents : si on actionne la gâchette de freinage d’un coup, il y a de fortes chances de passer par dessus le guidon. Pareil pour la gâchette d’accélération, il faut l’actionner progressivement pour ne pas être surpris et se retrouver les fesses sur le trottoir.

La sécurité avant tout !

Équipée d’un phare avant et arrière, de clignotants aux extrémités du guidon et d’un klaxon, la S1 Pro garantit une sécurité renforcée sur la route. Ses roues en « nid d’abeille » , une structure de pneus pleins « nid d’abeille » sensé amortir les chocs, sont couplées avec des amortisseurs. Mais les chocs comme les nids de poule peuvent quand même bien se faire ressentir. On note également que Kugoo a équipé sa trottinette Pro d’une planche de métal entièrement grippée, contrairement à la S1 qui ne comportait qu’une fine bande anti-dérapente.

La Kugoo S1 Pro dispose d’une autonomie annoncée de 30 km, grâce à sa batterie 7.5 Ah et son moteur 350 W. Elle est également certifiée IP54, ce qui la rend résistante aux projections d’eau et à la poussière. Une nette amélioration par rapport à la S1 qui n’était pas du tout étanche, mais essayez d’éviter au maximum de l’utiliser par temps pluvieux. La trottinette n’est pas connectée : pas de Bluetooth, de wi-fi ou d’application dédiée.

La Kugoo S1 Pro est disponible à 310,99 euros sur le site Geekbuying avec le code Journaldugeek !

Code promo : Journaldugeek

 

[Idée cadeau] Total Geek-Art : la bible de la pop culture et de l’art inspiré par les cultures de l’imaginaire est de retour

Par Gregori Pujol

Achetez-le sur Amazon

Enfants des années 1980 ou millenials connectés, ils ont tous grandi avec la pop culture. Qu’il s’agisse de Star Wars ou Stranger Things, de X-Files ou X-Men, les personnages de ces univers, venus de la bande dessinée, du cinéma, de la télé ou du jeu vidéo, les ont accompagnés pour finalement faire partie à jamais de leur imaginaire.

Devenus artistes, c’est tout naturellement qu’ils les ont intégrés dans leur oeuvre, donnant naissance à un nouveau courant artistique à part entière : le GEEK-ART. Cette compilation de 416 pages recueille les travaux de près de 80 peintres, illustrateurs, sculpteurs pour offrir un panorama international de cette expression. Elle propose aussi le portrait de ses plus grands fondateurs ainsi que des éclairages sur les modes les plus récentes, comme le retour des pin’s, le développement de la photographie de jouets ou la consécration de l’art vidéoludique.

Total Geek-Art est disponible dès maintenant au prix de 39,95 euros.

L’application Google Maps teste son mode Incognito

Par Jason Mathurin

Soucieux de soigner son image en termes de protection de la vie privée de ses utilisateurs, Google vient de mettre en place un mode Incognito, qu’il fait tester à quelques utilisateurs sur la dernière version bêta de Google Maps. Cette fonctionnalité devrait vous permettre de faire vos recherches, sans vous soucier de ce que Google conservera sur votre profil. Une fois activée, une fenêtre pop-up vous informe que vous êtes en navigation privée. D’après DroidLife, cité par le site tech Engadget, l’email d’invitation indique : “Utilisez le mode Incognito dès que vous ne voulez pas que votre activité – comme les lieux que vous recherchez où vers lesquels vous vous dirigez – soit associée à votre compte Google”. 

Force est de constater que le géant du web cherche à redorer son blason en termes de vie privée des internautes. En milieu d’année, Google avait promis plus de confidentialité à travers ses outils, lors de sa conférence Google I/0. Le mode Incognito fait donc partie de la liste de mesures dans ce sens. La filiale d’Alphabet espère aussi appliquer un mode similaire à ses autres applications. C’est déjà le cas de YouTube depuis mai dernier. En parallèle, XDA developers a révélé que les lignes de code du fichier APK de Google Maps dissimulaient une nouvelle fonction qui devrait bientôt voir le jour : Eyes Free. Ce mode permettra aux piétons de ne pas avoir les yeux rivés sur leur écran, en donnant des instructions vocales plus précises.

Notre sélection des meilleures protections pour l’iPhone 11, l’iPhone 11 Pro et l’iPhone 11 Pro Max

Par Remi Lou
Crédits : Apple

Les nouveaux iPhone sont enfin là. Présenté le 10 septembre dernier, les derniers smartphones d’Apple rattrapent en grande partie leur retard sur la concurrence – qui avait fait d’énormes progrès en photo – et misent tout sur un nouveau bloc photo ultra-performant et des performances brutes qui soufflent ses concurrents. Qui dit nouvel iPhone, dit changement de design, et les iPhone 11, iPhone 11 Pro et iPhone 11 Pro Max ne dérogent pas à la règle avec ces nouveaux objectifs et une nouvelle texture mate à l’arrière pour le modèle « Pro ». Si les changements sont mineurs, cela suffit pour rendre vos anciennes coques incompatibles avec les nouveaux modèles. Par ailleurs, le dos des trois modèles reste fait de verre, ce qui les rend vulnérables à la moindre chute, raison de plus pour les protéger (surtout quand on en connaît le prix).

Certes, on trouve pléthore de coques à prix cassé sur Amazon, eBay et consorts. Cependant, celles-ci sont souvent assez cheap, même si on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise. Cela semble malgré tout très risqué car on ne sait jamais à quoi s’attendre, et rien ne vaut une marque connue et reconnue qui a largement fait ses preuves. D’autant qu’après avoir craqué son PEL pour se procurer l’un des tous derniers modèles d’iPhone, ce serait bête de vouloir économiser quelques euros sur une bonne protection, et de le regretter amèrement à la première chute. Si vous avez décidé de craquer pour un nouvel iPhone cette année, on vous propose donc une sélection des meilleures protections déjà disponibles sur le marché pour iPhone 11, iPhone 11 Pro et iPhone 11 Pro Max.

Les coques officielles d’Apple

On commence tout d’abord par les solutions proposées par Apple. Pour chaque modèle, on retrouve plusieurs types de protections, à commencer par la coque transparente, qui, si elle n’est pas donné (45€ pour tous les modèles), semble être de bonne qualité, tout du moins si Apple ne l’a pas modifié par rapport à celle proposée pour l’iPhone XR de l’an dernier. Ce type de protection permet surtout de ne pas cacher le design du produit.

Comme chaque année, on retrouve également les coques en silicones disponibles en de nombreux coloris. Comptez 45 euros pour chaque modèle.

Enfin, vient la coque en cuir d’Apple. Plutôt joli et offrant une bonne protection, sans être transcendante. c’est un bon compromis entre élégance et solidité. On notera que le cuir utilisé par Apple vieillit tout de même assez mal, tout du moins sur les anciens modèles. Apple vous demandera 55 euros pour vêtir votre iPhone de cuir.

Ceux qui voudraient protéger aussi l’écran de leurs précieux, Apple propose une coque à rabat avec l’étui Folio en cuir, disponible uniquement pour les modèles « Pro » et vendu pour 149 euros.

Moshi : design et finesse

Chez Moshi, le tapis rouge est déroulé pour équiper les nouveaux iPhone. On y retrouve toute une gamme adaptée à tous les goûts pour iPhone 11, iPhone 11 Pro ou iPhone 11 Pro Max. Mention spéciale à la SuperSkin, une coque ultra-fine ne dénaturant pas la prise en main et disponible en finition transparente et mate.

Crédits : Moshi

Pour ceux qui recherchent plutôt un modèle capable d’encaisser les chocs sans pour autant ressembler à une armure de guerre, la iGlaze de Moshi sera parfaitement adapté, avec sa conception à absorption des chocs efficace et son look simple mais efficace.

Crédits : Moshi

Evidemment, on retrouve beaucoup d’autres modèles, dont certaines coques avec dragonne ou béquille intégrée, ou d’autres aux looks plutôt prononcés, il y en a vraiment pour tous les goûts. Quoi qu’il en soit, les produits de Moshi offrent toujours un bon rapport qualité-prix avec une excellente qualité et une finition irréprochable.

Toutes les coques chez MOSHI

Rhinoshield : solidité et personnalisation

On entend souvent parler des protections de chez Rhinoshield, et c’est bien normal puisqu’elles sont tout bonnement excellentes. On retrouve notamment deux modèles phares : la SolidSuit et la Mod NX. La première, la SolidSuit, est une coque de protection résolument haut de gamme, et personnalisable. En plus d’offrir une excellente protection au smartphone, son look est particulièrement réussi. Elle est vendue au tarif de 34,99 euros sur le site officiel de la marque.

Crédits : Rhinoshield

Le deuxième modèle phare, c’est la Mod NX, une coque modulaire dont les parties peuvent se détacher pour offrir la protection que vous souhaitez. Elle est complètement personnalisable sur le site de Rhinoshield et offre une des meilleures protections du marché. Ce modèle est quant à lui disponible pour 29,99 euros.

Crédits : Rhinoshield
Toutes les coques chez Rhinoshield

Spigen : pour les moins soigneux

Spigen fait partie des références en matière de protection de smartphone. La marque propose en effet une gamme relativement complète avec des modèles tantôt très classiques, comme les traditionnelles Liquid Crystal (silicone transparente) et la Thin Fit (modèle ultra épuré et solide), mais surtout des véritables armures capables de protéger votre iPhone en toutes circonstances. Les modèles les plus solides, c’est sans conteste la Gauntlet et la Tough Armor, deux coques assez volumineuses mais à la protection sans failles.

Crédits : Spigen

Et on a également l’entre deux, avec la Slim Armor, une version un peu moins massive mais offrant tout de même une excellente protection.

Crédits : Spigen

 

Toutes les coques chez Spigen

Sean Bean en a marre de se faire tuer dans chacun de ses rôles

Par Remi Lou
Crédits : HBO

En tout, il est mort 23 fois dans les films et séries dans lesquelles il a joué. De sa mort en tant que Boromir dans la saga Le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson, à celle en tant qu’Alex Treveyland dans GoldenEye, et, plus récemment, sa mort en tant que Ned Stark dans Game of Thrones, Sean Bean commence à en avoir sérieusement marre de se faire tuer dans tous ses rôles. Après 35 ans de carrière, l’acteur de 60 ans a exprimé dans une interview à The Sun qu’il refuserait dorénavant les rôles dans lesquels son personnage est voué à finir six pieds sous terre.

« Pour un rôle ils [(ndlr : les producteurs) m’ont dit : ‘Nous allons te tuer’ et j’ai répondu : ‘Oh non !’. Ils m’ont alors demandé s’ils pouvaient me blesser grièvement et j’ai dit : ‘Ok, tant que je reste en vie cette fois’. J’ai joué de nombreux méchants, géniaux, mais ils n’étaient pas assez exploités, et je mourrais à chaque fois » a-t-il indiqué au tabloïd.

L’acteur a par la suite indiqué qu’il avait commencé à refuser les rôles dans lesquelles son personnage perdait la vie. Non pas qu’il ne veut plus se prendre des flèches ou se faire décapiter sur grand écran, mais plutôt car sa présence dans un film rend la mort de son personnage prévisible pour les spectateurs. « Ils (ndlr : les spectateurs) savent que mon personnage va mourir parce que c’est moi qui l’incarne ! » s’est dédouané l’acteur. Par ailleurs, l’acteur n’est pas seul à penser que ses personnages ne devraient pas systématiquement mourrir à l’écran. Depuis 2014, soit la mort de Ned Stark dans Game of Thrones, les fans ont créé une campagne de soutien appelé « Ne tuez pas Sean Bean. » Il y a même eu une chanson en hommage à l’acteur. 

Zone 51 : l’invasion commence… sauf qu’elle s’est transformée en festival

Par Remi Lou

Il y a deux mois, ils étaient plus de deux millions à s’être donné rendez-vous le 20 septembre 2019 pour envahir la célèbre Zone 51 via un événement bidon sur Facebook. Le but de l’événement intitulé « Prenons d’assaut la Zone 51, ils ne peuvent pas tous nous arrêter » (et depuis supprimé) : prouver l’existence des extraterrestres dans le complexe secret américain. Maintenant que nous sommes arrivé au jour J, y-a-t-il réellement un rassemblement qui se prépare près de la zone militaire perdue au milieu du désert du Nevada ? À vrai dire, pas grand monde à recenser, mis à part les forces de Police mais aussi les chaines d’information en continue américaine qui attendent patiemment l’arrivée des badauds, et qui ont surtout croisé un « Naruto-runner » fin prêt pour envahir la zone, comme repéré par le Nouvel Obs.

Raid on Area 51.

So it begins. pic.twitter.com/qPlx7ltXod

— Joe (@joelcanojr) September 20, 2019

Un événement transformé en festival ?

Après que l’événement a généré le buzz sur Facebook, l’idée de créer un nouveau festival de musique dans le désert du Nevada avait finit par germer dans l’esprit des organisateurs. Ainsi était né le projet « AlienStock », un festival avec concerts, camping et festivités, le tout se déroulant à Rachel, un village situé non loin de la Zone 51. Finalement, cette semaine, l’événement a été annulé en raison du manque flagrant de sécurité mis en place. « Un manque d’infrastructure, une mauvaise planification, une mauvaise gestion des risques et un mépris flagrant pour la sécurité des plus de 10 000 participants attendus au festival (…) Nous ne voulons pas que quiconque soit blessé ou coincé au milieu du désert », peut-on ainsi lire sur le site officiel d’AlienStock.

Malgré tout, cet événement a bien lieu en ce moment même, rebaptisé en « Area 51 Celebration » et se déroulant à Las Vegas, situé à une centaine de kilomètres de la base militaire américaine.

🚨👽 ALIEN SIGHTING 👽🚨

(They seem to be diggin’ the vibes)#Area51Celebration #Vegas @CollectiveZoo @budlight pic.twitter.com/wUKUA4aygX

— DLV Events Center (@DLVEC) September 20, 2019

Plus proche de la Zone 51, on a bien quelques animations en route, avec quelques 1500 festivaliers venu profiter d’un petit festival sauvage se déroulant dans deux villes proches, selon ABC News. La rencontre avec E.T., ce ne sera donc sans doute pas pour aujourd’hui…

Le Samsung Galaxy S9 à petit prix chez Back Market !

Par Partenaire

Si cela fait un petit moment que les derniers Galaxy S10 de Samsung sont sur le marché, et d’autant plus pour le Galaxy Note 10, cela pourrait bien être l’occasion de craquer pour un ancien modèle du géant sud-coréen en reconditionné chez Back Market !

Samsung Galaxy S9 à 317 euros sur Back Market !

Galaxy S9 : un smartphone résolument haut de gamme

Le Samsung Galaxy S9 ne se différencie pas tant que ça des derniers modèles, et offre encore aujourd’hui une expérience incontournable avec un design très en avance sur son temps et son écran AMOLED incurvé d’une résolution de 1440 x 2960 pixels, encore aujourd’hui l’une des meilleures dalles sur le marché, tout en proposant des bordures extrêmement fines. Côté puissance, le gap entre le Galaxy S9 et le Galaxy S10 n’a pas non plus été si important que cela, d’autant que la puissance des puces mobiles les plus récentes dépassent de loin les usages qu’on peut en avoir. Enfin, les capacités photo du Galaxy S9 ne sont plus à prouver, restant encore aujourd’hui dans le haut de panier et dépassant de loin les capacités photo d’un mobile moyen de gamme. Quant au logiciel, le Galaxy S9 est encore très récent, et bénéficie des progrès de Samsung avec OneUI, une surcouche aux innombrables qualités.

Moitié moins cher qu’à sa sortie

Le plus grand avantage du Samsung Galaxy S9 aujourd’hui, c’est bien sûr son prix. Proposé pour seulement …. Sur Back Market, soit plus de deux fois moins cher qu’à sa sortie, le Galaxy S9 offre un rapport qualité-prix imbattable, et permet de profiter de tous les avantages d’un smartphone haut de gamme qui durera dans le temps au prix d’un moyen de gamme. En plus des prix bas, Back Market offre un excellent service de reconditionnement avec un produit qui s’approche énormément du neuf, d’une garantie de 6 mois minimum et la possibilité de payer en 3 ou 4 fois.

Samsung Galaxy S9 à 317 euros sur Back Market !

iOS 13 disponible : les 4 features phares du nouvel OS mobile d’Apple

Par Remi Lou

iOS 13 est désormais disponible pour tous sur iPhone. L’occasion de faire un petit tour des nouveautés marquantes du nouveau système d’exploitation mobile d’Apple.

1 – Mode Sombre : 

Arrivé l’an passé sur Mac, le mode sombre débarque (enfin) sur iPhone avec iOS 13. Le dark mode est largement à la mode dans le secteur, et la plupart des applications se mettent au diapason de ce look qui, non seulement, repose les yeux dans l’obscurité, mais permet aussi d’économiser de la batterie sur les smartphones à écran OLED.

Crédits : Apple

Sur iOS 13, c’est bien l’intégralité du système qui bascule en mode sombre via une option activable dans les réglages ou le Centre de contrôle. On peut également choisir une plage horaire prédéfinie pour l’activer (le soir, par exemple). À noter qu’Apple a mis à disposition des développeurs son API afin d’adapter leurs apps, ce qui permettra, à terme, de basculer tout le système et les applications dans un mode comme dans l’autre, via un simple bouton, alors qu’on devait auparavant aller chercher l’option au cas par cas dans les menus de chaque application.

2 – « Connexion avec Apple » : vie privée respectée

Passé un peu inaperçu lors de la WWDC 2019 et la présentation d’iOS 13, la fonctionnalité « Connexion avec Apple » est pourtant l’une des features phares du nouveau système d’exploitation de la Pomme. Cette fonction vous permet de vous authentifier sur des sites ou apps tierces en utilisant votre identifiant Apple, ce qui permettra de limiter les risques de fuite de données. Surtout, Apple a fortement insisté sur la forte protection du système et sur le respect de la vie privée de ses utilisateurs.

Crédits : Apple

3 – QuickPath : écriture par balayage

Le clavier virtuel par défaut d’iOS était déjà très bon, il devient encore meilleur avec iOS 13. Avec QuickPath, Apple offre à son clavier l’écriture par balayage. Disponible depuis un bon moment sur Android, il fallait nécessairement installer un clavier tiers afin de profiter de ce type de fonction sur iPhone et iPad. C’est d’autant plus intéressant qu’Apple a particulièrement soigné sa fonctionnalité qui marche à la perfection.

Crédits : Apple

4 – Photos : nouveau design et outils d’édition 

L’application Photos a subi un gros lifting avec iOS 13. Non seulement le design a été entièrement revu, mais l’app met également à profit l’intelligence artificielle afin de hiérarchiser les clichés, et mettre en avant les photos censées être les plus intéressantes. Les outils d’édition gagnent en option, et il est enfin possible d’éditer facilement une vidéo directement dans Photos.

Crédits : Apple

Vous vous en doutez bien, iOS 13 propose également une pléthore d’autres nouveautés à droite à gauche. De nombreuses applications natives ont été repensées, comme Notes, Rappels, les apps Localiser mes Amis et Localiser mon iPhone qui fusionnent, etc… Apple annonce également une hausse des performances générale, un déverrouillage plus rapide avec Face ID et de nombreux raffinements un peu partout sur le système. De plus, iOS 13 propose également la plupart des nouveautés d’iPadOS, qui débarquera quant à lui un peu plus tard, le 24 septembre. Possibilité de lire des clés USB, d’utiliser une souris, Safari Desktop… n’hésitez pas à regarder notre présentation d’iPadOS en vidéo pour découvrir toutes les nouveautés !

[Bon Plan] Le OnePlus 7 Pro (6+128 Go) à 518 euros !

Par Gregori Pujol
Code promo : BGUOP7P6128

Le OnePlus 7 Pro a opté pour un somptueux écran AMOLED de 6,67 pouces et surtout, il est intégral : l’appareil photo frontal rétractable de 16MP permet de s’affranchir des encoches, gouttes d’eau et autres poinçons. Au dos, le OnePlus 7 Pro est doté d’un triple appareil photo (un capteur principal de 48 MP, un téléobjectif avec capteur de 8MP et ultra grand-angle de 117°). On retrouve également l’excellent processeur Qualcomm Snapdragon 855, entre 6 et 12 Go de RAM, un espace de stockage plus que confortable (de 128 à 256 Go), Android 9.0 avec la surcouche Oxygen OS et une batterie de 4000 mAh.

9/10 lors de notre test !

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Découvrez notre test du OnePlus 7 pro

Malgré la montée en gamme, OnePlus reste fidèle à sa philosophie et nous propose un OnePlus 7 Pro complet et surtout capable de rivaliser avec n’importe quel smartphone premium concurrent, le tout avec un prix d’appel inférieur de 25% environ pour le premier adversaire. Il propose à peu de choses près tout ce que doit être un smartphone premium en 2019 mais avec un prix super agressif. C’est un des meilleurs smartphones de cette année.

Spider-Man : Far From Home dévoile deux scènes coupées au montage

Par Jason Mathurin

** ATTENTION, SPOILER ALERT **

Les productions à succès regorgent souvent de scènes coupées au montage. Certaines d’entre elles jettent un regard différent sur les personnages ou sur un élément qui nous aurait échappé. D’autres jouent sur les sentiments ou constituent un clin d’œil pour les fans. Ces deux scènes, dévoilées par Yahoo Entertainment et relayées par Ecran Large, laissent suggérer que le dernier film de Spider-Man aurait pu se terminer de manière beaucoup plus tendre pour notre couple. Si leur road-trip à travers l’Europe les avaient rapprochés, ils paraissaient toujours un peu coincés, malgré la scène de fin plutôt romantique, où Spidey balade M.J de toit en toit en balançant ses toiles d’araignée. Découvrez dès à présent ces deux scènes touchantes qui auraient pu être ajoutées à la dernière aventure de Peter Parker : Far From Home.

Après avoir sauvé le monde, toute la classe rentre au bercail, et M.J et Peter s’endorment dans les bras l’un de l’autre. Une scène plutôt mignonne qui rend la relation M.J/Peter moins rigide. En effet, la belle, jouée par Zendaya, et le nerd interprété par Tom Holland, étaient un peu gênés de s’avouer leurs sentiments tout au long du film. Dans cette nouvelle scène dévoilée, les vacances mouvementées semblent avoir radicalement changé leur relation.

La deuxième scène est plus émouvante. En sortant de l’aéroport, Peter retrouve Tante May et lui demande ce qu’elle pense de son “nouveau look”, avec les lunettes de Tony Stark. Ce à quoi elle lui répond en souriant qu’il s’habituera à les porter, sous-entendant qu’il arrivera à s’adapter à son nouveau rôle. Si la première scène était plus sentimentale, cette deuxième scène souligne le fait que Spidey marche sur les pas de son défunt mentor. Un détail qui risque néanmoins d’être mis de côté dans la suite des aventures de l’Homme-araignée, sachant que jusqu’à nouvel ordre, Spider-Man ne fait plus partie du Marvel Cinematic Universe. On ignore pour l’heure ce qu’il adviendra de Peter, dont l’identité a été rendue public dans la scène post-générique, et de sa petite amie, maintenant dans la confidence. Découvrez l’intégralité de ces deux scènes ici :

Cette étrange casquette électrique peut prévenir la calvitie

Par Jason Mathurin
Crédits: Université de Wisconsin-Madison

Vous commencez à perdre vos cheveux ? Des scientifiques ont mis au point un surprenant dispositif pour prévenir la calvitie, rapporte The Next Web, s’appuyant sur une étude menée par des chercheurs de l’université du Wisconsin. Il s’agit d’un patch placé sous un couvre-chef et qui envoie des stimulis électriques afin de régénérer les tissus endommagés et aider vos cheveux à repousser. Pas besoin de batterie : “De petits nano-générateurs emmagasinent passivement de l’énergie avec les mouvements du quotidien et transmettent des impulsions à basse fréquence sur le crâne. Cette stimulation électrique à intensité modérée incite les follicules dormants à se ‘réveiller’”, indique le communiqué de presse des chercheurs de l’université de Wisconsin-Madison, à l’origine de cette étude. 

Le procédé mis au point par l’équipe n’a pas encore testé sur l’homme mais a donné d’excellents résultats sur des rats et des souris de laboratoire, indique l’équipe de chercheurs. Il serait notamment plus efficace que les traitements pharmaceutiques. Si vous êtes chauve depuis plusieurs années, n’espérez pas cependant retrouver une crinière de lion avec ce procédé, car il ne permet pas de créer de nouveaux follicules, simplement de régénérer ceux qui ont été endommagés. La technologie d’électro-stimulation n’est pas une nouveauté ; c’est un traitement déjà utilisé depuis des années. L’innovation ici est que vous n’aurez pas à rester sagement assis pendant des heures pour recevoir votre traitement. Le dispositif peut être placé sous un bonnet ou une casquette préférée et être donc utilisé au quotidien pendant que vous vaquez à vos occupations.

Gamesplanet : Call of Duty: Modern Warfare 52,99 euros, jouez dès maintenant à la BETA, et autres promos

Par Gregori Pujol

Les dates de la BETA de Call of Duty Modern Warfare

la BETA sera jouable du 19 septembre 19h jusqu’au 23 septembre 19h pour les joueurs qui ont une clé spéciale de précommande sur Gamesplanet.
Sans clé de précommande, les joueurs devront se contenter de jouer à partir du 21 septembre, 3h du matin, soit moins de 2 jours pour jouer au jeu.

Prix des éditions de Call of Duty Modern Warfare

Les bonus de précommande pour les 3 éditions :
  • L’accès anticipé à la bêta du jeu dès le 19 septembre
  • Le personnage Capitaine Price pour le mode Blackout dans Call of Duty: Black Ops 4

L’édition standard inclut :

  • le jeu de base, non censuré, activable sans restriction de pays
  • un couteau personnalisé

L’édition opérator inclut en plus de tout le contenu de l’édition Standard :

  • le Pack Operator « Camouflage »
  • le Pack Operator « Équipage sans importance »
  • le Pack Operator « Sanglier »
  • Chaque pack Operator inclut une apparence thématique Operator, une variante d’arme et du contenu bonus.

L’édition Operator Enhanced inclut en plus de tout le contenu de l’édition Opérator :

  • 3000 points Call of Duty à dépenser dans le jeu

Les autres sorties attendues sur Gamesplanet

  • Ni no Kuni: Wrath of the White Witch Remastered (20.09.2019) -15% 42,49€
  • The Surge 2 (24.09.2019) -14% 42,99€
    Bonus de précommande : le URBN Gear Pack en exclusivité, ses armes et son équipement.
  • Contra: Rogue Corps (24.09.2019) -15% 33,99€ 
    Bonus de précommande : l’édition limitée Day One qui contient 2 t-shirts in-game rétro inspirés du jeu Contra pour le personnage Hungry Beast.
  • Stygian: Reign of the Old Ones (26.09.2019) -20% 19,99€
  • CODE VEIN (27.09.2019) / Edition standard -15% 42,49€ / Edition Deluxe Edition -20% 55,99€ 
    Bonus de précommande: Set d’armes de GE + Voile de sang Ogre + Lot d’accessoires. Visuel : https://fr.gamesplanet.com/acache/41/73/1/fr/m1.jpg

Stadia : La Founder’s Edition est en rupture de stock

Par Gregori Pujol

Mais que les joueurs français se rassurent ils peuvent désormais acheter le Stadia Premiere Edition au prix de 129 euros, qui comprend un contrôleur Stadia Clearly White et le Google Chromecast Ultra, une version de Stadia Pro pour 3 mois et Destiny 2: The Collection.

Pour rappel, Stadia sera disponible au mois de novembre au prix de 9,99 euros par mois.

[Bon Plan] Abonnement Canal+ à 9,90 euros par mois à vie !

Par Gregori Pujol

Le cinéma ultra récent avec plus de 300 films inédits par an

De grands événements sportifs en direct : 
           – Les 2 meilleurs matchs de Ligue 1 Conforama (jusqu’à la fin
            de la saison 2019/2020) et du TOP 14 à chaque journée
           – Au moins un match de PREMIER LEAGUE par journée
           – Des Grands Prix de Formule 1 TM et de Moto GP
Des séries US et Internationales en première exclusivité 
     – Plus de 80 intégrales de saisons disponibles à tout moment
     – 10 nouvelles séries ou saisons chaque mois
     – Des épisodes disponibles dès le jour de leur diffusion sur tous vos écrans (via myCANAL)
12 nouvelles séries de la Création Originale CANAL+ par an
Des films d’animation pour toute la famille 
Des documentaires originaux et inédits
L’expérience CANAL+ : Où que vous soyez, regardez vos programmes avec l’application myCANAL sur iOS ou Android, depuis votre smartphone, tablette ou PC/Mac. Vous pouvez commencer sur l’un et finir sur l’autre.

Huawei : la marque dévoile la Watch GT2 et un téléviseur 4K à caméra rétractable

Par Remi Lou

La conférence de Huawei du 19 septembre était avant tout dédié à son nouveau flagship, décliné en deux variantes : les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro que l’on vous présente ici. Au menu, un smartphone exceptionnel sur tous les points, mais dépourvu du Play Store et donc de la plupart des applications… Un gâchis pour un appareil terriblement alléchant sur le papier, mais qui pourrait bien ne pas sortir dans l’Hexagone car totalement inadapté au marché français en raison de l’absence d’applications américaines. Outre son nouveau smartphone, Huawei a également levé le voile sur deux autres produits fort intéressants : la Huawei Watch GT2 ainsi qu’un téléviseur, le Huawei Vision 4K et sa caméra rétractable.

Huawei Watch GT2 : une smartwatch à l’autonomie monstrueuse

Peu de constructeurs ont osé se frotter sérieusement à Apple et son Apple Watch sur le secteur des smartwatches. La firme de Cupertino domine en effet largement le secteur, jusqu’à s’octroyer plus de 50% de parc mondial de montres connectées, selon les chiffres de Strategy Analytics pour l’année 2018. On retrouve également dans les leaders du secteur Fitbit et Samsung, qui accélèrent la cadence avec des modèles toujours plus sophistiqués, mais aussi Huawei qui tente de se faire une place avec sa Huawei Watch GT. C’est donc en grande pompe que la marque chinoise a présenté sa Huawei Watch GT2, sa nouvelle montre connectée sans compromis. Bien décidé à mettre une claque à Apple, Huawei a présenté une smartwatch extrêmement alléchante avec des finitions exemplaires.

Crédits : Huawei

On retrouve un cadran rond avec un écran OLED de 454 x 454 pixels pour la version 46 mm, et de 390 x 390 pixels pour le modèle 42 mm. Elle est dotée d’un bracelet en cuir qui peut être échangé contre un bracelet en silicone. Huawei a mis le paquet et a truffé sa nouvelle montre connectée de capteurs en tous genre : GPS, pression de l’air, rythme cardiaque. Surtout, là où la marque chinoise souhaite se démarquer de ses concurrents, c’est sur l’autonomie, avec deux semaines d’endurance pour le modèle 46 mm et une grosse semaine pour la version 42 mm. Une prouesse quand bien même Huawei n’a fait aucun compromis sur ses fonctionnalités. À l’intérieur, on retrouve la puce Kirin A1, également présente dans les nouveaux Freebuds 3. Le Soc s’accompagne de 16 ou 32 Mo de RAM, et on retrouve 4 Go de stockage pour stocker ses applications ou des musiques.

Crédits : Huawei

La Huawei Watch GT2 sera disponible au mois d’octobre, au prix de 229 euros pour la version 42mm et 249 euros pour le modèle 46mm.

Huawei Vision 4K : une télévision à caméra rétractable

Alors que les rumeurs vont bon train concernant le téléviseur de OnePlus, Huawei se lance également sur ce secteur avec sa Huawei Vision, un téléviseur 4K UHD qui se décline en version 55 pouces, 65 pouces et 75 pouces. Ce produit devrait s’intégrer dans l’écosystème que souhaite créer Huawei avec HarmonyOS. Ce téléviseur bord à bord utilise un écran QLED avec un taux de rafraichissement jusqu’à 120 Hz pour plus de fluidité, ainsi qu’une gamme de couleurs 100% NTSC. On retrouve un vrai son surround 5.1 avec la présence d’un système audio à huit haut-parleurs. La télévision est également dotée d’une caméra rétractable sur le dessus.

Crédits : Huawei

La Huawei Vision 4K est équipée de l’IoT Control et de compatible HiLink pour l’intégrer à la maison connectée. On retrouve une télécommande équipée de commandes tactiles et de microphones pour utiliser les commandes vocales, et tout un tas de fonctionnalités intéressantes, comme un mode IA pour protéger les yeux des plus jeunes, des fonctions de reconnaissance faciale et même de suivi d’un sujet, etc… En bref, et le PDG de Huawei l’a lui-même déclaré, la télévision « ressemble plus à un smartphone doté d’un grand écran et à une enceinte connectée. »

Huawei n’a pas annoncé de prix ni de date de sortie pour son téléviseur, même s’il y a peu de chances qu’il sorte en France.

[Bon Plan] Batman Arkham Collection + la trilogie Lego Batman gratuits sur l’Epic Game Store !

Par Gregori Pujol

Cela comprenant les jeux Batman: Arkham Asylum, Batman: Arkham City et Batman: Arkham Knight, ainsi que LEGO Batman: The Videogame, LEGO Batman 2: DC Super Heroes et LEGO Batman 3: Beyond Gotham. Vous avez jusqu’au 26 septembre pour les récupérer.

Accéder à l'offre

[Jeu-concours] Remportez le Mi 9T Pro en participant à notre jeu Mi Mi avec Xiaomi !

Par kood

Pour tenter votre change, il suffit d’être l’un des meilleurs à notre jeu Mi Mi ci-dessous, et vous pourrez alors peut être gagner l’un des 2 Mi 9T Pro mis en jeu. Tirage au sort parmi les meilleurs scores à la fin de la période du jeu le 30 septembre 2019.

De plus, si vous avez déjà acheté un Xiaomi Mi 9T Pro chez Fnac ou Darty, vous avez une chance de gagner 1000 euros de carte cadeau ! N’oubliez pas de cocher la case, un justificatif sera demandé pour valider ce cadeau. Enfin, il y aura également 10 Mi SmartBand 4 qui seront offerts à 10 personnes ayant déjà acheté un produit il y a moins d’un mois chez l’une des enseignes Fnac ou Darty. Cochez également la case en question, un justificatif sera demandé pour valider ce cadeau.

Xiaomi Mi 9T Pro : le nouveau flagship killer !

Le Xiaomi Mi 9T Pro dispose d’un écran AMOLED borderless de 6,39 pouces sans encoche ni poinçon, équipé d’un lecteur d’empreinte sous l’écran de 7ème génération. La dalle couvre d’ailleurs 91,9% de la face avant. Il affiche un système de camera rétractable dit pop-up, tandis que la partie dorsale laisse entrevoir un joli design « holoreflexif ».

Côté hardware, on retrouve le fameux SoC Snapdragon 855, 6 Go de RAM et 64 ou 128 Go de stockage (non extensible). On peut s’attendre à une belle autonomie puisqu’il est équipé d’une batterie de 4000 mAh. La connectique est complète avec une puce NFC, un GPS Dual-Frequence, un port USB-Type-C et un jack 3,5 mm.

La photo est de son côté assurée par un triple module dorsal avec un APN principal de 48 Mpx (un IMX586) ouvrant à f/1,75, couplé à un grand-angle de 13 Mpx (f/2,4) et un téléobjectif de 13 Mpx (f/2,4). Il permet également de prendre des vidéos en 4K @60fps. Enfin, les amateurs de jeux apprécieront le Game Turbo 2.0 qui offre une expérience de jeu optimisée grâce à une fonction tactile des plus avancées – un taux de réponse jusqu’à 180 Hz et un temps de réponse réduit à près de 70 millisecondes -, un affichage et une qualité sonore des plus performants, ainsi qu’un réseau mobile optimisé pour faciliter les appels entrants lors d’une partie.

Kobo Libra H2O : la liseuse de Rakuten qui veut optimiser votre expérience de lecture

Par Jason Mathurin

Rakuten veut épancher votre soif de lecture, en cette rentrée 2019. Après le lancement de Kobo Forma, la liseuse tout terrain la nouvelle liseuse de Rakuten Kobo, ambitionne de vous offrir l’expérience de lecture la plus confortable.  Résistant à l’épreuve de l’eau, cette tablette au poids plume de 192 grammes est dotée de la technologie ComfortLight Pro, pour une luminosité et des teintes adaptées aux différents moments de la journée, bloquant notamment la lumière bleue la nuit, afin de ne pas nuire à votre sommeil. Elle présente aussi un outil de prévisualisation de pages, une barre de progression et vous permet même d’enregistrer et retrouver vos articles web favoris, grâce au service Pocket intégré. Mais ses prouesses ne s’arrêtent pas là : Kobo Libra H2O offre aussi un mode de lecture en paysage, des boutons tourne-page intégrés, ainsi qu’une interface de lecture améliorée : « lire pour comprendre ».

Grâce à l’interface « Lire pour comprendre », l’utilisateur peut aisément se retrouver et se repérer après avoir abandonné sa lecture au beau milieu d’un paragraphe grâce aux en-têtes optimisées. « Cette navigation numérique améliorée est destinée à offrir à nos utilisateurs une expérience de lecture qui surpasse celle du papier », assure M. Tamblyn, DG de Rakuten Kobo dans un communiqué. « Grâce à des sondages réalisés auprès de nos clients et à l’exploitation des données recueillies, nous avons constaté que si le livre numérique est parfait pour s’évader (lecture en tant que loisir), il peut parfois sembler plus difficile à consulter lorsqu’il s’agit de lire pour ‘comprendre’, tels que des manuels ou des ouvrages professionnels, nécessitant de pouvoir se situer dans le livre et passer d’une page à une autre. Notre nouvelle interface rend la navigation d’un livre très claire et intuitive de manière à savoir exactement où vous en êtes dans votre lecture ». Si l’expérience vous tente, il faudra débourser 179,99€, sur le site de Kobo et chez certains revendeurs. Elle sera disponible en magasin et en ligne à partir du 17 septembre prochain.

Le cofondateur de Netflix l’assure, il n’y aura jamais de publicité sur la plateforme

Par Remi Lou

C’est une inquiétude qui court depuis plusieurs années chez les utilisateurs de la plateforme. Netflix va-t-il un jour afficher de la publicité ? Rassurez-vous, à cette question, la réponse est toujours négative, et a priori elle le restera toujours, comme l’a indiqué récemment le cofondateur de Netflix, Marc Randolph, note Presse-Citron. Bien que Marc Randolph ait quitté l’entreprise en 2003 (oui, à l’époque où la firme louait encore de DVD et les envoyait… par la poste !), il connait bien le fonctionnement de Netflix. Lors d’une interview avec BGR, celui qui a co-créé la plateforme a indiqué que l’entreprise suit avec fermeté un principe appelé « The Canada Principle ».

Ce principe date de l’époque où Netflix expédiait encore des DVD par voie postale aux États-Unis, et avait décidé de boycotter le marché canadien pour éviter d’avoir à gérer plusieurs devises et se confronter à une administration différente du système américain. La firme avait donc conclu que se lancer sur le marché canadien aurait été davantage un fardeau qu’un avantage, et que cela détournerait l’entreprise de ses objectifs. Depuis, ce « Canada Principle » est en quelque sorte rentré dans l’ADN de Netflix, a expliqué le cofondateur de l’entreprise, et la publicité sur la plateforme serait envisagé de la même manière que l’arrivée du service au Canada à l’époque.

Si cette explication de Marc Randolph nous en apprend un peu plus sur la façon de penser chez la firme, cela n’offre pas la certitude que la firme ne lancera jamais une formule avec de publicité. Malgré tout, la société semble, pour l’instant, rester fidèle à ses principes et à encore annoncé dans une note à ses investisseurs que son modèle devrait rester le même. « Nous n’offrons pas de contenu à la carte ni de contenu gratuit financé par la publicité (…) Ce sont de bons modèles d’affaires que d’autres réussissent bien. Nous sommes sur la visualisation forfaitaire illimitée sans publicité », avait ainsi indiqué la firme dans des propos rapportés par 20minutes.

Steam perd la partie : le droit de revente de jeux vidéo dématérialisés reconnu

Par Remi Lou

Le Tribunal de Grande Instance de Paris vient de rendre sa décision pour les utilisateurs de Steam souhaitant revendre leurs jeux vidéo non physique, et fait (enfin) reconnaitre le droit de revente des jeux dématérialisés. En effet, jusqu’à présent, les jeux sans support physique ne pouvaient tout simplement pas être revendus d’occasion, quand bien même ils sont régulièrement vendus au même tarif que leurs homologues physiques. Une situation qui était bloquée par Valve, éditeur de la célèbre plateforme Steam, qui stipulait dans ses conditions que la revente des jeux achetés sur sa plateforme était interdite.

Cette décision fait suite à une longue bataille démarrée il y a quatre ans par l’UFC-Que-Choisir qui avait demandé aux juges de remédier à la situation de Steam, qui stipule dans une de ses clauses que la revente de jeux vidéo achetés sur sa plateforme est prohibée. Quatre ans plus tard, c’est une bataille remportée pour l’UFC-Que-Choisir, et qui va profiter à tous les consommateurs désireux de revendre leurs jeux vidéo dématérialisés. Voici la décision du Tribunal de Grand Instance de Paris : « Le titulaire du droit concerné ne peut plus s’opposer à la revente de cette copie (ou exemplaire) même si l’achat initial est réalisé par voie de téléchargement. L’éditeur du logiciel (ou ses ayants-droit) ne peut plus s’opposer à la revente de cette copie ou exemplaire, nonobstant l’existence de dispositions contractuelles interdisant une cession ultérieure. »

Ce n’est pas tout, car le TGI a également pris en considération les multiples clauses abusives pointées du doigt par l’UFC-Que-Choisir. Ainsi, L’acquisition d’un jeu sur Steam est désormais considérée comme un « achat » et plus comme un « abonnement », ce qui permet à l’acheteur d’en profiter « pour une durée illimitée » et ainsi de pouvoir le revendre. Aussi, le porte-monnaie virtuel de Steam est désormais considéré comme une monnaie électronique, obligeant Valve à rembourser les fonds qu’il contient à ses clients s’ils en font la demandent. Enfin, Steam ne pourra plus s’approprier les « mods » créés par les usagers de la plateforme. Le TGI demande à Valve de modifier ses conditions d’utilisation et de verser 30 000 euros de dommages et intérêts à l’UFC-Que-Choisir. La plateforme devra désormais trouver un moyen de permettre à ses utilisateurs de revendre leurs titres.

#gaming Grâce à @UFCquechoisir, @steam_games (valve_software) doit vous permettre de revendre vos #jeux: faites valoir vos droits, dites-leur combien de jeux vous souhaitez vendre avec #letmesellmygames #mysteamwallet #combienvalvemesjeux #steam https://t.co/orZ3gnYQ4J

— UFC-Que Choisir (@UFCquechoisir) September 19, 2019

Cannabis : un joint peut affecter la conduite pendant 13 heures

Par marie

Vigicann, c’est le nom de l’étude visant à déterminer les conséquences de la consommation du cannabis, qu’elle soit occasionnelle ou chronique sur les conducteurs. Avec une ligne directrice : se rapprocher au maximum de la réalité. Le cannabis « de bonne qualité », selon les chercheurs, fourni par la police, était bien réel, tout comme les consommateurs, divisés en deux groupes : les occasionnels et les chroniques. « Pour la plupart des études, on utilise des sprays ou des décoctions. Là, on montre réellement ce qui se passe dans la vraie vie, avec du cannabis fumé, ce qui est important du point de vue médical », déclare Jean-Claude Alvarez, spécialiste de pharmacologie et toxicologie.

Lors de l’étude , relayée par Science et avenir, les cobayes devaient se rendre dans un simulateur de conduite, après avoir consommés leur dose de cannabis. Les chercheurs ont ainsi pu déterminer précisément dans quelle mesure cette drogue allonge le temps de réaction. Fait intéressant :  l’effet dure plus longtemps chez les consommateurs occasionnels (un ou deux joints par semaine), que chez les consommateurs réguliers (un à deux joints par jour) : 13 heures pour les premiers et 8 heures pour les deuxièmes. L’étude a également mis en valeur différentes manières de fumer : « Les chroniques tirent davantage sur les joints, car cela leur fait moins d’effet et ils ont besoin d’une dose supérieure », déclare Jean-Claude Alvarez.

Cette étude sert de prise de conscience autour des risques qu’implique le cannabis. Bien que celui-ci soit illégal en France, il est malgré tout très présent. En 2016, 752 personnes ont été tué sur les routes lors d’un accident impliquant un conducteur sous stupéfiants. L’usage de l’herbe est impliqué dans plus de 23% des accidents mortels de la route en 2017. « La conduite sous l’emprise du cannabis double le risque d’être responsable d’un accident mortel » averti la sécurité routière. « En 2017, l’Office français des drogues et de la Toxicomanie (OFDT) rappelait que le cannabis, qui altère les réflexes et les temps de réaction au volant, est consommé par plus de 5 millions de personnes (au moins une fois dans l’année) et près de 700 000 de manière quotidienne. »

Etude Vigicann : une étude contrôlée confirme une baisse de la vigilance et une altération des capacités à conduire liée à la consommation de cannabis, réalisée par des équipes @uvsq @Inserm et @APHP : https://t.co/lZ8WtWlcK8 #cannabis #conduite #vigilance pic.twitter.com/YuaUczdGBZ

— UVSQ Research (@UVSQ_Research) March 19, 2019

Hier — 19 septembre 2019Journal du Geek

Recherchez le nom de votre personnage préféré de Friends dans Google…

Par Gregori Pujol

Petite surprise cette semaine sur le moteur de recherche Google à l’occasion du 25e anniversaire de la série TV culte Friends, dont le 1er épisode a été diffusé le 22 septembre 1994 !

A partir d’aujourd’hui, pour tous les fans de la série, il suffit de rechercher le nom de votre personnage préféré (Joey Tribbiani, Phoebe Buffay, Chandler Bing, Monica Geller/Ross Geller, Rachel Green) depuis votre mobile / ordinateur / tablette puis cliquez sur l’icône qui apparaîtra à droite sur la page de résultats. Petit conseil : activez le son pour un effet maximal.

Netflix : toutes les nouveautés pour le mois d’octobre

Par Remi Lou

Avec l’arrivée des jours pluvieux, le mois d’octobre ne fait généralement pas plaisir à grand monde. Heureusement il y a Netflix, qui a prévu le plein de nouveautés pour le mois prochain. En voici la liste.

Les films :

El Camino : un film Breaking Bad – le 11 octobre

C’est certainement le film qu’on attend le plus sur Netflix pour ce mois d’octobre. Le long métrage qui fera suite à l’immense série Breaking Bad arrivera le 11 octobre prochain, et racontera ce qui se passe après les événements narrés à la fin de la série. Centré sur Jesse Pinkman, le film pourrait aussi compter sur Walter White, même si ce dernier est normalement mort…

The Laundromat : L’affaire des Panama Papers – le 18 octobre

Dans son nouveau film, Steven Soderbergh se penchera sur l’affaire trouble des Panama Papers. On y suivra une veuve qui enquête sur une fraude à l’assurance qui la mènera sur les traces de deux avocats qui exploitent allègrement le système financier mondial.

Mais aussi :

  • L’école des célibataires : le 02 octobre
  • Dans les Hautes Herbes : le 04 octobre
  • La Fracture : le 11 octobre
  • The Forest of Love : le 11 octobre
  • Banlieusards : le 12 octobre
  • À dix-sept ans : le 18 octobre
  • Upstarts : le 18 octobre
  • La Morsure du Crotale : le 25 octobre
  • Dolemite is my Name : le 25 octobre

Les séries :

Plan Coeur (saison 2) – le 11 octobre

Gros succès sur Netflix à sa sortie en 2018, Plan Coeur fait son retour pour une deuxième saison au mois d’octobre ! La série raconte l’histoire d’Elsa, une parisienne qui n’arrive pas à oublier son ex, dont la meilleure amie embauche un escort boy afin de la faire oublier. Sauf que cette nouvelle relation se passe on ne peut mieux…

Mais aussi :

  • Peaky Blinders (saison 5) : le 4 octobre
  • Comment élever un super-héros : le 4 octobre
  • Riverdale (saison 4) : à partir du 10 octobre (un épisode par semaine)
  • L’Iréel : Incroyables Témoignages (saison 2) : le 11 octobre
  • Insatiable (saison 2) : le 11 octobre
  • Living with Yourself : le 18 octobre
  • Baby (saison 2) : le 18 octobre
  • Daybreak : le 24 octobre
  • C’est du gâteau : France : le 25 octobre
  • La Méthode Kominsky (saison 2) : le 25 octobre

[Test] Nintendo Switch Lite, pour les nomades

Par Anh Phan

Alors qu’on attendait en début d’année l’arrivée d’une éventuelle Nintendo Switch Pro, la firme japonaise a surpris tout le monde avec la Nintendo Switch Lite, une Switch conçue uniquement pour profiter de la Switch en mode portable. Deux ans après la sortie de la Switch Classique, Nintendo et nous aussi d’ailleurs, en savons plus sur nos habitudes et si la Switch Lite existe, c’est que nous l’avons aussi demandé.

Acheter la Nintendo Switch Lite

Histoire

Pour ceux qui n’ont pas tout suivi ou qui logeaient dans une cave ces deux dernières années, on vous rappelle que la Nintendo Switch Classique permet trois modes d’utilisation différents, un mode téléviseur pour jouer sur grand écran, un mode table pour jouer avec des amis en partageant les Joy-Con et le fameux mode portable pour jouer n’importe où.

Deux ans après donc la sortie de la première Switch, un constat s’impose, une bonne partie des joueurs, dont moi, ne joue à la Switch qu’en mode portable et ce, aussi bien en déplacement qu’à la maison. Et c’est là toute la force de la Nintendo Switch qui peut s’adapter au plus grand nombre et en fonction des différentes affinités. Du coup, pour ceux qui ne joue qu’en mode portable, on n’a pas forcément besoin de détacher les Joy-Con et quitte à être portable, autant que la console soit la plus légère possible.

Une question de taille

C’est là que la Nintendo Switch Lite entre en jeu. Dès les premiers instants, on remarque à quel point la Switch Lite (208×91,1×13,9mm) est plus compacte et légère  (275g vs 398g) que la Switch Classique (239x102x13,9mm). Pour faire simple, elle fait en largeur l’équivalent d’une Switch Classique avec un seul Joy-Con. Les commandes sont pourtant bien intégrés et les boutons de direction du Joy-Con gauche ont été remplacés par une croix directionnelle, pour le plus grand bonheur des fans de jeux indés. Et pour le coup, celle-ci répond au doigt et à l’œil et est clairement plus pratique que les boutons quand on joue en solo, quelque soit les jeux. L’écran passe de 6,2 pouces à 5,5 pouces, il est de même qualité et on regrettera juste de ne plus retrouver le capteur de luminosité pour adapter automatiquement la luminosité de l’écran en fonction de l’environnement extérieur. En dehors de ça, je n’ai ressenti aucune gène sur l’écran plus petit.

Mais…

Du coup, pour compenser, on perd pas mal de petites choses. Ainsi, pas de pied au dos, plus de vibrations HD ou de caméra infrarouge à détecteur de mouvements, il n’y a plus aucune sortie TV et la Switch Lite est livrée avec un simple chargeur USB-C. On regrette tout de même la perte de la sortie TV, on aurait aimé que Nintendo garde cette possibilité, surtout que la Switch Lite a la même puissance que la Switch Classique. On pourra tout de même y brancher une manette pro ou des Joy-Con pour profiter à nouveau des vibrations HD ou encore de la caméra IR.

Les jeux en mode portable

Nintendo avertit les utilisateurs qu’ils ne pourront jouer qu’avec des jeux supportant le mode portable. Dans ma bibliothèque de jeux, je n’avais quasi que ça donc en dehors de quelques titres, j’ai pu profité de tous mes jeux, ouf ! J’avais peur que la petite taille de la Switch Lite soit gênante mais au final, c’est exactement la même prise en main que la Switch classique. D’ailleurs, à titre d’exemple, les deux consoles font la même épaisseur, ce qui permet de ne pas changer la prise en main des boutons dans la tranche. Concernant l’autonomie, pas de surprise, elle est meilleure que la Switch Classique mais ce n’est pas la révolution non plus. Mes tests persos montrent un gain d’une bonne heure voire un peu plus mais cela dépend aussi des jeux.

La petite astuce installation

Si vous avez déjà une Nintendo Switch, il y a de grandes chances qu’elle soit la console principale de votre compte Nintendo. Nintendo permet d’avoir plusieurs console liées à votre compte mais seule la console principale pourra faire fonctionner les jeux téléchargés en mode hors-ligne. Sur toutes les autres consoles dites « secondaires », il faudra absolument être en ligne pour pouvoir jouer aux jeux téléchargés. Du coup, si la Switch Classique se destine désormais à un usage plus sédentaire, il y a de grandes chances qu’elle soit tout le temps connectée à internet donc autant la passer en console secondaire et mettre la toute nouvelle Switch Lite en console principale afin de pouvoir jouer n’importe où y compris sans connexion à internet.

Attention, je pars du principe que vous avez un abonnement en ligne pour rapatrier automatiquement aussi vos sauvegardes qui sont normalement sur le cloud de Nintendo. Si ce n’est pas le cas, envoyez vos sauvegardes de la console principale sur le cloud avant de faire l’échange.

Acheter la Nintendo Switch Lite

 

Galerie

Huawei Mate30 et Mate30 Pro, l’innovation sans Google

Par Anh Phan

Plus on avance dans le temps et plus Huawei accélère l’annonce de ses nouveaux smartphones de la gamme Mate, destiné à l’innovation. Il y a encore quelques années, Huawei attendait le mois de novembre pour annoncer ses nouveaux Mate mais ce temps est révolu. Cette année, c’est en ce 19 septembre 2019 que Huawei a décidé de dégainer ses deux nouveaux smartphones et ce, en même temps que le lancement des nouveaux iPhone 11 d’Apple ou encore le Samsung Galaxy Fold. Il faut dire que le secteur est plus qu’encombré avec aussi l’arrivée dans quelques semaines des nouveaux smartphones d’Oppo ou OnePlus. Dans tous les cas, voici les Mate30 et Mate30 Pro.

Comme à chaque annonce, c’est le modèle Pro qui risque d’attirer toute l’attention. Mais depuis quelques temps, que cela soit pour la gamme P ou Mate, il ne faudra pas trop ignorer le modèle « non-Pro », plus classique mais au rapport qualité-prix plus intéressant. En mars dernier, le P30 Pro avait marqué les esprits avec un design inspiré des très réussis Samsung Galaxy S. Les nouveaux Mate30 et Mate30 Pro poursuivent dans cette lignée si bien qu’il n’y aura pas forcément de très grosses différences avec les Mate20 de l’année dernière ou encore les P30 en début d’année. Les différences les plus marquantes se feront sur l’écran qui va jusqu’au dos mais aussi sur le bloc photo, rond cette fois dit Halo Ring prenant son inspiration des objectifs d’appareils photo. Et enfin, on notera toujours la présence d’une encoche intégrant une reconnaissance faciale 3D ainsi qu’un nouveau capteur de gestes.

Pas de Google Mobile Services

Avant d’entrer dans les détails techniques de ces nouveaux Mate30, il faut préciser plusieurs choses concernant son lancement. En effet, ce n’est pas une nouveauté, les Mate30 n’ont pas reçu de certification Google. Aussi, cela se traduit tout simplement par le fait que les GMS ou Google Mobile Services ne seront pas disponibles pour l’instant sur les Mate30. On parle ainsi des applications Google typiquement. Du coup, Huawei propose maintenant son HMS ou Huawei Mobile Services qui s’assurera de rendre les applications qui utiliseraient éventuellement les GMS compatibles avec les Mate30.

C’est d’ailleurs pour cette raison que Huawei a communiqué à la fin de sa conférence sur son AppGallery et de la présence, déjà, de plusieurs dizaines de milliers d’applications (570 Millions d’utilisateurs par mois et plus de 45.000 applications intégrant nativement HMS). Pour précision et simplifier également, les Mate30 tournent sous EMUI 10 avec une base Android 10 mais sans les Google Mobile Services. S’ils sont bien annoncés, on ne sait pas encore quand ils seront disponibles en Europe mais Huawei France nous l’a confirmé, ils sortiront bien en Europe, avec ou sans les Google Mobile Services.

Maintenant, on préfère vous le dire de suite, sans ces applications Google et sans une vision claire de ce que Huawei prépare pour l’avenir, on ne sait pas trop sur quel pied danser.

L’écran

Le Huawei P30 Pro propose ainsi un impressionnant écran Horizon Display qui va jusqu’au niveau de la tranche, ce qui permet de ne pas avoir de bords d’écran latéraux. On notera également des bords d’écran haut et bas de seulement 4,2mm et 4,8mm.

La dalle est de type OLED avec une diagonale 6,53 pouces (6,62 pouces pour le Mate30) avec une définition Full HD+ de 1176×2400 (1080×2340 sur le Mate30) et donc un format 18,4:9 (19,5:9 sur le Mate30). A l’instar du P30 Pro mais également des Samsung Galaxy S, le Mate30 et le Mate30 Pro vous proposent des bords latéraux incurvés qui vont jusqu’au dos, un peu comme le très récent Vivo Nex 3 ou encore l’écran type « Waterfall » d’Oppo. Les écrans supportent le DCI-P3 et réduisent de -25% la lumière bleue. Parce que les bords latéraux sont quasiment inexistants sur le Mate30 Pro, Huawei a introduit une nouvelle technologie, Side-Touch Interaction, qui permet de tapoter sur les bords pour lancer des fonctions. Typiquement, un double-tap sur un des bords lance la commande de volume et il suffit de faire glisser son pouce pour augmenter ou réduire le volume. On pourra aussi se servir des bords comme un déclencheur dans l’application photo. Et enfin, on retrouve un capteur d’empreintes sous l’écran de type optique mais de nouvelle génération.

L’encoche et le design

On a pu le constater, les Mate30 proposent toujours une encoche, un peu comme les iPhone X/XS/11. A l’intérieur de cette encoche se trouve bien évidemment mais aussi maintenant un capteur de reconnaissance de gestes qui seront introduits avec le Pixel 4 de Google le 15 octobre prochain. Et enfin, on retrouve bien évidemment une caméra frontale de 24 Mégapixels avec une ouverture de F/2.0.

A côté, on retrouve un design assez classique d’un smartphone de 2019 avec un nouveau dos dont le rendu passe du mat au glossy. Ils sont certifiés IP68 et seront disponible en version Cosmos Black, Space Silver, Cosmic Purple et Emerald Green. Le Mate30 Pro aura droit à deux versions supplémentaires avec du cuir vegan, Orange et Forest Green.

La Photo du Mate30

Pour la partie photo, Huawei continue son partenariat avec Leica et la première chose qui saute aux yeux, c’est ce bloc photo arrière au design circulaire. Comme pour le P30 Pro, on retrouve un trio d’appareils photo avec un grand-angle, un ultra grand-angle et un téléphoto mais aussi un capteur TOF.

La Mate30 reprend en gros la formule du P30 Pro à l’exception que le téléphoto se résume à un zoom optique de 3x et non 5x, ce qui donne aussi un zoom hybride en 10x. Le capteur principal est donc le même que celui du P30 Pro, à savoir un capteur RYYB, tout simplement parce que la capture de la couleur jaune permet de capturer beaucoup plus d’informations. Du coup, en profitant de la puissance des derniers processeurs et de l’intelligence artificielle, le vert est recréé après la capture. Avec toute la puissance embarquée, Huawei en a profité pour améliorer au global son bloc photo comme l’ISP par exemple, ajouter de nouvelles fonctions comme les modes Cliché Nocturne ou Silk Water (pause longue à main levée)

Techniquement parlant, l’appareil photo principal propose un capteur SuperSensing Wide de 40 Mégapixels avec un objectif grand angle de 27mm et une ouverture de F/1.8. Le second appareil photo embarque un capteur de 8 Mégapixels avec un objectif allant jusqu’à 80mm, une ouverture de F/2.4 et donc un zoom optique de 3x (10x en zoom hybride). Le troisième appareil photo 16 Mégapixels avec un objectif ultra grand-angle de 17mm et une ouverture de F/2.2. On notera toujours un mode Macro à 2,5cm et les appareils photo grand angle et zoom proposent une stabilisation optique. Et enfin, pour finir sur la photo, le capteur TOF permet une meilleure gestion des profondeurs de champs mais aussi une meilleure expérience autour de la Réalité Augmentée.

La Photo du Mate30 Pro, orienté vidéo

Mais la grosse nouveauté concernant la photo et la vidéo se situe sur le Mate30 Pro puisque le nouveau bloc photo permet d’aller chercher une sensibilité record de 409.600 ISO mais aussi de passer un gap en vidéo pour Huawei. En effet, si on reprend en gros les mêmes caractéristiques techniques du bloc photo du Mate30, le Mate30 Pro intègre sur l’ultra grand angle non seulement un objectif plus lumineux (18mm et F/1.8) mais surtout un capteur 3:2 RGB de 40 Mégapixels (1/1.54 pouce). Pourquoi ? Tout simplement parce que pour la vidéo, il vaut mieux revenir à un capteur RGB que le capteur RYYB sur l’appareil photo principal. Mais histoire que tout soit optimisé, c’est un capteur RGGB avec deux pixels verts !

Du coup, pour tout ce qui est vidéo, le Mate30 Pro utilisera en priorité l’ultra grand-angle parce que le capteur y est optimisé. Mais on notera en que l’objectif de 18mm permet d’enregistrer des vidéos en grand angle et c’est qu’on a toujours reproché aux smartphones puisqu’il y a du crop en général. Autre bénéfice de tout cela, on atteint en vidéo une sensibilité de 51.200 ISO et des ralentis allant jusqu’à 7680fps.

Les Caractéristiques Techniques

Enfin, côté caractéristiques, les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro embarquent le dernier processeur Kirin 990 gravé en 7nm (23% plus performant que le précédent), un GPU Mali-G76 (39% plus performant que le précédent) et son NPU (460% plus performant que le précédent), 128Go sur le Mate30 ou 256Go de mémoire interne sur le Mate30 Pro, 8Go de RAM, un port NM (une carte-mémoire propriétaire de 128Go ou 256Go au format d’une nano-SIM), la 4G LTE ou la 5G en fonction de la version, une batterie respective de 4200mAh sur le Mate30 et 4500mAh sur le Mate30 Pro avec la technologie Super Charge 2.0 filaire à 40W, la recharge sans-fil rapide jusqu’à 27W, la charge inversée trois fois plus rapide que sur le P30 Pro, EMUI 10 sous Android 10. On notera que sur la version 5G, le Mate30 Pro intègre pas moins de 14 antennes pour la 5G sur un total de 21 antennes. Huawei parle déjà de smartphone 5G de seconde génération. Et enfin, il y a le support du nouveau Huawei M-Pen, un stylet similaire au S Pen de Samsung.

Le Huawei Mate30 Pro sera disponible quand il sera disponible au prix de 1099 euros, 1199 euros en version 5G. Et le Huawei Mate30 sera disponible à 799 euros.

Huawei présente ses Mate 30 et Mate 30 Pro

Par Remi Lou

Meet the #HuaweiMate30 Series family!

Which one do you like best?#RethinkPossibilities pic.twitter.com/N0HVUnvBmr

— Huawei Mobile (@HuaweiMobile) September 19, 2019

Comme prévu, Huawei vient de présenter ses deux nouveaux fleurons, les Mate 30 et Mate 30 Pro, deux smartphones résolument haut de gamme avec une fiche technique d’exception. Comme pressenti, et c’est désormais officiel, les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro ne seront pas équipés des services de Google, même s’ils tournent bien sous Android. On ne peut pas s’empêcher de se dire que c’est un immense gâchis au vu des innombrables qualités du nouveau flagship de la marque chinoise…

Concernant le design, pas de surprise majeure. Le smartphone ressemble comme deux gouttes d’eau aux divers leaks qu’on a pu apercevoir ces derniers mois. Sur le Mate 30 Pro, on retrouve ainsi une dalle OLED de 6,53 pouces avec affichage DCI-P3 et certification HDR. Cette dalle est toujours surmontée d’une encoche assez imposante bien que plus fine que son prédecesseur, mais elle a bien une raison d’être avec toujours la reconnaissance faciale 3D. Quand aux Mate 30, il dispose d’une dalle AMOLED mais ne reprend pas les bords incurvés du plus bel effet de son grand frère.

Forget everything you thought you knew – impossible just became possible with our new Horizon Display. #RethinkPossibilities#HuaweiMate30 Pro pic.twitter.com/rVOpSNukMW

— Huawei Mobile (@HuaweiMobile) September 19, 2019

À l’intérieur, on retrouve tout d’abord une nouvelle puce maison du constructeur, la Kirin 990, présenté il y a seulement quelques semaines. Pour rappel, il s’agit d’un SoC octo-coeur gravé en 7 nm et travaillant de concert avec une puce Mali G76 pour le GPU. En bref, il en faudra beaucoup pour mettre à genoux le smartphone, avec une puissance colossale. Pour la batterie, Huawei a choisi d’équiper son Mate 30 Pro d’une batterie de 4500 mAh et 4200 mAh pour le Mate 30. Les deux sont compatibles avec la charge rapide 40W et la charge sans fil 27W.

Au dos du smartphone, on se retrouve face à cet imposant bloc optique situé au centre et qui comprend pas moins de 4 appareils sur le Mate 30 Pro : un objectif « ciné » ultra grand-angle 40 mpx 18mm (f/1,8), un objectif grand angle 40 mpx 27 mm (f/1,6) avec stabilisation optique, un téléobjectif 8 mpx 80 mm (f/2,4) avec stabilisation optique, et enfin un capteur TOF pour calculer la profondeur de champ.

Le Huawei Mate 30 est un petit peu moins bien loti, même si cela reste un équipement de choix, avec un objectif ultra grand-angle 16 mpx 17mm (f/2,2), un objectif grand angle 40 mpx 27 mm (f/1,8), un téléobjectif 8 mpx 80 mm (f/2,4), ainsi qu’un autofocus laser.

The #HuaweiMate30 Pro makes sure you'll always capture 'that shot', with incredible ISO 409600 sensitivity.#RethinkPossibilities#HuaweiMate30 pic.twitter.com/zGq6VnFugE

— Huawei Mobile (@HuaweiMobile) September 19, 2019

Et, comme pour le P30 Pro de ce début d’année, les Mate 30 et Mate 30 Pro sont toujours aussi doués dans toutes les situations, même les plus sombres, voire encore plus, d’après Huawei. Le Mate 30 Pro et son objectif « ciné » serait, d’après le constructeur, extrêmement performant en vidéo, et pourrait même capturer des slow-motion en 7680 images par seconde… Oui, vous avez bien lu.

Fire up your imagination with the #HuaweiMate30 Pro super slow-mo capabilities.

Just look how slow we can go…up to 7680 frames per second!#RethinkPossibilities pic.twitter.com/yq3TbiXr8K

— Huawei Mobile (@HuaweiMobile) September 19, 2019

En bref, les Mate 30 et Mate 30 Pro profitent de toutes les dernières technologies, et prennent même de l’avance sur de nombreux points. En revanche, ils devront faire sans les services de Google. Huawei l’a confirmé, pas de YouTube, de Google Chrome, Google Maps, Google Drive ou encore Google Photos. Il n’y aura donc pas de Google Play Store et le smartphone devra faire sans les innombrables applications du catalogue. Huawei a tenu à mettre en avant sa propre boutique d’application, App Galery, mais son catalogue reste pour l’heure bien pauvre à côté de celui de la firme de Mountain View.

Huawei n’a pas indiqué de date de sortie, ni dans quels pays seront disponibles les Mate 30 et Mate 30 Pro. En revanche, on a quand même eu un prix en Europe, ce qui nous rassure sur sa disponiblité dans nos contrées.

  • Huawei Mate 30 : 799 euros (128 Go de stockage, 8 Go de RAM)
  • Huawei Mate 30 Pro : 1099 euros (256 Go de stockage, 8 Go de RAM)
  • Huawei Mate 30 Pro 5G : 1199 euros (256 Go de stockage, 8 Go de RAM

Grève pour le climat : Des employés chez Amazon, Google et Microsoft font pression sur leurs dirigeants

Par Jason Mathurin
Unsplash/Markus Spiske

Ce vendredi 20 septembre dans 150 pays, des employés d’Amazon, Google et Microsoft, ont prévu de manifester, non pas pour protester contre leurs conditions de travail, mais pour que les grands industriels prennent des mesures concrètes pour lutter contre le réchauffement climatique, rapporte Fortune. Une initiative très politisée qui s’inscrit dans la continuité des grèves pour le climat, initiées par Greta Thunberg, cette jeune lycéenne suédoise qui a appelé les jeunes à manifester certains vendredi pour faire pression sur les gouvernements. Cette fois-ci, c’est au tour des employés des grands groupes industriels d’apporter leur pierre à l’édifice. Business Insider France avait déjà rapporté que des salariés de grandes sociétés comme Ben & Jerry’s ou Lush aux États-Unis et Canada, mais aussi Levi’s, envisageaient de fermer boutique pour se rallier à la cause vendredi. Les plateformes WordPress et Tumblr vont quant à elles de fermer leur site et de rediriger les internautes vers la page Global Climate Strike.

Chez Amazon, ce ne sont pas moins de 1500 employés * qui ont prévu de participer à cette action. Ce qui est une première en 25 ans d’existence. Cependant, les patrons de certaines de ces entreprises sont loin de soutenir leurs employés. À Seattle, les salariés d’Amazon ont dû prendre un jour de congé pour pouvoir protester, car cette manifestation n’a pas reçu le soutien escompté de leur hiérarchie. Dans leur lettre ouverte, les employés d’Amazon à l’initiative du mouvement Amazon Employees for Climate Justice, indiquent : “Amazon est l’une des sociétés les plus innovantes. Nous nous félicitons d’être leader. Mais face à la crise climatique, un vrai leader est celui qui parvient à l’objectif de zéro émissions, pas celui qui retarde l’échéance aussi longtemps que possible”. Ils appellent aussi à ce que le groupe parvienne à zéro émission d’ici 2030 et souhaite moins d’hypocrisie, dénonçant dans leur lettre ouverte une politique lobbyiste : “Nous finançons le premier think tank climatosceptique, et nous avons fait des dons à 68 membres du Congrès en 2018, qui ont voté 100% du temps contre la législation sur le climat”.

* Le nombre d’employés se joignant à la Marche est régulièrement mis à jour dans la lettre ouverte du groupe Amazon Employees for Climate Justice.

[Bon Plan] La trottinette électrique Xiaomi Mi Electric Scooter Pro à 445 euros

Par Gregori Pujol
Code promo : T3732E07C121D000

Au programme de cette nouvelle version, on retrouve un petit écran LCD couleur intégré à la potence indiquant notamment la vitesse, le mode de conduite, la liaison Bluetooth, les phares, des avertisseurs, etc. L’autre nouveauté concerne la batterie qui s’offre une augmentation de 50% en passant à 12800 mAh (474 Wh) pour une autonomie de 45km, provoquant ainsi un poids plus important qui passe à 14,2 Kg.

Le châssis semble quant à lui sensiblement identique, selon Xiaomi le moteur est de 300W avec une vitesse de pointe fixée à 25 Km/h (pour un poids jusqu’à 100 Kg). Elle est toujours IP54, disponible en deux couleurs et à des roues de 8,5 pouces toujours pas rigides ou semi-rigides.

 

Pone sort un album composé uniquement avec… les yeux

Par marie

On se souvient de Pone et son groupe la Fonky Family dont le premier album Si Dieu veut... a obtenu un double disque d’or. Le groupe enchaîne les succès avec deux autres albums, Art et Rue et Marginale Musique tout aussi récompensés. Bien que le groupe se trouve au sommet de sa gloire, il se sépare en 2007. Mais c’est surtout en 2015 que la vie de Pone bascule. Atteint de la maladie de Charcot, l’artiste va perdre progressivement ses capacités motrices jusqu’à se retrouver tétraplégique. Il ne peut ni bouger, ni parler, mais sa passion pour la musique n’a pas changé, rappelle RapRnB.

« J’ai repris la musique en janvier 2019 après quelques péripéties de santé, une période assez difficile (…) Je pratique la production musicale depuis bientôt 30 ans mais privé de mes mains et du reste, il fallait tout réapprendre, avec les yeux. J’ai donc commencé par Kate Bush, pour qui j’avais déjà une profonde admiration » explique Pone sur le site de présentation de l’album.

A l’âge de 46 ans, Pone sort son premier album solo conçu uniquement avec ses yeux grâce à un système informatique adapté qui suit le mouvement de ses pupilles. Son album, intitulé Kate and Me, est disponible en libre écoute et est totalement gratuit. En produisant cet album, Pone transmet un message de courage et d’espoir : « Aujourd’hui j’ai une deuxième motivation tout aussi importante, celle de montrer aux gens en grande difficulté physique comme moi que tout est possible », annonce l’artiste sur son site officiel. « C’est un immense privilège de pouvoir donner un peu d’espoir là où il n’y en a plus. J’aurais tant eu besoin de ça quand j’étais dans l’ouragan de la SLA ».

L’album Kate and me, composé de onze titres, est pour Pone, un hommage à Kate Bush, pour qui il avait une profonde admiration : « Je dois dire qu’en redécouvrant sa discographie j’ai pu mesurer l’ampleur de son oeuvre, tout simplement indescriptible. C’est pour moi la plus grande artiste de ces 40 dernières années ».  Dans son album, Pone reprend des samples de Kate Bush : « Quant à Kate, si jamais elle écoute ceci, j’espère qu’elle ne m’en voudra pas trop pour avoir déformé sa voix et malmené son oeuvre. Au final j’aimerais que ça l’amuse.  »  L’artiste a également crée un site internet dédié à la malade de Charcot?

Vous pouvez retrouvez l’article

 

 

Vapotage : l’Inde interdit la vente d’e-cigarettes

Par Jason Mathurin
Crédits: Unsplash

Le gouvernement indien a tranché et interdit la vente des cigarettes électroniques, évoquant une “épidémie” touchant les plus jeunes consommateurs. “Ces nouveaux produits sont arrivés avec des designs attrayants, de multiples parfums et leur utilisation a augmenté significativement et pris des proportions épidémiques dans les pays développés, plus particulièrement chez les jeunes et les enfants”, a indiqué le ministre de la santé à Reuters. Une nouvelle qui n’est pas au goût de Juul, qui prévoyait de déployer ses cigarettes électroniques de la forme d’une clef USB sur le marché indien. Cette mesure intervient peu de temps après des prises de positions de l’OMS (qui s’alarme des risques des cigarettes électroniques) et le recensement, aux Etats-Unis, de sept morts liés à une maladie pulmonaire inconnue. Les états de New-York et du Michigan ont récemment banni les cigarettes électroniques aromatisées. C’est aussi le cas de Singapour. Et si au Japon, certains produits sont autorisés, ce n’est pas le cas des recharges contenant de la nicotine.

Suite à la décision de l’Inde, les partisans des e-cigarette ont dénoncé une mesure qui prive les fumeurs de substituts moins dangereux. Un argument de poids, l’Inde étant le second pays après la Chine où l’on fume le plus, avec plus de 100 millions de fumeurs adultes. Si les recherches sur les e-cigarettes tendent pour le moment à indiquer que celles-ci sont moins nocives que des cigarettes classiques, elles n’ont cependant pas encore le recul nécessaire pour évaluer précisément les risques de ces produits. De plus, les états craignent que ces produits incitent des non-fumeurs à franchir le pas et à se tourner à terme vers des cigarettes classiques.

Raising Dion : la série de super-héros de Netflix se dévoile dans un trailer

Par marie

Comment élever un super héros ? C’est la thématique que la nouvelle série Netflix Raising Dion explorera à partir du 4 octobre. Michael B. Jordan, après Black Panther, poursuit dans l’univers super-héroïque en se glissant cette fois dans la peau du père d’un super-héros. Le paternel a hélas disparu dans des circonstances plutôt étranges : « Maman ne m’a jamais dit ce qu’il s’est passé. Elle m’a juste parlé d’un orage« , peut-on entendre dans le trailer.

Le scénario raconte l’histoire de Nicole (Alisha Wainwright), élevant seule son fils Dion (Ja’Siah Young) âgé de huit ans après la « potentielle » mort de son mari Mark (Mickael B. Jordan). Le jeune garçon présente des super-pouvoirs. Sa mère, aidée par Pat (Jason Ritter), meilleur ami de Mark, va l’aider à les maîtriser, tout en le protégeant d’une organisation gouvernementale qui « traque tous les gens ayant des super pouvoirs ». Les pouvoirs de Dion sont à la fois un don et une une malédiction puisqu’ils condamnent l’enfant à vivre caché.  Reste à voir quel rôle jouera le père dans cette série. Bien que celui-ci soit porté disparu, on subodore en effet qu’il ne tardera pas à refaire surface. Suspense…

La série réalisée par Carol Barbee est adaptée du comic-book, Raising Dion, de Dennis Liu.  C’est en neuf épisodes que la série développer l’histoire mettant en scène l’amour inconditionnel d’une mère qui souhaite protéger son fils et l’absence d’un père qui semble malgré tout présent. Une œuvre originale qui met en avant le point de vue d’une mère sur son fils. D’ailleurs, c’était l’idée même de l’auteur Dennis Liu : « Imaginez Superman, mais du point de vue de Martha Kent. Imaginez Spiderman mais du point de vue de Tante May. C’est une histoire de super héros, mais à travers le point de vue des parents. Mais contrairement à son fils, la mère n’a aucun pouvoir », déclare l’auteur dans le résumé de son comic.
Fantastique, action et émotions seront assurément au programme !

there's something special about that kid… raising dion comes to @netflix october 4. pic.twitter.com/IZ2YK2Am5v

— Raising Dion (@RaisingDion) September 18, 2019

[TEST] The Legend of Zelda Link’s Awakening : le réveil du Poisson-rêve

Par Amandine Jonniaux
Crédits Nintendo

Plus de 25 ans après sa sortie initiale sur Game Boy, The Legend of Zelda : Link’s Awakening n’en est pas à son premier remake. En 1998, le titre qui s’affranchit non seulement de la Tri-force, mais aussi de son méchant historique Ganon avait déjà connu une adaptation colorisée sur Game Boy Color, avant de faire son arrivée sur la console virtuelle de la 3DS en 2011. Cette fois, c’est un remaster complet, assorti de quelques nouveautés notables qui fait son arrivée sur Nintendo Switch. Une situation inédite pour Link, dont les aventures sur l’île de Cocolint se retrouvent pour la première fois propulsées sur console de salon. 

Plus qu’un remake, il sera plus juste de parler de réorchestration à propos de The Legend of Zelda : Link’s Awakening. Qu’on ne s’y trompe pas, le jeu est intégralement calqué sur le titre original sorti en 1993, qu’il s’agisse de sa trame scénaristique, de sa map ou encore de ses donjons. Nintendo aurait eu, de toute manière, tort de s’en priver, sachant que les premières aventures de Link sur Cocolint étaient déjà particulièrement réussies. Sans surprise, c’est donc sur la forme que vont se concentrer les principaux changements opérés par la firme japonaise, le plus visible étant la refonte graphique intégrale du titre, aussi radicale que mignonne à regarder. Exit les sprites animés et le pixel art rétro à souhait, Link s’offre désormais une esthétique résolument plus cartoonesque et assez symptomatique des jeux Nintendo actuels. Le rendu est lisse, rond, et n’en déplaise aux puristes, cette nouvelle approche sans doute plus enfantine de l’univers de The Legend of Zelda s’impose comme une jolie refonte graphique. 

Crédits Nintendo

Si la trame générale de Link’s Awakening 2019 ressemble à s’y méprendre au jeu original, Nintendo s’offre pourtant quelques changements bien sentis. En termes de gameplay notamment, la disparition des axes haut/bas et droite/gauche au profit d’un déplacement plus libre rendu possible par le joystick permet non seulement à Link d’être plus mobile, et donc plus rapide (toujours pratique quand il s’agit d’échapper au périmètre d’une bombe), mais offre aussi aux monstres un élargissement de leurs patterns de mouvement. De quoi rendre les combats un peu plus haletants, d’autant que la présence de boutons supplémentaires sur les manettes Switch permet aussi une meilleure attribution et gestion des items. Concrètement, les quelques changements mineurs opérés ici et là ne bouleversent en rien l’expérience de jeu initiale, mais œuvrent efficacement pour une meilleure fluidité ingame. Seul défaut notable apporté par la version 2019 (il en fallait bien un), la présence d’un effet de flou assez inesthétique autour de l’écran lors des déplacements de Link qui a tendance à piquer quand on s’y attarde. 

Quand on parle du remake d’une œuvre, on oublie souvent la dimension musicale de cette dernière. Et pourtant, comment évoquer The Legend of Zelda : Link’s Awakening sans rendre hommage à sa magistrale bande originale signée Minako Hamano et Kozue Ishikawa. Plus vitaminées que les bandes-son des opus précédents, mais tout aussi épiques, les musiques originales tirées de l’île de Cocolint ont su trouver une seconde jeunesse cette année, dans une réécriture modernisée, mais toujours aussi prenante.

Les donjons-mosaïque

Pensé pour enrichir une expérience de jeu à la base uniquement solo, le mode donjons-mosaïque offre aux joueurs de créer leurs propres donjons, pour ensuite les partager avec l’ensemble de la communauté. Une nouveauté exclusive à la Nintendo Switch et aux abonnés Switch Online, qui propose en plus de son mode libre, un mode défi dans lequel Igor le fossoyeur nous invite à créer des maps tout en respectant certaines contraintes prédéfinies. 

L’outil est plutôt bien pensé et intuitif façon Super Mario Maker 2, puisqu’il permet notamment de connaître en temps réel la viabilité des différentes maps. Assez anecdotique au sein de l’aventure générale, le concept de donjons-mosaïque n’en demeure pas moins un ajout intéressant, d’autant plus que les différents morceaux de cartes sont déblocables à la manière de collectibles au fil de l’aventure. Si certains sont accessibles assez facilement en progressant dans le mode histoire, d’autres se révèlent beaucoup plus complexes à dénicher, ce qui saura ajouter un challenge supplémentaire aux complétistes aguerris. C’est aussi via le mode donjons-mosaïque, déjà évoqué dans un récent trailer que Nintendo est parvenu à trouver une utilité à ses amiibo. En utilisant l’une des 23 figurines de la gamme The Legend of Zelda, des maps supplémentaires seront ajoutées ingame. De plus, l’amiibo spécial Link (Link’s Awakening) permettra aussi de débloquer le boss de donjon inédit Link sombre.

Un titre pensé pour les fans ?

Que ce soit au travers de ses consoles rétro Classic mini sorties il y a quelques années, ou de sa bibliothèque virtuelle NES et SNES disponible sur Switch, Nintendo sait faire vibrer la fibre nostalgique de ses joueurs, et The Legend of Zelda : Link’s Awakening n’échappe pas à la règle. Pour tous ceux qui ont découvert le jeu dans sa version originale ou même plus tard dans sa version DX, le jeu reste résolument fidèle à son esprit d’époque, et multiplie les easter-eggs non seulement à la licence Nintendo, mais aussi au titre classique. On retrouve ainsi pêle-mêle une adorable peluche Yoshi, des pièces de donjon remplies de Goombas et de plantes Piranha, et plusieurs autres surprises, dont certaines se retrouvaient déjà au sein de la version de 1993. Côté personnages secondaires, l’ensemble du casting de 1993 est évidemment présent, depuis l’adorable Toutou à Pépé le Ramollo. Nostalgie toujours, le jeu s’ouvre sur une jolie cinématique d’introduction reprenant le style des artworks des tous premiers titres de la licence. 

Crédits Nintendo

Pourtant, et malgré un hommage assumé aux joueurs de la première heure, The Legend of Zelda : Link’s Awakening ne se contente pas de faire du fan-service pour satisfaire une armée de geeks nostalgiques ayant grandi dans les années 1993. Les nouveaux joueurs qui découvrent le titre pour la première fois auront aussi l’occasion d’apprécier le jeu, qui a non seulement le mérite d’être joliment réécrit, mais aussi très réussi en lui-même, tant sur la forme que sur le fond. 

Russie : explosion dans un laboratoire qui contenait la variole et Ebola

Par Remi Lou

Lundi 16 septembre, une explosion suivie d’un incendie s’est déclaré dans un laboratoire russe situé à Koltsovo, près de Novossibirsk, en Sibérie. Selon l’agence de surveillance sanitaire Rospotrebnadzor, l’incident s’est produit à cause d’un problème avec un cylindre de gaz. Une personne a été blessée et des dégâts matériels ont été recensés, comme des fenêtres brisées. L’incendie a cependant été maîtrisé relativement rapidement, note Ouest-France. Le plus troublant, c’est que l’établissement n’est pas un laboratoire anodin. Baptisé « Vektor », le lieu est en effet un centre de recherche géré par l’État qui effectue des travaux sur les biotechnologies et les virus, dont, notamment, la variole et Ebola. C’est d’ailleurs l’un des rares lieux au monde qui « héberge » ces virus. Faut-il craindre pour la santé des employés, et, pire, encore, pour celle des 1,5 million d’habitants de Novossibirsk, situé proche du laboratoire et troisième plus grande ville de Russie ?

La Russie enchaîne les incidents graves

Bien que le bâtiment soit dans un mauvais état, les autorités se veulent rassurantes et indiquent qu’aucune substance dangereuse n’a été touchées par l’incident. Malgré tout, on reste vigilants sur les tenants et aboutissants de cette affaire. « Un incendie qui toucherait les zones où le virus est présent, c’est presque une bonne nouvelle, ça va détruire les pathogènes. Si ça impacte une zone où vous avez des installations dédiées à la sécurité du laboratoire, ça peut être plus embêtant, mais ce n’est pas forcément catastrophique », a confié Hervé Raoul directeur du laboratoire P4 Inserm Jean Mérieux à Lyon interviewé, avec plusieurs experts, par 20 Minutes sur la question des risques (retrouvez leur analyse complète ici)

C’est loin d’être la première fois que ce type d’incident se produit en Russie. Au cours de ces derniers mois, de nombreuses personnes ont perdu la vie dans divers incidents, dont des explosions dans des usines d’explosifs, un incendie dans un sous-marin à propulsion nucléaire dans le Grand Nord, ou encore cette explosion sur une base de tir de missiles nucléaire en août dernier. Ce dernier incident avait par ailleurs conduit à une hausse de la radioactivité, selon les autorités. 

[Test] Répéteur Netgear EX7500 X4S

Par Romain

Présentation

C’est dans un emballage noir en carton où le produit est visible sur la face avant que Netgear propose son produit. Comme à l’accoutumée, la face arrière informe des principales fonctionnalités en plusieurs langues, les spécificités se retrouvent d’un côté et les détails du produit de l’autre. Une fois déballé nous découvrons le répéteur ainsi que de la documentation papier en plusieurs langues (guide rapide). L’essentiel est donc là, ne reste plus qu’à l’admirer sous toutes ses coutures.

Chez Netgear, chaque répéteur à son propre design. Et ce X4S ne déroge pas à la règle avec sa personnalité propre et sa couleur blanche. Avec un peu d’imagination, on pourrait reconnaître la bouche du masque de Dark Vador (mais en blanc). Hormis cela, il reste plutôt sobre avec des faces planes et de larges biseaux.

C’est sur le dessus que se situent les cinq LED d’informations, à savoir la connexion au routeur, son état d’alimentation, la présence d’une connexion 2,4Ghz, la diffusion de la répétition et la présence d’une connexion 5Ghz. Ces LED s’illuminent en bleu, mais certaines peuvent prendre une couleur rouge selon l’état de connexion. Si l’éclairage de ces LED est puissant, Netgear propose heureusement dans son interface de les éteindre en fonctionnement. Les tranches haute et basse, tout comme la face arrière, sont pourvues de grilles d’aération, ce qui créera une ventilation naturelle lors du fonctionnement du répéteur afin d’éviter la surchauffe. L’unique bouton se situe sur la tranche gauche et sert à allumer et éteindre l’appareil, mais également à activer la fonction WPS. Juste à côté se trouve le petit switch de réinitialisation.

Il est à noter que ce X4S est un répéteur ne proposant pas de prise secteur femelle pour y raccorder un appareil électrique. Plutôt volumineux (il et assez large), il est possible que la (les) prise(s) adjacente(s) (sur un bloc à plusieurs prises) soit difficilement utilisable(s) selon le connecteur secteur à brancher.

Caractéristiques

  • Marque : Netgear
  • Modèle : Nighthawk X4S tri-Band Wifi Range Extender / EX7500
  • Type : Répéteur Wifi
  • Connexion Wi-Fi Tri Band 2,4 + 5 + 5 Ghz atteignant 2200 Mbit/s (N400 + AC866 + AC866)
  • Couverture jusqu’à 220 m²
  • Prise en charge Wi-Fi 802.11 b/g/n/ac/k
  • Wi-Fi Protected Access® (WPA/WPA2-PSK) et WEP
  • Push ‘N’ Connect avec la norme WPS (Wi-Fi Protected Setup®
  • Bouton d’alimentation
  • Technologie FastLane3 utilisant les deux bandes Wi-Fi pour établir une connexion à très grande vitesse
  • Possibilité d’éteindre les LED
  • Dimensions : 161,04 x 83,82 x 76,2 mm
  • Poids : 304 g

Installation

L’installation de ce X4S est très facile et se fait assez rapidement, bien entendu nous retrouvons un air de famille très prononcé dans son interface avec celle de son frère le Netgear X4, cependant, ce modèle soi-disant supérieur est un peu plus rapide (application des configurations et redémarrages).

Tout comme le EX7300, il est simplement nécessaire de le brancher sur une prise de courant, d’attendre qu’il soit démarré et se connecter à son interface pour suivre son assistant étape par étape.

Pour le paramétrer, la procédure est la même que celle de son petit frère : il faut sélectionner le réseau Wifi à étendre (ou 2 réseaux Wifi si votre émetteur principal diffuse sur 2 bandes : 2,4Ghz et 5Ghz), renseigner le mot de passe puis attendre quelques dizaines de secondes que la nouvelle configuration soit appliquée. C’est aussi simple que cela.

Par la suite, le débrancher ne fera pas perdre sa configuration, et il pourra ainsi simplement être branché sur n’importe quelle prise électrique se situant dans une zone de réception du signal à étendre.

Pour la mise en place « Wifi Mesh », il vous suffira de laisser la fonction « Activer le nom Wifi unique » activée lors du paramétrage. Vous pouvez tout autant attribuer un nom différent au(x) nouveau(x) signal(aux) répété(s), pour cela il suffira de désactiver cette fonction (« Activer le nom Wifi unique »). Par la suite, il faudra bien faire attention de se connecter bon réseau Wifi.

Wifi Mesh

Ce EX7500 est compatible Wifi Mesh (nom de Wifi unique). Cela veut dire que le signal répété est identique au signal source (le SSID est exactement le même). Lorsque l’on se déplace d’un endroit à un autre, son appareil (connecté au Wifi) peut changer de borne émettrice (signal source du routeur Wifi / Box Internet ou signal répété du répéteur) pour avoir le meilleur signal possible, tout cela de façon transparente pour l’utilisateur. D’ailleurs, on ne sait même pas sur quel appareil il se connecte, son appareil choisissant la borne ayant le meilleur signal pour une meilleure connexion possible (ou alors il faut aller dans les interfaces de ses routeurs/ box Internet / répéteur pour voir quels appareils y sont connectés). Par contre, ce n’est pas le répéteur qui choisit si un appareil doit se connecter dessus ou rester sur la borne d’origine, c’est votre appareil (smartphone, PC…) qui choisit sur qui se connecter pour recevoir le meilleur signal possible. Lors de nos essais, nous avons constaté le changement de borne sur nos téléphones portables lors d’un déplacement, mais cela a été plus laborieux sur notre ordinateur Windows 10 qui n’a pas forcément switché même si sa connexion aurait été meilleure sur le répéteur (attention : la faute n’est pas due au répéteur vu que c’est l’appareil connecté qui évalue les signaux Wifi et se connecte au plus approprié selon lui). Lors d’un test en streaming vidéo YouTube 1080p sur smartphone, nous n’avons pas remarqué de problème, la vidéo fluide est restée fluide malgré nos déplacements rapides.

Technologie Fastlane

Ce X4S est Wifi Tri-Band : 1x bande 2,4Ghz et 2x bandes 5Ghz. Netgear, avec sa technologie Fastlane3, se réserve une bande pour la liaison entre le répéteur et l’appareil source (routeur Wifi ou Box Internet) qui sera dédiée à cette fonction. Cela se fait automatiquement et l’utilisateur n’aura d’ailleurs pas la main sur son fonctionnement, contrairement au EX7300 qui proposait 3 modes, mais qui lui était seulement Dual-Band (d’où un choix à faire concernant le fonctionnement de son mode Fastlane et des bandes à utiliser). Du coup cela offre une connexion plein débit avec sa box sur une bande dédiée (généralement en 5 Ghz si la box propose cette bande) en évitant de partager la bande passante et permet de s’adapter pleinement à la capacité de la box (ce qui prend tout son sens avec les box modernes proposant une connexion Wifi de relativement bonne qualité).

L’interface

Tout comme son petit frère le Netgear X4, on y accède par un navigateur (Firefox, chrome, explorer …). Pour commencer, il faut tout d’abord se rendre sur la page web http://mywifiext (ou en saisissant directement son IP, que l’on peut retrouver dans le routeur principal où se connecte le X4S).

Le statut informe de l’état des liaisons des 2 bandes Wifi 2,4Ghz, 5Ghz (quel est le réseau Wifi « source » qui est répété, qualité de transmission en Mbps, comment les canaux sont utilisés, le(s) nouveau(x) nom(s) du(des) réseau(x) répété(s) …). Un schéma explicatif (et très explicite) permet de visualiser comment les bandes Wifi sont utilisées.

L’onglet paramètres, elle-même sous-divisée en plusieurs sous-sections, permet de paramétrer le nouveau réseau Wifi répété (nom du(des) réseau(x) (pour chaque bande), affichage du SSID, les canaux, les vitesses max, mot(s) de passe, adressage IP). On peut aussi voir la liste globale des appareils connectés au répéteur (cependant, il est dommage qu’il ne soit pas possible de le faire pour chaque bande). Il est enfin possible de changer le mot de passe d’accès au répéteur, de sauvegarder une configuration et la restaurer, réinitialiser le répéteur ou encore le redémarrer.

L’onglet suivant propose la mise à jour manuelle ou automatique du Netgear Nighthawk EX7500.

L’onglet « Pour aller plus loin » propose la planification d’utilisation, comme couper Internet selon un jour, une heure… C’est ici que nous trouvons la possibilité d’éteindre les LED, pratique s’il est placé dans une chambre par exemple. Une fonctionnalité que l’on retrouve sur de plus en plus d’appareils, comme les routeurs XR300 ou Netgear XR500.

Nous avons remarqué lors de notre test que ce modèle Netgear (Nighthawk X4s Ex7500) remontait bien au routeur (en amont) les informations des appareils qui lui étaient connectés (en aval). Ce qui signifie que dans le routeur principal, il est possible de les identifier (en grande partie) avec leur nom et leur adresse IP, ce qui n’était pas forcément le cas du EX7300 qui ne remontait pas tout, ce qui pouvait parfois donner plusieurs appareils avec l’adresse IP du répéteur.

Performances

Les tests que nous avons effectués portaient sur des transferts de fichiers, selon différents contextes et dans deux environnements distincts, le premier plutôt professionnels (bureaux) et le second orienté particulier (appartement en duplex). Un Ordinateur PC était connecté en filaire (Gigabit LAN) sur le routeur source et un (second) PC portable équipé d’une clé Wifi USB3.0 AC1200 (Netgear A6210) était connecté au réseau Wifi à différents points de mesure sur lesquelles les valeurs ont été mesurées.

Lors des tests, le routeur source était un Netgear XR300, mais également une box Internet pour l’environnement particulier (en plus du routeur Netgear XR300).

Pour chacun des tests, les relèves étaient effectuées avec et sans appareils connectés supplémentaires (2x smartphones en Wifi qui lisaient des vidéos sur YouTube), dans le but de mesurer leur impact sur les performances de réception Wifi globales. De plus, les mesures ont été réalisées dans les deux sens de transfert et cela pour des petits fichiers (500 photos pour un total de 2,66Go) ainsi qu’un plus gros fichier (1 vidéo de 5,37Go).

Au moindre doute sur une valeur, un débit ou une vitesse, la mesure a été relancée afin d’être certain qu’il n’y ait pas d’erreur.

Sur les tableaux de mesure, le répéteur EX7300 (X4) est présent, comme nous avions plusieurs matériels Netgear (routeur XR300 et les répéteurs X4 / EX7300 et X4S EX7500), nous avons trouvé que cela serait intéressant d’effectuer des essais avec les 2 répéteurs connectés en cascade l’un sur l’autre, et de vérifier si cette installation fonctionnait (et ce que cela pouvait donner en terme de performances Wifi : débits et portée).

Ci-dessous les résultats dans l’environnement professionnel (bureaux).

En règle générale, nous constatons que la présence d’appareils supplémentaires connectés sur la même borne Wifi (routeur ou répéteur) impacte assez légèrement les débits pour notre transfert, il arrive même que cela ne change rien du tout, mais il peut arriver que débit soit divisé par deux.

Comme pour le EX7300 / X4, nous constatons que la présence du répéteur trop proche de la source émettrice peut être néfaste pour les débits Wifi des appareils qui y seraient connectés (sur le répéteur).

Les différences (augmentation ou réduction du débit avec la mise en place du répéteur) peuvent aussi dépendre de la taille de fichier(s) transféré(s) : gros ou petits.

Pour une mise en place « en cascade » des répéteurs , il n’y a que le sens (Routeur (en amont) – EX7500 (connecté sur le routeur) – EX7300 (connecté sur le EX7500)) qui a fonctionné et l’on constate un débit acceptable au point de mesure C, où le signal ne passait même pas avec le routeur uniquement.

Les ping sont moins bons avec le EX7500 que sans (qu’il soit connecté sur le XR300, le EX7300 en point d’accès ou sur la box Internet). Cela peut peut-être s’expliquer par le temps de traitement des informations à répéter, cependant cette différence est infime et même les gamers ardus de FPS ne devraient pas voir la différence.

Dès lors que nous connectons un appareil loin du signal source, les débits sont meilleurs lorsque le répéteur EX7500 est installé (jusqu’à 2x meilleur) et fait la passerelle.

La présence du répéteur a permis de mieux capter au point de mesure C, et de profiter d’un peu de signal qui permettra une navigation Internet légère.

Ci-dessous les résultats dans l’environnement particulier (appartement duplex).

L’élément le plus visible de ces mesures est que la connexion Wifi de notre box domestique est médiocre, et la mise en place d’un routeur annexe (ici le Netgear XR300) ou d’un point d’accès Wifi (ici le répéteur le EX7300 en mode point d’accès) permettra d’avoir de bons débits Wifi pour ses appareils sans fil.

De la même façon que lors de nos tests dans l’environnement professionnel, nous observons que la présence des deux appareils supplémentaires connectés visionnant chacun une vidéo YouTube (720p sur la bande des 2,4Ghz et 1080p sur la bande des 5Ghz) ne vient quasiment pas impacter le débit de notre transfert de test.

Nous pouvons ici aussi remarquer que dans tous les cas, le ping est légèrement supérieur lorsque le répéteur est utilisé, mais cela ne se ressent pas vu les valeurs déjà faibles. Ici aussi, cela doit être dû traitement lors de la répétition du signal par l’appareil.

La présence d’un répéteur permet d’étendre le signal, cela se voit nettement dans les valeurs remontées par les appareils qui sont connectés (puissance du signal en Mbps).

Comme nous l’avons remarqué avec son congénère le EX7300, la mise en place d’un répéteur trop près de la source n’est pas forcément bénéfique, ainsi, les débits peuvent être moindres dans la zone proche de l’émetteur source. Cependant, cette zone « proche » est très réduite quand il s’agit de la box Internet qui émet le signal de base.

Consommation

Lors de nos essais, nous avons pu constaté une consommation électrique (à la prise de courant) comprise entre 5,5W et 7,1W, ce qui équivaut à peu près à la moitié de la consommation d’un routeur (comme le XR300).

Meilleurs prix pour le Netgear EX7500

[Bon Plan] Le Xiaomi Mi 9 Lite (6+128Go) à 272 euros

Par Gregori Pujol
Code promo : BGM9L

Disponible en trois couleurs – Bleu Subtil, Plus que Blanc et Nuance de Gris – le Mi 9 Lite s’appuie sur le même processus de fabrication que le Mi 9. Il conserve ainsi le même confort de prise en main et de toucher, avec un dos courbé Corning Gorilla Glass 5. Le Mi 9 Lite dispose d’un écran FHD+ AMOLED de 6,39 pouces (certifié par l’institut allemand VDE qui protège contre la fatigue oculaire grâce à sa faible lumière bleue) comme le Mi 9 avec un ratio écran / corps de 91%. On retrouve également un capteur d’empreintes digitales sous l’écran.

Il est propulsé par un processeur Snapdragon 710 accompagné de 6 Go de RAM, de 64 ou 128 Go de mémoire et d’un port microSD. Il embarque également une batterie de 4 030 mAh avec charge rapide (chargeur de 18W inclus), le NFC, une prise casque 3,5 mm et un port infrarouge, le tout pour un poids de 179 g.

Des photos soignées avec sa triple caméra 48MP équipée de l’IA

Le Mi 9 Lite est équipé d’une triple caméra arrière avec un objectif principal de 48 MP et un capteur de 1/2”. La caméra utilise également le Super Pixel 1,6 µm 4 en 1 pour capturer plus de lumière lors de prises de vue nocturnes. Son objectif ultra grand angle de 118° permet de capturer une vue complète d’une scène. Mais le Mi 9 Lite ne s’arrête pas là : son IA détecte les photos d’architecture ou de groupe et recommande si besoin de passer en mode ultra-grand angle pour un meilleur résultat. Le Mi 9 Lite dispose également d’un capteur de profondeur pour la partie portraits. On notera également une nouvelle fonctionnalité nommée AI Skyscaping, qui détecte avec précision le ciel sur la photo, afin de transformer une journée nuageuse en une journée ensoleillée. La caméra frontale utilise un capteur de 32MP et fusionne quatre pixels pour former un seul grand pixel de 1,6 µm, qui permet de capturer plus de détails dans des conditions de faible luminosité. L’appareil photo avant prend des selfies panoramiques, en fusionnant trois photos selfie en une seule.

À partir d’avant-hierJournal du Geek

WhatsApp : Les messages supprimés ne le sont pas vraiment

Par Amandine Jonniaux
Crédits LoboStudioHamburg via Pixabay CC

Imaginez, vous envoyez une photo ou n’importe quel contenu multimédia à l’un de vos contacts WhatsApp, et là, c’est le drame : votre doigt a ripé, et vous réalisez trop tard qu’au lieu du selfie parfait au bord de la plage, c’est un cliché raté de votre double menton en contre-plongée qui a été envoyé. Depuis 2017, WhatsApp permettait de résoudre assez simplement le problème, en proposant l’option “Supprimer pour tous” jusqu’à une heure après l’envoi. Une fonctionnalité plutôt pratique, puisqu’elle permettait de rendre invisible un message pour tous les membres de la conversation.

Seul problème (de taille), l’outil, bien que pratique n’est pas du tout fiable, en tout cas concernant les utilisateurs d’iPhone. Dans un récent article publié par le site HackerNews, le chercheur en cybersécurité Shitesh Sachan dévoile en effet que les utilisateurs de la marque à la pomme peuvent toujours accéder aux contenus multimédias reçus sur WhatsApp depuis leur smartphone, même si ces derniers ont été supprimés de l’application. Dans la plupart des cas, les images et vidéos envoyées sur le service de messagerie sont automatiquement sauvegardées dans l’app Galerie d’un téléphone Android, ou dans la Pellicule d’un iPhone. Quand un utilisateur fait appel à la fonctionnalité “Supprimer pour tous”, le fichier multimédia en question est bien effacé de l’application WhatsApp et de la galerie Android. En revanche, il reste toujours accessible depuis la Pellicule de l’iPhone, et ce, de manière définitive. 

Contacté par le chercheur à l’origine de la découverte de la faille, WhatsApp a expliqué que l’entreprise ne comptait pas résoudre le problème dans l’immédiat. Selon un porte-parole du service de messagerie appartenant à Marc Zuckerberg, la fonction “Supprimer pour tous” vise en effet uniquement la suppression sur la plateforme WhatsApp, et ne garantit donc pas une suppression permanente et définitive du contenu multimédia en question. 

Plus de 2.6 millions d’images médicales en accès libre (ou presque) sur Internet en France

Par Amandine Jonniaux
Crédits Jarmoluk via Pixabay CC

Après Facebook, Instagram ou encore Amazon, c’est au tour d’une nouvelle fuite de données massive et tout aussi inquiétante d’être pointée du doigt. Une récente étude de vulnérabilité repérée par 01net a en effet détecté, il y a peu, plus de 500 serveurs médicaux accessibles sans aucune protection, et donnant accès à des centaines de millions d’images médicales. Qu’il s’agisse de radiographies, d’échographies ou encore d’IRM, ce type de documents est évidemment confidentiel et soumis au secret médical. Il semblerait pourtant que ces derniers soient excessivement mal (voir pas du tout) protégés, du moins sur certains serveurs. En tout, révèle l’analyse de Greenbone Networks, plus de 389 millions de clichés seraient concernés dans le monde, accessibles depuis près de 24 millions de dossiers parents. Des contenus d’autant plus sensibles, qu’ils s’accompagnent généralement de nombreuses informations personnelles, comme l’identité complète et les coordonnées du patient, ainsi que le nom de la clinique ou de l’hôpital, la date de soin, ou encore le nom du médecin ayant effectué l’examen. 

Un problème d’ampleur mondiale révèle l’étude, qui touche particulièrement les États-Unis, l’Inde et la Turquie, avec respectivement 187, 96 et 36 serveurs non sécurisés. De son côté, la France est loin de faire office d’exemple, avec 7 serveurs pointés du doigt, et plus de 2,6 millions d’images accessibles (quasiment) librement sur Internet. Si le bilan de l’étude fait froid dans le dos, il reste à espérer que la situation pousse les acteurs de santé concernés à rapidement revoir à la hausse le système de chiffrement de leurs protocoles de sécurité.

Le Huawei Mate 30 pourrait bien ne pas sortir en Europe

Par Remi Lou
Crédits : Evleaks

Les futurs Huawei Mate 30, Mate 30 Pro et Mate 30 Lite pourraient bien faire l’impasse sur une sortie en Europe, et notamment en France. La raison est simple explique l’article de LetsGoDigital, relayé par nos confrères de Phonandroid : privé des applications et des services de Google, Huawei estimerait que le smartphone ne pourrait tout simplement pas rencontrer le succès en Europe, selon des sources proches du constructeur. Quant aux États-Unis, les smartphones de la marque sont tout simplement interdits de vente depuis la décision de Donald Trump. Coup dur. Après un P30 Pro assez hallucinant, le futur flagship de Huawei s’annonce particulièrement prometteur… Sauf qu’il arrive au mauvais moment. Le smartphone de Huawei sera en effet le premier de la marque à subir les conséquences du décret américain visant à empêcher la firme de collaborer avec des entreprises américaines, privant de ce fait les smartphones Huawei des services de Google.

Pas de Mate 30 en Europe sans les services Google ?

Certes, d’après les dernières rumeurs, le Mate 30 devrait bien tourner sous la version AOSP d’Android (la version open source d’Android), mais en aucun cas il ne pourra faire tourner les services de Google et notamment le Play Store, empêchant de facto d’installer des applications de manière « conventionnelle ». Si Richard Yu, PDG de la division mobile de la marque, a indiqué que Huawei proposerait un processus alternatif afin d’installer des apps, les utilisateurs européens pourraient bien largement bouder le smartphone. C’est donc la raison pour laquelle Huawei pourrait faire l’impasse sur l’Europe, au moins le temps de fignoler sa solution logicielle et revenir plus fort, plus tard.

Toujours selon LetsGoDigital, il y aurait bien une petite chance que les Mate 30 « soient lancés dans certains pays européens », mais l’espoir semble mince. Il conviendra d’attendre la présentation officielle des Huawei Mate 30, Mate 30 Pro et Mate 30 Lite ce jeudi 19 octobre à Munich afin d’avoir davantage d’information sur la solution employée par la marque et la disponibilité du smartphone dans nos contrées.

Orange va lancer une box “eco-responsable”

Par Jason Mathurin

La nouvelle Livebox d’Orange ne devrait plus tarder.  Fabienne Dulac, directrice générale adjointe d’Orange France a confirmé à nos confrères de 01net qu’un nouveau modèle serait présenté au début de l’automne et donné plus de détails sur celui-ci. Pas de révolution à attendre a précisé la DG. “Il n’y aura pas de rupture technologique radicale comme avec la Livebox 4. Mais la box sera plus performante, notamment pour couvrir le domicile des abonnés et améliorer le Wi-Fi”. Elle a en revanche écarté l’idée que ce modèle puisse proposer du 10Gb par seconde. Si la prochaine Livebox ne se démarque par sur le plan technologique, elle pourrait toutefois se distinguer sur le plan écologique.  La DG d’Orange France a ainsi annoncé que la prochaine Livebox serait plus respectueuse de l’environnement, sans donner de détails sur les matériaux qui la composeront, ni leur provenance. Doit-on aussi s’attendre à une production plus locale ?

Cette  orientation pourrait en tout cas constituer un argument marketing, à l’heure où les gros poids de l’industrie se font critiquer pour leur empreinte carbone. Ce qui est certain, c’est qu’Orange compte présenter ce modem d’ici le “début de l’automne”. On espère aussi que cette Livebox se dotera d’une puce Wi-Fi 6, qui constitue l’une des nouveautés de son rival SFR, avec sa SFR Box 8 officialisée en août dernier. Lors de son entretien avec 01Net, Fabienne Dulac est aussi revenue sur son assistant vocal, Djingo, qui a rencontré quelques difficultés et a précisé que son déploiement se ferait d’ici “deux à trois mois”. La dirigeante a également confirmé qu’Orange respecterait ses engagements quant au déploiement de la fibre à travers l’Hexagone d’ici 2022.

[Bon Plan] Samsung Galaxy Fold 512 Go à 2020 euros avec 300 euros remboursés en superpoints sur Rakuten !

Par Gregori Pujol
Accéder à l'offre chez Rakuten

Le Samsung Galaxy Fold représente un appareil d’un nouveau genre, le premier d’une nouvelle ère. Qu’on aime ou pas le format de l’écran pliable, il est indéniable qu’on est en présence d’une vraie innovation dans le monde des smartphones et des tablettes. Malgré les modifications apportées par Samsung, on reste tout de même méfiant sur la durabilité de l’appareil, non pas à cause du principe même du Galaxy Fold mais plutôt à cause de notre ignorance et de notre manque de recul pour savoir si ce type d’écran et de charnière résistera dans le temps.

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Notre test du Samsung Galaxy Fold

On l’a dit dans le test, le Samsung Galaxy Fold est un smartphone pour Early-Adopters, Geeks ou Technophiles, il ne se destine vraiment pas au grand public. Si vous hésitez avec un smartphone plus conventionnel, passez votre chemin. Si vous dépensez plus de 2000 euros pour ce Galaxy Fold, vous le faites en connaissance de cause. On fait partie de ceux qui trouvent le Galaxy Fold plus qu’intéressant au quotidien et oui, on espère des produits similaires dans un futur plus ou moins proche. La pliure, tant décriée, n’est pas plus gênante qu’une encoche au quotidien et une fois qu’on a goûté à ce type d’appareil, il est vraiment difficile de revenir à un smartphone plus classique, et ce, même s’il a un grand écran.

Le Galaxy Fold a des défauts, clairement, et il ne peut pas plaire à tout le monde, mais ce n’est qu’une première génération. En revanche, il est plus que prometteur pour le futur des smartphones.

Birds of Prey : Une première affiche haute en couleur

Par marie

Musique d’ambiance, ballons rouges rappelant fortement Ça, dont le chapitre 2 est actuellement en salle, voila comment se présente le début du teaser du film de Cathy Yan, Birds of Prey et la fabuleuse histoire de Harley Quinn, prévu pour février 2020, mettant en scène Margot Robbie.  Le teaser reste fidèle à l’image de la bad girl de Suicide Squad, où celle-ci apparaît avec sa massue, déclarant « I’m so fucking over clowns », qui fait probablement référence au Joker de Suicide Squad. D’après le teaser, la réalisatrice semble garder l’aspect décalé, voir complétement « pétée » d’Harley Quinn, dans un décor totalement coloré à la façon girly sadique. La première affiche américaine se présente, tout comme le teaser, sous la forme d’une palette de couleur flashy : rose, vert, bleu, doré mauve y sont mélangés et plongent le film dans un univers kitsch, à l’image de notre héroïne.

L’univers burlesque est mis en avant où les acteurs volent, telles des créatures féeriques, autour du visage de notre bad girl qui semble être en plein délire psychédélique. Mélange de gore, de sadisme, d’action, rythmés dans un monde à la fois rose et sombre. Quant à la devise inscrite sur le cou d’Harley « l’esprit au dessus du chaos »… Comprenne qui pourra.

L’affiche promet un univers too much peuplés de personnages qui semblent venir tout droit d’un monde psychédélique. Suicide Squad de David Ayer, sorti en 2016 n’avait pas obtenu le succès qu’il espérait. Bien au contraire, il « laisse un gout plus qu’amer dans la bouche », avait-on jugé à la fin de la projection. Peut-être que Birds of Prey saura redorer l’image chaotique de Suicide Squad. Rendez-vous le 7 février pour le savoir.

#BirdsOfPreyMovie #HarleyQuinn Premier teaser dévoilé ! pic.twitter.com/yPPDVdeYI6

— AlloCiné (@allocine) September 4, 2019

 

Le réchauffement climatique sera plus fort que prévu alertent des spécialistes

Par Jason Mathurin
Crédits: Unsplash

De nouveaux modèles prédisent un réchauffement climatique plus prononcé que ce que laissait présager le dernier rapport du Giec en 2014, rapporte le quotidien Sud Ouest. Ces études ont été menées par une centaine de spécialistes, chercheurs et d’ingénieurs, notamment au CRNS, au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et à Météo France.Dans le meilleur des scénarios envisagés, nous resterons “tout juste” sous le seuil des 2°C de réchauffement, avec un effort d’atténuation important et « au prix d’un dépassement temporaire de l’objectif de 2°C au cours du siècle”. Dans le pire des scénarios, la température moyenne globale grimpera de 6,5 à 7°C de plus en 2100. Dans tous les cas, ces prédictions annoncent la disparition complète de la banquise en 2080.

Et si l’Accord de Paris prévoit de limiter le réchauffement en-dessous des 2°C, les efforts réellement mis en place conduisent seulement pour le moment à ne pas dépasser la barre des 3°C au mieux. Reste à savoir comment parvenir au scénario le plus optimiste, car les spécialistes affirment que la technologie actuelle ne permettra pas d’atteindre une neutralité carbone d’ici 2060, car cela  implique une diminution immédiate des émissions de CO2 mais aussi « une captation de CO2 atmosphérique de l’ordre de 10 à 15 milliards de tonnes par an en 2100″.

Les dernières modélisations françaises sur le sujet remontaient à 2012. « Comme les capacités de calcul augmentent, nous avons affiné la résolution et nous avons aussi des modèles qui représentent mieux le climat actuel », a expliqué Olivier Boucher, directeur de recherche au CNRS, à Sud Ouest. D’après leurs modélisation, l’augmentation de l’intensité et de fréquence des vagues de chaleur, déjà perceptible ces dernières décennies va se poursuivre au moins dans les deux décennies à venir, quel que soit le scénario considéré. 

Facebook Portal, ils arrivent en France

Par Anh Phan

Disponible depuis un an aux Etats-Unis avec le Portal+, Facebook continue sur sa lancée pour redéfinir la visiophonie et garder les gens connectés. Pour se faire, Facebook avait lancé aux Etats-Unis le Portal+ et complète aujourd’hui sa gamme avec pas moins de trois nouveaux produits, le Portal, le Portal Mini et le Portal TV. Facebook compte bien sur sa puissance de frappe avec son réseau social, Messenger mais aussi WhatsApp pour réussir là où Skype et d’autres s’étaient cassés les dents.

Parce que oui, avec l’annonce des nouveaux produits, ce qui pourrait faire pencher la balance en faveur de la stratégie de Facebook, c’est bien l’intégration de WhatsApp et ses milliards d’utilisateurs. Et pour rassurer ses utilisateurs potentiels, Facebook assure que toutes les communications WhatsApp utilisent le même niveau d’encryption que ses applications iOS, Android et PC/Mac.

La gamme Portal se veut donc être une façon de garder les gens connectés et Facebook souhaite que cela soit un objet du quotidien comme l’était le téléphone fixe à la fin du 20ème siècle. Bien évidemment, le réseau social garde bien en tête les erreurs de ses prédécesseurs et ne comptent pas les répéter. Si les produits Portal utilisent bien Portal OS, ce dernier est en quelque sorte basé sur Alexa et Android, ce qui permet d’avoir non seulement Portal Voice comme assistant vocal mais également Alexa. Du coup, les développeurs pour Alexa pourront convertir aisément leurs applications vers les produits Portal.

A côté, Facebook a développé plusieurs technologie pour faciliter la communication comme Smart Camera, une technologie faisant appel à l’Intelligence Artificielle pour se concentrer sur les personnes. Aussi, la caméra de la Portal TV, qui est déjà ultra grand-angle, pourra s’orienter vers les bons interlocuteurs avec un suivi des visages. De même, la technologie Smart Sound pourra se concentrer sur la voie de l’interlocuteur qui parle. On notera que sur chacun des produits Portal, il y a un switch physique pour éteindre caméra et micros. Mais ce n’est pas tout puisque Facebook y a ajouté des fonctions en Réalité Augmentée. On retrouve ainsi les filtres pour les visages comme ceux qu’on trouve déjà sur Facebook Messenger, Instragram ou Snapchat, mais il y aura en plus de nouvelles fonctions comme le mode Histoire en réalité augmentée.

Sinon, les nouveaux Portal et Portal Mini, avec respectivement un écran de 10 pouces et 8 pouces se présentent comme un cadre photo connecté, un peu comme les Alexa Echo Show ou les Google Nest Hub. L’interface utilisateur est des plus simples et facile d’accès. Les Portal et Portal Mini peuvent s’utiliser aussi bien en mode paysage qu’en mode portrait. On se connecte obligatoirement avec un compte Facebook, avec lequel on pourra ensuite y connecter son compte WhatsApp.

Le Portal+ est déjà connu parce qu’il était déjà disponible depuis un an aux Etats-Unis. A cela s’ajoute aussi le Portal TV qui se présente un peu comme une sorte de webcam pour TV. Le Portal TV se connecte à ce dernier via une connectique HDMI des plus classiques et propose une caméra ultra grand-angle. Le stream vidéo est en 720p et le Portal TV intègre pas moins de 8 micros pour assurer le suivi via les technologies Smart Camera et Smart Sound.

Le Portal sera au prix de 199 euros, le Portal Mini à 149 euros et le Portal TV à 169 euros. Quant au Portal+, il sera au prix de 299 euros. Les précommandes commencent à partir de ce 18 septembre 2019 pour une disponibilité le 15 octobre 2019 prochain. Si vous achetez deux produits Portal, il y aura une offre de remboursement de 50 euros.

Huawei : smartwatch, TV connectée et tracker d’activité… Nouveau leak de taille pour le géant chinois

Par Amandine Jonniaux
Crédits Android Headlines

Seulement quelques heures après le leak du smartphone Huawei Mate 30 Pro, la marque connaît une nouvelle fuite massive concernant ses différents objets connectés. Alors qu’un évènement de présentation officielle est prévu demain, le site Android Headlines a en effet dévoilé quelques informations détaillées sur les différents produits qui seront officialisés le 19 septembre. Un leak de plus pour le géant chinois, qui devrait ainsi annoncer sa nouvelle montre connectée Huawei Watch GT2, disponible en quatre déclinaisons et deux tailles (42 mm avec écran AMOLED de 1,2 pouce, et 46 mm avec écran AMOLED de 1,39 pouce). Équipée d’une puce Kirin A1, d’une connectivité Bluetooth, d’un GPS, d’un capteur gyroscopique et de fréquence cardiaque, la smartwatch sera aussi étanche jusqu’à 50 mètres, et certifiée 5ATM. 

Parallèlement à la Watch GT2, Huawei devrait également profiter de l’évènement de demain pour présenter son dernier tracker d’activité dédié au fitness. En plus de quelques visuels le montrant sous toutes les coutures, la fuite nous apprend également que l’objet connecté, pour le moment connu sous le nom de code “Andes” sera équipé de capteurs SpO2 à l’arrière, ainsi que d’un connecteur USB, vraisemblablement destiné au chargement. Concernant le marché de la télévision, la marque semble également avoir prévu de quoi satisfaire ses adeptes, avec ce qui ressemblerait à une version “Pro” de la Honor Vision TV, équipée d’une caméra et d’une barre de son. Le modèle serait en revanche estampillé Huawei (et non Honor) si l’on en croit les premiers visuels, et il semble probable que l’interface de la smart TV tournera sous HarmonyOS.

Crédits Android Headlines

Enfin, Android Headlines a également évoqué le possible lancement de la tablette MediaPad M6. Déjà disponible en Chine, l’appareil pourrait rejoindre le marché international, dans une configuration sans doute quasiment identique à celle déjà connue depuis juin dernier (écran de 10,8 pouces, SoC Kirin 980 et stylet). Il semble également probable que le tout tournera sous Android, mais sans accès aux différents services de Google. Des informations assez complètes sur le nouveau parc connecté de Huawei, mais qui n’ont pas encore été confirmées par le géant chinois. Il faudra sans doute attendre la présentation de demain pour avoir plus d’informations à ce sujet. 

Précommandes : l’iPhone 11 Pro serait bien plus demandé que l’iPhone 11

Par Remi Lou
Crédits : Apple

Les nouveaux iPhone ne sont pas encore sortis qu’ils déchainent déjà toutes les passions. Malgré une Keynote en demi-teinte (lire notre récapitulatif), Apple semble avoir conquis les utilisateurs, puisque les précommandes pour les nouveaux iPhone seraient bien plus importantes que l’an dernier. C’est en tout cas ce qu’a indiqué hier Ming-Chi Kuo, repéré par MacRumors, en précisant que les modèles les plus plébiscités seraient ceux qui ont opté pour de nouveaux coloris, comme l’iPhone 11 en vert et mauve, et l’iPhone 11 Pro en vert.

L’analyste de TF International Securities, généralement bien informé en ce qui concerne la Pomme, réitère ce jour avec une nouvelle information : l’iPhone 11 Pro serait le modèle le plus en vogue sur le marché américain. Selon ses estimations, les deux iPhone équipés d’écran OLED – iPhone 11 Pro et iPhone 11 Pro Max – seraient les plus demandés cette année, et représenteraient environ 55% des précommandes, contre 45% pour l’iPhone 11. À titre de comparaison, l’an dernier, Kuo estimait que les anciens haut de gamme, les iPhone XS et XS Max, représentaient 40 à 45% des précommandes. Ce fort intérêt pour le modèle le plus onéreux (on parle tout de même de 1159 euros en France pour l’iPhone 11 Pro avec 64 Go de stockage, et 100 euros de plus pour la version « Max ») s’expliquerait par la présence du programme de reprise des anciens iPhone qui aurait plus massivement convaincu cette année, comme le note MacRumors.

Pour autant, les précommandes ne sont pas représentatives des ventes sur la durée, puisqu’elles concernent surtout les utilisateurs les plus exigeants. L’année dernière, l’iPhone XR a été le modèle le plus vendu d’Apple, notamment en raison de son prix plus abordable. Cette année, on pourrait bien avoir droit au même scénario, d’autant plus que l’iPhone 11 est vendu 50 euros moins cher que son prédécesseur.

[Critique] Ad Astra ou le Space Opera à la sauce Freud

Par Jason Mathurin

Après le succès dithyrambique de son long-métrage « The Lost City of Z » en 2016, dans lequel il explorait la jungle amazonienne, le réalisateur part de nouveau en terre inconnue et se lance à la conquête de l’espace avec « Ad Astra », un film qui pour certains ne sera pas sans rappeler « Interstellar ». 2120. L’astronaute Roy McBride (Brad Pitt) est appelé à rejoindre la mission en charge d’un sauvetage d’un vaisseau qui a fait naufrage sur Neptune il y a plusieurs années. Un signal émis depuis la huitième planète atteste de la survie de l’un des naufragés, qui n’est nul autre que le père de Roy, obsédé dans sa quête d’extraterrestres. Loin d’être de la hard-sci-fi, « Ad Astra » réussit à nous faire voyager, même si les puristes lui reprocheront – à juste titre – de ne pas ancrer suffisamment la technologie au film. Ici, pas d’extrapolations autour de telle ou telle technologie qui permet de voyager dans l’espace : Résultat, on ne sait pas si Space X finance le voyage de Brad Pitt. Pas non plus de cryogénisation comme dans la saga Alien pour expliquer les ellipses entre les voyages. L’aspect géopolitique de la conquête spatiale est très bien amené, même si c’est loin d’être le cœur de l’intrigue.

Dans ce film, James Gray se sert plutôt de l’univers de la SF comme d’une métaphore de problématiques profondes comme la quête de soi, la masculinité, le rapport au père et à la religion. Roy est obnubilé par son travail. Il en vient à délaisser sa famille et ses proches restés sur Terre, y compris sa femme, qui se languit de son absence. Roy est en quête de son géniteur, qui l’a lui abandonné tout jeune. À l’instar de son père qui cherche en vain des preuves de l’existence d’extraterrestres, Roy, interprété par Brad, part à la recherche d’un père absent, un alien, finalement. Tout comme un jeune garçon, Roy doit “tuer le père” pour grandir, d’autant que la confrontation avec ce dernier est imminente. Plutôt que d’être sagement assis sur un fauteuil à raconter à un psychanalyste combien son père a été absent dans sa vie, le héros part à l’autre bout de la galaxie, dans l’espoir de résoudre ce conflit intérieur. C’est avec ce prétexte que Roy débute son voyage. Les longues traversées du désert cosmique et l’immense solitude éprouvée par notre anti-héros incarné par Brad n’est parfois pas sans rappeler les films Mad Max. Roy est seul contre tous; dans la plupart des scènes, il se retrouve seul, ou se met tout le monde à dos.  Il est d’ailleurs le seul à rejeter le divin et à ne pas faire allusion à Dieu ni même à invoquer Saint-Christophe, le protecteur des voyageurs dans les situations les plus difficiles. En parlant des autres personnages, on regrette le rôle trop passif de certains, comme l’actrice éthiopienne Ruth Negga (Nikki dans « Misfits » et Raina dans les « Agents du S.H.I.E.L.D ») dont le potentiel n’est pas assez exploité. D’autant que le duo fonctionnait plutôt bien, dans « World War Z ». Mais tout cela est orchestré de manière à faire valoir le dialogue intérieur – et les prouesses à l’écran – de Brad Pitt, un peu trop imposant… Le jeu de Brad est très bon. Mais les scènes où l’on est seul avec lui ont tendance à nous rendre claustrophobes… On est cependant forcés d’admettre que le côté dépressif, méditatif et mélancolique de son personnage le rend plus humain.

Bien évidemment, le film invite aussi à la rêverie et au divertissement, en offrant des scènes d’action dynamiques, avec des décors remarquables, le tout sur une bande-son classique, savamment composée par Max Richter (« Nosedive » de Black Mirror, The Leftovers) et Lorne Bafle (The Crown). On notera tout de même quelques longueurs, notamment dans la première partie du film, avant que James Gray ne nous réveille avec cette course poursuite complètement folle sur la Lune. Mais les pirouettes de Brad Pitt peuvent être lassantes et trop sensationnelles par moments. Notamment cette scène au cours de laquelle Brad s’infiltre à bord d’une fusée sur la rampe de lancement. Ce que j’ai apprécié, c’est que malgré toutes ses prouesses, Roy reste un anti-héros comme on les aime, un peu à la Bird Man. Du début jusqu’à la fin, il n’aura ni la prétention ni l’ambition d’être le sauveur de l’humanité. Il semble que c’est précisément cette authenticité de la nature humaine que James Gray a voulu retranscrire avec Brad Pitt, qui s’affranchit un peu des dogmes de la virilité, en nous offrant un personnage avec ses faiblesses comme ses forces. Et le final est convaincant. Joli clap de fin pour Brad Pitt, qui envisage d’arrêter sa carrière au cinéma.

OnePlus 7T : il se dévoile à travers des photos officielles, à une semaine de son lancement

Par Jason Mathurin
Crédits: OnePlus

Pete Lau, le patron de OnePlus a révélé le design du OnePlus 7T dans un billet de forum, à une semaine de sa présentation officielle. Jusque-là, nous avions déjà pu nous faire une idée générale de ce à quoi pourrait ressembler le prochain flagship de OnePlus, grâce aux diverses fuites de ses rendus. Cette fois-ci, c’est OnePlus qui vient directement nous confirmer son design, s’attardant notamment sur son dos. L’occasion pour la marque de confirmer le dessin de son module photo aux bords arrondis, qui va contraster avec la forme anguleuse du smartphone bord à bord. Un design qui n’est pas sans rappeler celui des smartphones de Motorola ou des futurs modèles Mate 30 et Mate 30 Pro de Huawei.

Crédits: OnePlus

“Avec sa parfaite symétrie sur tous les points, un design circulaire constituait un choix naturel”, a dit Pete Lau, au sujet du module caméra du OnePlus 7T. “Après avoir passé en revue plus de cinquante variations de design, nous sommes parvenus à quelque chose de vraiment spécial”, a t-il ajouté. Son dos présente des finitions qui lui donnent bonne mine, avec son teint mâtifié, dévoilant une surface métallique. Même si ces clichés officiels ne dévoilent que son dos, on devine aisément le design bord à bord de sa façade avant. Côté spécificités, rien ne confirme encore les prouesses de ce bolide chinois. Mais sa fiche technique avait récemment fuité, en parallèle de celle, le OnePlue 7T Pro, dévoilant notamment l’un de ses principaux atouts, sa caméra à triple capteurs : un capteur principal à 48 MP (f/1.6), un téléphoto et une lentille ultra grand 16 MP (f/2.2), et plusieurs options de caméra additionnelles, dont un mode macro.

❌