Lateo.net - Flux RSS en pagaille (pour en ajouter : @ moi)

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierJournal du Geek

8BitDo sort une souris façon NES

Par Felix Gouty
Crédits : 8BitDo.

Deux boutons rouges et une croix directionnelle noire : deux éléments indémodables et iconiques, pour n’importe quel gamer issu des années 1980 ou amateur de jeu-vidéo rétro. Indissociables de la Nintendo Entertainment System (NES), ils forment, avec un habillage gris et noir tout aussi caractéristique, la nouvelle carapace d’une souris produite par 8BitDo. Ce fabricant de manettes alternatives propose ainsi sa première souris sans fil, la N30. Dotée d’un capteur optique de 1000 dpi, cette dernière disposerait d’une autonomie de batterie de plus de cent heures (via piles AA). D’après 8BitDo, elle est compatible avec n’importe quel PC et Mac. Un pavé tactile entre les deux boutons rouges (incarnant les cliques gauche et droit) reprend le rôle de molette. Enfin, la croix directionnelle sur le côté rajoute des options de scrolling. Vendue par 8BitDo, elle a été imaginée en 2009 par l’ingénieur suédois, Daniel Jansson – qui la présente, en chair et en os, dans l’unboxing ci-dessous :

« Il était juste très heureux que quelqu’un le contacte enfin pour lancer sa construction après tant d’années », explique une représentante d’8BitDo à EnGadget. Si l’objet est pensé pour une utilisation PC, il constitue une sorte de première dans l’histoire de la NES. Il faut, en effet, attendre sa descendante, la Super NES, pour voir Nintendo commercialiser une souris spécialement pour sa console de salon – en l’occurrence, pour le jeu Mario Paint. En septembre dernier, 8BitDo avait sorti la SN30 Pro+, la manette alternative de la Nintendo Switch « la plus complète » – secondée par une version Lite – au prix d’environ 50€. La souris sans fil N30, quant à elle, est vendue à 23€. Dans la même veine, Analogue a commercialisé il y a quelques semaines l’Analogue Pocket, une version miniature et moderne de la Game Boy, célèbre console portable de Nintendo.

Marvel : la série alternative What if..? dévoile ses premières images

Par Felix Gouty
Crédits : Disney+ / Marvel Studios.

En 1977, le célèbre éditeur de comics américain Marvel lançait une série sobrement nommée « What if ? ». Son concept, novateur à l’époque, consiste à ré-écrire l’histoire de ses propres super-héros en imaginant des intrigues uchroniques ou à la manière d’univers parallèles. Disney+, la plate-forme SVOD du propriétaire de la marque Marvel et de ses franchises, avait annoncé l’arrivée d’une série d’animation reprenant des histoires issues de cette série expérimentale et alternative de comics. Lancée aux États-Unis aujourd’hui, la plate-forme a diffusé un programme court appelé Marvel Studios : Expanding the Universe, voué à informer ses abonnés des nouveautés qui doivent être ajoutées au Marvel Cinematic Universe étendu. Une émission riche en informations puisqu’elle a révélé les premières images officielles de la série What if … ?. Parmi elles, on compte les intrigues suivantes :

  • Dans une Amérique alternative, le célèbre « super-soldat » est incarné par l’agent militaire américaine Peggy Carter. Cette Captain America féminine, armée d’un bouclier aux couleurs du drapeau britannique, est assisté par un Steve Rogers chétif pilotant un exosquelette semblable à la première version chromée de l’armure d’Iron Man.
  • Le Soldat de l’Hiver, James Barnes, affronte une version morte-vivante de Captain America (Steve Rogers, ici).
  • Dans l’univers des Gardiens de la Galaxie, ce n’est pas Peter Quill mais T’Challa, prince du pays africain fictif Wakanda et véritable identité de Black Panther, qui assume le rôle de Star-Lord.
  • Enfin, chaque intrigue sera narré par un être céleste immortel, Le Gardien (ou « The Watcher », en anglais), porté vocalement par l’acteur Jeffrey Wright (Westworld).

The Winter Soldier going against Zombie Cap in Marvel’s WHAT IF. #DisneyPlus pic.twitter.com/nF2BCG9vBt

— Balvin « PORTER » Bridges (@LordBalvin) November 12, 2019

S’il faudra patienter jusqu’au 31 mars 2020, en France, pour profiter des premiers programmes de Disney+, la série What if … ? d’une vingtaine d’épisodes se faire attendre plus longtemps : sa première diffusion est prévue pour mi-2021.

Disney+ confronté à des problèmes techniques le jour de son lancement

Par Remi Lou

Officiellement lancé ce 12 novembre aux États-Unis, au Canada et aux Pays-Bas, la nouvelle plateforme de streaming de Disney semble bien partie, trop bien partie même. Face à l’afflux d’utilisateurs sur le service, Disney+ rencontre en effet de nombreuses difficultés techniques depuis son lancement, des problèmes qui viennent, selon la déclaration de Disney, d’une demande forte qui dépasserait les attentes, note Hollywood Reporter.

Dès 7 heures du matin (heure de New York), presque 7000 signalements avaient déjà été recensés concernant divers problèmes techniques, principalement aux États-Unis, mais également dans certaines régions du Canada et aux Pays-Bas. Quand certains n’arrivaient pas à utiliser l’application sur leurs smart TV, d’autres ne pouvaient pas la lancer depuis leur PlayStation, quand ce n’est tout simplement pas le service qui ne voulait pas se lancer. Sur les réseaux sociaux, ils sont nombreux à se plaindre des problèmes, caractérisés par cet écran d’erreur montrant Mickey et Pluto en combinaison spatiale au-dessus de la phrase « Nous rencontrons un problème. Merci de fermer l’application et de réessayer plus tard. »

Crédits : Hollywood Reporter

Peu après l’apparition des premiers problèmes techniques, Disney a déclaré : « La demande des consommateurs pour Disney + a dépassé nos attentes. Nous travaillons pour résoudre rapidement le problème des utilisateurs actuels. Nous vous remercions de votre patience. »

C’est donc un début particulièrement tumultueux pour Disney+, qui semble avoir bien fait de privilégier un lancement international en plusieurs étapes, à commencer par les États-Unis, le Canada et les Pays-Bas aujourd’hui, puis l’Australie, la Nouvelle-Zélande et Porto Rico le 19 novembre prochain. En Europe, et notamment en France, il faudra attendre encore quelques mois, jusqu’au 31 mars 2020 pour en profiter. D’ici là, gageons que les problèmes techniques auront été résolus.

[Test] Nvidia Shield TV (2019), toujours au Top

Par Anh Phan

Les box Android ne sont sans doute pas les produits qui se mettent le plus souvent à jour, à part peut-être chez Amazon. Pourquoi ? Tout simplement parce que ça reste des produits avec des besoins bien définis et qui n’évoluent pas tant que cela avec le temps. C’est le cas avec la Shield TV de Nvidia puisque le dernier modèle remonte à 2017 déjà. Il y a donc deux semaines, Nvidia a officialisé sa nouvelle Shield TV qui garde le même nom mais nous, on sait que c’est la version 2019. Comment ? Parce qu’on est des Geeks déjà mais surtout, la nouvelle console arbore un design complètement différent.

NVIDIA Shield TV
  • Le dernier processeur Nvidia Tegra x1+ rend le shield 25 % plus rapide que la génération précédente.
  • Réalisez la vidéo HD 4K avec la puissance de l'ia.Une vidéo améliorée à 4k plus claire en temps réel
  • Recherchez des films, des programmes, contrôlez votre lecture, la télévision, la lumière et bien plus encore.
  • Transformez votre SHIELD TV en PC de gaming avec des centaines de titres. Stockez dans le cloud, jouez avec d'autres amis sur des ordinateurs portables, PC de bureau, etc. avec GeForce NOW.
  • La fusion de l'image Dolby Vision HDR et du son Dolby Atmos sound transforme votre TV en une machine de divertissement.
159,99 EUR
Vérifier le prix

Nouveau design de la Shield TV

En effet, selon Nvidia, on parle d’un design tout en continuité, non pas avec ses prédécesseurs mais avec le câble d’alimentation puisque oui, la Shield TV (2019) se présente comme un cylindre noir. Rien d’extravagant donc puisque d’un côté du cylindre, on retrouve le branchement du câble d’alimentation, un port Ethernet ainsi qu’un bouton d’alimentation et de l’autre côté un port HDMI et un port MicroSD et un port Micro-USB. Voilà, rien d’autre. En gros, la nouvelle console d’Nvidia se veut la plus discrète possible et pour le coup, c’est réussi puisqu’elle se fait dans la continuité du câble d’alimentation et du câble HDMI. Bien évidemment, la Shield TV (2019) vous propose aussi du WiFi ac ainsi qu’un port mémoire MicroSD si vous avez besoin de mémoire supplémentaire. A noter que la Shield peut se mettre en veille pour être réveillée par la télécommande ou s’éteindre complètement. Le hic dans ce dernier cas, c’est qu’il faut accéder au bouton physique pour rallumer la Shield TV (2019).

Techniquement

La Shield TV (2019) tourne sinon sous Android 9 et intègre un SoC maison, le Tegra X1+, une version optimisée et plus puissante que le Tegra X1 qui équipait les précédentes Shield TV. En termes de performances, c’est super fluide comme on peut s’en douter. Les contenus 4K s’affichent sans saccade, pour notre plus grand plaisir. Ceux qui avaient déjà une des deux précédentes Shield TV vont nous dire que cela se faisait déjà. Et pour le coup, c’est vrai. Le Tegra X1+ se différencie cependant aussi avec l’intégration d’une IA (sur trois niveaux) pour gérer le sur-échantillonnage (upscaling) quand le contenu n’est pas natif 4K. Ainsi, c’est sur le contenu en 1080p sur une TV 4K qu’on verra la différence avec les précédentes modèles (il y a même un outil pour voir l’avant et l’après d’une vidéo en même temps). D’ailleurs, en parlant d’upscaling, il ne s’activera qu’en présence d’un écran 4K. A noter enfin que la Shield TV (2019) supporte quasiment tous les codecs sur le marché ! Pour toutes les caractéristiques techniques, on vous redirige vers l’annonce ICI.

Un très bon produit parfait pour jouer, regarder de films 4K pendant de nombreuses heures sans aucun souci. Attention cependant à faire des pauses de temps en temps sinon cela pourra rapidement faire mal au yeux si l’on est trop proche ou si l’on ne n’utilise pas de lunettes anti lumière bleue.

 

La télécommande qui justifie tout

Autre très grosse nouveauté, c’est la nouvelle télécommande (disponible aussi en achat séparé pour les précédentes Shield TV). Et là, c’est un énorme pas en avant. En effet, les précédentes télécommandes étaient plates et avaient une tendance à se perdre dans les méandres du canapé. La première avait une bonne autonomie mais une batterie intégrée et devenait donc inutilisable quand la batterie ne répondait plus. La seconde utilisait des piles plates, plus faciles à remplacer mais avec une autonomie dérisoire pour une télécommande. La nouvelle télécommande fonctionne avec deux piles AAA et Nvidia nous promet une autonomie digne d’une vraie télécommande.

La nouvelle télécommande propose donc un nouveau design sous la forme d’un  cylindre triangulaire (je ne connais pas le terme exact) et le premier avantage est qu’il ne se perdra pas sous les coussins. Les boutons sont maintenant physiques et non plus physiques et sensitifs, et surtout, chaque fonction est liée à un bouton, ce qui rend la navigation des plus faciles et intuitives. On ne peut pas le louper, comme sur les TV, la télécommande de Nvidia embarque un gros bouton « Netflix » qui permet de lancer le service de vidéos d’un simple clic. Pratique pour les utilisateurs de Netflix. A noter enfin que la télécommande peut tenir debout, ce n’est pas grand chose en soi mais c’est pratique par moment. Et pour finir, on retrouve le bouton pour lancer Google Assistant (ou Alexa qui est désormais supportée).

Android TV et GeForce Now

Concernant Android TV, il n’y a pas grand chose à dire en soi, l’expérience utilisateur n’a pas spécialement évolué depuis quelques années. On retrouve ainsi toutes nos applications multimédias comme Amazon Prime Video, Youtube, Netflix, Molotov, OCS, de l’IPTV, etc. Vous trouverez forcément votre bonheur dans le Google Play Store. Mais ce n’est pas tout, on parle de Nvidia ici donc on trouvera aussi l’application Nvidia Games qui vous permettra de lancer n’importe quel jeu depuis votre PC par exemple (sur un même réseau local) mais aussi d’accéder au service de jeux en cloud, Nvidia GeForce Now, toujours en Beta depuis des années. D’ailleurs, on rêve d’un client Shadow sur les Shield TV de Nvidia. Toujours est-il que la console n’est plus livrée avec la manette Shield puisque c’est désormais compatible avec toutes les manettes classiques du marché comme celle de la PS4 ou celle de la Xbox.

NVIDIA Shield TV
  • Le dernier processeur Nvidia Tegra x1+ rend le shield 25 % plus rapide que la génération précédente.
  • Réalisez la vidéo HD 4K avec la puissance de l'ia.Une vidéo améliorée à 4k plus claire en temps réel
  • Recherchez des films, des programmes, contrôlez votre lecture, la télévision, la lumière et bien plus encore.
  • Transformez votre SHIELD TV en PC de gaming avec des centaines de titres. Stockez dans le cloud, jouez avec d'autres amis sur des ordinateurs portables, PC de bureau, etc. avec GeForce NOW.
  • La fusion de l'image Dolby Vision HDR et du son Dolby Atmos sound transforme votre TV en une machine de divertissement.
159,99 EUR
Vérifier le prix

Galerie

Samsung pourrait bientôt proposer un smartphone à double écran

Par Amandine Jonniaux
Crédits Patently Mobile / Samsung

Initiés avec le Galaxy Fold (lire notre test ici) au début de l’année, les smartphones pliables, bien qu’encore peu répandus sur le marché, commencent doucement, mais sûrement à se frayer un chemin dans nos imaginaires. Après avoir misé sur un écran flexible, la marque coréenne semble s’intéresser cette fois au double écran, si l’on en croit ce brevet déposé en 2013 et qui refait surface aujourd’hui, après avoir finalement été validé en octobre 2019 par l’US Patent and Trademark Office. Découvert par le site Patently Mobile, et relayé par SlashGear le document date d’il y a plus de six ans, et décrit “un smartphone a double écran reflétant de nouveaux modes de fonctionnement et une interface utilisateur entièrement repensée”. Un appareil intéressant, qui n’est néanmoins pas sans rappeler le LG G8X ThinQ et son second écran logé dans son étui de protection, ou encore plus récemment, les intrigants Surface Neo et Duo présentés par Microsoft il y a quelques semaines.

Crédits Patently Mobile / Samsung

Si rien ne prouve que le mystérieux brevet de Samsung sera un jour commercialisé, le fait que ce dernier refasse parler de lui seulement quelques semaines après l’officialisation de la nouvelle gamme pliable de Microsoft a du mal à passer pour un hasard. Alors que l’écran pliable du Fold a connu des débuts difficiles, il semble en effet possible que Samsung ait décidé de s’intéresser aux possibilités offertes par les smartphones à double écrans.

Apple : lancement d’un casque et de lunettes de réalité augmentée en 2022 et 2023 ?

Par Felix Gouty

Les lunettes de réalité augmentée incarnent-elles vraiment le futur smartphone ? Les dirigeants d’Apple semblent en être persuadés. A l’avenir, « nous ne serons plus à même d’imaginer nos vies sans la réalité augmentée » avait déclaré Tim Cook, le PDG de la marque à la pomme, en 2018. De nouvelles informations glanées par The Information montrent la détermination de la firme de Cupertino à réaliser cette vision. En effet, elle aurait pour priorité actuelle le lancement en 2022 d’un casque de réalité virtuelle et augmentée (nom de code, N301) et, l’année suivante, de lunettes de réalité augmentée (surnommées « Garta »). Semblable au récent Oculus Quest, le premier serait voué aux sessions de jeu-vidéo mais aussi de visionnages de vidéos et aux visioconférences. A l’aide de caméras externes, il utiliserait une technologie de captation 3D dérivée du Face ID, bien connu des propriétaires d’iPhones, pour cartographier l’environnement de l’utilisateur – meubles, architecture, personnes, etc. La haute-résolution de son écran présenterait des informations et des objets d’intérêt, en lien avec le monde extérieur. Quant aux lunettes, dotées de la même technologie, les « premiers prototypes ressembleraient à des lunettes de soleil hors de prix avec des armatures assez épaisses pour contenir la batterie et les diverses puces électroniques », selon les sources de la fuite. Elles pourraient même s’assombrir lorsqu’une personne utilise ses fonctionnalités, pour éviter d’être dérangée.

De nombreux dirigeants paraissent convaincus que ces futurs dispositifs viendront supplanter à l’avenir les smartphones d’Apple. Ils comptent frapper un grand coup dans un marché qui trouve difficilement son public malgré de nombreuses tentatives : comme Echo Frames d’Amazon, Spectacles de Snapchat ou encore les Focals by North. Dans notre dossier complet sur la question, nous expliquions qu’il était néanmoins logique d’imaginer les lunettes de réalité mixte comme le descendant légitime du smartphone. L’évolution du téléphone portable l’a aujourd’hui amené à se transformer en simple plaque de verre tactile. La prochaine étape pourrait bien être d’intégrer directement des lunettes.

Apple Arcade : La barre des 100 et des détails

Par Anh Phan

C’était la promesse et il aura fallu attendre deux petits mois mais on y est, Apple vient de passer la fameuse barre des 100 jeux disponibles sur son service de jeux-vidéo, Apple Arcade. En effet, si le service est disponible depuis début septembre, le service ne comptait pas encore les 100 jeux promis par Apple lors de l’annonce.

Fun Facts

Du coup, on a rencontré il y a quelques semaines les équipes autour d’Apple Arcade et on a précisé quelques points qui étaient encore assez flous.

  • Un jeu disponible sur Apple Arcade est une exclusivité mobile seulement. C’est pour cela que certains jeux se retrouvent tout de même sur PC, Xbox, PS4 ou Switch
  • Un jeu Apple Arcade se doit d’être disponible sur iOS, iPad OS et Mac OS X
  • Cependant, le jeu ne doit pas forcément être disponible sur les trois plate-formes Apple en même temps au lancement
  • La présence d’un jeu est une décision commune entre Apple et le studio de développement
  • Le développement est du coup assuré par le studio et Apple
  • Si Apple assure une partie du développement, le studio a tout de même une obligation de performances. Si Apple assure un certain fixe, il y a une partie variable des revenus en fonctions des résultats sur le service
  • L’avantage de faire partie d’un programme comme Apple Arcade, c’est que cela permet à certains jeux dit « expérimentaux » de voir le jour
  • Les risques sont ainsi partagés par Apple et le studio
  • Une fois un jeu disponible sur Apple Arcade, il ne pourra plus voir le jour sur l’AppStore standard ou le Google Play Store bien évidemment
  • De même, un jeu déjà présent sur l’AppStore standard ne pourra jamais se retrouvé sur le service Apple Arcade

Les derniers jeux sortis

Sinon, dans les derniers jeux à avoir rejoint Apple Arcade, voici les derniers jeux à rejoindre le service :

  • Takeshi & Hiroshi
  • Guildings
  • Marble It Up : Mayhem !
  • Sociable Soccer
  • Discolored
  • UFO on Tape : First Contact
  • Hogwash
  • Lifelike
  • Monimals

Est-ce qu’on vous conseille le service si vous êtes un utilisateur iOS, iPadOS ou Mac OS X ? Si vous aviez l’habitude d’acheter des jeux Premium et autres, 5,49 euros par mois ne changera pas la donne et vous aurez accès à des jeux qui rentabiliseront votre abonnement assez rapidement. Si vous n’aviez pas encore acheté de jeux jusqu’à maintenant, vous n’êtes pas forcément la cible et 5,49 euros peut constituer une somme mensuelle non négligeable.

Une petite sélection

De notre côté, on est joueur et on a sauté le pas. Aussi, voici une petite sélection de jeux qui nous ont marqué depuis le lancement et qui justifient l’abonnement à eux seuls sur l’année :

  • OceanHorn 2
  • Grindstone
  • What The Golf
  • Manifold Garden
  • InMost
  • Shantae
  • Exit the Gungeon
  • Hot Lava
  • Sayonara Wild Hearts
  • EarthNight
  • Cat Quest II
  • Assemble with Care

Il faut se dire qu’en ayant acheté ces 12 jeux, on a accès à pas moins de 88 jeux supplémentaires et forcément plus encore dans les mois à venir !

Galerie

La NASA renonce au nom d’un objet céleste en lien avec le nazisme

Par Felix Gouty
Crédits : NASA.

Il ressemble à une cacahuète difforme, est le plus lointain objet jamais approché et étudié par des appareils de la NASA et – jusqu’à aujourd’hui – portait un nom à connotations nazies. Découvert en 2014 par le télescope spatial Hubble, 2014 MU69 – désormais surnommé Arrokoth – est un corps binaire à contact transneptunien. Traduction : il s’agit d’un objet siamois, composé de deux astéroïdes collés l’un à l’autre. Ce minuscule objet céleste, d’une longueur de 31 km seulement, gravite autour du soleil à une distance de plus de 6,5 milliards de kilomètres de la Terre. Il fait partie des nombreux astéroïdes composant la Ceinture de Kuiper, au-delà de l’orbite de Neptune. En 2018, l’Agence aérospatiale américaine (NASA) sélectionne son surnom initial parmi plusieurs dizaines de propositions : Ultima Thulé. Celui-ci fait référence à l’île fictive de Thulé désignant, de l’Antiquité au Moyen-Âge, le lieu le plus éloigné du monde connu. Néanmoins, au XXe siècle, le nom a été ensuite ré-utilisé par les nazis dans la formulation de leur mythologie. Dès 1918 et la fondation d’une société secrète éponyme, ils considèrent Thulé comme le lieu de naissance de la race aryenne.

Face à cette controverse, la NASA a récemment choisi un nom équivalent en signification mais plus proche des racines géographiques de la découverte de 2014 MU69. Les scientifiques ayant réalisé leurs observations au laboratoire New Horizons, dans le Maryland, aux États-Unis, l’agence gouvernementale s’est ainsi inspiré de la culture autochtone locale et du folklore amérindien pour renommer l’objet le plus lointain jamais observé dans notre système solaire. « Le nom ‘Arrokoth‘ reflète le profond sentiment d’inspiration se produisant lorsque nous levons les yeux vers le ciel pour regarder les étoiles et s’imaginer des mondes au-delà du nôtre », explique Alan Stern, l’un des membres de New Horizons, dans un communiqué. « Nous acceptons avec beaucoup d’humilité ce cadeau offert par le peuple Powhatan, déclare Lori Glaze, directrice de la division de planétologie de la NASA. L’héritage des indigènes Algonquien de la région Chesapeake continue de nous guider dans la recherche des origines de notre univers et de la place céleste de l’humanité. » Pour rappel, en mai 2019, la NASA annonçait avoir découvert de l’eau et des molécules organiques à la surface d’Arrokoth.

Black Friday 2019 : quand ? Où ? Comment ? On vous dit tout !

Par Elisa

Le Black Friday, qu’est ce que c’est ?

Traditionnel jour de folies où les gens s’entre-tuent se bousculent dans les grandes surfaces américaines, le Black Friday a débarqué en France voilà de ça déjà 6 ans. S’il a connu un début assez timide dans l’hexagone, c’est désormais un événement et une opportunité immanquable pour certains consommateurs. À l’approche des fêtes de fin d’année, c’est le moment idéal pour faire des bonnes affaires et des économies. Le Black Friday, contrairement aux soldes, se déroule sur une courte durée : il a lieu le dernier vendredi de novembre, le lendemain de la fête de Thanksgiving aux États-Unis et se consacre principalement à des produits du type high-tech, électroménager ou encore jeux vidéo. Cette année, cette journée de rabais sur le web et en magasins aura lieu le 29 novembre, mais la plupart des enseignes de e-commerce proposeront des offres dès le 25 novembre, jusqu’au 2 décembre.

Vient avec lui le Cyber Monday, qui quant à lui a lieu le lundi qui suit, le 2 décembre cette année, et propose également des offres importantes. À la base, cet événement est exclusivement en ligne, contrairement au Black Friday qui, au départ, se déroule uniquement en magasins avant d’être aussi sur internet.

Petite anecdote pour briller en société, savez-vous pourquoi cette journée s’appelle le « Black Friday », vendredi noir en français ? Lorsque les commerçants faisaient encore l’état de leurs comptes à la main, ils notaient le résultat de la journée au stylo rouge si le résultat annuel était négatif. Si ce dernier était positif, ils notaient la journée avec un stylo noir. Avec l’apparition de ces promotions très intéressantes ce jour-ci, les comptes passaient rapidement au noir, d’où « Black » Friday.

Conseils pour un Black Friday réussi

Avant de faire chauffer votre carte bleue et de vous précipiter sur un produit soldé, voici quelques conseils :

  • Avant le Black Friday, faites du repérage et notez bien les prix pour ne pas avoir de mauvaises surprises le jour J. Certains sites douteux peuvent solder un article au même tarif qu’avant l’évènement, ou bien gonfler le prix de départ pour faire croire à un pourcentage de réduction plus important.
  • Fixez-vous un budget ou listez les produits que vous souhaitez acheter au préalable pour éviter tout achat compulsif et vous retrouver dans le rouge.
  • Quand vous pensez faire une bonne affaire, vérifiez tout de même les offres de ce même produit chez d’autres e-commerçants. Vous pourriez tomber sur une offre plus intéressante !

Où profiter du Black Friday ?

Sur une aussi courte période, il faut être à l’affût des meilleures offres pour ne pas passer à côté. Il faut donc être prêt dès le début de cet événement ! N’hésitez pas à suivre nos actualités des offres du Black Friday, ainsi que le compte twitter du Journal du Geek et la page Facebook où nous relayons ces bons plans du Black Friday et du Cyber Monday.

Prévu le dernier vendredi de novembre, il a tendance à se rallonger au fil des années au sein des grands distributeurs, jusqu’à atteindre 4 à 5 jours de bons plans et autres réductions. Cette année, plusieurs enseignes en ligne débuteront le Black Friday avec un « pré Black Friday » dès le 25 novembre, et termineront leurs offres après le Cyber Monday le 2 décembre. Et comme chaque année, les enseignes sont nombreuses à proposer leurs meilleures offres. Pour y voir plus clair, petit tour d’horizon des sites qui ont prévu d’importantes réductions pour le Black Friday !

  • Amazon

Comment évoquer le Black Friday sans parler du géant du e-commerce ? Amazon ne manque pas cet événement annuel pour proposer des offres très intéressantes et écouler ses produits high-tech ou encore gaming. Le Black Friday chez Amazon devrait se dérouler du 25 novembre au 2 décembre.

Découvrir les offres
  • Fnac et Darty

Comme pour Amazon, le groupe ne peut passer à côté du Black Friday. En 2013, c’était déjà la Fnac qui tentait déjà de populariser le Black Friday avec des offres plus qu’alléchantes pour ses clients. Avec des rabais très intéressants, l’enseigne devrait elle aussi étaler l’événement sur plusieurs jours à partir du 25 novembre.

Découvrir les offres FNAC Découvrir les offres DARTY
  • Boulanger

L’enseigne s’approprie elle aussi le Black Friday en proposant des promotions sur une large sélection d’appareils électroménagers, mais également de smartphones, ordinateurs et autres objets connectés. Vous trouverez forcément de quoi faire plaisir à vos proches pour Noël

Découvrir les offres

Rakuten

Encore une fois, la plateforme en ligne Rakuten participera au Black Friday via des promotions très alléchantes pour la fin d’année. Du jeu vidéo aux mangas, en passant par les jeux de société et les DVD, Rakuten compte bien faire des heureux.

Découvrir les offres

CDiscount

L’e-commerçant français ne manquerait ce rendez-vous pour rien au monde. Il faut dire que c’est grâce au Black Friday que le site Cdiscount a réussi à devenir un acteur important dans l’industrie de l’achat en ligne. Le 29 novembre 2019, on devrait pouvoir retrouver des offres diverses et variées chez le commerçant généraliste, mais c’est bien du côté des consoles et du jeu vidéo qu’il faudra avoir un œil attentif.

Découvrir les offres

Auchan et Leclerc

Ce sont via leurs offres d’appareils électroniques et de jeux vidéo que les deux groupes ont su convaincre les Français et il y a fort à parier qu’il en sera de même le 29 novembre prochain. L’année dernière, Auchan avait d’ailleurs cassé les prix de plusieurs packs consoles : Sony, Microsoft et Nintendo. Deux sites à surveiller de très près.

Découvrir les offres

Rue du commerce

Si vous voulez un iPhone à prix réduit, un PC portable suffisamment puissant ou simplement une tablette récente, c’est en misant sur l’offre non alimentaire de Carrefour que vous trouverez certainement le meilleur prix. L’année dernière, le site web avait proposé à ses clients des produits Apple à des tarifs rarement vus, mais aussi des appareils high-tech bénéficiant de très belles promotions. Ce devrait encore être le cas cette année.

Découvrir les offres

Gearbest

La plateforme Gearbest, déjà réputée pour ses offres plus qu’intéressantes, propose également d’autres bons plans, codes promo et réduction sur une large sélection d’appareils connectés : smartphones, électroménager, objets connectés, etc. Foncez- y !

Découvrir les offres

LDLC

Acteur majeur du e-commerce informatique en France, LDLC pourrait frapper fort le 29 novembre. Carte graphique Nvidia, processeur Intel ou barrettes de RAM, c’est bien sur ce site qu’il faudra faire ses courses avec l’espoir de dénicher quelques pépites.

Découvrir les offres

Disney+ autorise le partage de compte… mais se réserve le droit de changer d’avis

Par Amandine Jonniaux
Crédits Disney+

Lancée hier aux États-Unis, au Canada et aux Pays-Bas, non sans certains problèmes techniques, la plateforme de streaming Disney+ promet d’ores et déjà d’adopter une politique plutôt tolérante en matière de partage de compte… du moins pour le moment. Le service du géant aux grandes oreilles permettra d’utiliser jusqu’à quatre écrans simultanés et sept profils utilisateurs sur un seul abonnement. Une offre généreuse accessible pour 6,99$, et qui permettra d’accéder à la qualité 4K ou HDR, ainsi qu’aux téléchargements illimités, à laquelle Disney semble déjà avoir réfléchi. Relayé par The Verge, le président du département streaming de l’entreprise Michael Paull a en effet expliqué à l’occasion d’une présentation aux médias la semaine dernière : “Le partage du mot de passe est évidemment une chose à laquelle nous pensons. Nous sommes convaincus que les consommateurs agiront en conséquence. Ils vont utiliser ces comptes pour leur famille et les membres de leur foyer. Cela étant dit, nous reconnaissons que le partage de mot de passe existe, et qu’il continuera d’exister”.

Face au partage de compte, Disney semble donc adopter une posture relativement tolérante. Toutefois, l’entreprise se réserve évidemment le droit de révoquer cette autorisation tacite en cas d’abus : “Nous avons créé une technologie en interne, poursuit Michael Paull, que nous utiliserons pour comprendre les comportements des utilisateurs. Si nous constatons des comportements qui n’ont pas de sens, nous mettrons en place des mécanismes pour régler la situation”. À condition que les abus soient minoritaires, il semble donc que Disney+ permettra bel et bien d’utiliser le partage de compte sans restrictions géographiques… du moins pour le moment. En France, on attend déjà de pouvoir profiter du service, qui ne sera disponible qu’à partir du 31 mars prochain.

Spider-Man : Far From home est disponible en DVD et Blu-Ray !

Par Elisa

Le deuxième opus de la franchise de l’homme araignée, incarné par Tom Holland, sorti cet été a réalisé plus d’un milliard de recette au box-office mondial. Spider-Man : Far From Home (notre critique est à découvrir) est le 23e long-métrage du Marvel Cinematic Universe et est celui qui a clôturé la phase 3. Le réalisateur Jon Watts a su compter sur un casting de taille avec Tom Holland, Samuel L. Jackson, Zendaya et Jake Gyllenhaal, incarnant un tout nouveau personnage, Mysterio.

Juste après les événements de Avengers : Endgame (lire notre critique), Peter Parker tente tant bien que mal de retrouver un équilibre dans sa vie d’adolescent super-héro et part en voyage scolaire en Europe avec ses camarades Ned et MJ. Mais Peter va devoir vite refiler son costume après l’appel de Nick Furry et son inquiétude face à l’apparition de ces étranges attaques de créatures surnaturelles. Spider-Man va alors s’allier à un nouveau super-héro, Mystério, mais tout ne va pas se passer comme prévu. 

Spider-Man : Far From Home est disponible dès aujourd’hui en 4K UHD, Blu-Ray 3D, Blu-Ray, DVD et VOD.

Meilleure Vente n° 1
Spider-Man : Far from Home...
  • Sony Pictures (11/13/2019)
  • Blu-ray, Tous publics
  • Temps de fonctionnement: 130 minutes
  • Tom Holland (II), Samuel L. Jackson, Jake Gyllenhaal, Marisa Tomei, Jon Favreau
  • Français, Anglais
30,08 EUR
Vérifier le prix
PromoMeilleure Vente n° 2
Spider-Man : Homecoming + Far...
  • Sony Pictures (11/13/2019)
  • Blu-ray, Tous publics
  • Temps de fonctionnement: 263 minutes
  • Tom Holland (II), Michael Keaton, Stan Lee, Samuel L. Jackson, Jake Gyllenhaal
  • Anglais, Néerlandais, Coréen, Français, Chinois, Mandarin, Espagnol, Indonésien, Arabe, Thaï, Malais
50,16 EUR −0,17 EUR 49,99 EUR
Vérifier le prix
PromoMeilleure Vente n° 3
Marvel Spider-Man Far From...
  • Marvel Spider-Man : véhicule Spiderjet de Spiderman et sa figurine 15cm inspirés du film Spider-Man Far From Home.
  • Spiderman vole au-dessus de la ville et se balance au bout de sa toile depuis son jet. Le Spiderjet lance des missiles et un filin permet à Spiderman de se balancer au bout de sa toile depuis son Spiderjet.
  • Taille du Spiderjet : 28 cm sur 23 cm. Taille de la figurine : 15 cm.
  • Inclus : figurine 15 cm de Spiderman, Spiderjet, 2 projectiles, 1 filin. Aucune pile n'est nécessaire.
  • Un véhicule de Spiderman et sa figurine pour s'inventer des histoires avec son super-héros préféré. Figurine Spiderman, le jouet parfait à offrir en cadeau pour les enfants, filles et garçons de 4 ans, 5 ans, 6 ans et plus
32,99 EUR −10,19 EUR 22,80 EUR
Vérifier le prix

Avengers Endgame : Disney+ dévoile plusieurs scènes coupées inédites

Par Amandine Jonniaux
Crédits Marvel / Disney

** Attention, cet article contient de gros spoilers sur Avengers Endgame **

Depuis sa sortie en avril dernier, Avengers : Endgame nous avait déjà offert plusieurs scènes coupées avec la sortie du blockbuster dans sa version physique. Cette fois, c’est à l’occasion du lancement de sa plateforme de streaming Disney+ que le géant du divertissement a décidé de nous dévoiler quelques bonus supplémentaires.

Tony Stark retrouve sa fille Morgan

Parmi les scènes coupées les plus commentées sur les réseaux sociaux, on retrouve sans surprises les adieux de Tony Stark, alias Iron-Man à sa fille Morgan (Katherine Langford) devenue adulte. Après s’être sacrifié en utilisant le gant de l’infini pour vaincre Thanos, Tony se retrouve finalement propulsé dans un monde parallèle, et a droit à une petite conversation avec la jeune femme. Une scène particulièrement touchante, puisque Morgan conforte son père dans sa décision, et lui assure que son sacrifice était le meilleur choix à faire.

Le sacrifice de Black Widow

La version définitive d’Avengers : Endgame nous offre une scène assez mémorable dans laquelle Black Widows (Scarlett Johansson) et Hawkeye (Jeremy Renner) tentent de se sacrifier pour récupérer la Pierre de l’âme. Si l’on croit cette nouvelle séquence alternative dévoilée sur Disney+, la rencontre entre les deux protagonistes sur Vormir devait à l’origine être interrompue par une attaque de Thanos et de ses sbires. Black Widow finissait alors par se sacrifier dans un ultime geste héroïque.

Spiderman rencontre Pepper

Alors que la version définitive des retrouvailles entre Tony Stark et Peter Parker joue principalement la carte de l’émotion, la scène aurait pu être beaucoup plus cocasse, comme le présente ce cut alternatif, dans lequel Pepper est présente. Iron-Man profite alors du moment pour présenter sa femme, et le résultat s’avère plus comique que dramatique.

Hulk et l’Ancien

deleted hulk scene for @whoffalo pic.twitter.com/Bid6H4ezBl

✨ (@natstarks) November 12, 2019

Autre scène alternative elle aussi dépourvue de CGI définitifs, cette séquence dans laquelle Hulk et l’Ancien ont une petite discussion concernant les pierres d’infinité et les voyages temporels. Si la scène reste sensiblement la même, l’Ancien affublée de ses lunettes de soleil vaut clairement le détour.

Débrief entre Supers

the rest of this scene its really awkward and stilted pic.twitter.com/HyiNMQy9ym

✨ (@natstarks) November 12, 2019

Supprimée du montage final, cette nouvelle scène rassemble une nouvelle fois les Avengers en vue de la bataille contre le grand méchant Thanos. On y découvre notamment quelques séquences qui seront par la suite reprises dans d’autres scènes.

[Bon Plan] Le OnePlus 7T (256/8Go) à 439 euros chez Rakuten !

Par Gregori Pujol
Code promo : ONEPLUS

Le OnePlus 7T propose une diagonale de 6,55 pouces (contre 6,41 pouces sur le 7) avec une définition Full HD+ HDR10+ et l’arrivée d’un taux de rafraîchissement de 90Hz. C’est également une nouvelle génération de dalle et cela permet de réduire près de 40% des lumières bleues. La petite encoche est également plus petite (31% par rapport à celle du 7) et à noter que la dalle vient toujours de Samsung.

Comme c’était le cas sur le OnePlus 7 Pro, il y a un retour haptique au niveau de l’écran (on parle bien d’un retour haptique et non d’un moteur haptique). On oublie désormais le rendu miroir et on retrouve ainsi un dos en verre dépoli comme sur le OnePlus 7 Pro. Deux versions seront disponibles, Glacier Blue et Frosted Silver.

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Notre test du OnePlus 7T

Pour le bloc photo arrière, on va faire simple, c’est le même que celui du OnePlus 7 Pro à la différence que le téléphoto n’est plus qu’un zoom optique 2x et non 3x. Le OnePlus 7T signe l’arrivée d’un mode vidéo Ultra Stabilisation en 1080p (similaire à ce qu’on trouve sur les Samsung Galaxy S10). Il y a bien évidemment eu des petits changements logiciels comme une meilleure gestion du HDR et un mode Macro avec une mise au point minimum à 2,5cm.

Sous le capot, on trouve maintenant un processeur Qualcomm Snapdragon 855+, 128Go de mémoire interne en UFS 3.0, 8Go de RAM, une batterie de 3800mAh et la nouvelle recharge rapide Warp Charge 30T (18% plus rapide que le Warp Charge 30 du OnePlus 7 Pro) qui permet de recharger le OnePlus 7T de 0% à 100% en seulement 60 minutes. Les haut-parleurs sont stéréos et il y a bien évidemment le support du Dolby Atmos. Et enfin, le OnePlus 7T sera livré avec Oxygen OS 10 sous Android 10 avec quelques petites nouveautés comme la présence désormais de Google Feed dans le Shelf ou encore de nouvelles animations pour plus de fluidité dans l’expérience utilisateur.

Mentions Légales : Multiplicateur de Super Points valable sur inscription au Club R le mercredi 13 novembre 2019 de 9h00 GMT +1  jusqu’au jeudi 14 novembre 23h59 GMT +1 dans la limite de 20 000 Points Bonus par utilisateur, sur l’ensemble du site Rakuten, à l’exception des produits de la catégorie « Livres neufs » et des produits assimilables dans la limite des stocks disponibles, frais de port non inclus. Ces Super Points sont validés et utilisables à compter du 3ème jour suivant la date à laquelle la bonne réception du ou des articles a été confirmée et valables pendant une durée de trente (30) jours. Aucune transaction effectuée dans le cadre d’une activité commerciale ne donnera droit aux Super Points. 

Apple lance le MacBook Pro 16 pouces

Par Remi Lou
Crédits : Apple

Longuement annoncé par la rumeur, le nouveau MacBook Pro 16 pouces vient enfin d’être officiellement annoncé par Apple. Il remplace de ce fait l’ancien MacBook Pro de 15 pouces et démarre au même prix, soit à partir de 2 699 euros (et jusqu’à 7 139 euros).

Alors qu’on pensait qu’Apple allait donner une conférence pour annoncer quelques nouveaux produits, dont ses AirPods Pro (lire notre test), sorti en catimini sur l’Apple Store il y a quelques semaines, la firme de Cupertino a finalement choisi de réitérer sa stratégie et de lancer son nouveau MacBook Pro directement sur son Store en ligne.

Quoi de neuf sur ce nouveau MacBook ? En réalité, la machine dévoilée ce jour par Apple ressemble beaucoup au modèle de 15 pouces qu’on connaît depuis 2016. Pas de bouleversement majeur en matière de design, même si certains ajouts sont les bienvenus. On pense notamment aux bordures autour de l’écran – qui commençaient clairement à accuser le coup face à la concurrence – qui sont désormais bien plus fines, mais pas non plus borderless. Cet écran reprend les bons points de ses prédécesseurs, dont la luminosité, la colorimétrie fidèle ou encore le True Tone, mais on gagne notamment un pouce par rapport à l’ancien modèle. Bordures plus fines obligent, le châssis ne bouge pratiquement pas, bien qu’il soit légèrement plus grand (0,5 centimètre en longueur et 0,8 centimètre en largeur) et plus lourd (+200 grammes).

Crédits : Apple

Surtout – et c’était probablement le changement le plus attendu par les utilisateurs – Apple abandonne enfin son clavier papillon introduit avec le MacBook 12 pouces en 2015, tristement réputé pour sa fiabilité désastreuse, et l’a remplacé par un clavier plus traditionnel à ciseaux. Physiquement, la différence est à peine perceptible, et ce nouveau MacBook Pro 16 pouces reprend plus ou moins le même type de clavier que les derniers Magic Keyboard de la firme, soit des touches plutôt plates mais à la course supérieure aux claviers papillons. Surtout, les innombrables problèmes de touches qui se bloquent devraient (enfin) devenir de l’histoire ancienne. Au-dessus de ce clavier, on retrouve toujours la Touch Bar, avec un petit ajout sympathique puisque la touche Echap n’est désormais plus comprise dans la barre tactile mais (re)devient une touche physique.

Au niveau des performances, ce nouveau MacBook Pro est clairement la machine portable la plus puissante d’Apple. On retrouve, suivant la configuration choisie, des processeurs Intel Core i7 à 6 coeurs ou i9 à 8 coeurs de dernière génération, accompagné par 16 Go de RAM en entrée de gamme configurable jusqu’à 64 Go de RAM, et une carte graphique AMD Radeon Pro 5500M. Côté stockage, on retrouve 512 Go d’emblée (enfin !) et jusqu’à 8 To de SSD en option (+960 euros). Pour finir, on retrouve de nouveaux haut-parleurs améliorés et des micros plus performants. Le MacBook Pro 16 pouces d’Apple est disponible dès à présent sur l’Apple Store en ligne, pour une livraison à partir du 26 novembre.

Crédits : Apple

La RATP lance Navigo Liberté+, le pass qui s’adapte à vos trajets

Par Felix Gouty
Crédits : Fabrizio Verrecchia / Unsplash.

La Régie autonome des transports parisiens (RATP) a lancé aujourd’hui un abonnement et une carte Navigo d’un nouveau genre. Destiné exclusivement aux Franciliens, Navigo Liberté+ s’adapte aux trajets de chaque individu et à leurs fluctuations mensuelles. Le 15 de chaque mois, avec cet abonnement, la RATP facture automatiquement tous les allers et retours effectués par l’abonné durant les quatre semaines précédentes – pas un de moins, pas un de plus. De plus, avec Liberté+, le prix de chaque trajet se réduit : 1,49€ contre 1,90€, le prix d’un ticket pour un aller simple dans les zones 1 et 2 de la capitale. Cette nouvelle carte permet à son détenteur de se déplacer à sa guise dans l’ensemble du réseau de transport de Paris intra-muros : métro, bus, tram, RER, OrlyBus, RoissyBus et – dès le 1er janvier 2020 – noctiliens et bus de longue distance. « La correspondance bus-métro et bus-RER dans Paris est également offerte, ce qui  représente un investissement de 40 millions d’euros par an », a souligné au Parisien Valérie Pécresse, présidente d’Île-de-France Mobilités. Néanmoins, par manque de gares équipées de valideurs de carte, les trajets à bord des transiliens et RERs des zones extérieures à la capitale ne sont pas couverts et nécessitent toujours un ticket t+ adéquat.

Pour souscrire au Navigo Liberté+, il suffit de créer un compte sur le site Navigo.fr puis de spécifier, dans la rubrique « je gère ma carte », les coordonnées bancaires de l’abonné. L’abonnement – valable en 48h – est sans engagement et les frais de dossier sont gratuits, à l’occasion du lancement. Si l’abonné n’a pas encore de carte Navigo, il en reçoit une en quelques jours chez lui ou dans un centre RATP. Cette formule « s’adresse en priorité aux Franciliens qui prennent les transports de temps en temps, mais pas assez pour souscrire à un forfait Navigo », a expliqué IDFM.

Des chercheurs mettent au point des molécules comparables à celles de l’ADN

Par Felix Gouty

1 160 990. C’est le nombre de structures chimiques capables de se substituer aux molécules de support génétique connues. Son calcul est le résultat d’une étude menée par des chercheurs en biochimie et publiée dans le Journal of Chemical Information and Modeling. L’acide désoxyribonucléique (ADN) renferme l’information génétique de n’importe quel être vivant sur Terre. Pour cela, il se base sur des gènes composés par une myriade de combinaisons entre deux paires possibles de molécules appelées bases nucléiques : guanine avec cytosine et adénine avec thymine. Malgré l’existence confirmée de ce système, les scientifiques se sont demandés s’il était possible que d’autres molécules chimiques, respectant les contraintes spécifiques du modèle existant, puissent exister. Pour cela, ils ont utilisé plusieurs algorithmes successifs. Le premier a eu pour tâche d’imaginer des structures chimiques différentes d’A, G, T et C mais à partir des mêmes éléments chimiques et respectant leurs propriétés : à savoir, reconnaître une autre molécule spécifiquement, se lier aux autres molécules et ainsi produire un ensemble cohérent. Les chercheurs ont ensuite fait appel à un autre logiciel capable de faire la même chose pour comparer les résultats et ajouter de nouvelles formules à leur liste. Puis, ils ont comparé toutes les structures virtuelles à une base de données de molécules réelles, pour ne garder des premières que des structures inédites. Enfin, ils ont écarté de leur sélection toute base nucléique analogue ne respectant pas les règles structurelles chimiques de base.

Toutes les structures chimiques virtuelles ainsi obtenues n’existent pas mais peuvent potentiellement incarner un support génétique  – peut-être celui d’une forme de vie extraterrestre ou simplement inconnue. « Ces bases nucléiques analogues pourraient avoir évolué dans des environnements différents du nôtre ou exister sur d’autres planètes ou mêmes des satellites de notre système solaire, a déclaré l’un des auteurs de l’étude, Jay Goodwin, dans un communiqué rapporté par Gizmodo. Ces systèmes génétiques alternatifs pourraient étendre notre conception du ‘dogme central’ de la biologie vers d’autres directions évolutives ». L’impressionnante liste pourrait même servir aux ingénieurs à stocker biochimiquement de l’information numérique. Ce domaine a déjà été exploré par des scientifiques de l’université d’Harvard en 2019 et par Microsoft en 2016.

La mise à jour 5.2 de PUBG ajoute des pièges, des modifications à Vikendi et d’autres surprises

Par Gregori Pujol

Avec cette mise à jour, les joueurs peuvent se préparer aux attaques motorisées en déployant le nouvel outil Piège à pointes. De plus, la carte Vikendi voit l’ajout de nombreuses améliorations et de changements qui font de l’île enneigée le terrain de chasse idéal pour les snipers. De nombreux bâtiments ont vu la taille de leurs fenêtres réduites pour des angles de tirs plus sécurisés tandis que des bâtiments et débris ont été enlevés pour une vue plus dégagée au sein des villes. Enfin, des murs, arbres et rochers ont été retirés des zones à fort passage pour plus de maniabilité avec les véhicules.

Les joueurs PC se sentant un peu perdus peuvent désormais mieux préparer leurs stratégies et itinéraires avec le système de points de navigation. Il est maintenant possible de se coordonner en planifiant plusieurs points d’arrêt dans la course au cercle final. Enfin, cette mise à jour voit également l’ajout d’une nouvelle façon de tester des contenus avec PUBG Labs. Ce dernier accueille des systèmes expérimentaux et modes de jeux qui permettent à la communauté de se plonger encore plus dans les possibilités qu’offre le Battle Royale.

Toutes ces mises à jour et plus encore seront disponibles lorsque la mise à jour 5.2 sera effective sur les serveurs PC live le 20 novembre et sur les serveurs console le 26 novembre. 

Meilleure Vente n° 1
Playerunknown's Battlegrounds...
  • Veste à capuche Battlegrounds / PUBG de Playerunknown sous licence officielle
  • grande impression arrière avec logo et pan
  • petit motif de casque de niveau 3 à l'avant, logo du jeu sur la manche
  • intérieur rugueux, poignets fixes, poches latérales avant
  • Capuche avec cordon de serrage, couleur noire
27,90 EUR
Vérifier le prix
Meilleure Vente n° 2
PlayerUnknown's Battlegrounds...
  • Poster sous Licence Officielle
  • Neuf
  • Expédié en toute sécurité dans un emballage résistant
  • Livraison Gratuite
17,46 EUR
Vérifier le prix
Meilleure Vente n° 3
Playerunknown's Battlegrounds...
  • Bluehole
  • Téléchargement MP3

[Tuto] Comment écrire un email efficace ?

Par marie

Tous les jours, nous recevons une multitude d’emails. Certains attirent notre attention, d’autres restent au second plan. Un mail qui donne envie d’être lu possède des particularités précises.

Objet du mail : simple et précis

L’objet du mail est très important. C’est en quelque sorte le résumé de votre message. Un mail sans objet a peu de chances d’être ouvert. Il s’agit de votre première approche. “L’objet” du mail répond à une question : pourquoi ce mail ? Posez-vous cette question. Quel est le sujet principal de votre demande ? Est-ce une candidature ? Si c’est le cas, indiquez d’emblée “ Candidature de (votre nom) au poste de XXX”. Si votre mail concerne un rendez-vous à établir, indiquez précisément de quoi il retourne par exemple « RDV pour devis”. Évitez les mots clés type Urgent ou Important (sauf s’il s’agit véritablement d’une urgence). Votre demande est sans doute importante à vos yeux mais ne le sera peut-être pas à ceux de votre interlocuteur. Auquel cas la formule à plus de chances de l’agacer qu’autre chose. Ne cherchez pas enfin, à caser une phrase complète dans l’objet du mail.

Les premiers mots, à bien peser

Votre destinataire se fait une idée de votre message dès ses premières lignes. Si votre e-mail ne contient pas de formule de politesse, vous risquez de ne pas recevoir de réponse (sauf si vous parlez à un ami bien évidemment). Si vous postulez à une offre d’emploi, certaines formules sont à respecter. Vous pouvez utiliser “Madame, Monsieur”, si vous ne connaissez pas votre destinataire. Évitez l’expression “Cher Monsieur/ Chère Madame”, de moins en moins employée. Notons enfin que dans beaucoup sociétés, les équipes ne s’embarrassent pas de formalités entre elles et optent dorénavant pour un « Bonjour » très direct en début de mail.

Le corps du mail : se faire comprendre

Pour que votre mail soit lu jusqu’au bout (et pas en diagonale), limitez la prose et soyez synthétique. Allez à l’essentiel dès les premières lignes. Votre interlocuteur doit comprendre très rapidement la raison de votre message. Vous pouvez ajouter quelques mots en gras si besoin (sans trop exagérer). Les mots en gras attirent l’oeil et donc l’attention. Évitez les gros blocs de textes qui sont trop étouffants. Créez des paragraphes aérés. La lecture sera plus agréable. Soignez la forme. Il est préférable de faire des phrases simples et concises (sujet, verbe, complément). Mieux vaut faire plusieurs phrases courtes qu’une phrase à rallonge qui risque d’ennuyer voire de perdre votre lecteur si elle n’est pas correctement construite. Les smiley sont à éviter dans un mail professionnel. L’amabilité est cependant toujours la bienvenue. Rien ne vous empêche de placer des formulations bienveillantes telles que : “avec plaisir”, “avec joie”. Et si vous répondez à votre interlocuteur : adaptez-vous au ton qu’il emploie. S’il utilise un ton familier, un message trop formel de votre part pourrait paraître prétentieux et distant. Eviter enfin les tournures négatives et les formules type « Excusez-moi de vous déranger ».

Une bonne conclusion

Dans un mail professionnel, surtout lorsqu’on ne connaît pas l’interlocuteur, les abréviations sont à éviter. Ecrivez “Cordialement” au lieu de “cdt”. Un employeur risque d’y voir un manque de sérieux. De même pour la signature: signez avec votre nom et prénom, pas avec vos initiales. Optez pour une formulation polie “je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire”, “je vous prie d’agréer Madame Monsieur, l’expression de ma considération respectueuse”. Si vous échangez depuis un moment avec votre interlocuteur, vous pouvez vous contenter d’une expression plus passe-partout comme “cordialement”, “respectueusement”, “bien à vous”.

Relecture et fautes impardonnables

Ce dernier point est probablement le plus important. Si vous ne prenez pas le temps de relire votre mail, vous prenez le risque de laisser plusieurs erreurs. Des oublis de mots, de PJ, voire pire : des fautes. Une erreur d’accord type « j’ai trouver » risque de vous coûter cher.  Et une faute d’inattention (“empoi” au lieu de “emploi”) donnera l’impression que vous ne vous préoccupez guère de l’impression que vous allez laisser à votre interlocuteur.  Dernière astuce, si vous envoyez des documents joints, utilisez la même méthode que pour “objet” : donnez leur un nom précis par exemple « Nom_Prenom_Lettre_Motivation”.

[Guide d’achat] Les meilleurs smartphones milieu de gamme – 2020

Par Elisa

Samsung Galaxy A51/A71

Si les deux Galaxy se ressemblent, ils se différencient tout de même en plusieurs points. Le A71 bénéficie d’une dalle de 6,7 pouces avec la technologie Super AMOLED Plus, alors que le A51 est doté d’un écran de 6,5 pouces Super AMOLED, un détail qui importe peu puisque la résolution est la même. Les Samsung Galaxy A51 et A71 sont équipés tous les deux d’un module photo rectangulaire avec 4 objectifs positionnés en L dont 3 sont similaires : un capteur ultra grand-angle de 12 Mpx (FoV 123° F/2.2), un capteur de profondeur de 5 Mpx (f/2.2) et un capteur Macro 5 Mpx (f/2.4). Le 4e objectif photo est alors ce qui différencie le A51 du A71 : le premier est doté d’un capteur principal de 48 Mpx (f/2) alors que le deuxième bénéficie d’un capteur principal de 64 Mpx (f/1.8). Côté performances, le Galaxy A51 est équipé du SoC Exynos 9611 couplé à 4 Go de RAM, alors que le A71 profite lui du Snapdragon 730 avec 6 Go de RAM. Le Galaxy A51 bénéficie d’une batterie de 4000 mAh, et le Galaxy A71 est équipé, pour sa part, d’une batterie de 4500 mAh.

Samsung Galaxy A71 -...
20 Commentaires
Samsung Galaxy A71 -...
  • ÉCRAN INFINITY-O - 6,7’’ Super AMOLED
  • QUADRUPLE CAPTEUR PHOTO - Mode Macro + Ultra Grand Angle
  • UN PUISSANT CAPTEUR PRINCIPAL - 64 MP pour des photos nettes
  • CHARGE ULTRA RAPIDE - Batterie longue durée - 4500 mAh
399,00 EUR
Vérifier le prix

Xiaomi Mi Note 10

Le Mi Note 10 de Xiaomi est doté d’un écran AMOLED incurvé de 6,47 pouces, ainsi que d’un processeur Snapdragon 730g, couplé à 6 Go de RAM et 128 Go de stockage. Pour l’autonomie, le smartphone bénéficie d’une batterie de 5260 mAh. Niveau photo, Xiaomi a équipé son Mi Note 10 d’un module avec pas moins de 5 objectifs : on a alors un capteur ISOCELL Bright HMX de 108 Mpx, un téléobjectif de 5 Mpx, un téléobjectif 12 Mpx, un ultra grand-angle de 20 Mpx ainsi qu’un objectif macro de 2 Mpx. A l’avant, il est équipé d’une caméra frontale 32 Mpx logée sous son encoche en goutte d’eau.

Xiaomi Mi Note 10 Smartphone...
33 Commentaires
Xiaomi Mi Note 10 Smartphone...
  • Penta caméra avec caméra principale de 108MP.
  • Écran AMOLED 3D courbé de 6,47 ".
  • Capteur d'empreinte digitale sensible à l'écran.
  • 5260mAh (type) batterie haute capacité, charge rapide dans la boîte de 30W
399,00 EUR
Vérifier le prix

Xiaomi Redmi Note 9S

Le Redmi Note 9S est un smartphone avec un écran à poinçon de 6.67 pouces FHD+, avec un processeur Qualcomm Snapdragon 720G couplé avec 4 ou 6 Go de RAM, et d’une capacité de 64 ou 128 Go extensibles via un port microSD. On retrouve une batterie de 5 020 mAh pour l’autonomie. C’est un module à quatre capteurs qui assure côté photo pour le Redmi Note 9S, avec un capteur principal de 48 Mpx, un ultra grand-angle de 8 Mpx, un capteur macro de 5 Mpx, et enfin un capteur ToF de 2 Mpx. Sous le poinçon de son écran se trouve également un capteur frontal de 16 Mpx.

Honor 20

Le Honor 20 bénéficie d’un écran de 6,26 pouces et d’un SoC Kirin 980, couplé par 6Go de RAM et 128Go de stockage, ainsi qu’une batterie de 3750 mAh. Côté photo, il est doté d’un quadruple capteur photo arrière de 48Mpx (f/1.8), 16Mpx (f/2.2) et 2 autres objectifs de 2Mpx (f/2.4). On retrouve aussi la caméra frontale de 32Mpx en trou dans l’écran.

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Découvrez notre test du Honor 20

Promo
Honor 20 - Smartphone...
111 Commentaires
Honor 20 - Smartphone...
  • Écran 6.26” FHD+ avec caméra dans l'écran (2340x1080)
  • Lecteur d’empreintes digitales sur le côté + Reconnaissance Faciale
  • Processeur Kirin 980 Octa-Core (2x2.6GHz+2x1.92GHz+4x1.8GHz)
  • 6 Go RAM - 128 Go stockage
399,90 EUR −100,90 EUR 299,00 EUR
Vérifier le prix

Honor 20 Pro

Le Honor 20 Pro, comme son nom l’indique, est la version plus haut de gamme du Honor 20. Il détient un bloc photo plus performant avec un quadruple capteur de 48Mpx, ultra grand-angle 16Mpx, zoom optique x3 8Mpx et un objectif macro de 2Mpx. Comme pour le Honor 20, le Pro est équipé d’un capteur photo avant de 32Mpx sous le poinçon des son écran. On retrouve d’ailleurs le même écran IPS de 6,26 pouces avec une définition Full HD+ et le même SoC, le Kirin 980, mais ici avec 8 Go de RAM 256 Go stockage. Son autonomie est légèrement plus puissante que le Honor 20, avec une batterie de 4000mAh.

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Découvrez notre test du Honor 20 Pro

HONOR 20 Pro 8Go de RAM /...
17 Commentaires
HONOR 20 Pro 8Go de RAM /...
  • - Type Smartphone- 2G Network GSM 850 / 900 / 1800 / 1900- 3G Network HSDPA 800 / 850 / 900 /...
  • atatransfer GSM / HSPA / LTE- Connectivity Bluetooth Wi-Fi NFC- Features Active noise...
  • Oper System Android 9 0 (Pie) Magic 2 1- Specials Fingerprint (side-mounted) accelerometer gyro...
489,00 EUR
Vérifier le prix

Oppo Reno 2

Marque encore peu connue en France, Oppo présente des smartphones au bon rapport qualité prix. Ici, le Oppo Reno 2 dispose d’un écran OLED de 6,5 pouces et d’un SoC Qualcomm Snapdragon 730G (le “G” est une version du Snapdragon 730 optimisée pour les jeux) avec une mémoire interne de 256Go et  8Go de RAM. Il est équipé d’une bonne batterie de 4000 mAh. Le Reno 2 dispose aussi d’un quadruple capteur photo avec une caméra de 48 Mpx, un téléobjectif de 13Mpx, un grand angle de 8Mpx et un objectif de 2Mpx pour la profondeur. Sa particularité réside dans sa caméra frontale de 16Mpx “aileron” qui sort de l’écran.

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Découvrez notre test Oppo Reno 2

OPPO Reno 2 Smartphone...
18 Commentaires
OPPO Reno 2 Smartphone...
  • Quadcam With 20X Zoom: 48+13+8+2MP rear camera with Photo, Video, Professional mode, Panorama,...
  • Memory, Storage & SIM: 8GB RAM | 128GB Internal Memory expandable up to 256GB | Dual SIM...
  • Bokeh Effect Video: Reno2 offers professional quality video bokeh effect. Truly stand out from...
  • Band Support: LTE FDD: Bands 1/2/3/4/5/8 LTE TDD: Bands 34/38/39/40/41 4G+: TD-LTE:...
486,40 EUR
Vérifier le prix

Les meilleures ventes

Aperçu Produit Evaluation Prix
Samsung Galaxy A71 -... Samsung Galaxy A71 -... 20 Commentaires 399,00 EUR Vérifier le prix
Xiaomi Mi Note 10 Smartphone... Xiaomi Mi Note 10 Smartphone... 33 Commentaires 399,00 EUR Vérifier le prix
Honor 20 - Smartphone... Honor 20 - Smartphone... 111 Commentaires 399,90 EUR 299,00 EUR Vérifier le prix
HONOR 20 Pro 8Go de RAM /... HONOR 20 Pro 8Go de RAM /... 17 Commentaires 489,00 EUR Vérifier le prix
OPPO Reno 2 Smartphone... OPPO Reno 2 Smartphone... 18 Commentaires 486,40 EUR Vérifier le prix

Retrouvez également nos autres guides d’achat des meilleurs smartphones de ce début 2020 :

Samsung Galaxy S11 : On fait le point sur les rumeurs

Par Amandine Jonniaux

On ne connaît pas encore la date de sortie officielle du Samsung Galaxy S11, et si la majorité des rumeurs annoncent une annonce officielle courant février, le prochain smartphone haut de gamme de la marque coréenne semble avoir déjà éclipsé ses prédécesseurs. De nombreuses rumeurs circulent en effet à propos du nouveau flagship de Samsung. Selon les informations du leaker IceUniverse, le téléphone pourrait ainsi intégrer une batterie conséquente de 5000 mAh dans sa version S11+, tandis que le modèle de base devrait se “contenter” de 4000 mAh. Des capacités assez énormes quand on sait que l’actuel Galaxy S10 ne bénéficie que de 3400 mAh. Attention, qui dit grosse batterie ne veut pas forcément dire grosse autonomie. Comme le précise 01net, la présence d’un écran au taux de rafraîchissement de 120Hz ainsi que la potentielle compatibilité 5G promet de beaucoup solliciter la bête.

Concernant la 5G justement, Samsung devrait décliner ses smartphones dans plusieurs versions — cinq au total. Ainsi, le modèle S11+ ne serait proposé qu’en 5G, tandis que les déclinaisons S11e et S11 bénéficieraient de deux versions distinctes, une 4G et une 5G. Autre rumeur que l’on doit cette fois au très informé leaker Evan Blass sur Twitter, la marque coréenne devrait aussi proposer trois tailles d’écran pour son nouveau flagship. Tandis que le S11e serait disponible en 6,2 ou 6,4 pouces, le S11 serait doté d’une dalle de 6,7 pouces, et le S11+ d’une dalle de 6,9 pouces. Les trois modèles abandonneraient également l’écran du S10 au profit d’un écran incurvé, équipé d’un poinçon central destiné à l’accueil du capteur photo similaire au Note 10.

Au niveau de son appareil photo, le S11 devrait frapper très fort promettent les dernières rumeurs, avec un capteur principal de 108 Mpx. Une surprise qui n’en est finalement pas vraiment une quand on sait que le constructeur coréen a déjà mis au point des composants similaires pour le Xiaomi Note 10 et son impressionnant appareil photo. Un puissant zoom, pour le moment connu sous le nom de Space zoom si l’on en croit les informations du site SamMobile est également attendu, pouvant vraisemblablement aller jusqu’en x5 en optique. Sous le capot enfin, on attend un SoC Exynos 990, que la marque a récemment rendu compatible avec le 120Hz. Si l’officialisation du téléphone est attendue pour la mi-février, on s’attend aussi à un prix conséquent, probablement aux alentours de 1000€.

La sonde Hayabusa-2 revient sur Terre avec des échantillons aussi vieux que l’univers

Par Felix Gouty
Crédits : Akihiro Ikeshita / JAXA.

Des échantillons pouvant dater d’il y a 4,6 milliards d’années : telle est la précieuse cargaison de la sonde d’exploration spatiale japonaise, Hayabusa-2, entamant aujourd’hui son retour sur Terre. De la taille d’un réfrigérateur, l’appareil – au nom signifiant « faucon » en japonais – a traversé plus de 300 millions de kilomètres durant trois ans et demi pour les obtenir. Sa mission, pilotée par l’Agence d’exploration aérospatiale du Japon (JAXA), était d’atteindre Ryugu. Ce dernier est un astéroïde d’un kilomètre de diamètre du groupe Apollon, un ensemble de petits corps célestes en orbite autour du soleil situé à proximité de la Terre. Découvert en 1999, son nom lui a été donné en référence au « palais du dragon », une ancienne légende nippone concernant la demeure sous-marine d’un dieu dragon. En avril dernier, Hayabusa-2 a tiré sur l’astéroïde pour créer artificiellement un cratère. Au-delà de la poussière et des débris provoqués par l’explosion, elle a ainsi mis au jour des roches plus profondes peut-être aussi vieilles que notre système solaire. La sonde a pu alors se poser à la surface de Ryugu pour y prélever et collecter un maximum d’échantillons.

« La sonde va rapporter sur Terre du carbone et des matières organiques qui fourniront des données sur la façon dont la matière est répartie à travers le système solaire, sur les raisons de sa présence sur l’astéroïde et sa relation avec la Terre », a expliqué à l’AFP Yuichi Tsuda, responsable de la mission. Le ministre de l’Éducation et des Sciences du Japon, Koichi Hagiuda, a annoncé que le retour d’Hayabusa-2 était attendu pour la fin de l’année 2020. Un temps de retour réduit par la distance actuelle, bien moindre, entre la Terre et Ryugu. Son atterrissage est prévu au sud de l’Australie et sera donc surveillé sur place par l’Agence spatiale australienne (ASA). Hayabusa-2 semble enfin n’être pas en reste de carburant : la JAXA réfléchit donc déjà à la renvoyer dans l’espace pour un nouveau voyage.

Glassdoor dévoile dix métiers de la tech qui rapportent plus de 3000€ par mois

Par Amandine Jonniaux
Crédits Image4you via Pixabay CC

Parce que les métiers de la tech sont en pleine expansion, et qu’ils rapportent de plus en plus, on fait le point sur les postes qui vous assureront un revenu à plus de 3000€ brut par mois. Des salaires plutôt sympathiques, qui s’expliquent par le fait que les postes en question sont de plus en plus recherchés, explique le site de recrutement Glassdoor dans un récent communiqué.

En queue de classement, on retrouve ainsi les social media manager, avec un revenu de base tout à fait honorable estimé à 3088€ mensuels. Chargé de développer et de gérer la réputation et la visibilité d’une marque sur les réseaux sociaux, ce dernier assure ainsi un bon positionnement sur la toile. On retrouve ensuite au coude-à-coude les UX designers (3221€/mois) et les ingénieurs logiciels (3250€/mois), respectivement en charge de l’optimisation des interfaces numériques utilisateurs, et de la création des logiciels internes d’une marque (gestion des stocks, comptabilité, etc…), suivis du métier de chef de projet digital, avec un salaire estimé à 3349€ par mois.
En dépassant les 3400€ par mois, on retrouve ensuite les Big Data consultants (3475€/mois) et les Data analysts (3510€/mois), puis les développeurs à 3583€ mensuels de revenus de base. Enfin, le trio de tête où les salaires sont les plus élevés ont de quoi faire rêver, puisque les Data scientists, responsables de la gestion, de l’analyse et de l’exploitation des Big Data de l’entreprise peuvent prétendre à un salaire de base de 3763€ par mois, tandis que le Product owner et ses 3952€ de revenus mensuels estimés est quant à lui chargé de faire le lien entre le client et la technique, tout en s’assurant du respect des standards d’architecture définis. Enfin en tête de classement, on retrouve le métier d’architecte logiciel, avec un salaire de base mensuel fixé à (attention les yeux) 4 381€. Chargé de concevoir des architectures systèmes et logicielles, il a aussi pour rôle de conseiller les équipes de développement quant au respect des standards d’architecture.

Récapitulatif des salaires de base mensuels moyens (brut) :

  1. Architecte logiciel (4 381 euros)
  2. Product Owner ( 3952 euros)
  3. Data scientist (3 763 euros)
  4. Developpeur Full Stack (3 583 euros)
  5. Data Analyst ( 3 510 euros)
  6. Big Data consultant (3 475 euros)
  7. Chef de projet digital (3 349 euros)
  8. Ingénieur logiciel (3 250 euros)
  9. UX Designer (3 221 euros)
  10. Social Media manager (3 088 euros)

Netflix : des nouvelles de la suite du film Death Note

Par marie
Crédit Netflix

Difficile de rester objectif face à l’adaptation Netflix du célèbre manga écrit par Tsugumi Ohba, sorti sur la plateforme en 2017. Le réalisateur Adam Wingard a, il est vrai, pris des risques en tentant de regrouper 13 volumes de manga en un film d’1h40. Mais le résultat n’a pas enchanté la critique ni les fans, loin de là. Malgré tout Netflix semble bien décidé à produire une suite. L’idée avait déjà été lancée en août 2018  mais depuis un an, le projet ne faisait plus reparler de lui. Jusqu’à aujourd’hui. Questionné par un internaute, Greg Russo s’est en effet exprimé cette semaine sur Twitter au sujet du projet : “J’apprécie que tous les fans de Death Note se manifestent. Nous avons quelque chose de vraiment cool en préparation pour cette franchise, je ne peux pas vous en parler, mais le projet est définitivement vivant et entre de très bonnes mains.”

Appreciate all the check ins from #DeathNote fans. Have something very cool in the works for the franchise- can't talk about it yet but it's def alive and in good hands 😉🍎https://t.co/xLM96VWyTY

— Greg Russo (@WriterRusso) November 11, 2019

Même si les paroles de Greg Russo se veulent rassurantes, nous ne pouvons que nous montrer méfiants lorsqu’on voit l’adaptation de 2017. Les fans ont d’ailleurs commenté les propos de Greg Russo en exprimant leurs craintes. Il ne reste plus qu’à attendre de nouvelles informations autour de cette suite. Aucune date de sortie ni de tournage n’a été fixée pour l’instant.

Le manga Death Note a vu le jour entre 2003 et 2006. L’oeuvre s’intéresse au jeune lycéen Light Yagami, âgé de 17 ans, qui découvre un étrange carnet : le livre du dieu de la mort, Ryuk. Ce carnet renferme des mystères terribles et dangereux que Light va découvrir bien assez vite. Tout individu ayant son nom écrit dans le livre de la mort décède en l’espace de 40 secondes.  Autrement dit, Light a l’immense pouvoir de décider du destin de chaque être humain.

RAZR : Motorola présente officiellement son smartphone pliable à clapet

Par Remi Lou

Depuis près d’un an, Motorola agite les rumeurs concernant le retour de son iconique téléphone à clapet, le razr, sorti il y a près de 15 ans. Après un long teasing, la marque vient enfin de dévoiler une version remaniée de son antique razr, dont le nom passe cette fois en majuscules pour marquer le changement : RAZR.

Si le Motorola RAZR reprend le concept de son prédécesseur, il se modernise nettement puisqu’il dispose d’un écran pliable OLED d’une diagonale confortable de 6,2 pouces lorsqu’il est déplié. Une fois replié, on dispose tout de même d’un petit écran pour afficher les notifications, et le smartphone prend ainsi beaucoup moins de place dans la poche. Mis à part son écran pliable, le Motorola RAZR ne va pas chercher bien loin au niveau du design, et reprend presque trait pour trait l’ancien boitier de son téléphone à clapet, dont notamment cette épaisse bordure inférieure. Et puisqu’il est le fruit de différentes époques, le Motorola RAZR dispose bel et bien d’un bouton d’accueil présent sur cette bordure.

RAZR is back pic.twitter.com/Smqpbw8yUi

— Marques Brownlee (@MKBHD) November 14, 2019

En ce qui concerne ses caractéristiques, le smartphone pliable de Motorola embarque une modeste batterie de 2510 mAh, un simple capteur photo de 16 mégapixels à l’arrière, un Snapdragon 710 couplé à 6 Go de RAM et 128 Go de stockage extensible via microSD. Des performances correctes mais moins haut de gamme que celles de ses concurrents dans le secteur très restreint des smartphones pliables, comme le Samsung Galaxy Fold ou encore le Huawei Mate X, dont la sortie est prévue le 15 novembre en Chine. Toutefois, le concept du Motorola RAZR est bien différent de celui de ses concurrents, puisqu’il est en réalité le vrai premier smartphone pliable, là où les smartphones de chez Samsung et Huawei s’engagent plutôt sur le secteur de la tablette pliable. Motorola a indiqué que son RAZR sera commercialisé en janvier 2020 au prix de 1499 dollars. Le constructeur n’a toutefois pas précisé si son smartphone allait sortir en France.

Google présente l’interface de Stadia sur smartphone et Android TV

Par Amandine Jonniaux
Crédits Google Stadia

Avec une sortie prévue le 19 novembre prochain, mais pour le moment réservée aux heureux possesseurs d’une édition Premiere et Founders, Google Stadia présente peu à peu l’étendue de ses fonctionnalités. Si les joueurs ont pu découvrir il y a peu la liste des douze jeux qui composeront le catalogue day-1, c’est aujourd’hui au tour de l’interface destinée aux smartphones et aux Smart TV de se dévoiler. Le site 9to5 Google relaye ainsi un aperçu de l’application Stadia sur smartphone. Depuis le menu, il est possible de sélectionner l’onglet “Choisir l’emplacement du jeu” pour diffuser une partie sur Chromecast ou directement depuis le téléphone. Pendant le chargement du jeu sélectionné, il est également possible de choisir en quelques clics la qualité du flux de diffusion ainsi que l’utilisation des données. À noter que pour la qualité visuelle, trois options sont proposées afin de gérer au mieux le débit existant, et que l’option choisie ne prendra effet qu’au prochain lancement du jeu.

Concernant la dimension sociale de Stadia, Google n’a évidemment pas oublié d’ajouter un accès à la liste d’amis de l’utilisateur, accessible directement depuis le menu via l’icône de contact situé dans le coin supérieur droit de l’écran. Comme sur Steam et la plupart des plateformes de gaming, il est également possible de définir son statut parmi les options En ligne, En veille, Occupé et Hors ligne. Côté smart TV aussi, Google semble décidé à nous offrir un léger aperçu du contenu qui sera proposé par Stadia d’ici quelques semaines. On découvre ainsi un menu latéral rétractable sur le flanc droit de l’écran qui permet de gérer à la fois les amis, les parties multijoueurs en ligne et les paramètres de jeu, tandis que la liste des titres disponible se situera sous le menu principal, dans un menu “Vos jeux” qui n’est pas sans rappeler l’interface actuelle de Netflix sur smart TV.

La santé des enfants est menacée par le réchauffement climatique

Par Felix Gouty

Les effets du réchauffement climatique continuent sans cesse de se montrer : actuellement à Venise, à cause de trop fortes précipitations, l’intérieur de la Basilique Saint-Marc est sous l’eau. Cependant, d’autres conséquences de ce changement planétaire ne sont pas aussi visuelles ou, même, pas encore visibles. Le dernier rapport annuel du Lancet, un collectif international de scientifiques et d’experts médicaux des Nations unies, met en lumière la gravité de ses effets secondaires plus insidieux, principalement sur la santé publique. En se basant sur des données concernant l’intensité des sécheresses, les rendements agricoles ou encore l’évolution de la consommation d’énergies fossiles, le Lancet a évalué les effets du réchauffement climatique sur la santé des générations futures, si les tendances ne s’inversent pas radicalement. « Sans une action immédiate de la part de tous les pays pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, les gains actuels en matière de bien-être et d’espérance de vie seront compromis et le changement climatique définira la santé d’une génération entière », prévient Nick Watts, directeur exécutif du rapport Lancet Countdown, dans un communiqué relayé par CNBC. En effet, le rapport estime notamment qu’un enfant né aujourd’hui vivra dans un monde dont la température moyenne sera augmentée de 4°C lorsqu’il fêtera ses 71 ans (ou plutôt « si jamais il fête ses 71 ans »). « Nous n’avons aucune idée de l’ampleur d’un tel changement en matière de santé publique mais nous savons que c’est catastrophique », ajoute Nick Watts.

Si, par exemple, la toxicité des gaz à effet de serre menacent directement le bon fonctionnement des poumons de millions de nouveaux-nés, le Lancet a aussi identifié des problèmes médicaux indirects. L’augmentation des températures et des précipitations a renforcé les populations de moustique, accentuant les risques de transmission de maladies comme la dengue – particulièrement dangereuse auprès des enfants. En l’occurrence, le rapport affirme que neuf des dix années les plus impactées par la dengue proviennent des deux dernières décennies. « Nos enfants reconnaissent déjà l’urgence climatique et demandent que nous les en protégions, déclare Hugh Montgomery, directeur de l’Institut pour la santé humaine de l’université-collège de Londres et co-auteur du rapport, sur Wired (dont l’article comporte une série de graphiques extraits du dit rapport). Nous devons les entendre et agir en conséquence ».

Playstation 5 : Sony dépose un mystérieux brevet pour une cartouche

Par Amandine Jonniaux
Crédits Let’s Go Digital

On savait déjà que Sony prévoyait encore un long avenir pour sa console de salon, la marque japonaise ayant déjà déposé plusieurs noms de marque jusqu’à la très lointaine PlayStation 10. Cette fois, c’est dans un avenir plus proche que le constructeur japonais pourrait faire parler de lui, avec un récent dépôt de brevet débusqué par le site Let’s Go Digital, et qui pourrait concerner directement la PS5, attendue pour la fin de l’année prochaine. Enregistré le 26 juin dernier à l’Institut national de la propriété intellectuelle brésilien, il semblerait en effet que Sony ait décidé de miser sur une cartouche de jeu.

Si l’information a de quoi surprendre, le document relayé par le média semble pourtant assez explicite. Imaginé par Morisawa Yujin, responsable produit chez PlayStation et Senior Art Director au département design de Sony, l’accessoire en question a eu le mérite de susciter pas mal d’interrogations chez les joueurs, qui s’imaginent déjà un retour au format cartouche, volte-face que Nintendo avait déjà opéré en 2016 avec la Nintendo Switch. À moins qu’il ne s’agisse d’un accessoire pour les nouvelles DualShock ou pour le casque PSVR, qui pourrait s’offrir une seconde vie sur la console next-gen de la marque. À noter qu’une autre hypothèse probable serait la possibilité d’ajouter des SSD physiques à la PS5, qui prendraient directement la forme d’une cartouche, et permettraient ainsi de compenser la gourmandise de certains titres, comme c’était récemment le cas du dernier Call of Duty, qui nécessitait plus d’une centaine de Go de MAJ à l’installation. En réalité, et avant une éventuelle officialisation, rien ne prouve que cette cartouche sera vraiment exploitée, puisque même si Sony décide de repartir sur ce type de support, il pourrait tout aussi bien s’agir d’un nouveau projet, comme le retour de la PS Vita.

Pour le prix Nobel de physique 2019, nous ne pouvons pas parler de « Big-Bang »

Par Felix Gouty
Schéma de la formation de l’univers selon la théorie du Big-Bang.

« Puis-je vous demander de ne pas utiliser le terme de Big-Bang imprudemment ? Il connote un événement et un lieu, or les deux sont faux », a indiqué James Peebles, lors d’une conférence scientifique à Washington relayée par Sciences et Avenir. Professeur en cosmologie, le chercheur américain a été pourtant récompensé par un prix Nobel de physique, cette année, pour ses travaux sur l’enfance de l’univers – souvent désignée par la théorie du Big-Bang. Cette dernière, dont le terme remonte à la fin des années 1940, regroupe toutes les hypothèses concluant que notre univers s’est formé à la suite d’une dilatation extrêmement rapide, à la manière d’une explosion. Cependant, pour le cosmologiste, elle ne mérite pas sa popularité : « il est malheureux qu’on parle du début, alors qu’en réalité, nous n’avons pas de bonne théorie d’une chose telle que le début ». Il rappelle que la science ne possède que des « fossiles » de ce qui peut s’apparenter aux premières secondes de l’univers mais aucune trace d’une quelconque « naissance ». Les plus vieilles particules d’Hélium jamais datées remontent à environ 14 milliards d’années. Aucune preuve attachée à l’hypothétique moment de l’apparition de l’univers n’a encore été découverte. « Nous n’avons pas de test solide pour ce qui s’est passé avant, affirme James Peebles. Nous n’avons que de belles théories, non-testées ».

Grand théoricien lui-même, le cosmologiste américain ne renie pas l’utilité de formuler des hypothèses mais préfère nuancer leur pertinence sur les connaissances scientifiques en général. De nouvelles hypothèses sont régulièrement avancées sur l’univers. Une des plus récentes est l’univers serait davantage sphérique que plat. En effet, selon de nouvelles données du télescope Planck, l’hypothèse d’un univers clos et donc sphérique serait 41 fois plus probable que celle, faisant jusque là consensus, (celle d’un univers plat). Quant à l’utilisation du terme « Big-Bang », James Peebles avoue que, compte-tenu de son immense popularité dans la sphère publique, il s’est malgré tout résigné à l’utiliser lui-même.

The Witcher : Netflix annonce une deuxième saison

Par marie
Crédit Netflix

The Witcher est probablement l’une des séries les plus attendues cette année. Adaptée d’une série littéraire d’Andrzej Sapkowski (publiée en 1990 et 2013), The Witcher va suivre les aventures de Geralt de Riv, dit le Sorceleur, dans un moyen-âge fantastique dramatiquement sombre, dont la noirceur fait écho à la série à succès Game of Thrones. The Witcher est prévu sur la plateforme pour le 20 décembre prochain. Netflix ne doute pas de l’éventuel succès à venir de la série. Le géant du streaming a déjà planifié une suite de cette épopée fantastique.

La réalisatrice et productrice déléguée Lauren Schmidt Hissrich a déclaré “Je suis très excitée qu’avant même que les téléspectateurs ne plongent dans la saison 1, nous soyons déjà en mesure de confirmer notre retour sur Le Continent afin de continuer à raconter les histoires de Geralt, Yennefer et Ciri, et mettre en valeur le travail incroyable de nos acteurs et de notre équipe.” Netflix a également partagé un tweet autour de la saison 2 à venir, accompagnée d’une photo présentant deux épées. “Epée dis-donc, c’est une bien bonne nouvelle ! The Witcher saison 2, prochainement.”

Epée dis-donc, c'est une bien bonne nouvelle !

The Witcher saison 2, prochainement. pic.twitter.com/ISb9NZ0XHg

— Netflix France (@NetflixFR) November 13, 2019

La production débutera en 2020 pour une sortie prévue en 2021. La deuxième saison, tout comme la première, comportera huit épisodes. Les acteurs principaux que nous découvrirons dans la première saison seront de retour pour la suite de ce conte épique, dont Henry Cavill (Man of Steel) dans le rôle principal du sorceleur, Anya Chalotra (The ABC Murders / Wanderlust) dans celui de Yennefer, et Freya Allan (The Third Day / Into The Badlands) dans celui de Ciri. Lauren Schmidt Hissrich, Tomek Baginski, Jason F. Brown, Sean Daniel, Mike Ostrowski, Steve Gaub et Jarosław Sawko seront les producteurs exécutifs de la prochaine saison. Mais chaque chose en son temps. La saison 1 de The Witcher est prévue pour le 20 décembre sur la plateforme Netflix. Et elle promet d’être ensorcelante.

Spotify s’allie à Magic Leap pour changer vos playlists grâce à la réalité augmentée

Par Felix Gouty
Crédits : Magic Leap.

Définir une chanson ou une playlist spécifique à chaque pièce de votre demeure, voilà ce que propose dès à présent le casque de réalités virtuelle et augmentée, Magic Leap One. Son constructeur, Magic Leap, s’est associé avec le géant du streaming musical, Spotify, pour élaborer cette option. La version en réalité augmentée de l’application Spotify est la première à exploiter une fonctionnalité spécifique au casque en question. Ce dernier peut en effet jouer de la musique en arrière-plan d’un jeu de réalité augmentée comme Angry Birds : First Person Slingshot. Une fois le casque Magic Leap One sur les yeux, et ses télécommandes en mains, l’utilisateur peut parcourir sa bibliothèque Spotify ou parmi ses playlists puis virtuellement attacher une chanson, un album ou une liste à un mur ou un meuble. A la manière d’un poster ou d’une pochette de vinyl, la couverte du single ou de la playlist reste comme accrochée à la surface ciblée. Lorsqu’il reviendra dans la pièce (toujours le casque sur le nez, c’est obligatoire), la musique sélectionnée se déclenchera et sera jouée en arrière-plan. A noter, cependant, que ce système ne profitera qu’aux détenteurs d’un abonnement Spotify Premium. Le casque Magic Leap One coûte du reste plus de 2 000 dollars. « Nous entrevoyons un jour, dans un futur pas si éloigné, où la réalité augmentée s’étendra au monde des podcasts, livres audio et sagas narratives, s’imagine cependant Magic Leap dans un communiqué de presse. Le lancement de l’application Spotify (en réalité augmentée) marque une évolution dans la manière de voir, d’entendre et de vivre la musique, les groupes et les artistes ». Affaire à suivre.

Netflix : La Légende de Klaus disponible gratuitement du 15 au 17 novembre

Par marie
Crédit Netflix

Winter is coming… Mais les fêtes de Noël aussi ! De quoi nous motiver à aimer l’hiver. Cette année, à l’occasion des fêtes de Noël, Netflix a “un petit (gros) cadeau pour vous”, comme l’a bien fait savoir la plateforme sur les réseaux sociaux. Même si vous n’êtes pas un fidèle de la plateforme, le géant du streaming fait un geste. Depuis ce matin et jusqu’au 17 novembre, la plateforme diffuse gratuitement La Légende de Klaus, un dessin-animé fait à la main en 2D. Une fois le 17 novembre passé, Klaus restera accessible aux abonnés.

Le film raconte l’histoire de Jasper, un facteur particulièrement maladroit envoyé sur une île complètement gelée et enneigée. Il va faire une rencontre qui va bouleverser le cours de l’histoire : Klaus. Klaus est un imposant menuisier solitaire avec une grosse barbe blanche qui fabrique des jouets. C’est dans la ville sinistre de Smeerensburg que Jasper et Klauss vont tenter de mettre de la couleur et de la lumière. A eux deux, ils vont livrer des cadeaux et répandre ainsi la magie des fêtes. Vous l’aurez compris, La Légende de Klaus parle des origines de Noël.

On a un petit (gros) cadeau pour vous. pic.twitter.com/uaPNnTZ1IP

— Netflix France (@NetflixFR) November 12, 2019

Ce long métrage animé est une création de Sergio Pablos, à qui on doit le scénario de Moi, Moche et Méchant et Yéti & Compagnie. L’acteur américain Jason Schwartzman (Rushmore / Slackers) prêtera sa voix à Jasper, Rashida Jones sera Alva, J.K Simmons incarnera Klaus, et Joan Cusack, Mrs Krum. Les voix françaises sont prêtées par Alex Lutz,(Jasper), Ludivine Sagnier (Alva), François Berléand (Klaus) et Karin Viard (Mrs Krum). La Légende de Klaus présente un rendu visuel attrayant qui n’a rien à envier aux productions animés en 3D. Ce petit conte de Noël semble particulièrement touchant et craquant.

Le Black Friday arrive sur GoodOffer24 : 30% de remise sur TOUS les logiciels – plus 40% de réduction sur Office 2019 !

Par Partenaire

On ne présente plus le Black Friday, cet énorme événement promotionnel créé aux États-Unis, qui est devenu depuis l’un des événements le plus important du e-commerce, notamment en préparation des achats de Noël.

GoodOffer24 n’est pas tout à fait étranger de ces grosses ventes saisonnières et se prépare déjà à la folie dépensière de cette année : du 12 novembre au 1er décembre, GoodOffer24 vous offre l’opportunité unique d’acheter les meilleurs systèmes d’exploitation et logiciels Microsoft de qualité à des prix incroyablement bas.

Pour vous aider à faire le meilleur choix, nous avons mis en avant certaines des produits les plus populaires proposés au du prochain Black Friday. Jetons un coup d’oeil aux offres exclusives et aux réductions proposées sur GoodOffer24.

Les promotions BLACK FRIDAY !

Profitez des meilleures offres du Black Friday chez GoodOffer24 !

SUPER PROMO BLACK FRIDAY : économisez jusqu’à 30% sur Windows 10, Office 2016 et plus, avec une remise spéciale !

Évitez les longues files d’attentes inutiles et économisez jusqu’à 30% supplémentaire lors de la mise à niveau des logiciels de votre ordinateur. Pour recevoir votre réduction spéciale, il vous suffit d’appliquer le code « JGBF30 » avant le paiement. Avez-vous déjà vu des prix aussi bas ?!

Clé CD Windows 10 Pro Professionnel (32/64 bits) à 8,98 €
LTSC Windows 10 Entreprise 2019 à 10,49 €
Clé CD Windows 10 Pro Professionnel (32/64 bits) (2 PC) à 15,39 €
Windows 10 Home (32/64 bits) à 9,37 €
Clé CD Microsoft Office 2016 Pro Professionnel Plus (1 PC) à 22,25 €
Microsoft Office 2016 (Famille et Étudiant – 1 utilisateur) à 18,89 €
Windows 10 Pro + Office 2016 Pro – Offre groupée à 26,59 €
Windows 10 Home + office 2016 Pro – Offre groupée à 25,19 €
Microsoft Office 365 (1 an) 1 périphérique (Windows) à 13,99 €

SUPER PROMO BLACK FRIDAY : économisez encore plus sur Office 2019 et tous les articles groupés – jusqu’à 35% de réduction !

En ce Black Friday, profitez d’un rabais supplémentaire de 40% en utilisant le coupon de réduction « JGBF35 » sur tous les produits Office 2019 :

Clé CD Microsoft Office 2019 Professional Plus (1 PC) à 38,99 €
Microsoft Office 2019 (Famille et étudiant / 1 utilisateur) à 18,19 €
Windows 10 Pro + Office 2019 Pro – Bundle à 42,24 €
Windows 10 Édition Familiale + Bureau 2019 Pro – Bundle à 40,94 €

Pourquoi choisir GoodOffer24?

GoodOffer24 est un magasin en ligne spécialisé dans la vente de clés de licences pour les logiciels Microsoft les plus répandus, comme Windows 10 Pro / Home, Windows 10 Entreprise, Office 2016/2019, etc.

Chez GoodOffer24, attendez-vous au meilleur service possible ! Immédiatement après votre commande, vous recevrez un e-mail contenant vos clés de produit sans avoir à attendre des jours. GoodOffer24 vous garantit la validité de toutes les licences et offre en plus une garantie d’un an, vous protégeant contre les coûts supplémentaires liés au remplacement ou à la maintenance du produit.

Derrière GoodOffer24, on retrouve une équipé très expérimentée impliquée depuis plus de 10 ans dans la vente de logiciels et de codes de jeux vidéo. Soyez assuré que vous serez entre de bonnes mains ! Mieux encore : GoodOffer24 dispose d’un service client en ligne disponible 24h/24h et 7j/7j. N’hésitez pas à les contacter à tout moment à l’adresse suivante : info@goodoffer24.com – ils se feront un plaisir de vous aider !

Microsoft xCloud confirme un lancement en 2020 et un gros catalogue de jeux

Par Amandine Jonniaux
Crédits xCloud

Après l’officialisation de Google Stadia et de son catalogue, qui comportera 12 jeux au moment de sa sortie, c’est désormais au tour de Microsoft de présenter officiellement le contenu de son nouveau service de jeu vidéo en streaming xCloud. La firme américaine a en effet profité de sa conférence X019 pour faire quelques annonces de taille concernant l’avenir de son positionnement vidéoludique, et elle entend visiblement s’imposer durablement sur le marché du cloud gaming. Lancée en 2020, la plateforme disposera ainsi de près de 50 jeux dès le premier jour – soit bien plus que Google Stadia, et proposera notamment Gears 5, Halo 5, Sea of Thieves, Forza Horizon 4 ou encore le très poétique Ori and the Blind Forest.

Baptisé Project xCloud, ce nouveau mode de jeu proposé par Microsoft ne bénéficie pour le moment d’aucune grille tarifaire, ni d’aucune date de sortie précise. Seule information notable à l’heure actuelle, on sait que l’entreprise envisage sérieusement une compatibilité avec les manettes DualShock de la PS4 de Sony en plus des contrôleurs Razer et Xbox One, ce qui devrait permettre à tous les joueurs de profiter de leurs jeux depuis leurs manettes préférées. Si pour le moment seuls les appareils Android sont concernés par la version bêta du service, une disponibilité PC est attendue d’ici l’année prochaine sur Windows 10, et il pourrait également être question d’une compatibilité sur les appareils de la marque à la pomme (iPhone et iPad), du moins si l’on en croit les déclarations de Catherine Gluckstein, directrice générale de xCloud au média américain The Verge. Attendue d’ici quelques mois au Canada, en Inde, au Japon et dans quelques pays européens, la plateforme ne devrait donc pas encore arriver de sitôt en France, qui semble décidément toujours à la traîne lorsqu’il s’agit de profiter en avant-première des nouveaux services web.

PornHub : Paypal coupe les ponts avec la plateforme

Par Remi Lou

Pornhub vient d’annoncer que PayPal ne pourra plus être utilisé pour rémunérer les internautes financés via ce biais sur la plateforme de vidéo pornographique, note Capital. Le géant du porno préconise désormais les trois moyens de paiement suivants : le virement bancaire, chèque, mais aussi la cryptomonnaie « Verge », au nom particulièrement adapté au secteur de la pornographie. Dans son communiqué, le site canadien se dit « dévasté » du retrait de PayPal, notamment car, selon Corey Price, vice-présidente de Pornhub, « plus de 100 000 acteurs en dépendent pour vivre ». À l’instar de YouTube, Pornhub propose en effet de rémunérer les créateurs de contenu via son « Model program », un équivalent à la monétisation du site de vidéo de Google. Ce programme permet ainsi à ses membres de toucher une partie des revenus publicitaires générés par la lecture de leurs vidéos sur Pornhub, voire de recevoir des dons des internautes sous forme de pourboire. Enfin, tout comme YouTube, les producteurs de contenus disposent d’un espace s’apparentant au Creator Studio qui permet d’accéder à des statistiques et à différents outils de partage.

Depuis cette nuit, ces derniers ne pourront toutefois plus recevoir de paiements via PayPal. La décision vient de la plateforme de paiement en ligne californienne, qui a décidé de suspendre tous les paiements en cours et de ne plus collaborer avec le site pornographique. « Suite à un examen, nous avons découvert que Pornhub traitait certains paiements professionnels via PayPal, sans avoir demandé notre permission. Nous avons pris des mesures pour empêcher ces transactions », a fait valoir l’entreprise dont les conditions d’utilisation proscrivent notamment d’agir « d’une manière constitutive d’obscénité ».

[Bon Plan] Free Mobile propose son forfait à 19,99 euros par mois + un Xiaomi MI A3 offert

Par Gregori Pujol

L’opérateur qui nous a habitué à des offres via le site Veepee, propose aujourd’hui son forfait Free à 19,99 euros (15,99 euros/mois pour les abonnés Freebox) + le smartphone Xiaomi MI A3  (valeur 199€) offert, le tout avec un engagement sur 24 mois… La carte SIM est en plus à 10 euros.

Accéder à l'offre

Offre valable du 14/11/2019 19h au 19/11/2019 6h, pour une nouvelle souscription exclusivement sur veepee.fr, réservée aux membres Veepee, à l’exclusion des membres ayant déjà bénéficié d’une offre promotionnelle mobile Free sur Veepee au cours des 13 derniers mois et ayant résilié leur ligne mobile Free dans les 30 jours qui précèdent cette souscription, limitée à deux offres par foyer (même nom, même adresse). La portabilité entrante du numéro après la souscription n’est pas accessible dans le cadre de cette offre promotionnelle. Carte SIM de 10 euros.

Durée d’engagement

Engagement 24 mois.

Détails du forfait

En France métropolitaine :
• 100 Go d’internet en 4G/4G+ et 3G, avec mobile 4G/4G+ (débit réduit au-delà)
 Appels illimités vers les mobiles et fixes de France métropolitaine, vers les mobiles Etats-Unis, Canada, Alaska, Hawaï, Chine (hors Taïwan, Hong Kong, Macao) et DOM (1) et vers les fixes de 100 destinations
 SMS illimités vers la France métropolitaine et les DOM
 MMS illimités vers la France métropolitaine
 Free WiFi illimité

Depuis l’étranger et DOM :
• Appels, SMS, MMS illimités depuis Europe et DOM vers les fixes et mobiles d’Europe, des DOM et de France métropolitaine et depuis les Etats-Unis, Canada, Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande et Israël vers les fixes et mobiles du même pays et de France métropolitaine.
 Internet 25 Go/mois depuis Europe, DOM, Suisse, Guernesey, Jersey, Ile de Man, Etats-Unis, Canada, Mexique, Brésil, Argentine, Algérie, Tunisie, Israël, Turquie, Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, Inde, Malaisie, Thaïlande, Sri Lanka, Bangladesh, Russie, Ukraine, Serbie, Monténégro, Biélorussie, Macédoine, Arménie, Géorgie, Kazakhstan, Pakistan, Ouzbékistan et Chine (hors Taïwan, Hong Kong, Macao) (au-delà : 0,0054€/Mo depuis Europe, DOM et facturation au tarif.

Et profitez de l’option Youboox One jusqu’au 31 janvier 2020
• Des dizaines de milliers de livres, pour tous les goûts.
• Sur mobile, PC, Tablette.
• Même hors connexion pendant 30 jours.

Stadia : Google fait le point sur les manettes compatibles

Par Felix Gouty
Crédits : Google.

C’est officiel : la manette Stadia, du système de cloud-gaming éponyme de Google, ne fonctionnera – sans fil – que sur un téléviseur. La firme de Mountain View l’a confirmé dans une fiche détaillée consacrée à la manette Stadia. Celle-ci ne sera utilisable, en l’état, qu’à travers le Chromecast Ultra lié à votre téléviseur (et, dans un premier temps, seulement avec le Chromecast vendu dans le pack Founders de Google Stadia). Pour jouer sur PC, via Google Chrome, ou sur l’un de ses smartphones sous Android, Pixel, il faudra se doter d’un câble USB et le brancher à la manette. Néanmoins, pas d’inquiétude, il sera possible de jouer sur Stadia avec d’autres manettes. Parmi les options possibles, on compte : le DualShock 4 de la PlayStation 4 de Sony, deux versions de la manette de Xbox One, la Xbox Adaptive et la manette de Xbox 360. La manette Switch Pro de Nintendo, ainsi que l’option plus classique du clavier et de la souris, seront cantonnées aux sessions de jeu sur PC. Enfin, un hic : seule la manette Stadia vous permettra de jouer sur un écran de télévision. Les détails de spécificités de connexion – en USB, en Bluetooth ou les deux – figurent dans le tableau ci-dessous.

Crédits : Google.

Selon les dires de Google, cette liste n’est que provisoire et d’autres manettes pourraient à terme fonctionner sur Stadia. Pour rappel, la plate-forme cloud Stadia sera lancée le 19 novembre prochain. Hier, de nouvelles informations avaient été dévoilées sur le fonctionnement de l’interface sous Android, donnant notamment accès à une personnalisation des flux vidéos.

Dragon Ball : Disney préparerait un film en live-action

Par Felix Gouty
Crédits : Toei Animation.

Essayez-vous encore d’oublier le désastre qu’était Dragon Ball : Evolution ? Si vous n’y parvenez pas, Disney va tout faire pour vous aider … ou en rajouter une louche. D’après le site We Got This Covered, le géant du divertissement américain préparerait non pas un film mais une série de films à gros budget adaptés du célèbre manga d’Akira Toriyama. Surtout, ce ou ces films seraient réalisés en « live-action » ou prises de vues réelles, et non en dessin-animé avec doublage ! Disney semble vouloir éviter le « white-washing » et se concentrerait sur un casting composé entièrement d’acteurs asiatiques. Soucieux de diversifier au maximum les contenus proposés par sa nouvelle plate-forme SVOD, Disney+, et donc son public, Disney s’allierait ainsi pour la première fois avec Toei Animation, le géant de l’animation japonaise, depuis 2014 et leur co-production de Marvel Disk Wars : The Avengers – un mélange de Pokémon et de l’univers des Avengers. Pour l’instant, rien dans cette rumeur n’indique qu’elle sera l’intrigue ou même le contexte – certainement celui de Dragon Ball ou de Dragon Ball Z – dans lequel le premier film inscrira son scénario. Pour rappel, dans l’actualité de la franchise nippone, le dernier jeu-vidéo retranscrivant l’arc DBZ des aventures de Son Goku à l’âge adulte, Dragon Ball Z : Kakarot, sortira le 17 janvier 2020.

Face au succès international du dernier film d’animation, Dragon Ball Super : Broly, sorti en hiver dernier au Japon et en mars 2019 en France, il n’est pas étonnant que Disney soit tenté de vouloir une part du gâteau. A noter qu’en juin dernier, les producteurs du film Broly évoquaient la préparation d’un autre film, sans indiquer concrètement sa nature. Peut-être parlaient-ils donc de ce projet fou qui se profile ainsi avec Disney …

Google combine ses outils Maps et Translate, et promet de nous faciliter les voyages

Par Amandine Jonniaux
Crédits TeroVesalainen via Pixabay CC

Depuis son lancement en 2004, Google Maps a considérablement facilité nos déplacements au quotidien, au point qu’aujourd’hui, le service de cartographie imaginé par le géant américain fait office à la fois de GPS et de carte routière. De son côté, Google Translate a mis plus de temps à s’imposer dans notre quotidien, mais se révèle au fur et à mesure de ses mises à jour et améliorations, de plus en plus précis et pratique. C’est donc finalement assez logiquement que l’entreprise de Mountain View a décidé il y a peu de coupler ses deux services, promettant ainsi à ses utilisateurs de faciliter leurs voyages à l’étranger, en s’affranchissant non seulement des contraintes géographiques, mais aussi de la barrière de la langue.

Relayée par le site de SlashGear, cette nouvelle promesse faite par Google consiste concrètement en la possibilité de traduire oralement et à l’écrit les noms de lieux où un utilisateur souhaite se rendre via Google Maps. De quoi faciliter la communication avec les locaux dans un pays étranger, et notamment avec les chauffeurs de taxi par exemple. La méconnaissance de la langue (parfois couplée à notre accent approximatif) rend en effet la communication parfois compliquée. Disponible d’ici la fin du mois sur iOS et Android, cette nouvelle mise à jour promet ainsi de s’avérer bien pratique, d’autant que comme le précise la société américaine, il ne sera pas nécessaire de définir au préalable les langues à traduire. Google se chargera en effet automatiquement de détecter les dialectes cibles en se basant à la fois sur la géolocalisation, mais aussi sur les paramètres du téléphone utilisé. À noter que si le déploiement initial ne devrait couvrir “que” cinquante langues, Google promet un enrichissement régulier de sa base de données.

Netflix : notre sélection de films de Noël à regarder au chaud

Par marie

The Holiday

Nancy Meyers propose dans cette comédie romantique, particulièrement rafraîchissante et touchante, un casting cinq étoiles composé de Kate Winslet (Titanic), Cameron Diaz (Mary à tout prix), Jude Law (Stalingrad) et Jack Black (Jumanji). The Holiday met en scène une américaine Amanda (Cameron Diaz) et une anglaise Iris (Kate Winslet), toutes deux en pleine déception sentimentale. Les deux jeunes femmes, sans se connaître, entrent en contact sur internet, et vont échanger leur maison pendant les fêtes de fin d’année, loin de la gente masculine. Mais il faut croire que les hommes sont partout. Amanda va rencontrer Graham et Iris va rencontrer Miles… The Holiday est un vrai petit bijou touchant, drôle et émouvant qui va vous redonner le sourire en cette fin d’année.

Yes Man

Carl Allen n’a qu’un seul mot à la bouche : non ! Il tente une expérience inconnue qui va changer sa vie : dire oui à tout. Et sa vie change radicalement. Carl, devenu adepte du pouvoir du “yes”, va voir sa vie professionnelle et sentimentale basculer du jour au lendemain : promotion, petite amie… Yes Man, qu’on prend plaisir à regarder, distille tout du long sa bonne humeur.  Le film de Peyton Reed (Ant-Man), donne le premier rôle à un Jim Carrey qui n’a pas perdu son humour. L’acteur charismatique a remporté le prix de la meilleure performance comique aux MTV Movie Awards 2009. Yes Man est une excellente comédie, parfaite pour passer de bonnes fêtes dans la joie et la bonne humeur.

Le Grinch

Après avoir dit oui dans Yes man, Jim Carrey bascule du côté obscur (voir notre critique du Grinch). Ce grincheux aux poils verts vit depuis plus de 50 ans dans une grotte, isolé de tous. Vivant seul dans sa haine, il veut priver les habitants de Whoville de fêtes de Noël. Mais, la fillette Cindy Lou, très courageuse, souhaite s’intéresser de plus près à celui que tout le monde considère comme un monstre. Un conte de noël particulièrement drôle et touchant, porté par un Jim Carrey brillant, dont la performance lui a valu un Golden Globes. Le film de Ron Howard a également remporté l’oscar des meilleurs maquillages.

Hook ou la Revanche du Capitaine Crochet

Peter Pan n’est plus l’enfant du pays imaginaire. Il a bien grandi et s’appelle Peter Banning. Devenu un brillant avocat, il a tout oublié de ses aventures à Neverland. Dommage pour lui, le Capitaine Crochet se souvient de tout et compte bien régler ses comptes. Un soir, le capitaine kidnappe les enfants de Peter. Ce dernier va s’envoler de nouveau au pays imaginaire pour sauver ses enfants. Steven Spielberg nous offre ici un Peter Pan revisité et nous berce ainsi dans un merveilleux conte, porté par l’acteur Robin Williams, Dustin Hoffman, Julia Roberts, Bob Hoskins et Maggie Smith. Dustin Hoffman, dans le rôle du capitaine Crochet a obtenu un Golden globes en 1992 pour son rôle. Quoi de mieux pour passer de bonne fête que d’aller au pays imaginaire ?

Klaus

Netflix a décidé d’offrir un cadeau à tout le monde (même ceux qui ne sont pas abonnés). Le service streaming diffuse son long-métrage Klaus, un dessin animé réalisé à la main. Jasper, un facteur, est envoyé dans un village complètement perdu. Il fait une rencontre qui va changer le cours du monde : Klaus, un homme solitaire avec une longue barbe blanche qui construit des jouets. Vous l’avez compris, il s’agit du père Noël. Le film est diffusé gratuitement du vendredi 15 au dimanche 17 novembre. C’est l’occasion de découvrir les origines de Noël et de voir comment le père Noël est devenu une légende.

Krampus

Tout le monde aime les fêtes de Noël. C’est généralement l’occasion de se retrouver en famille, de partager un bon dîner. Mais pour d’autres, c’est l’occasion de punir et de terroriser ceux qui n’ont pas été sages. C’est le cas de Krampus, un démon bien décidé à transformer Noël en enfer. Pour ceux qui recherchent du frisson pour Noël, ce conte horrifique va vous faire passer de terrifiantes fêtes. Krampus est une représentation du père fouettard qui terrorise au mois de décembre ceux qui n’ont pas été exemplaires. Pour les utilisateurs Netflix qui n’ont pas été sage en utilisant les comptes des amis sans payer, méfiez-vous.

Les Chroniques de Noël

Le père Noël existe. Teddy et Kate veulent le filmer le soir du réveillon. En voulant se faufiler dans son traîneau, ils le cassent. Afin de sauver Noël, les deux enfants se lancent dans une folle nuit accompagnée d’un père noël, inhabituel et atypique. Cette comédie va vous plonger dans un voyage féerique. Le rôle principal est tenu par Kurt Russel. Le cascadeur de Fast and Furious 8 nous livre ici un Père Noël en pleine forme et complètement déjanté. Une comédie très rafraîchissante à regarder le soir de Noël.

Et aussi :

  • Charlie et la Chocolaterie
  • Le Chat Potté
  • Shrek
  • La Famille Addams
  • The Santa Clause

Super Nintendo World : Le parc dévoile un nouveau concept art et des photos des travaux

Par Amandine Jonniaux

En marge des jeux vidéo régulièrement présentés par le constructeur japonais, Nintendo devrait aussi permettre à ses fans de profiter d’ici quelques mois d’un parc à thème particulièrement ambitieux au cœur des studios Universal Japan. Avec une ouverture prévue pour 2020 à l’occasion des Jeux olympiques de Tokyo, la zone présentée pour la première fois en 2015 a beau rester discrète, elle semble avancer de plus en plus concrètement. En plus d’un concept art inédit récemment partagé par le site Xtrend Nikkei, plusieurs autres visuels ont en effet fuité sur Twitter. Postés par un internaute visiblement bien informé, il s’agirait vraisemblablement de photos prises sur le lieu des travaux du parc.

Crédits Xtrend Nikkei

USJ新ホテル、リーベルホテルからの眺めが最高だった。噂の任天堂エリアも真正面! https://t.co/hZsdCJtyo6 pic.twitter.com/7pFTDIdRv9

— shoken@ビル景 (@bbbuilding100) November 6, 2019

Si le chemin semble encore long avant la fin des travaux, ces nouveaux visuels ont malgré tout le mérite de confirmer l’ampleur du projet, qui s’annonce assez bluffant visuellement. On y découvre ainsi ce qui s’apparente à un morceau de l’univers de Mario, avec drapeau de sauvegarde, blocs et plateformes à escalader. De son côté, le concept art présenté par Xtrend Nikkei dévoile à lui seul un bel aperçu des nombreuses zones qui devraient surplomber Super Nintendo World, avec notamment le château de Peach et la forteresse de Bowser. Autant d’éléments qui avaient déjà été dévoilés il y a déjà un moment, lors du leak d’une maquette du parc. Si l’on en croit les dernières informations dévoilées par le PDG d’Universal à propos du parc, des attractions dédiées à Yoshi et à Mario Kart seront également de la partie, et les joueurs pourront synchroniser leur expérience IRL sur console Switch grâce à un bracelet magnétique dédié.

Filmer vos trajets peut réduire votre prime d’assurance automobile

Par Felix Gouty

Se la jouer réalisateur de films « road trip » peut avoir ses bénéfices. Presque systématique dans les véhicules des autorités américaines ou russes, la « dashcam » fait aujourd’hui son entrée en France dans les voitures des particuliers. Caméra embarquée, fixée au tableau de bord ou au pare-brise côté intérieur, elle filme continuellement les trajets des automobilistes. Les enregistrements sont effacés au fil des jours sauf en cas d’accident. Au moment du choc, les dashcams actuelles sont capables de le détecter puis de sauvegarder l’enregistrement de l’accident directement sur l’ordinateur de l’utilisateur, via le cloud. Pour les assureurs et la police, ces caméras permettent de retranscrire plus objectivement la réalité des incidents de la circulation. Ainsi, plus de preuves sont mises à disposition pour, notamment, écarter les fraudes à l’assurance. L’intérêt, pour les particuliers, est budgétaire : la plupart des assurances qui préconisent l’achat et l’usage d’une caméra embarquée proposent des réductions de 10 à 15%, selon un récent reportage de France Télévisions. 35 000 automobilistes auraient déjà installé une dashcam, aux prix variants entre 60 et 200 euros, dans leur véhicule.

Pour Julien Gigogi, directeur technique d’une entreprise d’assurance auto, L’Olivier Assurance, la pratique fait d’ores et déjà ses preuves : les automobilistes « vont être un peu plus prudents parce qu’ils savent qu’ils sont filmés, donc la caméra va influencer leur comportement ». Après L’Olivier, A Comme Assure.com a, par exemple, annoncé offrir une réduction à la prime. Certes, un conducteur peut toujours éteindre la caméra pour masquer ses infractions ou tout simplement conserver les images prises par le caméra qu’ils jugent dommageables pour lui. Assureurs et autorité comptent donc sur des bonnes âmes pour populariser ce système. Selon Actu.fr, 1,2 millions de dashcams sont déjà collées au tableau de bord des britanniques.

Prise en Main : Le pack Founder’s Edition de Google Stadia

Par Anh Phan

Le lancement de Google Stadia est imminent et si on remonte à juin, le 7 juin très précisément, Google a mis en vente un pack pour accompagner la sortie de sa nouvelle plateforme de jeux-vidéo, Google Stadia.

Ce pack, le Founder’s Edition, comprenait non seulement une manette Stadia, mais aussi un Chromecast Ultra et trois mois d’abonnements à Google Stadia Pro. Pour ceux qui n’ont pas tout suivi, l’abonnement Google Stadia Pro coûte 9,99 euros par mois et permet d’avoir accès aux jeux en 4K 60fps HDR, pour peu que votre connexion suivent bien évidemment. Un abonnement basique Google Stadia arrivera dès 2020 et sera gratuit, il sera cependant limité à du Full HD.

Mais avant d’aller plus loin, quelques précisions. On ne va pas parler du service Stadia aujourd’hui parce qu’on a tout simplement un embargo et on vous donne rendez-vous le lundi 18 novembre à 18h pour notre test du service Stadia. A côté, il est bon de rappeler que Google Stadia n’est pas un « Netflix » du jeux-vidéo. En effet, alors que beaucoup font encore cet amalgame, il est bon de rappeler que Google Stadia est une nouvelle plateforme de jeux, au même titre qu’une nouvelle console. On pourrait résumer Stadia à une console en cloud, un peu comme Shadow qui est un PC en cloud.

Aussi, parce que Stadia reste une plateforme comme une console à part entière, il vous faudra acquérir les jeux. On reviendra d’ici lundi sur le sujet. Toujours est-il que nous avons reçu le pack Founder’s Edition et on voulait vous partager quelques photos du pack. Si le Chromecast est assez classique en soi, c’est la manette aujourd’hui qui nous intéresse. Si lors de l’annonce, on avait un peu peur du design et de la prise en main, on a été agréablement surpris puisque la manette Stadia est confortable en main et ne fait pas « cheap » comme on aurait pu le craindre, les boutons répondent bien et la course des boutons restent courtes en soi. En revanche, on trouve les boutons un peu trop bruyant, ce n’est pas discret dans un bureau 😛 . Les gâchettes sont souples et réactives, tout comme les sticks analogiques. J’avais des craintes également sur la croix directionnelle et finalement, elle est du même acabit que celle de la manette Xbox par exemple.

Pour accéder au service Google Stadia, je vous rappelle que la manette Stadia n’est pas une obligation et vous pourrez toujours utiliser une de vos anciennes manettes, en filaire ou en sans-fil. Tout est précisé ICI. En fait, la seule obligation de cette manette concerne l’utilisation de Google Stadia via le Chromecast Ultra puisque c’est la manette qui se connecte en WiFi pour envoyer les informations aux Chromecast via le réseau et non en connexion directe.

Le pack Founder’s Edition était disponible en précommande depuis le 7 juin 2019 au prix de 129 euros, ce qui donne un prix pour la manette assez raisonnable puisque les trois mois de Google Stadia Pro, c’est 29,97 euros et le Chromecast Ultra, c’est officiellement 79 euros.

Rendez-vous lundi 18 novembre 2019 à 18h pour notre test de Google Stadia.

Promo
Xbox Manette sans Fil pour...
  • Découvrez la nouvelle manette Xbox Sans Fil avec son design épuré et ses poignées antidérapantes élégantes pour un plus grand confort et de meilleures sensations
  • Enrichissez encore plus votre expérience grâce la personnalisation et réglages sur-mesure de vos boutons pour chacun de vos jeux et profitez d'une meilleure portée sans fil
  • Branchez votre casque stéréo compatible avec la prise casque stéréo 3,5 mm et profitez de la technologie Bluetooth pour jouer à vos jeux préférés sur les appareils Windows 10 PC, tablettes et téléphones
59,99 EUR −10,00 EUR 49,99 EUR
Vérifier le prix

Galerie

SpaceX prouve le recyclage de ses fusées avec le dernier lancement Starlink

Par Felix Gouty
Crédits : SpaceX.

SpaceX a prouvé une nouvelle fois que le recyclage des fusées est possible. La compagnie aérospatiale d’Elon Musk a réussi le lancement, lundi, de soixante nouveaux satellites Starlink depuis Cap Canaveral en Floride. Ces derniers ont rejoint une constellation d’autres satellites, constituant les premiers serveurs Internet en orbite autour de la Terre. Voué à un déploiement sur le territoire américain au cours de l’année 2020, le système Starlink serait le premier du genre. En octobre dernier, Elon Musk a testé, avec succès, la connexion Internet offerte par Starlink par le biais d’un tweet. SpaceX prévoit d’envoyer jusqu’à 40 000 satellites au fil des prochaines années pour compléter la constellation.

Ce qu’il faut surtout retenir de ce nouveau lancement reste la capacité de SpaceX a recycler ses lanceurs. Le Falcon 9, utilisé ici, a servi à trois précédentes missions de mises en orbite de satellites commerciaux. Pour le récupérer, en espérant pouvoir l’exploiter davantage, la compagnie a d’abord fait appel aux filets des barges « Ms. Tree » et « Ms. Chief » (des jeux de mots sur les termes anglais « mystery », ou mystère en français, et « mischief », ou sottises) tendus au-dessus de l’océan Atlantique pour intercepter les coiffes du lanceur. Puis, après avoir délivré sa cargaison à plus de 280 kilomètres d’altitude dans l’espace, le Falcon 9 est revenu sans encombre sur Terre, atterrissant à bord du navire « Of Course I Still Love You » (en référence au cycle de romans de science-fiction de La Culture d’Ian Banks) au large de la Floride. La réussite de cette opération apporte encore de l’eau au moulin de SpaceX. En effet, Elon Musk a récemment déclarer que sa fusée Starship était prête à partir pour la Lune d’ici 2022 et serait ré-utilisable.

Facebook Pay : un service de paiement en ligne pour Facebook, Messenger, Instagram et Whatsapp

Par Remi Lou
Crédits : Facebook

Ce n’est plus un secret, Facebook veut s’attaquer à votre portefeuille (numérique), notamment avec le Libra, sa cryptomonnaie maison. Pour autant, alors qu’il faudra attendre le printemps 2020 avant de mettre la main sur cette nouvelle devise, Facebook ne compte pas rester les bras croisés et dévoile un service plus traditionnel avec Facebook Pay. Il s’agit d’une plateforme de paiement en ligne pour régler ses achats sur la Marketplace du réseau social, ou encore transférer des fonds sur Facebook, mais aussi Messenger, Instagram ou encore WhatsApp. Le service sera déployé dans un premier temps aux États-Unis dès la semaine prochaine sur Facebook et Messenger. Aucune date de sortie n’a été communiquée pour l’Europe.

Compatible avec l’immense majorité des cartes de crédit et de débit, Facebook Pay sera également compatible avec PayPal et Stripe, avec lesquels le réseau social a collaboré pour créer ce nouveau service. Le but de la plateforme est d’harmoniser les différentes façons de payer sur les réseaux sociaux du groupe Facebook, et de proposer une sécurité accrue. Pour ce faire, la firme a mis en place de nombreuses sécurités, dont la nécessité de s’authentifier via la reconnaissance faciale ou le lecteur d’empreintes digitales de votre smartphone, mais aussi « une surveillance anti-fraude de nos systèmes pour détecter toute activité non autorisée » qui vous enverra une notification en cas de transaction inhabituelle.

Certains utilisateurs pourraient être freinés à l’idée de fournir leurs données bancaires à Facebook. La firme s’est néanmoins engagé à ne pas partager l’historique de vos achats aux annonceurs. En revanche, Facebook s’autorise à collecter certaines informations provenant de Facebook Pay afin d’affiner son ciblage publicitaire, bien qu’on ne sache pas de quelles données il s’agit. Notons pour finir que, comme le rappelle Facebook, le service de paiement n’a rien à voir avec le Libra.

Everwild, le nouveau jeu de Rare pour Microsoft mêlera la nature à la magie

Par Olivier

Le développeur britannique est à l’origine de classiques du jeu vidéo, comme Battletoads, GoldenEye 007, ou encore Banjo-Kazooie. À l’occasion de la conférence X019 de Microsoft, Rare a levé le voile sur son futur titre à destination des deux plateformes de l’éditeur de Redmond, la Xbox et de Windows 10 : il s’agit d’Everwild.

Exploration d’une nature exubérante

La bande-annonce inaugurale du jeu ne donne pas beaucoup d’informations sur le gameplay, mais ce qui est certain c’est que l’univers dans lequel se déroule Everwild ravira les yeux. Le joueur sera plongé dans une nature exubérante, remplie d’une faune mystérieuse. A priori, il faut s’attendre à un jeu d’exploration et d’aventure.

Everwild est assez éloigné de Banjo-Kazooie, au style plus cartoon et plus enjoué. Le jeu est toujours en développement, explique Craig Duncan le patron de Rare. À l’heure actuelle, le studio travaille sur la conception d’une « expérience » qui donnera aux joueurs de nouveaux moyens d’exploiter la nature et la magie. Une jolie note d’intention, mais il faudra voir ce que cela donne une fois le jeu terminé.

Car ni le studio, ni Microsoft n’ont donné de date de lancement du jeu. On comprend d’ailleurs que le développement a commencé il n’y a pas si longtemps : il faudra donc attendre encore de longs mois. Le dernier jeu de Rare pour la Xbox et Windows 10, Sea of Thieves, a marqué les esprits mais peut-être pas rameuté les foules.

Netflix produira une suite au Flic de Beverly Hills !

Par Olivier

Netflix n’a jamais peur des projets qui, sur le papier, ont une drôle d’allure. Le service de streaming a obtenu de Paramount l’opportunité de tourner un quatrième volet à la saga du Flic de Beverly Hills, et si les choses se passent bien, Netflix pourra même produire un cinquième épisode !

Une suite… et peut-être même deux

Pour l’occasion, le numéro un mondial du streaming ne fait pas les choses à moitié : Eddie Murphy, l’inoubliable interprète d’Axel Foley (le flic en question) et le producteur à succès Jerry Bruckheimer sont sur le pont pour aider au développement du projet. Il est plus que probable que l’acteur reprenne le rôle vedette, qui a contribué à l’explosion de sa popularité.

Le premier opus, réalisé par Martin Brest, remonte à 1984 ; le second a été tourné par Tony Scott en 1987. Enfin, l’ultime (jusqu’à présent) épisode, réalisé par John Landis, date de 1994. Une énorme franchise donc, dont on se demande quand même s’il fallait la sortir de la retraite. Mais ce n’est pas la première fois que Netflix mise sur Eddie Murphy : il est à l’affiche de Dolemite Is My Name, diffusé par le service en exclusivité.

Ce n’est pas la première fois que Netflix réussit un tel coup. Sortis de nulle part, les films Cloverfield Paradox et Annihilation ont connu une belle carrière sur le service, malgré des critiques pas toutes emballées. Mais contrairement à ces deux films que Netflix s’est contenté d’acheter une fois terminés, la suite du Flic de Beverly Hills sera complètement développée en interne.

Cloud gaming : Nvidia rappelle l’existence de GeForce NOW

Par Olivier

Le streaming de jeux vidéo n’est pas nouveau, qu’on se rappelle du service OnLive ou de Gakai, l’ancêtre de PlayStation Now. La technologie n’a cessé de s’améliorer, réduisant toujours plus la demande en bande passante et aujourd’hui, deux poids lourds s’apprêtent à se lancer : Google et Microsoft.

Nvidia déjà dans la place

Google mise tout sur Stadia, dont nous avons présenté une prise en main, et qui sera lancé le 19 novembre. Microsoft n’est pas en reste : le constructeur de la Xbox peaufine xCloud, sa propre plateforme de cloud gaming, qui ouvrira ses portes dans le courant de l’année prochaine. C’est toute l’industrie qui va surveiller de près ces lancements et leur réception auprès des joueurs.

Mais il ne faudrait pas pour autant oublier un autre acteur très important : Nvidia ! Alors que Google et Microsoft multiplient les opérations marketing, l’éditeur de GeForce NOW se rappelle à notre bon souvenir. Le service de streaming, qui est en bêta depuis plusieurs années, accueille des joueurs dont la bibliothèque typique compte plus de 50 jeux.

Un chiffre à mettre en regard du tout petit line-up de lancement pour Stadia (12 jeux pour commencer). Ce sera beaucoup mieux pour xCloud avec ses 50 jeux d’ores et déjà annoncés, même s’il faudra attendre 2020 pour y jouer. De son côté, Nvidia travaille déjà, depuis longtemps, avec les plateformes de distribution de contenus ainsi qu’avec les éditeurs des jeux. Plus de 200 titres sont compatibles GeForce NOW.

La plateforme de Nvidia a un autre avantage : elle fonctionne déjà à la perfection sur à peu près tous les PC et Mac existants, sans oublier la box Shield et les smartphones Android. De plus et ce n’est pas négligeable, l’accès est gratuit et on peut jouer tant qu’on veut sans rien payer, bêta oblige. Ça peut donc être intéressant d’y jeter un œil si on ne possède pas d’ordinateur très puissant mais qu’on souhaite quand même se faire plaisir avec des jeux récents.

Samsung : le futur Galaxy A51 se dévoile

Par Olivier

Et parmi ces appareils qui font moins de bruit mais qui restent plébiscités par les consommateurs, la gamme A tient une belle place. L’an dernier, Samsung nous gratifiait du Galaxy A50, le haut du panier du milieu de gamme du constructeur. Le successeur de ce modèle pourrait être dévoilé rapidement : une rumeur annonce en effet le Galaxy A51.

Un milieu de gamme très complet

C’est OnLeaks et Pricebaba qui font fuiter les premières informations sur ce futur modèle, notamment des rendus qui donnent une petite idée de ce que le Galaxy A51 aura dans le ventre. Il faut donc s’attendre à un grand écran qui prend le maximum de place en façade, avec des bordures de taille similaire de tous les côtés, sauf en bas où elle sera un peu plus grande (un classique pour ce type de design chez les constructeurs Android).

L’écran de 6,5 pouces est percé d’un trou discret pour la caméra à selfie. Le lecteur d’empreintes digitales devrait être placé sous l’écran. À l’arrière, on trouve un bloc photo intégrant le flash et quatre capteurs répartis en L : un appareil principal de 48 mégapixels, un grand angle de 12 mégapixels, un téléobjectif de 12 mégapixel (avec zoom optique x2) et un capteur 3D de 5 mégapixels.

Le Galaxy A51 devrait intégrer une batterie d’une capacité de 4.000 mAh. Un port USB-C et un port jack sont également présents. L’épaisseur de l’appareil sera comprise entre 7,9 mm à son point le plus réduit, de 8,5 mm au niveau du bloc photo. Ses dimensions seront de 158,4 x 73,7 mm. Samsung pourrait profiter du prochain MWC, en février, pour lancer ce nouveau modèle.

De fausses cornes de rhinocéros pour casser le marché noir

Par Olivier

Et puisque les prix pour ces cornes ne font qu’augmenter, alimentant ainsi un cercle infernal, la seule solution pourrait être d’inonder le marché de… fausses cornes ! C’est la loi de l’offre et de la demande : plus il y aura les produits recherchés, plus leurs prix baisseront, ce qui réduira à néant l’activité des braconniers.

Des cornes pour tromper les acheteurs

Mais avant de briser le marché illégal des cornes de rhinocéros, il faut produire des cornes de suffisamment bonne qualité pour tromper les vendeurs et les acheteurs. C’est là qu’entrent en jeu les chercheurs de l’université de Fudan, à Shanghai, aidés par leurs collègues de l’université d’Oxford. Ces derniers ont créé une technique de création de fausses cornes de rhinos à partir de poils de chevaux !

Il s’agit pour le moment de démontrer que l’idée est la bonne. Les poils de chevaux sont maintenus entre eux par une matrice de soie, qui imite le « composant collagène » que l’on trouve dans les cornes de rhinocéros. Par conséquent, il est très difficile de distinguer une vraie corne d’une fausse. Et c’est de cette manière qu’il sera possible de fausser le marché pour le réduire à néant. Et sauver les rhinocéros…

Il faut toutefois réussir à produire ces fausses cornes en volume, tout en restant bon marché et simple à fabriquer. Surtout, il importe de trouver un canal de distribution pour inonder le marché noir.

❌