Lateo.net - Flux RSS en pagaille (pour en ajouter : @ moi)

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierFramasoft - Changer le monde un octet à la fois

Un peu paumé avec Framalistes

Par @DrHouse sur Framacolibri - Latest topics

@DrHouse wrote:

Bonsoir
Je viens de créer une liste et je fais des tests
J’ ai un souci que je ne m’explique pas :

  • Config “qui a accès aux infos de liste” > Pour tous
  • blacklist vide
  • L’ incident Framalistes actuel concerne un ralentissement

Quand je teste “INFO ma-liste” sur sympa a partir d’ une boite mail voila le retour:
La commande a été rejetée :
INFO ma-liste
vous n’êtes pas autorisé à effectuer cette action

Plusieurs mails testés > même résultat

Merci de vos pistes de réflexion .

Bien cordialement

Posts: 3

Participants: 2

Read full topic

  • 23 novembre 2019 à 18:46

Commentaires sur Déframasoftisons Internet ! par Teppo

Par Teppo sur Commentaires pour Framablog

Bonjour Pouhiou et toute la bande Frama,

Merci pour cette longue réponse très utile.
Je comprends très bien la volonté pour une association modeste de ne pas héberger de grandes quantités de contenu, pour toutes les raisons que vous citez.
Ce qui me rend triste, c’est plutôt l’arrêt du développement des solutions alternatives à Google ou Microsoft que sont Framacalc et Framaslides, ou d’autres encore plus innovantes comme Framavectoriel. Si je me suis bien informé, ce type de solution n’existe pas chez Nextcloud, qui finalement ressemble plus à un Dropbox libre qu’à un Google libre. Or comme je vous l’écrivais dans mon premier message, La solution « hébergement simple » type Dropbox pose problème dans une entreprise qui se veut flexible et moderne, car elle nécessite pour bien fonctionner que chaque employé utilise la même version des mêmes logiciels, ce qui est toujours un casse-tête. Ca nécessite en général de gros investissements matériels: un collaborateur a besoin d’un nouveau logiciel qui ne tourne pas sur son PC, on lui achète un nouveau PC qui ne peut plus faire tourner d’autres vieux programmes, les différentes versions rentrent en conflit et on finit par remplacer tous les PC et racheter tous les programmes (même si on n’utilise que des logiciels libre, la mise à jour a toujours un coût en temps humain).
Je suis conscient qu’aucune association ou entreprise de la sphère du libre ne pourra pas égaler techniquement la solution « tout-en-un » de Google dans la décennie à venir, mais nous serions nombreux à accepter des solutions moins performantes (comme par exemple nous sommes nombreux à avoir migré de Word à LibreOffice malgré un retard technologique d’une dizaine d’années) pour apporter notre pierre à l’édifice du libre.
La seule condition pour que cela fonctionne, c’est qu’une association comme Framasoft, ou une autre, centralise les solutions existantes pour les rendres accessibles à tous les non-geeks en demande d’un monde virtuel libre et démocratique.

Bon courage à vous, de mon côté je vais continuer à chercher et peut-être qu’un jour j’arriverai enfin à faire tourner ma boîte en 100% libre… Je garde espoir!

  • 24 novembre 2019 à 22:35

Commentaires sur Déframasoftisons Internet ! par Teppo

Par Teppo sur Commentaires pour Framablog

Oups, apparemment je n’ai pas répondu au bon post! Pour ceux qui ne s’y retrouvent plus: mon post d’origine était juste en-dessous 🙁

  • 24 novembre 2019 à 22:38

SYMPHYTUM

Par SwitchApocalyps sur Framalibre - Annuaire du Libre
Catégorie : Bureautique - Tags : base de données, Gestionnaire de base de données

Symphytum permet de concevoir et d’éditer des bases de données maison de façon intuitive. Ce qui rend ce logiciel accessible à tous est l’interface claire qui guide pas à pas la création de la première base de données.

Le logiciel est libre et multi-plateforme (basé sur QT5 et SQLite pour gérer les données)

12 Modèles de champ peut être mis en place dans l’enregistrement (Texte, Case à Cocher, Images, Fichiers …)

Lien officiel
  • 24 novembre 2019 à 22:49

Khrys’presso du lundi 25 novembre 2019

Par Khrys sur Framablog

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes & violences policières

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

  • 25 novembre 2019 à 07:42

Mails vers Orange bloqués sur Framalistes

Par Incidents Framasoft sur Incidents Framasoft

Orange bloque temporairement les envois de mails Framalistes vers ses serveurs (orange.fr, wanadoo.fr…).

EDIT : Les envois ont repris depuis ±13h00. Les mails en attente étant nombreux, ceux-ci mettront du temps à être envoyés.

  • 25 novembre 2019 à 11:30

Mails vers Orange bloqués sur Framalistes

Par Incidents Framasoft sur Incidents Framasoft

Orange bloque à nouveau temporairement les envois de mails Framalistes vers ses serveurs (orange.fr, wanadoo.fr…).

  • 25 novembre 2019 à 15:15

Engorgement des mails sur Framalistes (https://status.framasoft.org...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

Engorgement des mails sur Framalistes

#framasoft #statutframasoft

Framalistes rencontre un engorgement des mails : ceux-ci sont envoyés au fur et à mesure mais cela entraîne des délais importants dans leur livraison.

  • 19 novembre 2019 à 16:20

Mails vers Orange bloqués sur Framalistes (https://status.framasof...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

Mails vers Orange bloqués sur Framalistes

#framasoft #statutframasoft

Orange bloque temporairement les envois de mails Framalistes vers ses serveurs (orange.fr, wanadoo.fr…).

  • 23 novembre 2019 à 11:50

Mails vers Orange bloqués sur Framalistes (https://status.framasof...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

Mails vers Orange bloqués sur Framalistes

#framasoft #statutframasoft

Orange bloque temporairement les envois de mails Framalistes vers ses serveurs (orange.fr, wanadoo.fr…).

  • 25 novembre 2019 à 12:10

Mails vers Orange bloqués sur Framalistes (https://status.framasof...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

Mails vers Orange bloqués sur Framalistes

#framasoft #statutframasoft

Orange bloque à nouveau temporairement les envois de mails Framalistes vers ses serveurs (orange.fr, wanadoo.fr…).

  • 25 novembre 2019 à 15:50

Changer d'instance

Par @jcp sur Framacolibri - Latest topics

@jcp wrote:

Bonjour, je me suis inscrit sur une instance où j’ai téléversé plusieurs vidéos. Or, cette instance doit être bientôt fermée. Je voudrais savoir s’il y a un moyen simple de transférer les vidéos hébergées sur une autre instance où je me serais inscrit ?
n’est-ce pas le rôle du bouton "changer de propriétaire qui figure dans la liste de vidéos ? Si oui, comment s’en sert-on ?
Merci

Posts: 6

Participants: 2

Read full topic

  • 25 novembre 2019 à 23:44

Framabook : on solde des livres

Par Magali Garnero sur Framablog

Des soldes ? !  Comme à Framasoft, on ne fait jamais comme tout le monde, on vous propose nos livres à prix soldés avant les fêtes de fin d’année, la chance !

<moment culture>
Les soldes consistent à vendre avec une réduction de prix des produits invendus et proposés à la vente depuis plus d’un mois. Dans le cas des livres, c’est plus compliqué : la loi Lang de 1981 encadre les soldes et ne permet de réduire les prix que pour les livres parus depuis plus de deux ans et en stock depuis plus de six mois.
</moment culture>

Autant dire que de nombreux Framabooks sont dans ce cas alors nous avons décidé, en accord avec nous-mêmes, de vous en faire profiter plutôt que de laisser la poussière s’installer dessus.

 

Mais comment acquérir ces fameux books de Framasoft ?

C’est simple comme de dire bonjour (bonjour !).

Une association au joli nom d’En vente libre propose de vendre les goodies de diverses associations, et donc ceux de Framasoft (vous trouverez les livres, mais aussi des tee-shirts, des autocollants ou le guide Libre association en couleur). Allez sur leur site, tapez « livre » dans la recherche et faites votre choix. Et comme on est décidément trop sympa, voici un lien pour vous faciliter le clic, sans oublier les BD de Gee.

Et voilà de nombreuses idées cadeau pour les anniversaires ou Noël à venir. Une pierre, deux coups (aïe) : un cadeau et un beau geste !

N’hésitez pas à faire un don au passage, c’est toujours agréable à recevoir…

  • 26 novembre 2019 à 07:45

Ce que Framasoft pourrait faire en 2020 grâce à vos dons

Par framasoft sur Framablog

L’éducation populaire au numérique, Peertube, Mobilizon, un service « tout-en-un »… Pour l’année 2020, nous avons encore de nombreuses envies… nous espérons que vous nous donnerez les moyens de les réaliser en rejoignant les donateurs et donatrices, et en tout cas nous sommes heureuses et heureux de vous faire part du petit programme que voici.

Cet article fait partie des « Carnets de voyage de Contributopia ». D’octobre à décembre 2019, nous y ferons le bilan des nombreuses actions que nous menons, lesquelles sont financées par vos dons (qui peuvent donner lieu à une réduction d’impôts pour les contribuables français). Si vous le pouvez, pensez à nous soutenir.

 

À Framasoft, nous ne gardons pas les deux pieds dans le même sabot. Si, parfois, nous prenons des chemins détournés (la route principale est tellement longue…) c’est parce que nous avons beaucoup de cartons avec plein de projets dedans. Lesquels choisir ? C’est ce genre de question qui nous occupe au moins autant que d’élaborer des stratégies pour les réaliser.

De l’éducation populaire aux enjeux du numérique

Le quotidien de Framasoft, ce sont de nombreuses interventions, ateliers, conférences, tables-rondes… c’est aller régulièrement à la rencontre de publics variés. Il s’agit pour nous de partager nos observations sur l’hégémonie des géants du Web et le monde que nous préparent les entreprises du Capitalisme de Surveillance. Nous proposons aussi des pistes d’émancipation numérique pour aller vers une société de contribution plutôt que de consommation.

La conférence de présentation des Carnets de Contributopia au Capitole du libre (novembre 2019)

Nous travaillons aussi, avec d’autres structures et collectifs, à faciliter l’adoption de pratiques numériques plus « saines ». Recenser les acteurs et actrices de la médiation au numérique libre, travailler sur des outils pratiques avec des fédérations d’éducation populaire ou des coopératives de formation, cela fait partie des actions que nous voulons poursuivre en 2020. Car l’association Framasoft, avec ses 35 membres, ne peut pas être partout, et n’a aucune envie d’être omniprésente ! C’est pour cela que nous essayons de partager notre expérience avec les personnes qui, quotidiennement, animent des actions d’éducation populaire, et sont au plus près des gens qui cherchent à reprendre le pouvoir sur leur vie numérique.

Un autre gros chantier qui nous attend en 2020, c’est de préparer la fermeture de certains services que nous hébergeons. Rappelons qu’il vous sera alors proposé d’accéder aux mêmes services, hébergés par des organisations qui partagent les mêmes valeurs. On le sait, c’est inconfortable d’entendre qu’il y aura un changement, même lointain, dans un paysage numérique où il est difficile de faire confiance et de changer ses habitudes. Nous voulons donc travailler à ce que les pages web qui vous redirigerons vers « la même chose, mais ailleurs » soient claires, et qu’elles vous mettent en confiance.

Voici, par exemple, ce que vous verrez si vous essayez d’aller sur notre moteur de recherche Framabee, récemment fermé.

Pour cela, nous souhaitons aussi continuer de nous investir dans le collectif d’hébergeurs alternatifs CHATONS. Nous avons envie de vous donner de bonnes raisons de faire confiance aux membres de ce collectif. Nous souhaitons que vous sachiez pourquoi vous pouvez leur confier vos données. Nous pourrons aussi contribuer à clarifier ce qu’offrent les hébergeurs de ce collectif, afin de vous permettre de trouver le service ou la structure qui corresponde le mieux à vos besoins.

Offrir à Mobilizon la v1 qu’il mérite

La mobilisation des efforts collectifs et des ressources, c’est tout le miel de la vie associative et de multiples formes d’interactions sociales. C’est la raison de Mobilizon. Notre vision pour ce projet est claire : offrir une alternative agréable aux événements, aux groupes voire aux pages Facebook. Nous aimerions réaliser un outil émancipateur pour les associations, les militant·es, les citoyen·nes… et toutes ces personnes qui dépendent encore de Facebook pour s’organiser ensemble.

Actuellement en version bêta, nous comptons développer :

  • l’aspect « fédération » de ce logiciel d’ici fin décembre ;
  • les fonctionnalités de pages et de groupes (avec messagerie, modération, outils d’organisation) au premier trimestre 2020 ;
  • les correctifs, les éventuels retards et les finitions qui stabilisent et documentent le logiciel, pour sa sortie prévue avant l’été 2020.

Afin que vous puissiez suivre ces développements en toute transparence, les mises à jour seront régulièrement visibles sur le site de démonstration test.mobilizon.org

Cliquez sur l’image pour découvrir le site de démonstration de Mobilizon, encore en version bêta.

Cette publication de la première version stable et publiquement utilisable de Mobilizon est un rendez-vous que nous ne voulons pas manquer. Nous souhaitons l’accompagner d’un outil qui facilite la compréhension de ce qu’est Mobilizon, comment ça marche, à quoi ça sert et à quoi ça ne sert pas. Pour y arriver, nous voulons prendre le temps de refondre complètement le site joinmobilizon.org, probablement sur le modèle du tout nouveau site web joinpeertube.org.

Financer les ambitions de PeerTube

Lors de la sortie de la version 2 de PeerTube, nous faisions le bilan de cette alternative libre et fédérée aux plateformes de vidéos telles que YouTube. Si nous venons de lui consacrer un an de développement sur nos fonds propres, c’est parce que nous croyons au potentiel émancipateur de cette solution. En 2020, nous souhaitons trouver les moyens d’accroître la popularité de PeerTube. Pour cela, nous aurons besoin de matériel (vidéos, illustrations, métaphores…) qui promeuvent les avantages d’un outil fédéré, ainsi que les fonctionnalités de PeerTube.

Et si on faisait plus de vidéos pédagogiques comme celle réalisée par LILA… ?

Nous envisageons aussi, pour 2020, d’animer une nouvelle collecte qui nous permettra de financer la version 3 de PeerTube. La liste des fonctionnalités que cette collecte financera n’est pas encore fixée, mais nous avons noté, grâce à vos retours (que vous pouvez proposer ici, sur notre forum), quelques idées…

Voici Sepia, la mascotte de PeerTube, par David Revoy (CC-By)

Tout d’abord nous pensons que PeerTube gagnerait beaucoup si on retravaillait son expérience d’utilisation et son interface. Nous constatons certains manques et points d’améliorations, mais nous pensons que le mieux serait de faire appel à des professionnels du design pour dresser un bilan et proposer des solutions.

Ensuite, le nouveau lecteur vidéo (le « HLS », celui qui est encore expérimental) offre de telles performances qu’il permet d’envisager le développement d’outils inimaginables pour PeerTube jusqu’alors. Par exemple, PeerTube pourrait offrir un outil de « Vidéo-Mix » (ou de « coupé-monté », pour les cinéphiles), où l’on crée une séquence en prenant 30 secondes de telle vidéo, 12 de telle autre puis une minute d’une troisième…

Enfin, la fonctionnalité qui nous fait rêver (et qu’on nous demande régulièrement), c’est la diffusion en direct. Avec du live-streaming, PeerTube ne marcherait pas seulement sur les platebandes du YouTube de Google, mais aussi sur celles du Twitch d’Amazon… Cette diffusion en direct devrait se faire de pair à pair, et ça, c’est un sacré défi technique !

Projet « cloud Framasoft » : un seul compte pour remplir la plupart des besoins

Depuis quelques années, le logiciel Nextcloud s’est grandement enrichi. Au départ, c’était une simple alternative aux Dropbox et autres GoogleDrive, pour sauvegarder et synchroniser des fichiers. Depuis, Nextcloud s’est augmenté de nombreuses applications pour faciliter la collaboration.

On peut y synchroniser ses contacts et ses agendas, travailler collaborativement sur des fichiers textes ou des tableurs (avec CollaboraOnline ou OnlyOffice), activer des visio-conférences ou des discussions par tchat, créer des formulaires basiques, y sauvegarder ses notes, ses images et ses listes, partager des albums photos, dessiner des cartes heuristiques (mindmaps), consulter ses flux RSS ou ses emails…

Le projet « cloud Framasoft » reposerait sur cette solution : une seule adresse, un seul compte à créer, et tous ces services sont à votre disposition. Afin de limiter les effets de centralisation vers nos services, nous envisageons de n’offrir que très très peu d’espace (quelques dizaines de mégas), juste assez pour une association qui veut collaborer sur quelques fichiers. Notre objectif est de vous faire découvrir cette solution, sans propager l’illusion que les ressources illimitées et gratuites, ça existe (ou que ce serait sain).

On est hyper fier·es de ce nom, facile à retenir et à retrouver sur Internet.

Pour les personnes qui, à un moment, se sentiraient à l’étroit, nous aimerions vraiment pouvoir développer un outil facilitant la migration de son compte vers un autre hébergement Nextcloud. Dans nos têtes, nous rêvons d’un « Votre compte cloud Framasoft vous plaît mais il est trop limité ? OK ! cliquez sur ce bouton pour déménager vers tel ou tel hébergeur alternatif ». Si nous pouvions nous rapprocher de cette simplicité…

Ouvrir une nouvelle porte vers le libre, oui, mais aussi vers la décentralisation !

Nous voulons, pour l’automne 2020, trouver les moyens d’accueillir toute personne, toute association qui voudrait avoir accès à une telle solution, quitte à se satisfaire d’un espace de stockage spartiate. Nous avons conscience que cela peut signifier accueillir des personnes par dizaines de milliers. Autant vous dire que cela représente un coût technique et humain, et donc financier, très important. Mais si vous nous en donnez les moyens, nous croyons que cela peut représenter une formidable porte d’entrée vers le Libre pour toute une population qui prend de plus en plus conscience des dangers que représentent les GAFAM.

La route est longue, alors libérons la voie

Si nous annoncions vouloir « Déframasoftiser Internet » et tourner certaines pages du passé, c’était justement pour faire de la place à des projets futurs. Cette année 2020 sera pour nous une année où nous voudrions poursuivre nos actions les plus émancipatrices (éducation populaire, Mobilizon…), tout en ouvrant de nouvelles portes vers le libre et l’autogestion (PeerTube v3, « cloud Framasoft »…). Nous en avons la volonté, il nous faut savoir si vous nous en donnerez les moyens.

Cliquez pour découvrir ce que l’on a fait, ce que l’on va faire, et nous soutenir si vous le désirez.

Si nous avons une telle liberté et une telle indépendance dans nos actions, c’est parce que certaines et certains d’entre vous nous font un don (et qui mieux est, un don régulier), et que l’ensemble de ces dons financent notre budget annuel. L’association Framasoft étant reconnue d’intérêt général, rappelons que pour les contribuables Français·es, un don de 100 € à Framasoft revient, après déduction fiscale, à 34 €… et ce même avec le prélèvement à la source. ;)

Cette année encore, nous ne voulons pas utiliser les mécanismes de la culpabilité ou de l’économie de l’attention pour vous « manipuler » vers un don. Nous pensons qu’il suffit de vous dire, concrètement : voilà ce que nous avons fait, voilà ce que nous voulons faire. C’est à vous de déterminer si cela vous inspire, et si c’est l’occasion de contribuer à nos actions par un don (pour qui le peut) ou en partageant notre appel aux dons (pour tout le monde !).

Nous vous faisons confiance.

 

Rendez-vous sur la page des Carnets de Contributopia pour y découvrir d’autres articles, d’autres actions que nous avons menées grâce à vos dons. Si ce que vous venez de lire vous plaît, pensez à soutenir notre association, qui ne vit que par vos dons. Framasoft étant reconnue d’intérêt général, un don de 100 € d’un contribuable français reviendra, après déduction, à 34 €.

Soutenir Framasoft

Illustration d’en-tête : CC-By David Revoy

  • 26 novembre 2019 à 08:55

What is Peertube's monetization plan for content creators?

Par @folaht folaht sur Framacolibri - Latest topics

@folaht wrote:

Is it going to be nothing?
Do we get ads?
Or are we going to get support buttons eventually?

Je personally would like to see monetary support buttons similar to like buttons avec stable cryptocoin coins as default like Tether and Euro stasis.

Posts: 4

Participants: 3

Read full topic

  • 26 novembre 2019 à 08:56

Éducation populaire aux enjeux du numérique, #Mobilizon v1, #PeerTu...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

Éducation populaire aux enjeux du numérique, #Mobilizon v1, #PeerTube v3 (avec live streaming ?), projet "cloud #Framasoft"...

Voici ce que nous voudrions faire en 2020, reste à savoir si vous nous en donnerez les moyens : notre liberté ne dépend que de vos dons. (à partager !)

https://framablog.org/2019/11/26/ce-que-framasoft-pourrait-faire-en-2020-grace-a-vos-dons/

#Libre #LogicielLibre #GAFAM

  • 26 novembre 2019 à 09:05

Commentaires sur PeerTube met les bouchées doubles pour émanciper vos vidéos de YouTube par Pouhiou

Par Pouhiou sur Commentaires pour Framablog

Décider d’un fonctionnement « fédéré par défaut », ce serait enlever le pouvoir de décision aux utilisateurs de PeerTube (ici, les personnes qui l’instellent sur leur serveur) pour le donner aux développeurs. C’est plutôt contraire à un fondamental du logiciel libre : ne pas laisser le pouvoir aux personnes qui codent !

Ici, par exemple, cela signifierait que l’Académie de Lyon ou la ville de Fontaine (qui ont leur instance PeerTube) auraient été directement fédérées et donc auraient montré sur leur site les vidéos de RicoStrongXXX (une instance de porn).

Si nous étions une multinationale avec des armées de travailleurs et travailleuses du clic à exploiter, nous serions en capaciter de prendre le pouvoir de décider à la place des admins de ces instance et de régler leurs problèmes selon nos critères.

Mais c’est justement ce que nous ne sommes pas, et ce que nous ne voulons pas être (et pas faire ^^).

Comme quoi, la voie de l’efficacité, la voie de la facilité, ce n’est pas toujours compatible avec les valeurs, et le tout reste de savoir où l’on fait des compromis et où on place le curseur.

  • 26 novembre 2019 à 10:15

Commentaires sur PeerTube met les bouchées doubles pour émanciper vos vidéos de YouTube par Pouhiou

Par Pouhiou sur Commentaires pour Framablog

Bonjour !

Les lois de la propriété littéraire et artistique ainsi que celles sur le numérique s’appliquent partout, et donc sur PeerTube. Pour faire appliquer la loi, il faut signaler une infraction, porter plainte et éventuellement (si parler ne suffit pas) attaquer en justice (la personne qui a publié la vidéo si on suspecte une contrefaction de la PLA, ou l’hébergeur qui n’a pas supprimé un contenu préalablement signalé comme illicite pour les lois sur le numérique).

Le truc, c’est que jusqu’à présent, les majors pouvaient aller frapper à la porte de YouTube, et utiliser leur poids pour avoir des droits facilités rien que pour eux sur cette plateforme unique, donc avoir droit à une « loi privée » (éthymologiquement l’origine du mot « privilège »). Avec PeerTube, il faudra passer par la loi publique, et non par la loi privée des privilégiés.

En ce qui concerne le protocole ActivityPub, il me semble que l’on respecte le protocole, mais qu’il y a de nombreuses zones où ce protocole n’est pas établi et où il a donc fallu trouver des façons de faire et des consensus. Après, honnêtement, ça dépasse mes connaissances, et le mieux pour en parler avec des personnes qui savent c’est d’aller sur notre forum 😉 !

  • 26 novembre 2019 à 10:23

Commentaires sur PeerTube met les bouchées doubles pour émanciper vos vidéos de YouTube par Pouhiou

Par Pouhiou sur Commentaires pour Framablog

Limiter le nombre d’inscriptions : il me semble que c’est déjà dispo. Renvoyer vers d’autres instances : c’est pour cela que l’on construit un catalogue d’instances détaillé, via le formulaire d’installation et https://joinpeertube.org 😉

  • 26 novembre 2019 à 10:24

Commentaires sur PeerTube met les bouchées doubles pour émanciper vos vidéos de YouTube par pyg

Par pyg sur Commentaires pour Framablog

Bonjour Dada,
Framasoft n’est pas une association de lobbying, justement, et on ne veut travailler que sur des partenariats « équitables » : si on va demander à des Youtubeur⋅euses de venir sur PeerTube, en dehors de nous faire passer pour une espèce de secte, cela nous place dans une situation (vécue de multiples fois) de soumission avec le Youtubeur qui se dit – plutôt légitimement – « Puisqu’on est venu me chercher, je vais leur demander telle ou telle adaptation ».

Or, non, on est pas une startup, on a pas de client, ni de donneurs d’ordre.

Nous on fait le projet logiciel et c’est déjà bien assez.

Les youtubeurs sont bien assez grands pour aller chercher (et trouver) l’info afin de voir si PeerTube leur convient. (A titre perso, je ne suis pas très à l’aise voir même gêné : à chaque fois que Bruce/e-penser vient râler légitimement sur le fonctionnement de Youtube, il reçoit plusieurs dizaines de commentaires lui disant « Va sur PeerTube ». Comme s’il n’était pas assez autonome pour voir si ça lui convient ou pas.)

Bref, on ne prend pas les gens pour des débiles, et ça inclut les Youtubeurs 🙂
On est pas là pour « pousser » PeerTube auprès d’un public. On croit en PeerTube (qui vient de fêter son premier anniversaire, donc qui est encore hyper jeune et perfectible), et on pense qu’il ne faut pas se précipiter.

Que celles et ceux qui sont intéressés viennent sur PeerTube, les autres n’ont ni tort, ni raison 🙂

  • 26 novembre 2019 à 10:26

Commentaires sur PeerTube met les bouchées doubles pour émanciper vos vidéos de YouTube par Pouhiou

Par Pouhiou sur Commentaires pour Framablog

Nous n’avons que 24h dans une journée, et plus de 50 projets à maintenir/faire avancer pour 35 membres d’une association loi 1901. Donc oui, l’idée est vraiment bonne, et perso j’aimerais tellement voir le projet Yacy arriver à une utilisation mainstream.

Mais je dois encore penser à dormir, à manger, à mon chéri et à mon potager… Donc si toi de ton côté tu as du temps et de l’énergie dispo, vas-y, mets en place les conditions pour que ton idée se réalise, sinon c’est pas grave, on ne fait que de son mieux, et c’est déjà très beau !

  • 26 novembre 2019 à 10:27

Commentaires sur PeerTube met les bouchées doubles pour émanciper vos vidéos de YouTube par Pouhiou

Par Pouhiou sur Commentaires pour Framablog

Créer une modération de la liste des instances nous pose deux problèmes.

Le premier, tu l’as deviné, c’est le boulot que ça demande, et nous n’en avons humainement ni le temps ni les énergies.

Le second, c’est la prise de pouvoir : qui décide de quels contenus sont problématiques ou pas ? Dans le cas d’une instance négationniste, platiste, etc. je vois bien, mais… que faire quand un·e (ou une poignée) des dizaines de personnes interviewées par une chaîne est un faf notoire ? Que faire des instances de travailleurs et travailleuses du sexe ?

L’idée derrière le logiciel libre, c’est de ne pas laisser trop de pouvoir aux codeurs et codeuses. Comme Framasoft développe PeerTube (et que « le code fait loi »), nous avons déjà beaucoup de pouvoir d’agir. Ce pouvoir est tempéré, hein (par notre modèle économique, on dépend des dons donc de l’écoute avec nos donateurs et donatrices, et par notre modèle de production contributive, où si un grand nombre de personnes n’est plus d’accord avec notre choix iels peuvent forker).

Cependant, prendre le pouvoir de modérer les instances dans la liste serait trop pour nos maigres épaules, et nous ne voulons pas user de ce pouvoir (sauf cas exceptionnels, et là encore, je me questionne).

Du coup, et désolé de renvoyer chacun·e à ses propres responsabilités, mais si un nombre de personnes veulent qu’une liste modérée d’instance voit le jour, le mieux c’est encore de la faire, de construire sa légitimité (par exemple en créant un collectif large aux valeurs affichées et aux règles transparentes), et de l’imposer de facto…

Vraiment, ça me gonfle moi-même de sortir l’argument libriste à deux sesterces « juste fais-le », mais comme Framasoft n’est pas un google aux moyens et à l’appétit illimité, il faut trouver un autre modèle où on ne cumule pas les injonctions sur notre dos, ce qui veut dire partager les devoirs, les tâches, les exigences, les attentes…

  • 26 novembre 2019 à 10:41

Commentaires sur PeerTube has worked twice as hard to free your videos from YouTube ! par Pouhiou

Par Pouhiou sur Commentaires pour Framablog

Our goal is to separate the technical tool to host and broadcast online videos and tools to monetize.

Because (and that’s really important): the huge majority of online videos are not uploaded to be monetized (online courses, products demonstrations, hobby sharing, cultural sharing, etc.). Actually, monetized videos and youtubers are only the visible tip of the online video iceberg.

That being said, every PeerTube video page displays a « support » button where the video uploader can put whatever they want (it need to be activated and set by the uploader on their channel).

There is a plugin system for those who want to code&implement ads/donations/merchs plugins (note that plugin can only be activated by instance admin, though).

We think that making a solution that does not focus on monetizing but on video broadcasting is a game changer, even more when monetization is not out of the equation (it just need to be done by those who really wants it).

  • 26 novembre 2019 à 10:54

Commentaires sur PeerTube has worked twice as hard to free your videos from YouTube ! par Pouhiou

Par Pouhiou sur Commentaires pour Framablog

It looks like a triforce to me… but I won’t say more: copyright infringement is way more scarier than illuminatis 😉

  • 26 novembre 2019 à 10:59

Commentaires sur Ce que Framasoft pourrait faire en 2020 grâce à vos dons par lareinedeselfes

Par lareinedeselfes sur Commentaires pour Framablog

Juste un mot pour toi Framasoft :
MERCI !

*Sans vouloir vous couper dans votre élan ,on sait bien toute l’énergie que vous mettez dans vos projets alors n’oubliez pas de prendre soin de vous . Les petites cuillères sont bien pour touiller son café, mais pas terrible pour ramasser les gens !
Pleins de dataloves sur vous
Plein de bonheur pour nous à essayer tout ça 🙂

  • 26 novembre 2019 à 11:35

Nouvelle année scolaire, nouvelle version de Framinetest!

Par @Sangokuss Frédéric Véron sur Framacolibri - Latest topics

@Sangokuss wrote:

Bonjour à toutes et tous !

:tada: Voilà, le serveur est à nouveau en route :sunglasses:

Quelques nouveautés en vracs :

  • Passage à la version 5 de Minetest (attention, cela nécessite donc l’utilisation d’un client également en version 5 :wink: ),
  • Nouveau pack de textures,
  • Mise à jour de la liste des mods…

Pour information :
Ce weekend j’étais au CERN (à Genève) pour y faire une conférence sur Minetest et ses usages pédagogiques et comme un bonheur n’arrive jamais seul, j’ai pu rencontrer et bosser avec Andrews, le “dev core”. Et voici ce qui va arriver : une première version de l’interface de “Classroom”, accessible via l’inventaire du jeu !

En résumé, elle permettra aux enseignants (mais pas que !) :

  • de lister les joueurs en ligne,
  • de lister leurs privilèges (et de les modifier),
  • de gérer des droits différenciés entre les joueurs,
  • d’importer des classes via *.csv,

D’autres améliorations sont prévues, mais si vous avez des idées, remontez les moi !

Bons tests ! :slight_smile:
Sangokuss

Posts: 21

Participants: 5

Read full topic

  • 26 novembre 2019 à 20:07

La galerie photographique de Framinetest ! 2015-2019

Par @Sangokuss Frédéric Véron sur Framacolibri - Latest topics

@Sangokuss wrote:

Bonjour à toutes et tous !

Je me suis dis qu’il pourrait être intéressant de partager avec vous mes captures d’écran de l’évolution de Framinetest…

2015…

2019…

Je vais en ajouter peu à peu au fur et à mesure que je les centralise (j’en ai un bon paquet !). Ce qui est bien, c’est qu’elles sont datées pour la plupart.

Enjoy :sunglasses:
Sangokuss

EDIT : vous pouvez poster les vôtres ici aussi ! Partageons :wink:

Posts: 6

Participants: 2

Read full topic

  • 26 novembre 2019 à 21:23

[28/11/2019] Mise à jour de Framatalk (https://status.framasoft.or...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

[28/11/2019] Mise à jour de Framatalk

#framasoft #statutframasoft

Jeudi 28 novembre, à partir de 8 heures, nous mettrons à jour Framatalk. La coupure ne devrait pas excéder 30 minutes.

  • 27 novembre 2019 à 09:40

Appli pour gérer les achats hebdo en magasins pour Android

Par @SamWise sur Framacolibri - Latest topics

@SamWise wrote:

Bonjour,
ça peut paraître bête mais je cherche une appli sous Android pour gérer mes achats hebdomadaires en magasins. Surtout une appli qui soit pas à la mode “si c’est gratuit c’est vous le produit”. Donc qui est bourrée de pubs et récupère les données persos. Je suis prêt à payer pour une appli qui répond à ces critères. Vous en connaissez ?
Merci.
Sam(Wise).

Posts: 14

Participants: 6

Read full topic

  • 27 novembre 2019 à 20:19

Appli ICE/ECU secourisme pour smartphone sous Android

Par @SamWise sur Framacolibri - Latest topics

@SamWise wrote:

Bonjour,
je cherche un appli ICE (In Case of Emergency) / ECU (En Cas d’Urgence) pour smartphone sous Android.
Prêt à payer pour une bonne appli qui fonctionne bien, efficace, sans pubs et sans récup des données persos.
Vous en connaissez ?
Merci.
Sam(Wise).

Posts: 1

Participants: 1

Read full topic

  • 27 novembre 2019 à 20:23

Ajouter à mon agenda - doublon?

Par @Lahax sur Framacolibri - Latest topics

@Lahax wrote:

Bonjour,
Je viens de rejoindre ce forum, je trouve Mobilizon très, très bien :smiley:

Pour l’instant j’ai juste remarqué que “ajouter à mon agenda” apparaît à deux endroits, à coté de la date et heure de l’évènement puis plus bas en gros. Est-ce volontaire?

Merci!

Alexandra

Posts: 2

Participants: 2

Read full topic

  • 27 novembre 2019 à 22:59

Mails vers Yahoo bloqués sur Framalistes (https://status.framasoft...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

Mails vers Yahoo bloqués sur Framalistes

#framasoft #statutframasoft

Yahoo bloque temporairement les envois de mails Framalistes vers ses serveurs (yahoo.fr, aol.com…).

  • 28 novembre 2019 à 05:40

[09/12/2019] Mise à jour du système d'exploitation du serveur des...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

[09/12/2019] Mise à jour du système d'exploitation du serveur des instances mensuelles et semestrielles de Framapad

#framasoft #statutframasoft

Lundi 9 décembre, à partir de 8 heures, nous mettrons à jour le système d'exploitation du serveur des instances mensuelles et semestrielles de Framapad. Cela impactera les services suivants : - https://mensuel.framapad.org - https://semestriel.framapad.org Les bases de données étant très volumineuses, la coupure pourrait durer jusqu’à 24h. Veillez à récupérer le contenu de vos documents avant le 9 décembre si vous en avez besoin !

  • 28 novembre 2019 à 07:20

[11/12/2019] Mise à jour du système d'exploitation du serveur des...

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

[11/12/2019] Mise à jour du système d'exploitation du serveur des instances annuelles de Framapad

#framasoft #statutframasoft

Mercredi 11 décembre, à partir de 8 heures, nous mettrons à jour le système d'exploitation du serveur des instances annuelles de Framapad. Cela impactera les services suivants : - https://annuel.framapad.org - https://annuel2.framapad.org Les bases de données étant très volumineuses, la coupure pourrait durer jusqu’à 24h. Veillez à récupérer le contenu de vos documents avant le 9 décembre si vous en avez besoin !

  • 28 novembre 2019 à 07:20

Héberger Wordpress

Par asimon sur Framalibre - Annuaire du Libre
Catégorie : Cloud/webApps - Tags : blog, hébergement

Il y a deux possibilités principales d'utilisation de Wordpress:
Via la plateforme wordpress.com où vous pouvez héberger votre site; il faut alors se créer un compte, choisir un plan tarifaire allant actuellement de gratuit à 45 € par mois, et suivre le guide pour construire le site.
Ou en obtenant une copie gratuite de Wordpress sur wordpress.org, pour laquelle il vous faudra choisir un hébergeur, qui peut être vous-même si vous en avez les moyens techniques. La construction du site est alors entièrement à votre charge: il vous faudra choisir un thème et une mise en forme du contenu. L'association de votre site avec un compte wordpress.com gratuit peut offrir des possibilités complémentaires. Certains hébergeurs proposent une installation préconfigurée de Wordpress.

  • 28 novembre 2019 à 10:17

Groupe Utilisateurs Linux au Rwanda?

Par @GiuliaC sur Framacolibri - Latest topics

@GiuliaC wrote:

Bonjour,

Pour une journaliste au Rwanda, je recherche un GUL sur place pour l’aider.

La liberté de la presse au Rwanda, comment dire :thinking::thinking:

Merci d’avance

Posts: 1

Participants: 1

Read full topic

  • 28 novembre 2019 à 12:13

Mail auteur documents partagés visible publiquement (FRAMALISTES)

Par @DrHouse sur Framacolibri - Latest topics

@DrHouse wrote:

Bonjour . Dans les documents partages l’adresse mail de l’auteur est visible .
Pour les dossiers réservés aux inscrits c’est pas bien grave mais pour les documents publics ?! . Peut-on remédier a ce problème sans déranger le list-master ? J’ai pas trouvé.
Amicalement .

Posts: 3

Participants: 2

Read full topic

  • 28 novembre 2019 à 13:20

Un Savoyard se présente!

Par @manudu73 sur Framacolibri - Latest topics

@manudu73 wrote:

Pourquoi ce pseudo ?
c’est un bout de moi et de ma région ! :joy:

Qu’est-ce qui t’a poussé à venir par ici ?
Utilisateur depuis date de linux, j’ai commencer a me créer un site mais celas me convenait pas du faite que la vie priver des utilisateur et ceux de mon site n’était pas respecter, donc petit a petit en fessant des recherche je suis tomber sur Famasoft !

D’ailleurs, qu’est-ce que tu sais faire / veux apporter ?
J’ai commencer avec Llinux dans les années 90, le test de distributions ou logiciel libre pour les essayer mais rien de plus , je n’ai aucunes compétence en codage :expressionless:
la seule chose que je sache faire c’est tester ,essayer … et dire ce que je ne comprends pas, et a la rigeur aider dans le fonctionnement d’un logiciel mais c’est tout !

Sinon, le Libre, c’est quoi pour toi ?

  • le partage des connaissances .
  • L’entraide
  • permettre à tout un chacun d’apprendre, de comprendre et de s’approprier les connaissances en fonction de ses compétences
  • Et surtout des logiciels, efficace, fiable et robuste, dans le respect de la vie privée contrairement au logiciel privatif:thinking:

Et sur ton temps libre, tu aimes faire quoi ?

  • installer des distributions linux, tester, et paramétrer a mon gouts
  • Aider les autres dans la résolutions de problèmes informatiques

Tu nous conseilles quel logiciel/distro/oeuvre/service libre, là, comme ça ?

  • je ne conseille pas de distro spécifiquement , chacun peut trouver celle qui lui plaît, avec chacunes leurs spécificité cependant pour de grand débutant ou frileux a linux j’en conseillerais que 3. Réssament j’ai remplacer windows 7 sur le pc a un membre de ma famille et en ai conquis, et surprenant il le préfère a Windows !

Tu as testé les smiley du site ? Non parce que là c’est le moment :beginner: !
Oui lors de la rédactions de ce post ! :wink:

Pour finir, une citation, un joli mot ou une devise qui pète bien ?
“c’est pas parce qu’on ne sait pas faire qu’il ne faut pas essayer

Posts: 8

Participants: 5

Read full topic

  • 29 novembre 2019 à 00:10

Débutant sur framasite

Par @manudu73 sur Framacolibri - Latest topics

@manudu73 wrote:

Bonjour, je créais ce poste, car je souhaite créer un site avec une certaine idée et présentation de ce dernier mais je ne sait pas par quoi commencer, site onepage, blog, wiki ou usage avancer, donc je vais commencer par le début je sait pas si auras un impact sur le choix de l’un des 4 mais n’y connaissant rien en codage celas es une grande découverte pour moi je fait appel a vos conseils, donc voilà

quel type de site doit je prendre pour créer un site avec une menu liste (de haut en bas) et non en ligne, :thinking:

  • et quel type de site doit je prendre pour créer un site donc l’url reste identique malgré les différentes pages :thinking:

Posts: 1

Participants: 1

Read full topic

  • 29 novembre 2019 à 00:31

Hold-up sur les données de santé. Patients et soignants unissons-nous

Par Framatophe sur Framablog

L’Association Interhop.org est une initiative de professionnels de santé spécialisés dans l’usage et la gestion des données de santé, ainsi que la recherche en machine learning dans de multiples domaines médicaux. Aujourd’hui, en leur donnant la parole sur ce blog, nous publions à la fois une alerte et une présentation de leur initiative.

En effet, promouvant un usage éthique, solidaire et intelligent des données de santé, Interhop s’interroge au sujet du récent projet Health Data Hub annoncé par le gouvernement français pour le 1er décembre prochain. Devons-nous sacrifier le bon usage des données de santé sur l’autel de la « valorisation » et sous l’œil bienveillant de Microsoft ? Tout comme dans l’Éducation Nationale des milliers d’enseignants tentent chaque jour de ne pas laisser le cerveaux de nos enfants en proie au logiciels fermés et addictifs, il nous appartient à tous de ne pas laisser nos données de santé à la merci de la recherche de la rentabilité au mépris de l’éthique et de la science.

Hold-up sur les données de santé, patients et soignants unissons-nous

Par Interhop.org

La plateforme nationale des données de santé ou Health Data Hub, pour les plus américains d’entre nous, doit voir le jour d’ici la fin de l’année. Il s’agit d’un projet qui, selon le Ministère de la Santé, vise à « favoriser l’utilisation et multiplier les possibilités d’exploitation des données de santé » en créant notamment « une plateforme technologique de mise à disposition des données de santé ».

Or, à la lecture du rapport d’étude qui en détermine les contours, le projet n’est pas sans rappeler de mauvais souvenirs. Vous rappelez-vous, par exemple, du contexte conduisant à la création de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) en 1978 en France ? L’affaire a éclaté en mars 1974, dans les pages du journal Le Monde. Il s’agissait de la tentative plus ou moins contrecarrée du projet SAFARI (Système Automatisé pour les Fichiers Administratifs et le Répertoire des Individus) visant à créer une banque de données de tous les citoyens français en interconnectant les bases de plusieurs institutions grâce à un numéro unique d’identification du citoyen : le numéro de Sécurité Sociale.

Ce scandale n’était pourtant pas inédit, et il ne fut pas le dernier… À travers l’histoire, toutes les tentatives montrent que la centralisation des données correspond à la fois à un besoin de gouvernement et de rentabilité tout en entamant toujours un peu plus le respect de nos vies privées et la liberté. L’histoire de la CNIL est jalonnée d’exemples. Quant aux motifs, ils relèvent toujours d’une très mauvaise habitude, celle de (faire) croire que la centralisation d’un maximum d’informations permet de les valoriser au mieux, par la « magie » de l’informatique, et donc d’être source de « progrès » grâce aux « entreprises innovantes ».

Concernant le « Health Data Hub », il s’agit d’un point d’accès unique à l’ensemble du Système National des Données de Santé (SNDS) issu de la solidarité nationale (cabinets de médecins généralistes, pharmacies, hôpitaux, Dossier Médical Partagé, registres divers et variés…). L’évènement semble si important qu’il a même été annoncé par le Président Macron en mars 2018. Par ailleurs, il est important de pointer que le SNDS avait été épinglé pour l´obsolescence de son système de chiffrement en 2017 par la CNIL.

De plus, l’infrastructure technique du Health Data Hub est dépendante de Microsoft Azure. Et ce point à lui seul soulève de grandes problématiques d’ordre éthique et réglementaire.

Alors que le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) protège les citoyens européens d’un envoi de leurs données en dehors du territoire européen, la loi Américaine (Cloud Act) permet de contraindre tout fournisseur de service américain à transférer aux autorités les données qu’il héberge, que celles-ci soient stockées aux États-Unis ou à l’étranger.

Entre les deux textes, lequel aura le dernier mot ?

Les citoyens et patients français sont donc soumis à un risque fort de rupture du secret professionnel. La symbolique est vertigineuse puisque l’on parle d’un reniement du millénaire serment d’Hippocrate.

Le risque sanitaire d’une telle démarche est énorme. Les patients acceptent de se faire soigner dans les hôpitaux français et ils ont confiance dans ce système. La perte de confiance est difficilement réparable et risque d’être désastreuse en terme de santé publique.

C’est sous couvert de l’expertise et du « progrès » que le pouvoir choisit le Health Data Hub, solution centralisatrice, alors même que des solutions fédérées peuvent d’ores et déjà mutualiser les données de santé des citoyens Français et permettre des recherches de pointe. Bien que les hôpitaux français et leurs chercheurs œuvrent dans les règles de l’art depuis des années, il apparaît subitement que les données de santé ne sauraient être mieux valorisées que sous l’égide d’un système central, rassemblant un maximum de données, surveillant les flux et dont la gestion ne saurait être mieux maîtrisée qu’avec l’aide d’un géant de l’informatique : Microsoft.

Il est à noter que d’une part, il n’a jamais été démontré que le développement d’un bon algorithme (méthode générale pour résoudre un type de problèmes) nécessite une grande quantité de données, et que d’autre part, on attend toujours les essais cliniques qui démontreraient les bénéfices d’une application sur la santé des patients.

Pour aller plus loin, le réseau d’éducation populaire Framasoft, créé en 2001 et consacré principalement au développement de logiciels libres, veut montrer qu’il est possible d’impacter le monde en faisant et en décentralisant. C’est cette voie qu’il faut suivre.

La loi pour une République numérique fournit un cadre légal parfait pour initier des collaborations et du partage. La diffusion libre du savoir s’inscrit totalement dans la mission de service publique des hôpitaux telle qu’imaginée il y a des décennies par le Conseil National de la Résistance, puis par Ambroise Croizat lors de la création de la Sécurité Sociale.

On ne s’étonne pas que le site Médiapart ait alerté le 22 novembre dernier sur les conditions de l’exploitation des données de santé. Il est rappelé à juste titre que si la CNIL s’inquiète ouvertement à ce sujet, c’est surtout quant à la finalité de l’exploitation des données. Or, la récente Loi Santé a fait disparaître le motif d’intérêt scientifique pour ne garder que celui de l’intérêt général…

Quant à la confidentialité des données, confier cette responsabilité à une entreprise américaine semble être une grande erreur tant la ré-identification d’une personne sur la base du recoupement de données médicales anonymisées est en réalité plutôt simple, comme le montre un article récent dans Nature.

Ainsi, aujourd’hui en France se développe toute une stratégie visant à valoriser les données publiques de santé, en permettant à des entreprises (non seulement des start-up du secteur médical, mais aussi des assureurs, par exemple) d’y avoir accès, dans la droite ligne d’une idéologie de la privatisation des communs. En plus, dans le cas de Microsoft, il s’agit de les héberger, et de conditionner les technologies employées. Quant aux promesses scientifiques, elles disparaissent derrière des boîtes noires d’algorithmes plus ou moins fiables ou, disons plutôt, derrière les discours qui sous le « noble » prétexte de guérir le cancer, cherchent en fait à lever des fonds.

Humour

Quelles sont les alternatives ?

Le monde médical et hospitalier est loin de plier entièrement sous le poids des injonctions.

Depuis plusieurs années, les hôpitaux s’organisent avec la création d’Entrepôts de Données de Santé (EDS). Ceux-ci visent à collecter l’ensemble des données des dossiers des patients pour promouvoir une recherche éthique en santé. Par exemple, le projet eHop a réussi à fédérer plusieurs hôpitaux de la Région Grand Ouest (Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes, Tours). Le partage en réseau au sein des hôpitaux est au cœur de ce projet.

Par aller plus loin dans le partage, les professionnels dans les hôpitaux français reprennent l’initiative de Framasoft et l’appliquent au domaine de la santé. Ils ont donc créé Interhop.org, association loi 1901 pour promouvoir l’interopérabilité et « le libre » en santé.

Pourquoi interopérer ?

L’interopérabilité des systèmes informatisés est le moteur du partage des connaissances et des compétences ainsi que le moyen de lutter contre l’emprisonnement technologique. En santé, l’interopérabilité est gage de la reproductibilité de la recherche, du partage et de la comparaison des pratiques pour une recherche performante et transparente.

L’interopérabilité est effective grâce aux standards ouverts d’échange définis pour la santé (OMOP et FHIR).

Pourquoi décentraliser ?

Comme dans le cas des logiciels libres, la décentralisation est non seulement une alternative mais aussi un gage d’efficacité dans le machine learning (ou « apprentissage automatique »), l’objectif visé étant de rendre la machine ou l’ordinateur capable d’apporter des solutions à des problèmes compliqués, par le traitement d’une quantité astronomique d’informations.

La décentralisation associée à l’apprentissage fédéré permet de promouvoir la recherche en santé en préservant, d’une part la confidentialité des données, d’autre part la sécurité de leur stockage. Cette technique permet de faire voyager les algorithmes dans chaque centre partenaire sans mobiliser les données. La décentralisation maintient localement les compétences (ingénieurs, soignants) nécessaires à la qualification des données de santé.

Pourquoi partager ?

La solidarité, le partage et l’entraide entre les différents acteurs d’Interhop.org sont les valeurs centrales de l’association. Au même titre qu’Internet est un bien commun, le savoir en informatique médical doit être disponible et accessible à tous. Interhop.org veut promouvoir la dimension éthique particulière que reflète l’ouverture de l’innovation dans le domaine médical et veut prendre des mesures actives pour empêcher la privatisation de la médecine.

Les membres d’Interhop.org s’engagent à partager librement plateforme technique d’analyse big data, algorithmes et logiciels produits par les membres. Les standards ouverts d’échange sont les moyens exclusifs par lesquels ils travaillent et exposent leurs travaux dans le milieu de la santé. Les centres hospitaliers au sein d’Interhop.org décident de se coordonner pour faciliter et agir en synergie.

Pourquoi soigner librement ?

L’interconnexion entre le soin et la recherche est de plus en plus forte. Les technologies développées au sein des hôpitaux sont facilement disponibles pour le patient.

L’Association Interhop.org veut prévenir les risques de vassalisation aux géants du numériques en facilitant la recherche pour une santé toujours améliorée. L’expertise des centres hospitaliers sur leurs données, dans la compréhension des modèles et de l’utilisation des nouvelles technologies au chevet des patients, est très importante. Le tissu d’enseignants-chercheurs est majeur. Ainsi en promouvant le Libre, les membres d’Interhop.org s’engagent pour une santé innovante, locale, à faible coût et protectrice de l’intérêt général.

Les données de santé sont tout à la fois le bien accessible et propre à chaque patient et le patrimoine inaliénable et transparent de la collectivité. Il est important de garder la main sur les technologies employées. Cela passe par des solutions qui privilégient l’interopérabilité et le logiciel libre mais aussi le contrôle des contenus par les patients.

—-

Image d’en-tête : Hippocrate refusant les présents d’Artaxerxès, par Girodet, 1792 (Wikimedia).

  • 29 novembre 2019 à 07:15

Engorgement des mails sur Framalistes vers laposte (https://status....

Par Framasoft sur Framasoft's Public Feed

Engorgement des mails sur Framalistes vers laposte

#framasoft #statutframasoft

Framalistes rencontre un engorgement des mails vers laposte: ceux-ci sont envoyés au fur et à mesure mais cela entraîne des délais importants dans leur livraison.

  • 29 novembre 2019 à 11:10

Collaborer pour un design plus accessible : l’exemple d’Exodus Privacy

Par framasoft sur Framablog

Quand on prend conscience qu’un site web destiné au grand public devrait être plus facile à aborder et utiliser, il n’est pas trop tard pour entamer un processus qui prenne en compte les personnes qui l’utilisent… L’association Exodus Privacy prend la plume sur ce blog pour raconter comment elle a, avec Maiwann, une UX designeuse, amélioré l’interface de sa plate-forme d’analyse.

Exodus Privacy est une association loi 1901, créée en octobre 2017 et dont le but est d’apporter plus de transparence sur le pistage par les applications de smartphones. Dès le premier jour, le public visé était un public non-technique, afin de lui permettre de comprendre et de faire des choix éclairés.

Parmi les outils que nous avons développés, la plateforme εxodus permet d’analyser les applications gratuites du Google Play store et d’en indiquer les pisteurs et les permissions. Cette plateforme a été très utilisée dès son lancement, mais elle n’était pas facile d’utilisation pour les néophytes.

Comme nous n’avions ni le temps ni les compétences en interne, nous avons décidé de rémunérer une personne experte pour adapter notre plateforme à ce public de non-spécialistes. Il nous paraissait important d’avoir une personne qui comprenne qui nous sommes et quelles sont nos valeurs, nous nous sommes tourné·e·s vers Maiwann, UX designeuse.

Exodus Privacy : Maiwann, peux-tu expliquer qui tu es et ce que tu fais ?

« Bonjour, bonjour ! Je suis Maiwann, UX·UI Designer dans la vie, amoureuse du libre et du travail éthique. Je suis aussi membre de Framasoft depuis quelques mois. Je fais beaucoup de choses variées au niveau numérique, mais qui peuvent se résumer en : du design (au sens « conception » du terme).

Du coup je vais rencontrer des utilisateurs et utilisatrices, leur poser des questions pour comprendre quels sont leurs besoins et leurs frustrations, les observer utiliser des logiciels et voir où ça coince, puis je réfléchis à la manière de répondre à leurs problèmes en concevant des parcours fluides. Et enfin je peux faire des maquettes graphiques pour donner un peu « corps » à tout ça ^_^ C’est d’ailleurs exactement ce qu’il s’est passé ici ! »

D’abord, définir les personnes concernées…

Ce projet devait se dérouler en plusieurs phases et il partait bien des besoins du public. Pour mieux comprendre cette étape, voici un petit extrait d’une conversation de septembre 2018 entre Exodus Privacy et Maiwann :

Maiwann : Quel est votre public-cible ?
Exodus Privacy : Le grand public, bien entendu !
Maiwann : il va falloir préciser un peu plus, car à s’adresser à tout le monde on ne s’intéresse véritablement à personne :)

Cela nous a obligé·e·s à réfléchir justement à ce que nous mettions derrière ce terme qui nous paraissait pourtant si évident. Nous avons donc défini deux groupes plus précis de personnes.

Nous voulions tout d’abord faciliter la vie aux médiateurs et médiatrices numériques car nous sommes convaincu·e·s que ces personnes sont les mieux placées pour pouvoir accompagner le plus grand monde à mieux appréhender les outils numériques. Nous les avons donc incluses dans les personnes visées.

Nous avons co-délimité une deuxième cible : des personnes non-techniques et curieuses, prêtes à passer un peu de temps à réfléchir à leur vie privée sur téléphone.

Puis formuler les besoins

Le mois de janvier 2019 a permis à Maiwann de mener 14 entretiens avec des personnes correspondant aux profils sus-cités, trouvées par le réseau d’Exodus Privacy ou par les réseaux sociaux :

 

Laissons Maiwann raconter cette étape :

« Grâce aux réponses sur les réseaux sociaux et sur Cryptobib et Parcours numérique, des listes de diffusion pour médiateur·ices du numérique, j’ai pu discuter avec les 2 catégories de public que nous avions définies ! Ensuite, pour chacun·e, il s’agissait de s’appeler soit par téléphone soit en visio-conférence, de vérifier qu’iels étaient bien dans le public visé, et de discuter pendant à peu près une heure. L’idée était de voir où étaient les manques, pour savoir de quoi εxodus avait besoin prioritairement : une refonte du site ? De l’application ? Une campagne de communication pour faire connaître leurs actions ? Ce sont les entretiens qui allaient nous permettre de le savoir !

Je demandais aux médiateur·ices comment est-ce qu’iels menaient leurs ateliers, et comment la question du téléphone était abordée. Et j’ai découvert que, si le discours pour protéger sa navigation sur un ordinateur était très rodé, le téléphone était un sujet compliqué car… les médiateur·ices n’avaient pas de réponse lorsqu’on leur demandait comment agir !

C’était d’ailleurs un cas identique pour les personnes qui répondaient individuellement : elles avaient bien conscience de l’enjeu de vie privée vis à vis de leur téléphone, même si ce que faisaient ces pisteurs n’était pas toujours très clair, mais ne voyaient de toute façon pas du tout ce qu’il était possible de faire pour améliorer les choses !

Après tous ces appels, j’avais de grands axes récurrents qui se dégageaient. J’ai donc dessiné un petit résumé schématique, et nous nous sommes appelé·e·s le 28 février pour discuter de tout ça et de ce sur quoi on partait. »

 

Une fois le diagnostic posé (il y a X pisteurs dans telle application), la personne se retrouve bloquée avec des questions sans réponses :
– Ok, il y a des pisteurs, mais on fait comment pour faire autrement ?
– Qu’est-ce que ça fait réellement, un pisteur ?

Ces questions, que nous avions par ailleurs régulièrement en conférence, par mail ou sur les réseaux sociaux, nous ont permis de nous interroger sur le positionnement de l’association. En effet, nous avons toujours défendu une démarche scientifique, qui montre « les ingrédients du gâteau », mais ne porte pas de jugement de valeur sur tel pisteur ou telle application… et donc ne valorise pas de solution alternative.

Après discussions, nous avons convenu de l’importance de pouvoir apporter des outils de compréhension à ces personnes, afin que celles-ci puissent, encore une fois, décider en connaissance de cause. L’idée était donc de créer une page qui explique les pisteurs, une page qui explique les permissions et enfin une qui répond à la question « et maintenant, que puis-je faire ? », en proposant un panel d’outils, de réflexes et de ressources.

La conception des maquettes

C’était donc à nouveau à Maiwann de travailler. Tu nous racontes comment tu as débuté les maquettes ?

« J’ai repris les schémas-bilans des entretiens pour définir les parcours principaux des utilisateur⋅ices :

Arriver sur le site => Chercher le rapport d’une application => Comprendre ce qu’est un pisteur ou une permission => Trouver comment améliorer la situation.

L’enchaînement entre ces actions devait être facilité dans le nouveau parcours, et le contenu non-existant (ou non intégré) mis en avant. Par exemple, pour « qu’est-ce qu’un pisteur », εxodus avait déjà réalisé des vidéos que les entretiens avaient tous remontés comme « très bien faites » mais comme elles n’étaient pas intégrées au parcours, beaucoup d’utilisateurs·ices pouvaient passer à côté. Pour la page Alternatives en revanche, qui était la demande la plus forte, tout a été créé depuis zéro, en privilégiant les alternatives accessibles aux non-informaticien·ne·s et tout de même respectueuses de la vie privée.

Il m’avait aussi été remonté que parfois les formulations n’étaient pas très claires, parfois en anglais ce qui contribuait à un sentiment de contenu non-accessible à des néophytes. Cela a fait aussi partie des améliorations, en plus des pages explicatives, qui sont là pour dire « vous ne savez pas ce qu’est un pisteur ? Pas de souci, on vous l’explique ici ».

Et pour le reste, un travail d’harmonisation et de hiérarchisation du contenu pour que les différentes catégories de contenus soient bien distinctes les unes des autres et compréhensibles a permis de réaliser une refonte graphique aux petits oignons ! »

 

Le développement des maquettes

L’ensemble des membres d’Exodus Privacy étant bénévole, et donc le travail conséquent pour notre énergie et temps malheureusement limités, nous nous sommes mis d’accord sur un travail de développement itératif afin de mettre à disposition des utilisateurs et utilisatrices les nouvelles pages et fonctionnalités au plus tôt.

Après la présentation des maquettes en mai 2019, nous avons découpé les différentes tâches sur notre git, celles-ci ont été priorisées pour s’assurer que les besoins les plus importants soient traités en premier lieu, comme la page « mieux comprendre ». La majorité de ces tâches ont été implémentées, ce travail étant agrémenté d’allers-retours avec Maiwann afin de s’assurer que nous allions dans la bonne direction sans rater l’essentiel.

Notre code étant libre et open-source, une partie des fonctionnalités a même été faite par notre communauté !
Une partie du travail reste à faire, n’hésitez pas à aller jeter un œil si vous avez des compétences en développement !

 

Fiche météo-france "avant"

Fiche d’Exodus pour l’application Météo-France avant

 

La fiche de l’application Météo-France après travail d’UX

Et maintenant ?

Le travail n’est pas totalement terminé et, grâce au Mécénat de Code lutin, nous avons pu poursuivre ce projet de refonte, mais pour l’application cette fois.

Laissons donc les mots de la fin à Maiwann…

« Il reste une étape de test utilisateur·ice à réaliser, pour bien vérifier que cette refonte va dans le bon sens, est adaptée aux besoins et que nous n’avons pas oublié un élément important, ou laissé un trou dans la raquette dans lequels les utilisateur·ice·s vont s’engouffrer !
De même, nous avons amorcé un travail d’harmonisation de cette refonte pour que l’application corresponde aussi aux maquettes, car c’est le point d’entrée principal du public (puisqu’il est question d’applications et de téléphone portable, c’est logique qu’elle soit privilégiée !).

J’ai hâte de réaliser ces dernières étapes (avec l’aide de Schoumi côté application !) pour finaliser ce super projet, car il contribue à démontrer qu’il est possible de réaliser des choses techniquement pointues, tout en parvenant à les rendre accessibles à des personnes non techniques, soit directement en s’adressant à elles, soit en fournissant un outil pertinent pour les médiateur·ices du numérique.

Cela contribue à mon monde idéal qui connecte le monde du libre et de la protection de la vie privée aux non-connaisseur·euse·s, et je ne peux qu’encourager d’autres projets qui ont cette démarche de travailler avec des designers pour y parvenir ! »

  • 29 novembre 2019 à 12:46

Menu vertical

Par @manudu73 sur Framacolibri - Latest topics

@manudu73 wrote:

Bonjour, je créais ce poste, car je souhaite créer un site avec une certaine idée et présentation, je fait appel a vos conseils, donc voilà

  • peut on créer un menu verticale (colonne) ?
  • si oui comment faire ?
  • dans le cas contraire es ce que les boutons son personnalisable dans les formes ?
  • peut on faire en sorte que les boutons peuvent être paramétrer de façon qui défile avec la page

Merci de vos réponses.

Posts: 5

Participants: 3

Read full topic

  • 29 novembre 2019 à 00:31

Page de Framanotes brisée sur Chrome (Chromebook)

Par @Jau sur Framacolibri - Latest topics

@Jau wrote:

Salut !
Bon, oui, je sais : quelle idée d’utiliser chrome… LE problème, c’est que ce modèle a encore des éléments non gérés par le noyau Linux générique et aucun patch ne marche (un Grunt 14" HP)… BREF !
J’avais eu un problème du même genre sur Firefox Linux, mais me doutant d’un problème de mise à jour des données, j’avais juste effacé les données d’applications et tout était rentré dans l’ordre. Ici, j’ai beau effacer tout stockage, rien n’y fait ! :sob:

Si quelqu’un(e) a une idée de génie, je suis toute ouïe ! argl, c’est rageant !

Posts: 6

Participants: 3

Read full topic

  • 29 novembre 2019 à 16:32
❌