Lateo.net - Flux RSS en pagaille (pour en ajouter : @ moi)

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierJean-Pierre CHEVALLIER

Stratégie d’investissement, au… 1° avril !

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, mes analyses et …

Stratégie d’investissement, au… 1° avril ! Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 31 mars

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, mes analyses et …

Stratégie d’investissement, au 31 mars Lire la suite »

Agrégats monétaires de la zone euro (fin février)

Par jp-chevallier
George Soros, d’autres milliardaires et d’une façon générale les Américains qui défendent le leadership de l’Amérique dans le monde ont …

Agrégats monétaires de la zone euro (fin février) Lire la suite »

BCE : fin de trimestre difficile pour les banksters

Par jp-chevallier

La fin de ce deuxième trimestre est difficile pour les banksters de la zone car ils vont devoir boucler leurs bilans alors qu’ils sont en réalité en faillite en appliquant les règles comptables IFRS en vigueur.

Les banksters de la BCE sont donc obligés d’aider leurs homologues des banques dites commerciales en leur rachetant de plus en plus de titres pour leur fournir les liquidités qui leur manquent.

Les bilans hebdomadaires publiés par la BCE donnent à ce sujet des informations très importantes que (presque) personne n’analyse… en dehors de cet article…

Ainsi, au vendredi 19 mars, les banksters de la BCE ont racheté pour 28,674 milliards d’euros supplémentaires par rapport au vendredi de la semaine précédente pour un total de… 3 906 milliards (!!!) comme l’indique clairement le dernier bilan publié par la BCE, rubrique 7.1 de l’actif,

Document 1 :

Le problème est que les banksters de la BCE n’ont jamais eu dans leur patrimoine ces 3 906 milliards d’euros pour acheter ces titres !

Ils les achètent par une opération de cavalerie financière… que personne ne dénonce clairement et en la justifiant en dehors de… moi, une fois de plus…

Les banksters des banques dites commerciales de la zone ont été obligés de retirer… 55 milliards d’euros supplémentaires par rapport à la semaine précédente pour pouvoir ne pas faire faillite tout de suite,

Document 2 :

Ils bénéficient ainsi au total de… 3 785 milliards en tout comme l’indiquent les chiffres de la rubrique 2 du passif.

Les banksters de la BCE ont donc été obligés d’obtenir 81 milliards d’euros en dépôt de la part des Etats membres, rubrique 5.1 du passif pour pouvoir boucler leur bilan au 19 mars.

Au total, ces Etats membres ont donc apporté… 734 milliards d’euros à la BCE pour qu’elle puisse… racheter leurs dettes !!!

Document 3 :

Une fois de plus, les banksters de la zone vont avoir les plus grandes difficultés pour boucler leurs bilans. Evidemment leurs homologues de la BCE vont tout faire pour les sauver une fois de plus de la faillite mais c’est de plus en plus difficile, surtout avec cette histoire de coronavirus.

Tout est simple, à condition de savoir lire un bilan…

Cliquer ici pour voir les bilans hebdomadaires publiés par la BCE dont sont tirées ces données.

© Chevallier.biz

Stratégie d’investissement, au 18 mars

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, mes analyses et …

Stratégie d’investissement, au 18 mars Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 17 mars

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, mes analyses et …

Stratégie d’investissement, au 17 mars Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 14 mars

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, mes analyses et …

Stratégie d’investissement, au 14 mars Lire la suite »

La Fed a modifié la définition de l’agrégat monétaire M1 et ne publie plus les données hebdomadaires de M1 et de M2

Par jp-chevallier

C’est un sujet majeur que personne ne commente !

C’est pourtant la première fois depuis la guerre (la Seconde guerre mondiale, évidemment !) que les gens de la Fed décident de modifier la définition d’un agrégat monétaire, M1, et de ne plus publier ces données fondamentales hebdomadaires que sont celles des agrégats monétaires M1 et M2…

Les gens de la Fed n’ont pris qu’une décision de cette importance depuis la guerre : celle de l’arrêt de la publication des chiffres de la masse monétaire totale des États-Unis, à savoir M3, décidé par Ben Bernanke… avant qu’il ne prenne effectivement et officiellement la présidence de la Fed avec effet immédiat lors de sa prise de fonction en février 2006 !

La raison en était simple : il ne voulait pas que les économistes monétaristes puissent disposer de ces données fondamentales ce qui leur aurait permis d’analyser correctement l’évolution des agrégats monétaires et donc d’anticiper la Grande récession de 2008-2009.

Que préparent maintenant les gens de la Fed ?

Il est difficile de le savoir et donc d’anticiper correctement et précisément ce qui va se passer dans l’avenir proche à cause de l’absence de la publication de ces données hebdomadaires fondamentales que sont celles des agrégats M1 et M2 qui sont en outre modifiées dans leur composition.

Le sujet est d’autant plus important qu’une hypertrophie de la masse monétaire s’est développée aux États-Unis avec cette histoire de coronavirus… mais sans création monétaire indue car elle est financée par des emprunts !

Ce qui est certain, c’est qu’une récession va se produire aux États-Unis dans un avenir proche et qu’elle aura des répercussions majeures ailleurs dans le monde, et en particulier en Europe déjà fragilisée par la crise provoquée par ses dirigeants politiques qui ont pris les pires décisions sous le prétexte de cette histoire de coronavirus.

Au lieu d’avoir un retour d’une croissance forte, la vieille Europe va s’enfoncer dans la crise et la dépression avec une hypertrophie kolossale et létale de la masse monétaire à cause d’une création monétaire indue…

Pour avoir quelques idées sur les conséquences d’une telle bulle monétaire, (re)lire le livre de Pierre Jovanovic : Adolf Hitler ou la revanche de la planche à billets.

Pour rappel, je fournis dans le cadre de mes offres Gold les articles permettant d’analyser correctement ces problèmes ce qui permet d’anticiper l’évolution des marchés, en particulier financiers, et je fournis dans le cadre de mes offres Platinum toutes les informations pour sauver et même pour valoriser son patrimoine financier en prévision des prochaines turbulences financières…

***

Les gens de la Fed ont annoncé le 17 décembre 2020 qu’ils avaient décidé de modifier la définition de l’agrégat monétaire M1 à compter du mois de mai 2020 en faisant passer les Savings deposits de l’agrégat M2-M1 dans l’agrégat M1,

Document 1 :

Ces Savings deposits sont des dépôts sur des comptes d’épargne (money market deposit accounts) qui ont toujours été comptabilisés dans l’agrégat M2-M1 car cet agrégat correspond aux dépôts des ménages sur des comptes d’épargne rémunérée, ce qui ressort d’une logique élémentaire.

Document 2 :

Pour rappel, la masse monétaire d’une nation comprend trois agrégats : M1 qui correspond aux moyens de paiement dont disposent les ménages (ce qui comprend les billets et les encours sur les comptes courants), M2-M1 qui est l’épargne de ces ménages (c’est-à-dire l’argent qu’ils placent pour l’utiliser ultérieurement pour investir) et M3-M2 qui correspond à la trésorerie globale des entreprises (y compris celle des banques).

Ces distinctions sont importantes, car les variations de M1 et de M2-M1 permettent de connaitre les changements de comportement des ménages : s’ils sont confiants en l’avenir, ils dépensent davantage et M2-M1 diminue, et inversement…

Ces données hebdomadaires ont toujours été publiées par la Fed (depuis des décennies, souvent depuis l’après-guerre) et téléchargeables par notre ami Fred de Saint Louis.

Or les gens de la Fed viennent non seulement de décider que ces Savings deposits allaient être intégrés dans l’agrégat M1, ce qui est totalement contraire à toute logique élémentaire, et donc de rendre impossible toute analyse monétariste menée depuis des décennies (du fait de la discontinuité des séries), mais encore plus publier ces données mensuelles et non plus hebdomadaires, ce qui supprime toute analyse fine de leurs variations !

Document 3 :

En conséquence, les données de l’agrégat M1 bondissent d’une façon non significative depuis mai 2020…

Document 4 :

… et inversement ceux de M2-M1 plongent depuis cette date…

Document 5 :

… car les totaux de M2, c’est-à-dire de l’argent total dont disposent globalement les ménages américains ne change pas de définition,

Document 6 :

Pour quelles raisons les gens de la Fed ont-ils pris ces décisions ?

Celles qu’ils donnent ne sont pas crédibles.

En effet, les explications qu’ils donnent se limitent à publier des informations techniques difficilement interprétables et très contestables finalement puisque le résultat est de faire passer les comptes d’épargne dans l’agrégat M1 alors que l’épargne doit être comptabilisée dans l’agrégat M2-M1 !

La Fed n’a modifié qu’une seule fois précédemment la publication des chiffres des agrégats monétaires. C’est donc là une décision rarissime et très importante.

Manifestement, les gens de la Fed sont comme Ben Bernanke : ils anticipent une nouvelle Grande récession et ils veulent être les seuls à disposer des chiffres des agrégats monétaires les plus fins pour que les économistes monétaristes ne puissent pas disposer de ces données qui leur permettraient d’analyser correctement l’évolution du comportement des Américains, et donc des marchés financiers, de façon à prévoir d’une façon fiable la venue de cette nouvelle Grande récession.

Cependant, d’autre indicateurs permettent d’anticiper l’évolution des marchés, en particulier le spread 10y-2y, c’est-à-dire l’écart entre les rendements des Notes à 10 ans et de ceux des Notes à 2 ans.

Lorsque ce spread remonte, une récession se produit toujours !

Document 7 :

Et ce spread 10y-2y remonte car les rendements des Notes à 10 ans montent rapidement alors que ceux des Notes à 2 ans restent à un niveau très bas car ils sont plus ou moins arrimés au taux de base de la Fed qui reste au plancher.

Une nouvelle Grande récession se produira donc inéluctablement dans un avenir proche aux États-Unis et elle aura des conséquences dramatiques en Europe déjà fortement impactée par cette histoire de coronavirus

***

Les personnes qui ont un capital doivent donc prendre leurs dispositions pour le sauver, voire pour le valoriser lorsque cette Grande récession se produira, et l’échéance se rapproche.

Je fournis dans le cadre de mes offres Platinum les analyses de titres qui ont monté de 20 % en moyenne au 4° trimestre 2020 et il peut en être ainsi encore en ce moment, ce qui constitue un rendement particulièrement intéressant !

Je fournis aussi les analyses qui permettront de pouvoir anticiper cette Grande récession et des solutions pour valoriser un patrimoine financier lorsque les marchés d’actions plongeront…

© Chevallier.biz

Les banksters européens sauvés par le coronavirus !

Par jp-chevallier
Les banksters européens sont sauvés paradoxalement et miraculeusement par cette histoire de coronavirus… car ils ont de plus en plus …

Les banksters européens sauvés par le coronavirus ! Lire la suite »

Deutsche Bundesbank : bilan 2020

Par jp-chevallier
La Buba a déjà publié ses comptes pour 2020 (contrairement aux nuls de la Banque de France) qui font apparaitre …

Deutsche Bundesbank : bilan 2020 Lire la suite »

Inflation et croissance dopée au coronavirus aux US

Par jp-chevallier
L’adoption du plan Biden augmentant la dette de l’Etat fédéral de 1 900 milliards de dollars va accentuer l’inflation aux États-Unis… …

Inflation et croissance dopée au coronavirus aux US Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 7 mars

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, mes projections pour …

Stratégie d’investissement, au 7 mars Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 5 mars

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, mes projections pour …

Stratégie d’investissement, au 5 mars Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 4 mars

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Que faire pour sauver et même pour valoriser …

Stratégie d’investissement, au 4 mars Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 25 février

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Que faire pour sauver et même pour valoriser …

Stratégie d’investissement, au 25 février Lire la suite »

Hypertrophie monétaire sans création monétaire !

Par jp-chevallier
Un problème économique majeur se pose aux États-Unis à la suite de cette histoire de coronavirus : une hypertrophie monétaire s’y …

Hypertrophie monétaire sans création monétaire ! Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 19 février

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, que faire pour …

Stratégie d’investissement, au 19 février Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 16 février

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, que faire pour …

Stratégie d’investissement, au 16 février Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 15 février

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, que faire pour …

Stratégie d’investissement, au 15 février Lire la suite »

Banksters français, 4° trimestre 2020

Par jp-chevallier

Les quatre grandes banques françaises viennent de publier leurs bilans au 31 décembre 2020.

Pour rappel, les banques sont des entreprises dont l’activité principale est de prêter l’argent qu’elles ont en propre et de l’argent qu’elles n’ont pas mais qu’elles empruntent.

L’argent qu’elles ont en propre, ce sont les capitaux propres dits tangibles c’est-à-dire les capitaux réels qui sont pour l’essentiel les bénéfices conservés et accumulés au cours des années passées.

Il est dangereux pour les banques de prêter de l’argent qu’elles n’ont pas mais qu’elles empruntent, mais c’est possible à condition de respecter la règle prudentielle d’endettement qui est la suivante : le total des dettes d’une banque ne doit pas dépasser 10 fois le montant de ses capitaux propres tangibles.

Or, beaucoup de banksters, surtout en Europe, ne respectaient pas cette règle de bonne gestion (qui n’est pas transcrite en règle juridique impérative sous la pression de ces mêmes banksters qui ont un pouvoir d’influence considérable sur les organismes de supervision bancaire…) comme le montrent les analyses minutieuses des bilans des plus grandes banques américaines et européennes,

Document 1 :

Cette histoire de coronavirus a encore aggravé la situation des banques qui ne respectaient pas cette règle prudentielle d’endettement et là encore, les banksters ne respectent plus une autre règle comptable dite IFRS 9 qui oblige les dirigeants des banques à classer les prêts qu’ils ont accordés à leurs clients en trois catégories de risques…

Dans la première catégorie, 1, sont classés les prêts qui sont considérés comme étant sans risques d’être impayés. Ce sont les dirigeants de ces banques qui les classent ainsi mais ceux de BNP-Paribas ont admis que finalement certains de ces clients ne remboursaient jamais ces prêts, ce qui conduisait à des pertes se montant à 1 % du total de ces prêts.

Dans la troisième catégorie, 3, sont classés par les dirigeants de ces banques les prêts qui sont considérés comme ayant de forts risques d’être impayés. Ce sont des emprunteurs qui ont déjà été incapables de payer certaines de leurs échéances précédentes.

Dans la deuxième catégorie, intermédiaire, 2, sont classés par les dirigeants de ces banques les prêts qui sont considérés comme ayant certains risques d’être impayés. Ce sont par exemple des clients dont les risques étaient classés en catégorie 1 et qui sont victimes de cette histoire de coronavirus, et ils sont évidemment nombreux !

Document 2 :

Cette règle comptable IFRS 9 oblige les banques à provisionner la totalité des pertes potentielles classées en catégories 2 et 3, ce qui signifie que les dirigeants de ces banques sont obligés de mettre de l’argent de côté pour faire face à ces prêts qui ne leur seront jamais remboursés.

Ces provisions viennent donc en diminution des bénéfices des banques.

Ainsi, les quatre plus grandes banques américaines ont augmenté leurs provisions de… 50 milliards de dollars au cours du premier semestre 2020 en prévision des pertes potentielles causées par cette histoire de coronavirus qui risquent d’empêcher leurs clients de pouvoir rembourser les prêts classés en catégories 2 et 3… ce qui a fait plonger leurs bénéfices d’autant !

Quid en Europe ?

Les banksters européens n’ont pas augmenté leurs provisions pour risques d’impayés comme les règles comptables IFRS 9 pourtant impératives les y obligent.

Cependant, les banksters d’UBS puis de Deutsche Bank ont publié des documents avouant ces tromperies condamnables mais pas condamnées, évidemment…

Il en est de même des banksters de Société Générale qui publient dans leurs comptes de 2020 un document montrant que leurs pertes potentielles fin 2020 sont de 78 milliards d’euros en catégorie 2 et 18 milliards en catégorie 3…

Document 3 :

ce qui fait 105 milliards (NPL) en comptant 1 % de pertes potentielles sur les prêts classés en catégorie 1,

Document 4 :

Comme le montant des capitaux propres tangibles de Société générale publié par la banque elle-même est de… 46 milliards d’euros, les capitaux propres de Société Générale étaient… négatifs fin 2020 !

Document 5 :

En effet, une banque qui a des capitaux propres négatifs, c’est une banque qui n’a plus de capitaux propres, donc qui est en réalité en faillite !

Tout est simple… à condition d’observer précisément les documents comptables publiés par les banksters français.

Les banksters de Crédit Agricole ne publient même pas un document permettant de calculer les montants des trois catégories de prêts, mais des documents partiels montrant que sur une partie d’entre eux portant sur 500 milliards d’euros seulement…

Document 6 :

leurs provisions ne se montent qu’à 10 milliards alors que leurs pertes potentielles en catégories 2 et 3 (+ 1 % de la catégorie 1) se montent à 58,9 milliards

Document 7 :

alors que les capitaux propres de Crédit Agricole se montent à 43,3 milliards !

Document 8 :

Conclusion : le Crédit Agricole qui était la banque française paraissant être la plus vertueuse aurait dû être déclarée en faillite en faillite en appliquant les règles comptables officielles IFRS 9.

Société Générale et Crédit Agricole ont en fait un taux d’impayés sur les prêts qui ont été accordés de l’ordre de… 10 % à cause de cette histoire de coronavirus !

Il en est de même a priori pour les banksters de BNP-Paribas et de BPCE qui n’osent même pas publier de données permettant de constater leur faillite !

Les quatre plus grandes banques françaises sont donc en réalité en faillite, comme l’était BNP-Paribas en 2011-2012, ce que certains de leurs dirigeants avouent plusieurs années plus tard comme le rapporte le film documentaire BNP Paribas Dans Les Eaux Troubles De La Plus Grande Banque Européenne… régulièrement censuré après la mise en ligne de mes articles en faisant part…

Cliquer ici pour voir ce film édifiant tant qu’il n’est pas censuré.

Document 9 :

Ces quatre big banks françaises n’ont pas été déclarées en faillite car elles sont maintenues artificiellement en survie par la BCE et par les autorités françaises, mais un tsunami bancaire se produira nécessairement en Europe un jour prochain…

***

Je propose dans le cadre de mon abonnement Platinum des solutions pour sauver et même pour valoriser son patrimoine financier en cas de tsunami bancaire.

© Chevallier.biz

Banques US / banksters euro zonards

Par jp-chevallier

Pierre Jovanovic, Olivier Pichon et Pierre Bergereau ont cité abondamment mes articles sur les banques dans l’émission Politique & Eco de TVLibertés du 1° février et je les en remercie vivement et je tiens à donner quelques précisions supplémentaires sur certains points qu’ils ont laissé parfois dans un certain flou artistique…

Les banquiers américains se sont bien comportés comme banksters au début des années 2000 en accordant trop facilement et imprudemment des crédits aux Américains qui voulaient acheter des logements alors qu’ils savaient très bien que beaucoup de ces dossiers allaient conduire à des impayés.

Ces banksters ne respectaient plus la règle prudentielle d’endettement qui s’impose aux banques et qui est la suivante : le total de leurs dettes ne doit pas dépasser 10 fois le montant de leurs capitaux propres tangibles.

Les autorités bancaires ont mis fin à ces pratiques en flinguant pour l’exemple la banque des frères Lehman le 15 septembre 2008.

Depuis cette date ces banksters sont redevenus des banquiers qui respectent (presque) toutes les règles ce qui n’est pas le cas des banksters de la zone.

Si les autorités américaines ont pris des mesures radicales pour imposer le respect des règles bancaires, c’est parce qu’il ne doit jamais y avoir de création monétaire indue dans leur système monétaire qui doit donc impérativement rester sain pour que l’Amérique puisse garder son leadership sur le monde, que ce soit sous la Présidence du Donald ou de Biden.

L’argent sain est le premier pilier des Reaganomics, dixit Arthur, Laffer.

Donc, il n’y a plus de création monétaire indue aux États-Unis depuis 2009, contrairement à ce qui se passe dans la zone euro, cf. mes analyses sur les agrégats monétaires.

Face à cette histoire de coronavirus, les autorités américaines ont agi en respectant les règles et en les faisant respecter…

Ainsi, l’Etat fédéral a emprunté… 5 769 milliards de dollars supplémentaires en 2020 ce qui a augmenté d’autant la dette fédérale calculée par la Fed de Dallas, tous comptes faits, c’est-à-dire compte tenu du remboursement du principal et des intérêts,

Document 1 :

C’est une augmentation historique, du jamais vu.

La dette de l’Etat fédéral se montait à 29 838,4 milliards de dollars fin 2020, ce qui correspond à 139 % du PIB annuel courant de 21 479,5 milliards !

Avec cet argent ainsi disponible, le Donald (l’Etat fédéral) a donné directement… 4 000 milliards de dollars aux Américains qui ont été victimes des mauvaises décisions prises sous le prétexte de cette histoire de coronavirus, en particulier par les Démocrates avec leurs confinements hors de toute logique médicale.

Petite remarque au passage : cette augmentation de la dette américaine s’est accompagnée d’une baisse des taux d’intérêt, ce qui signifie que les investisseurs du monde entier gardent toute leur confiance en l’Amérique !

Ces 4 000 milliards de dollars se retrouvent dans l’agrégat monétaire M2 qui se monte de 18 à 19 000 milliards de dollars selon les modes de calculs.

M2 inclut l’argent immédiatement disponible que possèdent les Américains, ce qui ne comprend pas les milliards de dollars des milliardaires qui sont investis par ailleurs.

Document 2 :

M2 comprend les dépôts sur les comptes d’épargne, les encours sur les comptes courants et les billets verts qui se trouvent dans les portefeuilles des 300 millions de gilets jaunes américains, soit 61 000 dollars par personne, 122 000 dollars par couple !

Les Américains n’ont jamais été aussi riches qu’en ce moment.

Cependant, cet argent ne se trouve pas vraiment dans leurs poches mais sur leurs comptes bancaires (courants et d’épargne), donc dans les comptes… des banques !

Les banques américaines ne sont pas surendettées (elles respectent la règle prudentielle d’endettement avec des dettes de l’ordre de 10 fois le montant de leurs capitaux propres) et en plus, elles bénéficient de ces 19 000 milliards de dollars de liquidités.

Les banques américaines regorgent donc de disponibilités excédentaires qu’elles déposent auprès de la Fed qui les rémunère, certes à des taux faibles mais non négligeables.

Les banques américaines déposent donc (Other deposits held by depository institutions) 3 200 milliards de dollars auprès de la Fed et l’Etat fédéral (U.S. Treasury, General Account) a 1 600 milliards de dollars en compte courant auprès de la Fed au 3 février 2021,

Document 3 :

Compte tenu des 2 000 milliards de dollars de billets mis en circulation par la Fed (Federal Reserve notes), la banque centrale dispose de 7 000 milliards (inscrits à son passif) qu’elle utilise pour acheter des bons du trésor (U.S. Treasury securities) pour 4 800 milliards et pour 2 000 milliards de titres hypothécaires (Mortgage-backed securities) inscrits à son actif,

Document 4 :

Et c’est là que le miracle s’accomplit : à l’échéance de ces titres, la Fed récupérera ces milliers de milliards de dollars qu’elle transmettra à l’Etat fédéral !

Ainsi, les 30 000 milliards de dollars de dette fédérale seront remboursés et une grande partie de cet argent reviendra dans les caisses de l’Etat fédéral, ce qui viendra en diminution d’impôts à leur échéance !

C’est la raison pour laquelle cette dette fédérale actuelle, apparemment abyssale n’inquiète que les idiots inutiles qui ne comprennent pas cette gigantesque circulation monétaire qui a été instituée par les autorités américaines avec cette histoire de coronavirus.

Cette gigantesque circulation monétaire (sans création monétaire) n’est donc pas un miracle mais le résultat d’une gestion sophistiquée de la crise provoquée par cette histoire de coronavirus en appliquant judicieusement les principes du monétarisme.

***

Quid dans la zone euro ?

Les banksters de la zone ne respectent pas les règles prudentielles d’endettement : ils ont beaucoup trop de dettes par rapport à leurs capitaux propres et avec cette histoire de coronavirus, ils ont même pour la plupart des capitaux propres négatifs en appliquant correctement les règles comptables IFRS.

Ils sont donc obligés d’emprunter (Lending) des milliers de milliards d’euros à la BCE qui leur fournit par une gigantesque cavalerie financière des milliers de milliards de liquidités en leur rachetant des titres (Securities) pour qu’ils puissent ne pas faire faillite tout de suite, le tout se montant à 5 731 milliards d’euros selon le bilan de la BCE au 1° janvier 2021,

Document 5 :

Ces largesses de la BCE sont financées par les dépôts en retour des banksters auprès de la BCE (Liabilities) et par les billets mis en circulation (Banknotes) pour un montant de 5 067 milliards d’euros,

Document 6 :

Le problème est que malgré cette gigantesque cavalerie financière, les besoins de financement de la BCE sont supérieurs à ses moyens de financement !

Un petit trou de… 664 milliards d’euros début 2021 a dû être comblé comme depuis une dizaine d’années…

Document 7 :

… par les Etats membres et pour… 431 milliards d’euros (record historique) par de mystérieux et anonymes non-résidents (selon la dénomination officielle)  qui ne peuvent être que de riches dirigeants musulmans de pays producteurs d’hydrocarbures qui ne recherchent pas la rémunération de leurs capitaux mais d’autres compensations…

Document 8 :

Ces 431 milliards ainsi apportés pour sauver les banksters de la zone constituent bien un record historique,

Document 9 :

Les banques européennes et en particulier françaises sont à la ramasse, c’est-à-dire maintenues artificiellement en survie, sauvées par la BCE grâce à de l’argent… qui n’existe pas !

Elles essaient lamentablement de grapiller des disponibilités auprès de leurs clients comme le montrent les nombreux témoignages rapportés par Pierre Jovanovic dans sa revue de presse chaque semaine.

Ça finira mal.

Les rémunérations annuelles rapportées par les lecteurs de Pierre Jovanovic sur les comptes d’épargne des Français sont très proches de… zéro virgule pas grand-chose !

Il est difficilement compréhensible qu’ils s’obstinent à conserver leur épargne sur de tels comptes quand il est possible de gagner 20 % sur un trimestre en investissant judicieusement comme je l’ai constaté au 4° trimestre 2020 sur la base de mes recommandations…

Cliquer ici pour (re)voir cette émission de TVLibertés du 1° février2021.

Cliquer ici pour accéder au site de pierre Jovanovic.

© Chevallier.biz

Agrégats monétaires US : bonnes nouvelles

Par jp-chevallier
Les semaines se suivent mais elles ne se ressemblent pas. Tout évolue très vite, surtout aux États-Unis… Les données concernant …

Agrégats monétaires US : bonnes nouvelles Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 6 février

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, que faire pour …

Stratégie d’investissement, au 6 février Lire la suite »

Stratégie d’investissement, au 3 février

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, que faire pour …

Stratégie d’investissement, au 3 février Lire la suite »

Pfizer : bravo les artistes !

Par jp-chevallier

Pfizer vient de publier ses résultats pour le 4° trimestre 2020 et donc sur l’année 2020.

Ses bénéfices (Net income…) sur cette année 2020 tous comptes faits se montent à 9,616 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires (Revenues) de 41,908 milliards, ce qui fait une marge nette de… 22,95 % !

Bravo les artistes !

Cette performance est hors normes. En effet, normalement, les bénéfices des entreprises sont de l’ordre de 5 % par rapport au chiffre d’affaires.

Ces bénéfices s’expliquent en particulier par un taux d’imposition extraordinairement bas : 6,36 % alors que le taux d’imposition (de l’Etat fédéral) aux États-Unis est de 21 % !

En effet, ses impôts sur les bénéfices (Provision for taxes on income) sont de 477 millions de dollars pour les activités continues après la sortie de ses comptes de sa filiale de médicaments non brevetés Upjohn en novembre et le montant des bénéfices avant impôts (Income from continuing operations before provision for taxes on income) est de 7,497 milliards de dollars pour ces activités continues.

Manifestement, ça sent à plein pot la corruption !

Document 1 :

Le coût des ventes (Cost of sales), c’est-à-dire ce que coûtent directement les produits vendus par Pfizer (les coûts directs de fabrication de ces produits, c’est-à-dire les coûts des ingrédients, des contenants, de l’acheminement aux clients) sont de 8,692 milliards de dollars.

Le coût des ventes ne représente que 20,7 % des produits vendus, ce qui signifie que Pfizer vend 100 dollars ce qui lui coûte 20,7 dollars, donc… 79,3 % de marge brute !

Bravo les artistes !

Les dépenses de recherche et développement (Research and development expenses) de 9,405 milliards de dollars sont inférieures aux 9,616 milliards de bénéfices nets (Net income…) et aux dépenses administratives et disons de marketing (Selling, informational and administrative expenses) qui se montent à 11,615 milliards.

Parmi ces dernières dépenses, selling, informational, il doit très certainement y avoir quelques milliards de bakchichs comptabilisés sous diverses formes.

Manifestement, ça sent là aussi à plein pot la corruption !

Tout va bien pour Pfizer car l’année 2021 s’annonce merveilleuse avec son vaccin imposé plein pot par tous les gouvernements et tous les médias.

La corruption est généralisée et tout le monde, ou presque marche dans la combine !

Pfizer anticipe pour cette année 2021 un chiffre d’affaires supplémentaires sur son vaccin d’une quinzaine de milliards de dollars pour une marge nette de… 30 %.

5 milliards de bénéfices supplémentaires en vue : il faut absolument vous vacciner, bonnes gens, et vite !

Le pire aurait pu arriver avec ce Raoult et son hydroxychloroquine à 4,17 euros la boite !

Vive le covid !

Vive Pfizer !

Vive son vaccin.

Vivent les hommes politiques corrompus.

***

Le cours de Pfizer a décollé à partir de 1996, au début de l’exubérance irrationnelle des marchés, dixit ce bon vieux Greenspan en culminant à 47,5 dollars le 12 avril 1999…

Document 2 :

… et il fluctue depuis cette date sans profiter outrageusement de son vaccin,

Document 3 :

Les investisseurs ne sont pas reconnaissants, mais réalistes…

Les 15 milliards de dollars supplémentaires anticipés sur les ventes du vaccin vont bouleverser la structure des ventes de Pfizer,

Document 4 :

Cliquer ici pour accéder au site investisseurs de Pfizer.

© Chevallier.biz

Stratégie d’investissement, au 31 janvier

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, que faire pour …

Stratégie d’investissement, au 31 janvier Lire la suite »

Robinhood / Hedge funds

Par jp-chevallier

Des hedge funds ont été victimes la semaine dernière de l’intervention concertée d’investisseurs regroupés autour d’un forum du site Reddit pour acheter en masse des actions de GameStop (code GME) par l’intermédiaire en particulier du courtier Robinhood.

Ces investisseurs savaient que beaucoup de hedge funds (des fonds de couverture) avaient investi à découvert (short), c’est-à-dire qu’ils avaient vendu récemment ces actions de GameStop pour les racheter plus tard lorsque le titre aura baissé en espérant faire de gros bénéfices sans prendre trop de risques car cette entreprise n’était pas florissante.

Or, ces nombreux petits investisseurs (c’est-à-dire disposant d’un petit capital financier à investir en bourse) peuvent finalement constituer une masse financière importante au point de faire monter vertigineusement un tel titre (en position long)… et faire perdre ainsi beaucoup d’argent à ces hedge funds !

C’est beaucoup de petits David contre quelques Goliath.

Ainsi, le cours de GameStop est passé sur les 52 dernières semaines de 2,57 USD à un plus haut record de plus de… 500 USD en séance le 28 janvier !

Document 1 :

Zoom sur la période récente,

Document 2 :

Ces jeunes investisseurs de Robinhood veulent gagner de l’argent et en faire perdre aux big hedge funds qui sont leurs ennemis jurés, et ils ont atteint leurs objectifs car beaucoup de hedge funds ont été obligés de vendre en catastrophe des titres qui ont tous plongé au point que toutes les organisations de contrôle et de surveillance des marchés financiers ont été débordées.

Le plus gros scandale étant que certains courtiers ont voulu restreindre les achats des actions de GameStop… pour sauver les hedge funds.

Ken Paxton, le procureur général du Texas a exigé que les courtiers Robinhood et TD Ameritrade (propriété de Charles Schwab) ne restreignent pas les ordres d’achats des petits investisseurs pour sauver ces hedge funds de la faillite ou de graves difficultés.

Ainsi par exemple Melvin Capital (un hedge fund parmi d’autres) a dû liquider ses positions sur GME et a dû être renfloué pour 2,75 milliards de dollars par d’autres hedge funds.

Les grandes boîtes de Wall Street ne peuvent pas restreindre l’accès du public au libre marché et ne devraient pas censurer la discussion à ce sujet, surtout si c’est pour leur propre bénéfice“, a fustigé ce procureur général.

Petit détail : ces hedge funds ont la réputation de gagner beaucoup d’argent et d’en faire gagner beaucoup à leurs dirigeants…

Ainsi, les rémunérations des 8 dirigeants les mieux payés de ces hedge funds ont tous reçu plus d’1 milliard de dollars en 2019, donc 1,8 milliard pour Cris Hohn de TCI fund management !

Document 3 :

Précision : b in USD signifie Billion, milliard de dollars en anglais.

Les plus grands banksters des big banks US sont complètement dépassés par de telles rémunérations !

Dès lors, il est compréhensible que des investisseurs dans le style Robinhood veuillent faire perdre beaucoup d’argent à ces hedge funds et il est inadmissible que ces mêmes hedge funds fassent pression sur les courtiers pour limiter leurs propres pertes.

***

Les hedge funds, fonds de couverture en français et non pas fonds spéculatifs, sont des entreprises financières qui sont spécialisées dans les couvertures, c’est-à-dire qu’elles prennent à leur charge les pertes éventuelles sur certains contrats dotés d’une grande incertitude.

Ils sont très utiles, en particulier pour les compagnies aériennes qui veulent se prémunir face à une remontée intempestive du prix du kérozène.

Ces hedge funds sont aussi très actifs pour racheter des créances dites douteuses que personne d’autre ne veut racheter. Ils espèrent ainsi gagner quand même de l’argent souvent au détriment des créanciers. Ils sont qualifiés alors de fonds vautours.

© Chevallier.biz

Agrégats monétaires US : mauvaises nouvelles

Par jp-chevallier
Mauvaises nouvelles du côté du PIB US et des agrégats monétaires : la croissance du PIB pour les trimestres précédents a …

Agrégats monétaires US : mauvaises nouvelles Lire la suite »

Inflation et croissance américaine

Par jp-chevallier

Pour ce bon vieux Greenspan, l’inflation doit fluctuer dans une bande entre 1,0 et 1,5 %.

En effet, l’inflation doit impérativement être contenue sous 1,5 % car tout dérapage au-dessus de ce seuil critique risque de dégénérer comme cela s’est passé à la fin des années 60.

Et l’inflation ne doit pas descendre sous la barre critique de 1,0 % car dans un tel cas, une déflation létale pire que l’inflation peut s’instituer, comme c’est le cas par exemple au Japon.

Or l’inflation mesurée par les PCE est actuellement idéalement contenue dans cette bande, du moins d’après les derniers chiffres publiés pour le mois de décembre,

Document 1 :

Cette règle émise par ce bon vieux Greenspan est effectivement mise en évidence par l’évolution de l’inflation depuis début des années 60 d’après les chiffres publiés par notre ami Fred de Saint Louis,

Document 2 :

Cependant, le PCE:PILFE calculé sur les 6 derniers mois en taux annualisé montre que l’inflation récente fluctue dans la bande des 2 % !

Document 3 :

En effet, comme je l’ai montré à maintes reprises, d’après les statistiques publiées, les Américains ont beaucoup d’argent en poche et sur leurs comptes en banques, ce qui va les amener à continuer à dépenser ces dollars dans les mois à venir, alimentant ainsi une reprise de l’inflation.

Pour cette raison, Jerome Powell considère que l’inflation peut temporairement monter jusqu’à 2 % afin de conforter la croissance américaine après cette histoire de coronavirus.

***

Pour rappel, le PCE:PILFE : Personal Consumption Expenditures: Chain-Type Price Index Less Food and Energy est l’indice qui sert de base pour calculer la variation des prix des produits de consommation finale en dehors de ceux des produits dont les prix sont volatils comme ceux des produits alimentaires frais et de l’énergie, dont principalement les prix des hydrocarbures.

C’est aussi ce qu’on appelle l’inflation sous-jacente, indépendante des prix des hydrocarbures qui peuvent varier avec une large amplitude pour des raisons politiques, c’est-à-dire en dehors de toute logique économique.

Le PCEPI : Personal Consumption Expenditures: Chain-type Price Index sert de base pour calculer la variation des prix de tous les produits de consommation finale.

Cliquer ici pour lire mon article précédent sur ce thème, avec un très beau dessin d’illustration là-aussi.

© Chevallier.biz

PIB 2020 : USA / France

Par jp-chevallier

La création de richesse (c’est-à-dire du PIB réel) aux États-Unis au 4° trimestre 2020 a été inférieure de 2,46 % à celle du 4° trimestre 2019 et la baisse de ce PIB a été plus forte en France : -5,01 % à cause des décisions prises par le Mignon poudré et sa bande,

Document 1 :

Cette histoire de coronavirus a eu des conséquences économiques considérables, historiques, à cause des erreurs monumentales des hommes politiques au pouvoir ou… de leur volonté d’imposer une politique suicidaire…

Après les 30 Glorieuses, cette croissance américaine a été supérieure à celle de la France, depuis le 3° trimestre 1978 plus précisément,

Document 2 :

La forte expansion américaine au début des années 80 (qui a culminé en 1984 grâce à la politique économique mise en œuvre par les Reaganomics) ne s’est pas produite en France à cause de la politique socialiste menée par Mitterrand.

Autre façon de calculer la variation du PIB réel, c’est-à-dire déflaté : la création de richesse aux États-Unis au 4° trimestre 2020 a été supérieure de 3,95 % à celle du trimestre précédent en taux annualisé contre une baisse de 5,39 % en France à cause des mesures prises par le Mignon poudré et sa bande,

Document 3 :

Les dommages causés par le Mignon poudré et sa bande sont en fait plus importants que ce que laissent entendre ces données car le PIB comprend la création de valeur attribuée au millefeuille en fonction des dépenses, en particulier de personnel (les salaires des fonctionnaires) qui ont télétravaillé d’arrachepied dans un silence assourdissant…

Zoom sur cette période récente,

Document 4 :

Et le pire n’est pas encore arrivé…

© Chevallier.biz

Coronavirus an 1 : Didier Raoult commence enfin à s’exprimer un peu plus librement !

Par jp-chevallier

À peu près un an après le début de cette histoire de coronavirus, Didier Raoult commence enfin à s’exprimer un peu plus librement !

Il ne se cantonne plus à un verbiage confus sur l’action des hommes politiques qui font un travail difficile comme il l’a répété souvent en 2020 (pour les ménager et… se ménager !) ; il commence à attaquer sérieusement le Mignon poudré et sa bande en leur reprochant de ne pas avoir laissé les Français se soigner normalement et correctement.

Dans sa vidéo la plus récente du 26 janvier sur le site de l’IHU, il n’hésite plus à attaquer le gouvernement et le Conseil de l’Ordre (des médecins) « qui ne doit pas faire régner un ordre défini par un ministre de passage »

Cliquer ici pour (re)visionner cette vidéo.

Ce 28 janvier, Didier Raoult en a remis une couche dans un entretien sur Radio Classique dans l’émission L’invité de Guillaume Durand en déclarant, entre autres : « Avec le temps, on écrira l’histoire de cette maladie en disant : ”À l’époque, ils étaient fous. Au lieu de soigner les gens, ils leur disaient de rester chez eux sans se soigner”, et c’est l’une des choses les plus étranges de l’histoire des pays modernes ».

Cliquer ici pour écouter cet enregistrement audio (podcast).

Didier Raoult ne va pas plus loin, pour le moment du moins : il se contente de dire (indirectement) que le Mignon poudré et sa bande sont fous.

En fait, ILS (comme l’a écrit le Professeur Christian Pérronne) ne sont pas fous : ILS appliquent un plan bien établi consistant à interdire dès le 13 janvier 2020 l’utilisation de l’hydroxychloroquine qui est la molécule la plus active contre ce coronavirus, cliquer ici pour voir cet arrêté pris (par délégation) par le Ministre de la santé.

Cette hydroxychloroquine était auparavant en vente libre en pharmacies d’officines et elle aurait permis aux malades du covid-19 de se soigner correctement et rapidement en évitant ainsi des dizaines de milliers de décès prématurés en France.

Les langues commencent à se délier. Les faits montrent que ceux qui sont accusés actuellement d’être des complotistes ont de plus en plus raison.

Pire encore, il apparaitra certain un jour que le Mignon poudré et sa bande ont délibérément pris ces décisions dans le cadre d’une de ces théories rattachées au mondialisme qui cherchent à détruire les nations et une partie de leur population.

C’est grave, historiquement grave, criminel.

Pour rappel, Taïwan est le seul pays qui a bien géré cette histoire de coronavirus : il ne compte que 7 décès liés à ce coronavirus pour une population de 23,8 millions d’habitants, soit en transposant pour la France, une vingtaine de décès !

74 456 décès prématurés associés au coronavirus sont enregistrés en France à ce jour, ce sont donc 74 436 décès qui sont imputables au Mignon poudré et à sa bande.

Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes.Machiavel.

Pour l’instant, les Français ne réagissent pas, à part quelques exceptions qui ne sont pas négligeables…

La vidéo du Docteur Louis Fouché sur le site reinfocovid.fr est particulièrement intéressante.

Cliquer ici pour la voir sur odysee.com car elle a été censurée sur YouTube-Google.

© Chevallier.biz

Stratégie d’investissement, au 26 janvier

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, que faire pour …

Stratégie d’investissement, au 26 janvier Lire la suite »

Coronavirus et Kimberly-Clark : le triomphe du PQ !

Par jp-chevallier

Ras le bol des infos dramatiques et affligeantes sur le covid-19 et des polémiques des complotistes !

Enfin une bonne nouvelle : les bénéfices de Kimberly-Clark battent tous les records grâce au papier dit hygiénique, le bon vieux PQ politiquement incorrect !

Le cours de KMB, Kimberly-Clark a atteint un sommet historique mi-août après un excellent deuxième trimestre et il s’y maintient à des niveaux très élevés, battant les prévisions des analystes financiers,

2,4 milliards de dollars de bénéfices nets pour 19,1 milliards de chiffre d’affaires en 2020, soit une rentabilité nette de… 13 % avec du PQ !

Bravo les artistes !

Un quart de la population mondiale utilise chaque jour au moins un de ses produits !

Mieux que du clic de mulot. Avenir assuré.

Cliquer ici pour accéder au site mondial de Kimberly-Clark.

© Chevallier.biz

Coronavirus : Prof. Joyeux, Alexandra Henrion-Caude, etc.

Par jp-chevallier

Un petit rappel : le Professeur Henri Joyeux qui a été professeur de chirurgie spécialisé en cancérologie est toujours très actif et compétent, en particulier à propos de cette histoire de coronavirus.

Il organise un webinaire mardi 19 janvier à partir de 21 heures : Face aux virus Boostez vos défenses immunitaires.

J’invite les personnes qui lisent mes articles à suivre ce séminaire qui devrait être très instructif.

Pour cela, il est nécessaire de s’inscrire préalablement sur le site de l’association qu’il a créée : Association Internationale Familles Santé Prévention.

Cliquer ici pour y accéder.

Une participation aux frais de l’association organisatrice de 5 € est demandée, pour des informations gratuites et officielles, c’est gratuit mais ça risque de coûter très, très cher !

***

L’émission d’Elise Blaise du samedi 16 janvier au cours de laquelle est intervenue Madame Alexandra Henrion-Caude a été rapidement censurée par YouTube qui refuse de diffuser pendant une semaine les émissions de TVLibertés !

La dictature sous un prétexte sanitaire est déjà très avancée en France comme dans d’autres pays.

Il devient de plus en plus difficile de s’y opposer.

Internet est le seul moyen de communication de masse qui permet aux gens qui s’opposent à cette dictature de s’exprimer encore.

Les réseaux dits sociaux ne sont plus fiables.

J’ai exposé dans un article précédent l’essentiel de ce que Madame Alexandra Henrion-Caude a dit lors de cette émission qui est toujours visible sur le site de TVLibertés, cliquer ici pour y accéder.

Cependant, il faut rajouter que Madame Alexandra Henrion-Caude nous apprend dans cette émission que les prétendus vaccins à ARN messager peuvent générer non seulement des anticorps pouvant neutraliser l’effet toxique d’un coronavirus mais aussi des antigènes de ce virus si bien que des personnes ayant reçu ce vaccin de Pfizer sont susceptibles de tomber malades du covid-19 au lieu d’en être protégées !

Cliquer ici pour accéder au site de TVLibertés.

 

© Chevallier.biz

Stratégie d’investissement, au 18 janvier

Par jp-chevallier
[Cet article est réservé aux seuls abonnés des offres Gold et Platinum] Comme je l’ai écrit précédemment, que faire pour …

Stratégie d’investissement, au 18 janvier Lire la suite »

Agrégats monétaires US : bonne année 2021 !

Par jp-chevallier
Champagne pour les Américains ! Ils ont terminé l’année 2020 avec plein d’argent dans les poches (en fait surtout dans leurs …

Agrégats monétaires US : bonne année 2021 ! Lire la suite »

Coronavirus : le point au 16 janvier

Par jp-chevallier

Une petite mise au point s’impose en ce 16 janvier au sujet de cette histoire de coronavirus

Tout d’abord, un petit rappel : Taïwan ne compte que 7 décès liés à ce coronavirus pour une population de 23,840 millions d’habitants !

La population de Taïwan, c’est un tiers de celle de la France (67 millions d’habitants), trois fois celle de la Suisse (8,689 millions).

Document 1 :

Si les autorités françaises avaient pris les mesures prises par celles de Taïwan, il n’y aurait eu qu’une vingtaine de décès en France associés au covid-19 et 2 ou 3 décès en Suisse !

Première conclusion : la bande du Mignon poudré est responsable de la quasi-totalité des décès imputés à ce coronavirus, en particulier en empêchant les gens de se soigner avec le traitement mis au point par le Professeur Didier Raoult.

Les autorités de Taïwan n’ont pas ordonné de confinement. Les habitants ont continué à travailler normalement. Seules les personnes venant de l’étranger ont été très précisément surveillées afin de les soigner et de les isoler pour qu’elles ne transmettent pas ce virus à d’autres.

***

Le site Euromomo.eu fournit des informations très instructives sur les variations de la mortalité (toutes causes confondues) des pays européens au cours de ces trois dernières années par rapport à leur moyenne historique.

Il apparait que la mortalité en France en ce début 2021 est inférieure à celle de la moyenne des années précédentes, ce qui ne justifie en aucun cas les mesures coercitives prises actuellement par la bande du Mignon poudré,

Document 2 :

Ce graphique montre également que la mortalité en Allemagne en 2020 n’a pas été différente de ce qu’elle a été au cours des années précédentes, c’est-à-dire que le coronavirus n’y a pas engendré de surmortalité !

Deuxième conclusion : c’est la bande du Mignon poudré qui est responsable de la surmortalité constatée en France en 2020, de l’effondrement de l’activité économique et de tous les drames qui vont avec.

***

L’Insee vient de publier les données sur la mortalité toutes causes confondues jusqu’à la fin de l’année 2020 et même pour les quatre premiers jours de 2021, ces derniers chiffres étant révisables.

Il apparait clairement que la mortalité a été beaucoup plus importante en 2020 à partir du 9 mars qu’en 2019 et il en est de même après le 26 septembre,

Document 3 :

L’écart entre la mortalité en 2020 et celle en 2019 conduit évidemment aux mêmes observations,

Document 4 :

Troisième conclusion : c’est bien la bande du Mignon poudré qui est responsable de la surmortalité constatée en France en 2020, de l’effondrement de l’activité économique et de tous les drames qui vont avec.

En effet, le premier pic de surmortalité en France n’a pas été observé en Allemagne au printemps car les Allemands qui ont été victimes du coronavirus ont été soignés (en particulier par le traitement mis au point par le Professeur Didier Raoult) et sans confinement.

Le second pic de mortalité à l’automne a été provoqué lui-aussi par les mesures contre productives par la bande du Mignon poudré alors qu’il aurait fallu soigner (avec le traitement mis au point par le Professeur Didier Raoult) et isoler les personnes atteintes des nouveaux variants de coronavirus.

L’Insee publie également les chiffres mensuels de la mortalité en France depuis 1946.

La courbe polynomiale de tendance d’ordre 6 montre une augmentation normale de la mortalité correspondant aux baby-boomers de l’après-guerre qui arrivent à un âge où les risques de décès commencent à devenir non négligeables,

Document 5 :

De ces données de l’Insee il est possible d’obtenir la courbe de l’évolution de la mortalité sur les 12 derniers mois pour chaque mois depuis 1947,

Document 6 :

La courbe polynomiale de tendance d’ordre 4 montre une augmentation de la mortalité supérieure à la normale à partir du mois d’août 2020 confirmant les conclusions précédentes.

La variation du nombre de décès sur les 12 derniers mois par rapport au même mois de l’année précédente montre elle-aussi une augmentation historiquement très importante de la mortalité à l’automne 2020 à cause des mêmes mauvaises décisions prises par la bande du Mignon poudré.

Document 7 :

[En rouge la courbe polynomiale de tendance d’ordre 4]

***

Cette histoire de coronavirus a été dramatiquement mal traitée par les hommes politiques dans beaucoup de pays, ceux de Taïwan étant l’exception majeure que peu de personnes prennent en considération…

Cependant, le pire peut encore arriver avec ce qui est présenté comme étant des vaccins alors qu’ils sont en fait des produits de l’industrie pharmaceutique qui agissent sur les gènes humains !

Les prétendus vaccins à ARN messager sont tellement potentiellement dangereux que Pfizer publie dans sa documentation des informations particulièrement graves…

Madame Alexandra Henrion-Caude a bien expliqué dans l’émission de TVLibertés du samedi 16 janvier que la documentation fournie par Pfizer précise bien que ce produit n’a pas été testé sur les personnes âgées de plus de 75 ans !

Document 8 :

En conséquence, il ne faut surtout pas leur injecter ce produit qui peut leur être fatal alors qu’il existe des médicaments efficaces à des prix dérisoires pour soigner rapidement et sans complications la maladie provoquée par un coronavirus.

Le plusse pire est que la documentation de Pfizer précise qu’il ne faut surtout pas administrer ce produit à des couples s’apprêtant à avoir des relations sexuelles en vue d’avoir un enfant ni à une femme enceinte car sa tératogénicité est explicitement reconnue… par Pfizer !!!

Document 9 :

Il est difficilement compréhensible que de telles informations aient pu être sciemment occultées par les personnes qui préconisent (et qui organisent) de telles vaccinations, c’est-à-dire l’utilisation de ces prétendus vaccins à ARN messager.

Madame Alexandra Henrion-Caude est la seule à avoir décrypté correctement cette documentation de Pfizer et à rendre publique l’extrême dangerosité de ces produits qui agissent sur les gènes humains.

***

Le Professeur Henri Joyeux qui a été professeur de chirurgie en cancérologie connait particulièrement bien les problèmes liés aux cancers et il a bien compris comme d’autres que la plupart des cas qu’il a observés et opérés étaient provoqués ou aggravés par une mauvaise alimentation et une mauvaise hygiène de vie (sans activité physique suffisante).

Il en est de même pour cette histoire de coronavirus car notre organisme a la possibilité de lutter naturellement contre les virus et le plus souvent victorieusement… à condition d’avoir une bonne alimentation et une bonne hygiène de vie.

La prévention des cancers et de la plupart de toutes les autres maladies est essentielle.

Pour ne pas être malade, de ce coronavirus ou d’une autre maladie, la meilleure solution est d’être en bonne santé, Monsieur de La Palice ne me contredira pas !

Le Professeur Henri Joyeux a écrit des livres pour diffuser ses connaissances et il anime des webinaires en particulier sur cette histoire de coronavirus.

Document 10 :

Le prochain aura lieu ce mardi 19 janvier à 19 heures, cliquer ici pour accéder à la page de son site pour s’inscrire préalablement de façon à suivre ce webinaire (une participation aux frais de l’association organisatrice de 5 € est demandée, pour des informations gratuites et officielles, c’est gratuit mais ça risque de coûter très cher !).

***

Pour rappel, dès les premiers symptômes d’un éventuel risque de présence de coronavirus, prendre le traitement mis au point par le Professeur Didier Raoult : l’association hydroxychloroquine (200 mg x 3 par jour pour 10 jours) + Azithromycine (500 mg le 1er jour puis 250 mg par jour pour 5 jours de plus), dans le cadre des précautions d’usage de cette association et hors AMM.

Cliquer ici pour accéder à la page de l’IHU Marseille Infection qui met en ligne ce traitement utilisé depuis une quinzaine d’années.

Normalement, les médecins ont le droit de prescrire ce traitement et les pharmaciens d’officines ont le droit de délivrer ces médicaments en France (comme je l’ai constaté) contrairement à les fausses informations diffusées à ce sujet.

Par ailleurs, il est indispensable de prendre un probiotique pour reconstituer la flore intestinale détériorée par l’antibiotique (Lactibiane ATB).

Préventivement, prendre une supplémentation en zinc et en vitamine D3.

***

Cliquer ici pour consulter le site euromomo.eu (prendre deaphs/1M pop)

Cliquer ici pour consulter le site de l’Insee fournissant les données journalières de décès depuis 2018.

Cliquer ici pour consulter le site de l’Insee fournissant les données mensuelles de décès depuis 1946.

Cliquer ici pour voir l’intervention de Madame Alexandra Henrion-Caude dans l’émission de TVLibertés du samedi 16 janvier.

Cliquer ici pour voir la chaine YouTube de Madame Alexandra Henrion-Caude.

Cliquer ici pour voir le compte Twitter de Madame Alexandra Henrion-Caude.

© Chevallier.biz

❌